Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2016

Sauver Christophe Guilluy, c'est nous sauver nous-mêmes

9782081375345.jpgLe dernier ouvrage du géographe Christophe Guilluy n'est pas rude, il pique franchement. Il plonge le gros sel dans la plaie béante de la République et il triture sans relâche, obstinément, et le lecteur continue sans pouvoir s'arrêter mais vraiment gêné de se dire qu'une telle charge puisse rester impunie. L'auteur, célébré par toute la critique avec son livre "fractures françaises" a commencé à déranger la doxa lors de la parution de "la France périphérique" où il dénonçait l'apartheid social et l'absence de réaction des classes moyennes supérieures aux phénomènes de mondialisation. Guilluy montrait de manière clinique, sur un ton très calme, que la France se fracturait de plus en plus fortement sur le plan territorial, avec des métropoles qui aspiraient l'essentiel de l'investissement public et des bourgs que l'on abandonnait. Les faits lui ont donné raison. Pas le débat public.

En effet, même si cela est laid à dire, l'ascenseur social fonctionne encore en Ile de France, plus du tout en Picardie ou dans le Nord. La proximité de la métropole parisienne et l'hyper concentration des jobs les plus valorisés créent un appel d'air en jeunes diplômés qui "sauve" de nombreux jeunes de ces quartiers. Une situation qui n'a rien d'idyllique puisque nombre d'entre eux subissent des discriminations violentes (lesquelles sont en hausse) et que leur situation est beaucoup moins enviable que celle des voisins. Et puis, disons le clairement, le récit de Guilluy ne collait pas avec ce que l'on voulait dire de la France. A commencé son procès médiatique comme on avait brûlé Etienne Chouard qui dérangeait trop, en le traitant de complotiste. Pour Guilluy, une étude de l'INED détournée par Libé et le Monde servit à dire qu'il se trompait sur la pauvreté en France et, insulte suprême, que les thèses de Guilluy "étaient très appréciées au FN". Voilà comment on disqualifie un chercheur...

La sortie de ce livre important est donc teintée de suspicion et vu ce qu'il met aux élites médiatiques, je crains que les dithyrambes (légitimes) ne soit pas au rendez-vous.

Que nous dit pourtant Guilluy qui vaut lecture ? Que notre société s'est américanisée avec une explosion des inégalités dans tous les domaines et surtout au niveau territorial des citadelles métropoles comme nouvelles avant gardes, mais que notre représentation biaisée nous empêche d'agir. Il parle de la concorde qu'il y a à célébrer cette mondialisation en dénonçant de façon aveugle "les riches" et "les banques", mais sans hurler davantage contre ce qui rend ce monde invivable : la spéculation immobilière et la concentration des emplois et des capitaux dans des parcelles de plus en plus petites, une vrai lutte des places, en somme. 

"Qui garde les enfants de Fatoumata ?" s'interroge Guilluy avec justesse. A la suite de Camille Peugny, il montre que les classes moyennes françaises ont recours massivement pour leur mode de vie décalé à de la main d'oeuvre massivement issue de l'immigration récente ; baby sitters, garde d'enfants, employés de ménage... Tous services devenus relativement mainstream, qui n'ont rien d'un luxe pour des millions de personnes, mais évidemment inabordables pour lesdits travailleurs qui doivent repasser leurs chemises eux mêmes (pas un drame) et faire garder leurs enfants par des réseaux de solidarité familiales ou de voisinage (plus compliqué). Guilluy montre comment tous les travailleurs précaires doivent vivre de plus en plus loin pour servir à des heures de plus en plus décalées, les habitants de centre ville. Le "capitalisme d'expulsion" annoncé par l'anthropologue Saskia Sassen est bien là...

Or, ce capitalisme d'expulsion, ce crépuscule de la France d'en haut, n'est pas vendeur. C'est même assez moche. Donc on préfère parler des problèmes identitaires, des crispations autour du vivre ensemble, que de reconnaître une casse sociale non vue depuis les années 30 et la grande crise. La charge de Guilluy est assommante et à mon sens fort injuste quand il explique que tous les habitants des centres villes à gros pouvoir d'achat ne font que du compassionnel, du caritatif, pour limiter l'envolée de ces inégalités. Il assène sans nuance que "seul le politique peut et doit, le reste est poudre aux yeux".  Ca va causer du tort au livre et c'est navrant car il nous ouvre les yeux sur l'ultra domination de la pensée Minc/BHL (souvent cités...) pour qui le Brexit est "la victoire des gens peu éduqués contre ceux qui sont bien formés" pour qui toute cause qui leur est étrangère est "défendue par des idiots", ce cercle de la raison se referme sur un lui même de plus en plus petit. Avec des arguments de plus en plus fous : voyez ainsi tous ces éditos sur le "bougisme" qui explique le chômage français par "le manque de mobilité des classes populaires". En somme quand on ferme Alstom, le tort ne sera pas un capitalisme glouton et de mégapoles, mais des classes populaires de Belfort qui ne comprennent pas que leur avenir est en Rhône Alpes ou en Ile de France et qui devraient quitter leur maison (achetée à crédit et sans possibilité de partir) laisser leur famille pour aller là où sont les emplois de demain... On rêve ? Non, non, on le lit partout.

