Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2018

Les individus n'existent pas

Qui oserait proférer une chose pareille, aujourd'hui ? Pas grand monde. Pourtant, il y a urgence à prendre le contre pied culturel de Margaret Thatcher, laquelle avait déclaré en 1987 (alors qu'elle était encore premier ministre):"Nous sommes arrivés à une époque où trop d'enfants et de gens (...) rejettent leurs problèmes sur la société. Et qui est la société? Cela n'existe pas! Il n'y a que des individus, hommes et femmes, et des familles".  

Nous sommes alors à la fin de la guerre froide et la peur du rouge, qui devrait être réservée aux bêtes à cornes comme disait Victor Hugo, faisait dire n'importe quoi aux libéraux. Trente ans après, cette phrase est le mantra non seulement de canards conservateurs, Le Figaro expliquant les inégalités scolaires par un manque de volonté d'intégration des enfants d'immigrés, mais aussi des canards supposés être plus ouverts. Quand ils traitent de sujets plus marqués à gauche comme l'ESS, l'économie sociale, ils mettent en avant des entrepreneurs et exhortent d'avantages d'individus animés par une fibre sociale... La prévention en santé reposerait sur le bon vouloir des individus. Pensez à manger vos cinq fruits et légumes, à pratiquer une activité sportive régulière, à ne pas manger trop gras, salé, sucré...Ad lib. Peu importe que les inégalités sociales face à l'obésité et autres explosent, le problème c'est l'individu, mais il faut l'enrober. On n'écrit pas encore "les pauvres se complaisent dans la graisse", mais on le pense un peu, hein. C'est de leur faute, ils préfèrent Burger King au quinoa...

Idem pour l'écologie, où l'on exhorte les individus à couper l'eau pendant leur brossage de dents, faire pipi sous la douche et trier ses déchets. Les quartiers chics ont des poubelles jaunes qui débordent sans penser qu'un bon déchet est un déchet qui n'existe pas... Sans penser que 90% des émissions de CO2 sont dus aux 10% les plus riches qui voyagent sans cesse, consomment des équipements informatiques énergivores... Le bilan carbone des zadistes est autrement plus modestes... Plutôt que de regarder, collectivement, pourquoi notre mode de production est suicidaire, on préfère conscientiser les individus sur leur petite tâche personnelle... Misère. 

Je me souviens d'un échange avec le fondateur du magazine Socialter qui me disait avoir beaucoup réfléchi à la manière d'illustrer ses couvertures : des idées ou des visages ? Il penchait pour le premier, il a choisi, par confort et par facilité, la seconde... Voilà bien la défaite absolue : opposer aux libéraux, des armes de libéraux. A Bill Gates, on voudrait opposer Yunus. Hérésie... Yunus, ou Ostrom, Esther Duflo, travaillent sur les causes sociales, collectives, des problèmes sociaux et les façons collective de les résoudre. Puisse-t-on les lire plus. 

De toutes les batailles culturelles perdues par la gauche, celle de l'individualisation est sans conteste la défaite la plus cinglante. Régis Debray nous dirait en bon médiologue que l'évolution des techniques de communication a parachevé cette noyade : chacun devenant son propre média par Instagram, Twitter et Facebook interposés, les égos individuels rayonnent comme jamais auparavant. Les anonymes et collectifs existent toujours bien sûr, mais ils relèvent plus de la marge que de la norme...

Les institutions politiques ne nous aident guère, non plus. Avec notre hystérisation politique autour de la présidentielle aggrave notre cas. Or la figure du messie est toujours moisie. De Jésus à Staline, il n'y a pas de sauveur suprême. Lors de la campagne 2017, nombre d'amis voulaient me rassurer sur En Marche en me citant quelques individualités "de gauche" ou hyper sociales rejoignant le camp. Et alors ? L'Abbé Pierre pourrait être en marche, le projet (prononcez proooojeeeeet) resterait libéral, facteur d'explosion d'inégalités et tutti quanti. Il faut être naïf, crétin ou un peu les deux pour ne pas le voir.

Pour les législatives, le collectif #Mavoix avait tenté de faire valoir une alternative non personnalisée, décentralisée et collective. Quantitativement, échec retentissant. Dans les urnes, peu de bulletins. Mais dans les têtes ? Pour avoir assister à nombre de réunions, le phénomène était systématiquement le même pour ceux qui découvraient : étonnement / sidération teintée d'une légère moquerie, puis tentative de comprendre et prise de conscience des failles gigantesques d'un système actuel relevant plus de la monarchie élective que de la démocratie. Nombre de facteurs court termistes, utilitaristes, pragmatiques, expliquent l'échec dans les urnes. Mais dans les têtes, la graine du doute est là...

