Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2017

Ni de droite, ni de gauche : ploutocrate

download.jpgPendant la campagne, on nous serinait "ne faites pas attention, ce sont des promesses de campagne, c'est pour parler plus large et ne pas effrayer la droite". À la formation du gouvernement et à l'annonce des premiers textes, on nous a dit "pas de procès d'intention, il n'y a encore rien de fait". Mais maintenant que les textes sont là et passent, on a le droit de parler de ce qui a été fait, non ?

3 milliards d'exemption fiscales pour les 3 000 familles les plus riches de France d'un côté, baisses des APL, suppression de 180 millions de crédits destinés à créer 12 000 HLM, baisse violente du budget de la politique de la ville, tout autant de celui du droit des femmes de l'autre : à chaque fois, les publics les plus fragiles trinquent. Pour les 6 millions de fonctionnaires, l'huile de ricin au menu : suppression du jour de carence, gel du point d'indice, 120 000 suppressions de postes comme objectif du quinquennat et hausse de la CSG sans contrepartie de cotisations contrairement aux salariés du privé... Mazette... Ha, mais les salariés du privé, avec cette hausse de CSG compensée sont gagnants, alors ? Pensez-vous. L'Express, pas exactement l'organe officielle des travailleurs, nous apprend le 30 juillet au soir qu'après la consultations des syndicats, les premières ordonnances sur la loi travail comportent au moins 6 nouvelles pour les salariés, licenciables plus facilement, moins protégés, moins rémunérés en cas d'abus, des délais de contestation raccourcis, ad nauseam...

Deux derniers exemples pour la route (mais Macron ne dispose d'un gouvernement que depuis deux mois, tant de mesures détestables en si peu de temps force le respect). D'abord, une mesure passée relativement inaperçue, mais qui en dit long sur la philosophie macroniste : la réforme du droit à l'erreur. Désormais, à part de très graves fraudes (détournement de fonds, blanchiment d'argent...) changement à 180° dans la charge de la preuve : l'entreprise "oublieuse" de payer ses cotisations n'aura plus à prouver sa bonne foi, mais s'acquittera simplement du montant de ses omissions successives... Pas vu, pas pris. Vu, tu payes ce que tu dois légalement... On se pince tant c'est gros, et tant l'absence de seuil et de garde fou risque de laisser de la place à nombre de carabistouilles... Et c'était donc l'urgence de Macron que de passer ce texte dégueulasse. Et une dernière donc : l'étranglement incompréhensible des agriculteurs bios. Les malheureux, 5% des agriculteurs français ne perçoivent déjà que 2,2% des subventions publiques, un ratio incompréhensible tant l'avenir ne peut être QUE avec ces techniques. Mais non, c'était encore trop pour les lobbys des céréaliers, de l'agro business, de la FNSEA et autres poignées de ploutocrates agricoles masquant une écrasante majorité en proie à la misère, fin des subventions agricoles...

Je pensais déjà que le fanatisme libéral de Macron en ferait le président le plus à droite de l'histoire, mais pas à ce point. Je savais que ses amitiés, son sérail composé de margoulins financiers et autres capitaines spécialistes de l'optimisation fiscale, lesquels n'appellent que des retours d'ascenseurs sans contreparties électorales. Je savais ça, mais je ne pensais pas qu'il serait décomplexé à ce point...
 
Sarkozy avait le RSA pour compenser le paquet fiscal, Hollande les embauches de profs pour faire oublier le CICE : les sociaux libéraux donnent toujours une obole au peuple pour faire passer le tonneau qu'ils leur volent pour le donner aux -déjà- possédants. Mais là, c'est tonneau ET obole pour les possédants. Hallucinant. Sur le sécuritaire, idem, on chasse les migrants, Macron dit même qu'il "ne veut plus en voir dans les rues". Il se trouve que moi aussi, sauf que dans le même temps, Macron refuse de donner des moyens pour l'accueil et l'hébergement d'urgence : en clair, dehors, cachez cette misère que les investisseurs ne sauraient voir. C'est fou.
 