Cette vision difforme d'une réalité sociale intenable, cette société fantasmée ne voyant pas grand chose à redire à la mondialisation a achevé la séparation avec les classes populaires. Elles fonctionnent dans un autre rapport au temps, à l'information et expérimentent le vivre ensemble que d'autres encensent sans le vivre autrement qu'avec le chauffeur Uber qui les ramène chez eux ou le livreur à vélo qui leur apporte leur dîner. Dans la vision de Guilluy, nous ne sommes donc pas loin d'une guerre civile et elle se profile avec la douceur de l'épisode des noces pourpres de Games of Throne. Aussi, bien que cela pique, bien que cela soit désagréable, il faut lire Guilluy pour nous sauver nous-mêmes avant qu'il ne soit trop tard. 

 

 

Commentaires

"l'apartheid sociale " : social conviendrait mieux

"La proximité de la métropole parisienne et l'hyper concentration des jobs les plus valorisés crée un appel d'air" : créent !

"leur situation est beaucoup moins enviables " :pas de " s" !

"en dénonçant de façon aveugles " : pas de "s" !

"A commencé " : à commencer

"et qui devrait quitter leur maison" : devraient !

Quant au fond , c'est plutôt juste ...

Écrit par : ...Pépé Castor... | 25/09/2016

" France d'en haut " : du Raffarin pur jus ...Castor se centrise ...

Écrit par : ...Ravachol ... | 25/09/2016

Castor aurait pu citer "Paris et le désert français " de Jean-François Gravier ( 1947 ) , ouvrage qui fit grand bruit en son temps et qui a inspiré les premières études sur l' Aménagement du Territoire

Écrit par : ...J Mentor ... | 25/09/2016

" les classes moyennes françaises ont recours massivement pour leur mode de vie décalé à de la main d'oeuvre massivement issue de l'immigration récente"

Castor évite soigneusement de parler des bobos et bobichons au mode de vie particulièrement " décalé " ; en recourant à la main-d'oeuvre précaire , souvent issue de l''immigration, ils se donnent à peu de frais bonne conscience : les idées à gauche et le fric à droite .

Écrit par : ...Anna-Lisa... | 25/09/2016

"Pour Guilluy, une étude de l'INED détournée par Libé et le Monde servit à dire qu'il se trompait sur la pauvreté en France et, insulte suprême, que les thèses de Guilluy "étaient très appréciées au FN". Voilà comment on disqualifie un chercheur..."

Disqualifier un chercheur , un journaliste, un politique au seul motif qu'il lui arrive de dire ce que disent le FN , Zemmour et autres , exercice que Castor ne se prive pas de pratiquer à l'occasion ...

Écrit par : ...Zazou ... | 25/09/2016

"Pour Guilluy, une étude de l'INED détournée par Libé et le Monde "; prenez garde , cher Castor : on ne critique pas impunément la presse vertueuse ; vous allez vous faire flinguer ...

Écrit par : ...Saint-Thèse ... | 25/09/2016

"La charge de Guilluy est assommante et à mon sens fort injuste quand il explique que tous les habitants des centres villes à gros pouvoir d'achat ne font que du compassionnel, du caritatif, pour limiter l'envolée de ces inégalités."

D'accord avec Anna-Lisa : pourquoi ne pas dire plus simplement ( et justement) qu'il s'agit des bobos-bobichons bien-pensants qui font du caritatif et de l'humanitaire comme la dame d'oeuvres de naguère faisait la charité ?

Encore un petit effort , cher Castor , même s'il vous en coûte ...

Écrit par : ...B Barbara ... | 25/09/2016

Le bobo -bobichon est un être tourmenté , déchiré entre la préservation de ses intérêts ( " héritier" , cadre dans le vent et vendeur de vent ) et ses penchants compassionnels ; situation
" bourgeoise" par excellence , assez bien décrite , naguère , par Sartre et S de Beauvoir ( thème de la " mauvaise conscience" ) et excellent sujet de dissert en philo )

C'est une partie de la clientèle de mon divan , difficile à soigner ; le plus souvent, ça s'apaise avec l'äge .