Je ne crois pas aux individus. Pas isolés. Pas tels qu'on nous les raconte. Les mots de cette note sont les miens, mais ils sont aussi le fruit d'une enfance où les livres envahissaient les murs, où les invités à la table parentale avaient tant de choses à raconter dans de nombreuses langues. Les mots de cette note me viennent plus facilement pas seulement parce que j'aime les manier, mais parce que je fus élevé en ce sens. 

Les dominants refusent avec Thatcher de croire en la société car cela diminue leur "mérite". Michel et Augustin préfèrent dire qu'ils ont commencé dans leur cuisine, c'est plus méritoire. Plutôt que d'avouer que l'un des deux était le petit fils du fondateur de la BNP, ce qui facilite l'obtention d'un premier prêt.... Les dominants n'aiment pas admettre qu'ils avaient la course tellement facilitée à la base. Tout leur discours repose sur des termes sélectifs, se berce d'une chimérique compétition sans voir qu'il est aisé de gagner une course de haies quand vos adversaires font la course en sac... Il n'y a que la vérité qui blesse, dit-on, les blessures narcissiques peuvent se soigner avec une belle introspection. Camarades dominants, commencez donc une analyse en ce sens : les individus n'existent pas, ça n'est pas la fin du monde pour autant, juste le commencement d'un nouveau monde.  

 

Commentaires

------------------------------------------------------------------------
"De toutes les batailles culturelles perdues par la gauche, celle de l'individualisation est sans conteste la défaite la plus cinglante.... : chacun devenant son propre média par Instagram, Twitter et Facebook interposés, les égos individuels rayonnent comme jamais auparavant...."

Une amorce méritoire d'autocritique ; " Ce n'est qu'un début ! " A quand la confessions générale ?

Écrit par : Léo | 21/04/2018

Je crains qu'il ne vous faille attendre longtemps : nulle autocritique, juste un constat de l'utilisation par ma génération, des outils d'information mis à sa disposition...

Écrit par : Castor | 21/04/2018

Plutôt la dissertation de philo d'un lycéen en phase terminale sur le sujet " Individu et société " ; un certain bon sens noyé dans un océan de sentences péremptoires .

Par bonheur , les syndicats prescrivent de noter large
( " le Bac pour tous ! " )

Écrit par : Jacques Aubin | 21/04/2018

--------------------------------------------------------------------------
"Je crains qu'il ne vous faille attendre longtemps : nulle autocritique, juste un constat de l'utilisation par ma génération, des outils d'information mis à sa disposition." répond Castor .

L'autocritique , allant jusqu'à la confession générale , est un exercice bénéfique qui oblige à dépasser l'ego :
Voir les procès de Moscou , et , plus près de nous , les regrets très médiatisés de nombre d'anciens soixante-huitards recyclés en notables de l'économie , de la politique et des médias .

..

Écrit par : JC Jaurras | 21/04/2018

-----------------------------------------------------------------------------
L'autocritique version procès de Moscou : forme hard de la psychanalyse ( voir "Le Zéro et l'infini " )

Critiquer l'ego , manifestation , souvent, d'un ego écorché ...

Écrit par : Anna-Lisa | 21/04/2018

--------------------------------------------------------------------------------
EGO etc; la devise des épicuriens tristes d'aujourd'hui, jouisseurs laborieux : "coîto ergo sum "

Écrit par : Lysistrata | 21/04/2018

-----------------------------------------------------------------------

Les " jouisseurs laborieux " et tristes : je viens de lire qu'une nouvelle drogue , ausi efficace que dangereuse, fait fureur dans certains milieux " gay"

Ceux qui y ont recours demandent à l'état qu'il en vérifie la qualité , pour que soient prévenus des accidents souvent mortels

Le " coïto ergo sum " sous protection , comme on le demande pour certaines occupations de locaux universitaires ...

fut-il en pleurer ou en rire ?

Écrit par : Myriam | 21/04/2018

---------------------------------------------------------------------------------
Dans les deux cas ( drogue du sexe et facs occupées )
on est tenté d'en rire à pleurer ; mais je résiste car ça coûte cher aux finances publiques ...

Écrit par : 20 100 | 21/04/2018

-------------------------------------------------------------------------
" ...Les mots de cette note me viennent plus facilement pas seulement parce que j'aime les manier, mais parce que je fus élevé en ce sens. "

Voua avez bien de a chance, cher Castor , d'avoir été bien éduqué , dans une bonne famille qui possédait des livres et invitait à sa table des personnes instruites ; un héritage dont vous pouvez être fier , que vous devez cultiver ...

Écrit par : Mémé Octogénie | 22/04/2018

-----------------------------------------------------------------------------
Oui , Castor a bien de la chance ...

