Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2019

Qui ouvrira le bal de la contre-révolution fiscale ?

70% des américains soutiennent la proposition d'Alexandria Ocasio-Cortez de taxer à 70% les revenus supérieurs à 10 millions de $ pour financer la révolution écologique. Une proposition sans doute jugée naguère comme "bolchévique" approuvée par une écrasante majorité d'américains et même 54% des Républicains et 52% de ceux qui se déclarent pro Trump. Comment en sommes nous arrivés là ? 

En arrivant au pouvoir en 2016, Donald Trump a initié une révolution fiscale faisant passer Ronald Reagan pour un social-démocrate bon teint. 1 500 milliards $ de baisses d'impôts sur 10 ans. 150 milliards par an, la moitié du budget français en allègements pour les déjà ultra nababs. Parmi le flot hallucinant de chiffres tous plus malsains les uns que les autres, 52 milliards d'économisés par la seule famille Walton (propriétaire de Wall Mart) entre les droits de successions et les impôts sur les entreprises. Se pincer ne suffit plus...

En deux ans, Trump a bouclé la boucle et les USA sont devenus un authentique paradis fiscal comme l'a montré le retour des capitaux cachés d'Apple et d'autres géants du numérique (Google laisse encore son magot aux Bermudes, pour l'heure). Nous pouvons difficilement aller plus loin dans l'indécence, nous avons touché le fond de la piscine, la double question à laquelle nous sommes suspendus est qui entamera la contre-révolution fiscale et quand ? 

Car la contagion a gagné la planète avec une explosion du nombre d'oligarques, de milliardaires. Or, il n'existe pas de milliardaire honnête. Si l'on paye l'ensemble des impôts auxquels on est soumis avec une progressivité forte à plus de 50% au delà du million d'euros de revenus (ce qui était le cas dans tous les pays de l'OCDE avant la révolution conservatrice des années 80) il faut plusieurs siècles pour façonner un milliardaire. Si les tycoons du numérique et des hydrocarbures ont des comptes en banques à 9 chiffres en quelques années, c'est d'abord parce qu'ils truandent le bien Commun. Ensuite, parce qu'ils ne partagent pas les richesses crées. Dire cela n'a rien mais alors de rien d'offensant contre la création de richesses, la réussite, le confort et autres poncifs dégainés par les libéraux dès lors qu'on veut s'opposer aux rémunérations folles. Personne ne réclame le même salaire pour tous. Simplement le retour de la justice et de la modération des inégalités. Non par goût du nivellement, mais pour financer le bien Commun, car les sommes volées par les milliardaires suffisent amplement à financer le bien être en santé et éducation pour tous. 

En France, le Monde a eu l'excellente idée de demander aux premiers de cordée ce qu'ils avaient fait de l'argent "offert" par Macron entre l'IFI a la place de l'ISF ou la flat tax. Résultat des courses ? Les investissements vertueux dans l'économie, c'est de la pipe. Non, ils l'ont dépensé... On trouve des citations folles comme "j'ai récupéré 50 000 euros et j'en ai profité pour m'offrir davantage de voyages. Ma famille n'en avait pas besoin et mes enfants ont déjà plusieurs longueurs d'avance sur les autres entre les voyages, les études et le capital culturel que je leur ai confié". Quand les oligarques citent Bourdieu entre deux rots de champagne, il est peu être temps de s'interroger...  

On ne compte plus les business immondes qui se sont crées ces dernières années : yachts à rallonges, tacos en or, bouteille de vodka plaqué or... Des insultes au bon goût, mais des crachats aux injustices. Ils ne sont pas la maladie, mais l'un des symptômes des dérèglements. Tout ce superflu insane doit disparaître, mais il ne sera ensevelie que par une vague de justice fiscale. Les primaires démocrates américaines qui s'ouvrent actuellement mettent cette thématique en priorité des priorités. Puissent-elles être suivies d'effets et dans les faits et faire boule de neige sur le reste de la planète. 

Commentaires

------------------------------------------------------------

".En France, le Monde a eu l'excellente idée..."

Les " paradis" , les injustices fiscales etc . une situation bien confortable : les dénoncer en oubliant de dire que l'on en vit , aussi vertueux soit -on ; qui finance les médias " justicialistes" et donc les journalistes qui dénoncent , dénoncent ?

Écrit par : 20 100 | 02/02/2019

---------------------------------------------------------
A la veille de la Révolution Française , les petits marquis , à la Cour comme à la Ville , dénonçaient les "privilèges" sans préciser qu'ils en vivaient ...

C'est un vieux classique du parasitisme grincheux .

A l'occasion de la crise financière que traverse l' Humanité , le public peu averti de ces questions découvre que le " Journal de Jaurès " est subventionné par l'Etat , comme les journaux " capitalistes" ...

Écrit par : JC Jaurras | 02/02/2019

-----------------------------------------------------------
Faire disparaître les riches et les moins riches afin que , personne ne payant plus d'impôts , la justice fiscale soit enfin établie .
Reste la TVA ; on pourrait la moduler en fonction des revenus des consommateurs , comme d'ailleurs le prix des denrées usuelles .

Écrit par : R I C | 02/02/2019

--------------------------------------------------------
Appauvrir les riches et enrichir les pauvres afin qu'il n'existe plus qu'une seule classe et qu'il soit mis fin à la lutte des classes qui nous a fait tant de mal ....

Écrit par : Ravachol | 02/02/2019

Écrire un commentaire