Écrit par : ...Anna-Lisa... | 25/09/2016

Et bien voilà, on me presse et je me relis trop peu... Merci Pépé !

Écrit par : Castor | 25/09/2016

A tout péché ( véniel) miséricorde !

Écrit par : ...Pépé Castor... | 25/09/2016

Le " désert français " : les grands commis aménageurs du territoire des années 60 ( Paul Delouvrier, Phiilippe Lamour ...)
avaient bien compris le problème que Castor pose fort judicieusement : décongestionner Paris en créant des " villes nouvelles" ( Delouvrier ) et favoriser le développement en province de " métrropoles d'équilibre .

Leur volontarisme ( approuvé par de Gaulle) s'est vite heurté à deux contraintes qu'ils n'ont pu lever : le coût pour l'usager des transports entre grandes villes ( train, autoroutes ) et la spéculatiion immobilière ( dénoncée par Castor) .

Il aurait fallu promouvoir des lignes à grande vitesse à tarifs raisonnables ( ce que ne sont ni le TGV ni le RER ) et bloquer un peu partout des terrains pour un immobilier accessible .

Dès qu'avec Pompidou le gaullisme de service public est devenu " industriel " ( " libéral " ) , ce rêve s'est transformé en cauchemar .

Écrit par : ...J Mentor ... | 25/09/2016

La " délégation à l'aménagement du territoire " a péréclité puis disparu ; le " District de la région parisienne " est rentré dans le rang pour se transformer en Préfecture de la Région Ile-de-France et en " conseil régional "aussi pléthorique qu'inopérant .

Et les "grands commis de service public " sont devenus PDG de multinationales .

Le thème de l'aménagement du territoire est quasi absent des programmes des partis , qu'ils soient de droite ou de gauche ; on s'étripe pour des questions ( souvent dérisoires ) d'histoire et on ignore la géographie ...

Écrit par : ...Saint-Thèse ... | 25/09/2016

"Et bien voilà, on me presse et je me relis trop peu... Merci Pépé! " , écrivez-vous , cher Castor . Si vous faisiez plus court , vous risqueriez moins de faire des fautes et, en même temps vos textes y gagneraient sans doute en vigueur et en pertinence.

Écrit par : ..Anna- Lisa | 25/09/2016

La décentralisation , telle qu'elle est menée depuis les lois Deferre du début des années 80 , une fausse bonne idée ? Les évolutions récentes n'ont rien arrangé et personne n'y comprend plus rien ...

Les citoyens-électeurs-contribuables ont perdu tout sentiment d'appartenance à un ensemble national ; on leu a volé leur géographie après les avoir dépossédés de leur histoire ...

Une réhabilitation du bon vieux jacobinisme s'impose .

Écrit par : ...Léna... | 26/09/2016

Jacobins -Girondins , une distinction qui demande à être nuancée mais est toujours présente dans le débat public , plus dans le vocabulaire que dans l'action .

Les Jacobins de la Révolution avaient mis au point , à leurs débuts , des institutions relativement décentralisées ( avec des conseils élus aux différents niveaux de l'organisation du territoire) ; ils ne sont devenus centralistes et autoritaires que sous la contrainte des circonstances , la guerre à l'intérieur et aux frontières : le fameux décret de la Convention " Le gouvernement sera révolutionnaire jusqu'à la paix "

Écrit par : ...J Mentor... | 26/09/2016

Le Breton que vous êtes , cher Mentor, ne peut ignorer que le club des Jacobins est né d'un " Club breton" , amicale d'élus de votre province créée lors de la réunion des Etats-Généraux à Versailles . A Paris , ils ont élu domicile au couvent des Jacobins , voisin du siège de l' Assemblée ...

Écrit par : ...Léna... | 26/09/2016

Ce détail historique et sémantique a sans doute échappé à ceux de mes compatriotes bretons qui font du jacobinisme leur bous émissaire ; ce n'est pas le moindre paradoxe du régionalisme à la bretonne ..

Écrit par : ...Mentor.. | 26/09/2016

-------Vu de ma bonne ville de Brest , ce paradoxe est, en effet , amusant ...

Un autre qui ne l'est pas moins : Brest qui héberge une université où les thèmes régionalistes , voire autonomistes ont pignon sur campus , est une pure création de la Monarchie centraliste, tout comme Lorient sa rivale ...

Le Drian , ministre régalien par excellence ( défense, vente d'armes ...) est Président de la région Bretagne ; notre région est une province militaire , le bras armé de la France : les ports de guerre de Brest et Lorient , les sous-marins nucléaires de l'Ile -Longue , les Ecoles militaires de st Cyr -Coetquidan ..

Écrit par : ...B Barbara ... | 26/09/2016

Écrire un commentaire