Ce qui m'inquiète , c'est moins l'échec de "l'individuation " ( pas seulement à gauche ) mais l'affaissement général de la personnalité , dissimulée sous une hypertrophie de l'ego

C'est sans doute imputable pour une large part , aux " outils d'information" dont dispose toute une génération , comme le dit Castor , mais plus encore à un " air du temps " difficile à qualifier : paresse intellectuelle , sectarisme confondu avec l'engagement , préjugés tenant lieu de pensée ...

Écrit par : J Mentor | 22/04/2018

--------------------------------------------------------------------------------
Que Castor mette en cause les nouveaux " outils d'information " ne l'empêche pas de s'en servir allègrement ( il est très actif sur Face-Book, anime ce blog"

Aux caractéristiques de l' " air du temps" citées par Mentor , j'ajoute ce qu'il faut bien appeler la décadence du journalisme , qui , sauf rares exceptions , n'est plus qu'une sorte de tir au pigeon , visant tout ce qui dépasse ...

Écrit par : Anna-Lisa | 22/04/2018

------------------------------------------------------------------------------
Cogito, coïto ( Lysistrata ) : Descartes , en Hollande , a tiré au moins un coup au but ; il a eu de sa servante une fille qu'il a prénommée Francine ; celle-ci est morte à 5 ans et il en a éprouvé beaucoup de chagrin ...

" Humain , trop humain " ...

Écrit par : Sophia | 22/04/2018

----------------------------------------------------------------------------------
La " décadence du journalisme" ( Anna-Lisa ) : pauvre Jaurès , pauvre Maurras , quoi que l'on pense d'eux ...

Des exceptions , tout de même pas aussi rares que ça notamment parmi les jeunes de la profession , à la fois plus pros et plus indépendants que la majorité de leurs aînés . mais ils galèrent ,ces derniers s'accrochant à leurs prébendes .

Écrit par : JC Jaurras | 22/04/2018

------------------------------------------------------------------------------
Le langage et la pensée , influence réciproque : encore un sujet de philo pour phase terminale du lycée .

" ce qui se conçoit bien s'énonce clairement " ( Boilleau ) , etc .

Selon moi , les nouvelles formes de langage ( twits , SMS, commentaires sur les blogs ...) ont contaminé , voire dévoré la pensée : pulsions , absence de nuances, des mots mal compris devenus fétiches ( le
" libéralisme" de Castor ...)

Écrit par : Jacques Aubin | 22/04/2018

----------------------------------------------------------------------------------
Mes étudiants de Sciences-Po mettent , comme Castor , le mot " libéralisme " à toutes les sauces sauf à la bonne.

Ils ont accepté , au cours d'un de nos exercices , d'en proposer une définition , assortie, si possible , de références historiques

Seuls deux d'entre eux, sur 18 , savaient que les libéraux du premier tiers du XIX è siècle étaient des républicains , souvent révolutionnaires , en lutte contre les monarchies , en France , en Espagne , en Italie ...

Trois d'entre eux , sans évoquer ces derniers , se sont référé aux économistes et hommes politiques du milieu du siècle hostiles à l'autarcie et à des droits de douane trop lourds .

Pour les autres , " libéralisme" était synonyme de "mondialisation" , sans plus de précision

Aucun de mes étudiants n'a pris " libéralisme " dans un sens moral , sociétal : tolérance , amour de la liberté

------Une réponse amusante ( involontairement , j'ai vérifié que ce n'était pas de l'humour ) : libéralisme = libertinage ....

Écrit par : Julius | 22/04/2018

--------------------------------------------------------------------
Pour contribuer à votre intéressante réflexion sur l'individu :

Selon des chercheurs américains en neuro sciences , il existe une multitude d'autres "communautés objectives " que celles qui se réfèrent aux ethnies , religions et minorités de toutes sortes habituellement mises en avant dans le débat public.

A la différence des approximations" identitaires" , celles-ci se fondent sur ces données scientifiquement vérifiées .

Conséquences :

-prolifération des revendications “minoritaires “ judiciarisées ( gauchers , unijambistes , blonds et bruns etc .)

- dépréciation des “ identités “ ethniques , religieuses , culturelles , régionales habituellement invoquées :

-trop d’identité tue l’identité , comme , disait -on naguère , “trop d’impôt tue l’impôt “.

-La seule “ identité “ qui tienne est celle de l’individu-citoyen

Écrit par : Stirner | 11/06/2018

--------------------------------------------------------------------
Une belle idée neuve : la République française , laïque, unitaire et centralisée , avec des partis et des associations regroupant les citoyens sur la base de leurs sensibilités .

Une communauté nationale qui proscrit les ""communautés " et interdit que l'on instrumentalise les "différences" et les particularismes . .

Écrit par : Jacques Aubin | 11/06/2018

Écrire un commentaire