Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2017

Macron, accélérateur de dégagisme

 Il faut bien faire contre mauvaise fortune bon coeur et lui reconnaître cela, l'élection de Macron a tranfsormé les poids lourds de la politique en poids morts. Avant cela, certains s'étaient enfin rendus compte de ce que leur attitude d'acharnement électoral avait de délétère : c'est Ayrault, Bartolone, Mandon et d'autres qui ne se sont pas représentés.

Dès 2016. Les primaires des deux familles en ont éjecté d'autres : Juppé, Sarkozy, Montebourg, (Valls est discrédité à vie mais pour de pitoyables raisons, s'accroche). La présidentielle a achevé le boulot : Fillon n'y retourne pas, Chatel et Lellouche ont la lucidité de raccrocher les gants. Bien sûr, des Copé, Wauquiez et Baroin sont encore persuadés que la France va mal parce que l'Elysée leur échappe, mais ils sont désormais minoritaires. La carrière d'élu à vie, avec cumuls confortables et avantage divers, avec renvoi d'ascenseur et petits arrangements n'est plus un eldorado. En 1 an, cette révolution culturelle aura eu lieu. Un renouvellement sans précédent. On peut (on doit, c'est humain) moquer les Collomb, Delevoye, Le Drian et autres Bayrou comme figures de renouveau autour de Macron mais l'incroyable bouffée d'air frais du casting des législatives fait du bien. 400 inconnus qui se présentent pour essayer de servir, avec un engagement à ne pas dépasser 2 mandats. Respect.                                                        
Dans cette affaire, honte aux éditorialistes ayant pointé des "couacs" ou des "crises". Un type avec un casier judiciaire et un mec aux positions actives sur Israël, c'est mince. Surtout quand on a rien dit alors que l'UMP investissait Balkany sans discontinuer...         Au-delà de ça, ce qui prime c'est le renouvellement des actions. Chez Macron on part du principe que ces profils vont amener quelque chose de différents. Sur les pratiques, c'est possible. Sur le fond "la grosse coalition des meilleurs", le "consensus sur les talents" c'est exactement l'idée de la commission Attali en 2007, dirigée par Emmanuel Macron. Pas vraiment novateur, donc. Pas plus que le programme du candidat élu : baisse de la dépense publique et du nombre de fonctionnaires, mort de l'investissement public remplacé par des "projets", dérégulations diverses et avariées, le même fond de sauce néolibérale que depuis 30 ans. Mais dans des marmites neuves, peut être le goût changera un peu...

Commentaires

Enfin du positif ! ces quelques jours de retraite ont fait du bien à Castor .

Écrit par : ...Johanna .... | 15/05/2017

Presque pas de persiflage ( son péché mignon) ; j'ignore où il a fait retraite , mais c'est une réussite .

Écrit par : ...Léo .... | 15/05/2017

Si Castor a effectué une retraite , je peux certifier que ce n'est pas dans notre Groupe privé de Résistance ( GPR) spécialisé dans la déradicalisation -désintoxication .

Dans un monastère peut-être ?

Écrit par : ...Euphémie .... | 15/05/2017

"Enfin du positif" ,selon Johanna ; et même en orthographe !

Écrit par : ...Pépé Castor .... | 16/05/2017

Orthographe : peut-être a-t-il suivi un stage de remise à niveau ou bien potassé les petits fascicules que publie Le Monde depuis quelques semaines ...

Écrit par : ...Barbara .... | 16/05/2017

Attendons pour nous réjouir que Castor ait digéré les éléments de langage que commencent à diffuser Méleechon , abasourdi , et le FN qui l'est tout autant ; premières salves dans le Canard Enchaaîné de demain matin ...

Écrit par : ...Saint-Thèse .... | 16/05/2017

Écrire un commentaire