Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2020

Périmètre de responsabilité

Une fois n'est pas coutume, Léa Salamé a posé la question parfaite à Gérard Larcher, ce matin "avec le recul, n'avez-vous pas de regrets d'avoir insisté pour que les élections municipales aient quand même lieu ?". Ainsi, elle ne le cognait pas directement, ne l'accusait pas ex abrupto, elle lui demandait simplement de reconnaître une part de responsabilité, puisqu'au final, 3 personnes ont décidé d'en envoyer 47 millions aux urnes. Il a nié. Purement et simplement, il ne reconnaît aucune faute.

10 jours après la tenue de ce premier tour, les articles se multiplient sur les assesseur.e.s contaminé.e.s par centaines, à Clermont, dans l'Oise, à Versailles, partout en France. Quand on songe au nombre de personnes que ces assesseur.e.s ont côtoyé dans la journée, on frémit. Quand on pense à la moyenne d'âge de ces démocrates zélé.e.s, on pleure par avance pour les linceuls inutiles. Héros et héroïnes d'un simulacre démocratique, morts pour rien et sans personne pour reconnaître qu'on aurait pu éviter ces morts. 

Ni Larcher, ni Macron, ni Ferrand ne reconnaîtront jamais leur responsabilité, pourtant évidente, dans la tenue de cette élection alors que tout le monde savait, tout le monde disait de ne pas faire. Ils s'esquivent avec cette insupportable rhétorique du "faire", du "il faut être dans l'action". En somme, ça n'est pas le moment de poser des questions qui dérangent, pas l'heure de critiquer, la France manque de masques, de lits, de tests, comment osez-vous ? Navrante esquive...

L'heure impose à chacune et chacun de se poser la question de son périmètre de responsabilité. Pour celles et ceux qui ne vont pas travailler, la réponse est simple : moins d'un km, moins d'une heure par jour, à distance des inconnus, en se lavant les mains et une écharpe sur le nez. Pour l'écrasante majorité d'entre nous, nous y contraignons sans réfléchir. Les contrevenant.e.s sont punis, et de plus en plus forts. Pour le monde économique, la question est simple : peut-on mener notre activité sans risque ? Qui opte pour le télétravail, qui bouscule ces protocoles, qui ferment son activité. Je note la grande prudence, la prudence exemplaire de nombre de patron.e.s, de responsables syndicaux, qui préfèrent ne pas faire, perdre du chiffre d'affaires, que d'exposer la santé des salarié.e.s. Quitte à s'exposer au courroux du politique comme Pénicaud demandant aux chantiers de continuer "quoi qu'il en coûte". Elle non plus ne s'est pas excusée. Elle non plus ne reconnaît pas de faute.

Je ne retrouve pas la citation exacte, mais Ricoeur écrivait que "la fatalité ne s'incarne en personne, la responsabilité, au contraire, a besoin d'une incarnation personnelle". En l'espèce, la fatalité, c'est le COVID. C'est comme ça, nous devons faire avec, personne n'en voulait. Les annulations, les empêchements, les arrêts, nous les subissons fatalement. En revanche, maintenant que la catastrophe est là, il faut la gérer. Trump déclarant que le COVID n'empêchera pas l'économie américaine de fonctionner est un irresponsable criminel. Bolsonaro aussi. Personne ne le nie, nos gouvernants les premiers. Leurs fautes sont moins grandes, mais elles existent et sont connues. Ils ont à l'évidence violé leur périmètre de responsabilité. Dans un contexte où l'on a tous besoin de confiance et de cohésion, le minimum mémorandum que l'on peut exiger d'eux, c'est qu'ils admettent leurs fautes pour que l'on reconnaisse les nôtres. 

Commentaires

--------------------------------------
"Ni Larcher, ni Macron, ni Ferrand ne reconnaîtront jamais leur responsabilité, pourtant évidente, dans la tenue de cette élection "

Castor pratique sans vergogne le " tri sélectif" en matière de responsabilités : quid de celles de la gauche mollle ou dure ?

Écrit par : Alceste | 25/03/2020

--------------------------------------
Dans une dissertation à l'ancienne , on tenterait, en préalable, de définir le terme " responsabilité " ; au minimum : situation de fait et obligation morale et juridique .

Le " périmètre" pose lui -même problème , qu'il s'agissse des faits ou des obligations : en morale ( à l'ancienne ) on parle d' "autrui" ou de " prochain" : jusqu'où cela va-t-il ? de la famille réduite et étendue , du cercle amical et professionnel à la nation ( entité peu évoquée par Castor , hostile par principe aux "racines" )et au-delà à l'humanité entière , celle d'aujourd"hui et celle de demain ( référence à la petite Gréta )

L'étudiant qui aura réfléchi à l'ancienne dira en conclusion que la responsabilité est avant tout " un état d'esprit " , comme le disait Mendès-France de la démocratie ( avant : au préalable et plus que tout )

Écrit par : J Mentor | 26/03/2020

----------------------------------
Vous allez , cher Mentor , irriter Castor qui , loin de la démarche " à l'ancienne" que vous proposez et que je fais mienne , procède , sur ce sujet comme sur d'autres par affirmations péremptoires et mises en cause qui ne le sont pas moins .

