Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2017

Castaner d'opérette

Qu'on l'aime ou non cette radio, RTL a sans conteste le droit d'être qualifié de média sérieux. On peut leur reprocher d'avoir des chroniqueurs comme Eric Zemmour, une vision très partiale de l'actualité économique et sociale, mais ils ne sont pas fantaisistes pour autant. Aussi, lorsqu'ils publient sur leur site un long article intitulé "comment Castaner est devenu l'incontournable du gouvernement", ma curiosité fut piquée et je l'ai lu avec délectation. Un modèle du macronisme, du "en même temps" ; de cette permanente valse à deux temps où l'on nous demande d'applaudir à tout rompre le demi pas en avant et de ne rien dire des cent pas en arrière... Incontournable il l'est, pour deux raisons. D'abord c'est le job qui veut ça. Vallaud-Belkacem puis Le Foll furent très exposés aussi en tant que porte-parole, rien de neuf. Ensuite, aux côtés de ministres et de députés novices, il brille par son expérience de la campagne et dispose de plein de trucs et astuces pour affronter les plateaux, martingales qu'il distille Volontiers. Et en même temps, il est incontournable pour Le monceau de gaffes proférées : sur le Général de Villiers, la baisse des APL, sur la "pensée complexe de Macron", sur la tenue de Rihanna, l'écologie et j'en oublie des tas, Castaner dit littéralement une énorme connerie par jour. Sans jamais cesser de sourire aux journalistes qui le guignent comme les chats suivent un livreur de poissons maladroit. Ca va très bien à Macron et à Edouard Philippe qui disposent en Castaner d'un paratonnerre qui prend seul la foudre. Il y a du Homais, chez Castaner, bien sûr, mais plus que cela. "Que de choses il faut ignorer pour agir" écrivait Paul Valéry. S'il avait connu Castaner, gageons qu'il aurait ajouté "et pour être porte-parole de ce gouvernement".

Écrire un commentaire