Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2022

Le pompier pyromane du progrès

A la minute où son nom est tombé, les premiers Tweets racistes ont attaqué Pap Ndiaye. Toute la fachosphère de Zemmour est tombé sur l'universitaire qui nie le terme de "racisme anti blanc" entreprend des études décoloniales et ainsi de suite. Macron doit jubiler. Jusqu'aux législatives, ça va occuper les fachos et la NUPES ne va pas accabler un homme couvert d'injures, évidemment. 

Mais la libération de ces insultes, c'est le bilan de Macron Emmanuel. D'un quinquennat complet où il a laissé malgré les monceaux de critiques, Jean-Michel Blanquer à l'éducation nationale. Un homme pathologiquement haineux des études de genre qui a cogné comme un sourd pendant cinq ans sur l'écriture inclusive et les chimériques "wokes" et introuvables "islamo gauchistes". Termes qui sont les mêmes, exactement les mêmes, à l'identique, que la galaxie Zemmour. Le colloque de la honte à la Sorbonne avec Mathieu Bock Coté, Polony, Sonia Mabrouk et Xavier Gorce, on avait encore Jean-Michel Blanquer....

Cet homme a passé plus de temps à cogner sur les supposées atteintes à la laïcité qu'à gérer la pandémie, qu'à négocier les salaires et des postes. Résultat, cinq ans de cette boucherie sociale donne moins d'admissibles au CAPES de maths, de lettres et autres que de postes. La honte. Et ça va être long, à réparer. 

De deux choses l'une, soit Pap Ndiaye va repartir à 180° à l'inverse de ce qu'à fait Blanquer et bénéficie d'une rallonge budgétaire inédite et on se demandera pourquoi avoir laissé Blanquer pendant 5 ans. Soit, plus probable, il apaisera l'image et le climat rue de Grenelle sans avoir tellement plus que son prédécesseur. Si c'est cela, ça confirmera que l'on ne change pas un pays avec des symboles, fussent-ils jolis. 

Écrire un commentaire