Je placerais quelque part dans la dissert une remarque sur le rôle des assurances ( au sens large ) : elles protègent l'individu , (ce qui est positif) en même temps que, d'une certaine façon , elles contribuent à le déresponsabiliser : il baisse la garde , se sachant "assuré" .( conduite automobile , santé ...)

Écrit par : Jacques Aubin | 26/03/2020

----------------------------------------
Carissima Lisbeth S , que tu étais belle hier soir , à la télé , dans Millenium 3 , surtout à ton procès , en princesse orientale , impassible en face de la meute ...

Ce que j'apprécie le plus c'est que tu parles peu et jamais pour ne rien dire ; ton petit sourire en coin quand ça déconnait trop .

Une petite réserve ; je te trouve un peu dure pour Mike, le chevalier blanc du journalisme ; puisque , tu l'aimes , à l'évidence , pourquoi ne pas le le lui dire ?

Écrit par : Lesbie | 27/03/2020

---------------------------------------
Jeanne devant ses juges ! dignité , courage !

Je ne dirai plus de mal des étrangères ...

Écrit par : Jean-Marie | 27/03/2020

-----------------------------------------
Mike me comprend , je le sais ,

Ton compliment , très chère Lesbie , me touche ; de fille à fille on peut tout se dire ...

Je te rassure sur ma santé : ma convalescence se poursuit au mieux dans mon froid pays ; je ne me plains pas d'être confinée car depuis mon enfance j'ai l'habitude de l'être...

Pour Mentor : grâce à vos conseils , j'ai beaucoup progressé en latin mais j'ai atteint un palier que je peine à dépasser ; que faire de plus ou de mieux ?

Écrit par : Lisbeth S . | 27/03/2020

-----------------------------------
J'ai , chère Lisbeth , souffert hier soir avec vous , devant vos juges , mais je savais que ça finirait bien .

Latin : essayez maintenant de penser dans cette langue, en vous jetant à l'eau ; pour vous aider : le site
"Ephemeris" , accessible sur Gogol ; actualités en latin
moderne et nombreux articles traitant de culture, musique , sciences et techniques ( y compris l'intelligence artificielle , sujet dont je sais qu'il vous est cher) .

Pitié pour le sympathique et courageux Mike , un journaliste qui fait honneur à la profession

Pour ne pas rompre avec le latin classique : un grand texte , par exemple le De Bello Gallico de César , dans une édition bilingue , de préférence celle de la collection Budé ( ce n'est pas donné mais votre Etat a une lourde dette envers vous après ce qu'il vous a fait subir et ne refusera certainement pas de vous l'offrir )

Écrit par : J Mentor | 27/03/2020

---------------------------------------
Je vous ai admirée , chère Lisbeth , faisant face à vos juges , en princesse orientale style Mata -Hari

Continuez à rétablir votre santé , avec l'aide de l'excellent professeur Mentor .Donnez de temps en temps de vos nouvelles , svp.

Écrit par : Barbara | 27/03/2020

--------------------------------------
Les bars fermés chez nous ! on n'a jamais vu ça ; même aux pires années du tsarisme et du stalinisme .

Je crains le pire ...

Écrit par : Boris Vodka | 28/03/2020

-------------------------------------------
Responsabilité et géométrie : à " périmètre " je préfère
" cercle "; c'est plus doux ( pas d'angles) et en même temps mieux adapté au concept de responsabilité : plusieurs cercle concentriques , du plus petit
(l'individu) ) au plus large( l'humanité ) .

Moi aussi , j'ai vu Lisbeth à la télé : brave petite soldate!

Écrit par : Euphémie | 28/03/2020

----------------------------------------
Retour de l'Etat ( l'Etat c'est nous ! ) ; ce n'est pas moi qui m'en plaindrai ; bientôt des réquisitions et des nationalisations ; l'ancien monde tant décrié n'avait pas que des défauts .

Castor et les responsabilités- culpabilités :" tri sélectif" comme l'a dit quelqu'un , et simplisme intellectuel ; une situation ne procède pas obligatoirement d'une cause et surtout pas d'une seule et la cause ( s'il faut en désigner une ) n'est pas nécessairement humaine.

En droit : le thème des " responsabilités partagées "

Écrit par : Jacques Aubin | 28/03/2020

Écrire un commentaire