Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2020

Dé-chiffrer le monde

"Quand le monde s'est fait nombre" du mathématicien Olivier Rey est un de mes livres de chevet. Si je ne le relis pas, c'est que je ne relis rien, contrairement à nos grandes voix qui relisent Proust, Montaigne et Thucydide en alternance tous les étés, je pratique la lecture à usage unique (mais avec prêt...).

Pourtant, je me souviens encore d'une phrase essentielle de cet essai : "La statistique est aujourd’hui un fait social total : elle règne sur la société, régente les institutions et domine la politique. L’éducation disparaît derrière les enquêtes PISA, l’université derrière le classement de Shanghai, les chômeurs derrière la courbe du chômage… La statistique devait refléter l’état du monde, le monde est devenu un reflet de la statistique". 

Cette année n'échappe pas à la règle avec un nombre de nouveaux chiffres qui vont trop vite, qui coulent et nous noient : le R, le taux d'incidence, de propagation, l'indice de positivité, le nombre de cas contacts, la vitesse de diffusion, l'indice de mutation, les malades en réanimation, les morts... N'en jetez plus.

Et c'est bien ça le drame, on ne regarde plus une Pandémie mais un tableur Excel. Et le temps qu'on comprenne comment il est agencé, ce qu'il montre et ne montre pas, le mal est fait. L'écrasante majorité des gens ne regardent que cela et on n'a pas le temps de créer un contre chiffrage, un contre tableau. On sait, depuis qu'on a vu qu'il mourait 2000 personnes par jour en France, que le Covid n'entraînera une surmortalité qu'à la marge, voire pas du tout ; en Suisse, le nombre de morts en 2020 est inférieur à 2019... On sait que la moyenne d'âge des décédés ne cesse de croître pour s'établir entre 82 et 83 ans, conforme à l'espérance de vie. Bref, on a eu le temps de se désintoxiquer des chiffres fous. Mais c'est un peu tard. Et ça sera sans doute, toujours le cas. 

La course à la production de chiffres est une course entre gendarmes et voleurs lors de laquelle ces derniers ont systématiquement un temps d'avance. Ce, car ils (les néolibéraux au cas où il y avait un doute sur les coupables) ont beaucoup plus de moyens à mobiliser sur la production de chiffres, de rapports, d'études. Celles d'Oxfam, de l'Abbé Pierre et autres sont des contre-poisons puissants, mais elles interviennent souvent pour contredire les récits dominants. 

J'en viens à me dire qu'il faudrait davantage dé-chiffrer le monde pour refaire de la politique. Dé-chiffrer et plus se demander ce que l'on veut mesurer. Les social impact bonds, les green bonds, la bonne finance en réponse à la mauvaise finance, ne peut être la solution. La seule solution, c'est de revenir au questionnement dès le début : des questionnements simples et obsessionnels. Où se créent les inégalités ? Quels écarts acceptables ? Ou et comment se produit ce que je vend ? Dans quelles conditions sanitaires ? Comment se répartit la valeur ajoutée de ce que je produis : humainement, territorialement ? La politique doit revenir à un questionnement en boucle : qu'est-ce qui est juste ? Tout le reste n'est pas littérature, mais statistique. 

 

Commentaires

-------------------
" Ou et comment se produit ce que je vend ? "

2 fautes pour 10 signes ( y compris le ? ) ! un record dans la statistique " orthographe Castor " que je tiens scrupuleusement à jour .

Écrit par : 20 100 | 07/10/2020

----------------------------------
Chiffres et non lettres :

Un sympathique estaminet de ma paroisse natale avait pour enseigne 0 20 100 0 , hommage aux habitudes
vineuses de mes compatriotes .

A la veille de la dernière guerre , on y dénombrait 90
cafés ( avec calva) pour un peu moins de 5 000 habitants ; il n'en survit qu'une dizaine pour une population un peu moindre , les gens ayant pris l"habitude de se désaltérer à domicile en se fournissant , à bas prix , au super marché qui a remplacé les petits commerces ...

Écrit par : J Mentor | 07/10/2020

------------------------------
Chiffres et lettres : le patron de mon café de prédilection , sonné par les récentes mesures anti -virus me dit " Mon chiffre va en prendre un sacré coup ! je vais me fendre d"'une lettre à Hidalgo "

Bougnat parisien de la 4 ème génération ,il rappelle que l'Auvergne , contrairement aux autres provinces rurales , n'avait pas boudé l'école de Jules Ferry : les paysans avaient apprécié que l'on y apprît à compter ; nul besoin de la gendarmerie pour y conduire de force les enfants !

Écrit par : Nouveau Parisien | 07/10/2020

---------------------------------
""Où se créent les inégalités ? Quels écarts acceptables ? Ou et comment se produit ce que je vend ? Dans quelles conditions sanitaires ? Comment se répartit la valeur ajoutée de ce que je produis : humainement, territorialement ? "

Bonnes questions mais m'intéressent également celles-ci : combien gagnent ( petits avantages compris ) les journalistes en vue sur les chaînes de télé et de radio ?
les universitaires qui y interviennent ? quid du financement de la presse , y compris celle dite de gauche?

Écrit par : Léo | 07/10/2020

-------------------------------
Ma paroisse natale , assez proche de la vôtre , cher Mentor , était , elle aussi, bien pourvue en estaminets .

Trés dévote , comme la vôtre , elle possédait une église fort fréquentée où l'on célébrait chaque jour un office , et trois le dimanche : à chaque fois le célébrant
absorbait un demi-calice de vin dit "de messe" ...

Sur ce saint alcoolisme , voir " Le Journal d'un curé de campagne" de G Bernanos ; un petit curé du Nord dont les paroissiens peu charitables encourageaient la dangereuse addiction.

Écrit par : Barbara | 07/10/2020

-------------------------------------
Vin dit "de messe" : le prêtre versait dans le calice le contenu d'une burette que lui présentait l'enfant de choeur .

Un petit drame dans ma paroisse : on découvrit que l'un des enfants de choeur,sans doute plus espiègle que mécréant , pissait quelques gouttes dans la burette quand il la préparait dans la sacristie

Problème : la consécration du vin le transforme en "sang du Christ" ...

Affaire déférée à l'Evêque qui la soumet au Vatican ; on ne sait rien de la suite ...

Écrit par : J Mentor | 07/10/2020

------------------------------------
Castor déteste les chiffres ; mauvais souvenir des 0
qui sanctionnaient ses travaux scolaires ?

Ceci dit , 0 est aussi une lettre et même le nom d'un politicien pas plus nul qu'un autre .

Écrit par : Octogénie | 07/10/2020

--------------------------------
" Histoire d'0 " : un livre à ne pas mettre entre toutes les mains ...

Écrit par : Lesbie | 07/10/2020

---------------------------------
C'est l'histoire d'une dame complètement retournée et prise à revers ça se passait à Roissy -en-France ( et non Charles de Gaulle ) .

Erotisme surfait ; on fait mieux depuis ...

Écrit par : Bénédicte | 07/10/2020

-------------------------------------
" Histoire d' 0 " : j'ai aperçu ce livre dans une brocante de mon quartier , sans l'ouvrir , pensant qu'il s'agissait d'un manuel d'arithmétique...

Écrit par : Ado-Nice | 08/10/2020

Écrire un commentaire