On a beaucoup glosé sur la visite de Rihanna et celle de Bono, le problème n'est pas la venue de ces personnalités (encore que, pour quelqu'un qui voulait rehausser la fonction présidentielle...) mais bien le fait que les budgets de l'aide au développement, de l'action culturelle de la France à l'étranger connaissent des purges sans précédent et que cela n'empêche pas le chef de l'Etat de plastronner à côté de ces deux courtisans. Symbole d'un pouvoir de néo versaillais, de ploutocrates aveugles à la douleur sociale.

 

Commentaires

" Ploutocrate" : vocabulaire anachronique , comme les " 200 familles" des années 30 .

Si l'on y tient , la ploutocratie de gauche est plus redoutable que celle de droite , parce que moins visible et ( en apparence ) moins immorale .

Écrit par : ...JC Jaurras ... | 04/08/2017

Droite , gauche et centre : les trois mamelles du capitalisme ...

Écrit par : ...Saint-Thèse .... | 04/08/2017

L'argent , maladie infantile de la gauche et du gauchisme ...

Écrit par : ...Ravachol .... | 04/08/2017

Serait le bienvenu un papier de Castor sur le financement de la presse vertueuse et des associations satellites de la gauche bien pensante ( par exemple SOS Racisme) .

Écrit par : ...Léo .... | 04/08/2017

Douter de la vertu des vertueux , démarche éminemment réactionnaire , voire complotiste !

Michel Onfray est presque le seul à oser le faire , mais plutôt maladroitement .

Écrit par : ...J Mentor .... | 04/08/2017

Michel Onfray , un anar iconoclaste ( et connoclaste) , mal embouché , omiprésent et omniscient , souvent délirant , versatile, démago...mais stimulant , très sympathique et attachant

.S'il n'existait pas , il faudrait l'inventer..

Je le proclame d'utllité sociale ...

Écrit par : ...Ravachol .... | 05/08/2017

----Je vote pour la déclaration d'utilité sociale bien que le personnage soit un peu chiant.

ça nous change des BHL, Luc Ferry et autres " philosophes " académiques !

Écrit par : ...Pépé Castor .... | 05/08/2017

Il est obsédé par la religion et verse dans l'anticléricalisme à l'ancienne ; un problème de petite enfance ?

Comme tant d'autres , il finira dans une secte orientale ou dans un monastère .

Écrit par : ...Sidonie .... | 06/08/2017

Son obsession , selon moi , est la mort ; il vieillit mal ...

Écrit par : ...Johanna .... | 06/08/2017

Il a fait hier une brève apparition sur la chaîne parlementaire , pour promouvoir son dernier bouquin , " Décadence" .

Empâté et pas toujours très clair , sérieux comme un .. pape ou un vieux chanoine ...

" Décadence" ? oui , hélas ...

Écrit par : ...Séraphita .... | 06/08/2017

"Son obsession , selon moi , est la mort "
(.Johanna )

Il consent à mourir , mais à condition que le monde entier le fasse avec lui, tel jadis Chateaubriand .

Écrit par : ...20 100 | 06/08/2017

iJe déteste le pessmisme bavard de ceux n'ont aucune raison de se plaindre de leur vie

Michel Onfray , si j'en crois ses apparitions à la télé , me semble être bien nourri et assez alerte .

Écrit par : ...Mémé Octogénie ... | 07/08/2017

Il n'a pas toujours été heureux , loin de là et a connu beaucoup d'épreuves .

Ne l'accablons donc pas

Écrit par : ...J Mentor .... | 08/08/2017

"Serait le bienvenu un papier de Castor sur le financement de la presse vertueuse et des associations satellites de la gauche bien pensante (Léo ) .

Castor a bien le droit de prendre des vacances , surtout après son déjeuner-saillie avec un grande bosse qui a dû le fatiguer .

Mais peut-être est-il -il parti au Venezuela soutenir Maduro ...

Écrit par : ...Sidonie ... | 08/08/2017

Écrire un commentaire