Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2017

Se former à la lutte contre les peurs irrationnelles : un beau projet pour l'Europe

En ce lendemain d'attaques terroristes, traiter la crainte de ces barbares "d'irrationnelle" pourrait relever de la provocation et pourtant... Les habitants de Cambrils quand les 5 terroristes ont été abattus par la police n'ont pour l'immense majorité pas été témoins de la scène, ni confrontés directement aux ceintures d'explosifs, n'ont pas dû esquiver la voiture folle. Il n'empêche, après une nuit sans doute blanche, il serait insultant de qualifier leur angoisse "d'irrationnelle", ce qui est pourtant le cas, statistiquement. Statistiquement, il y aura par exemple plus de morts sur les routes de France un week end d'août que les 13 victimes d'hier. Statistiquement, d'ailleurs, les morts liés au terrorisme depuis le début du siècle et en incluant le 11 septembre sont 1/ infiniment moins nombreux en occident que dans le monde Arabe et en Afrique, ce qui ne nous empêche pas de croire que les terroristes luttent principalement contre nous. 2/ infiniment moins nombreux que nombre d'infections (les moustiques tuent bien plus que les terroristes) d'accidents ou de catastrophes naturelles, toutes choses qui occupent une part très marginale dans le Panthéon de nos peurs. Les terroristes ne gagneront jamais les guerres, au sens militaire du terme. Même face à des Etats amputés militairement, politiquement et financièrement comme l'Irak ou la Syrie, les avancées de l'EI n'ont pas duré. C'est d'ailleurs parce que la guerre est perdue là-bas que les plus désespérés nous attaquent avec des armes de désespérés, des voitures-béliers dont les chances de survie sont celles de Tiwyn Lannister face à la Montagne... En revanche, les terroristes gagnent du terrain dans la guerre des idées. On se déshabille presque entièrement par millions dans les aéroports, les biberons passent au détecteur, les poussettes sont inspectés au peigne fin, demain on exigera des curés qu'ils relèvent leurs soutanes car le propre du Malin est de tromper l'ennemi... le business sécuritaire prospère : caméras, herses, grillage, tasers et autres... les dénonciations, fausses alertes, arrestations arbitraires explosent. Ce sont autant de défaites collectives. l'Europe entière (touchons du bois pour l'Italie) a été frappé ces trois dernières années et l'Europe entière s'est trouvé une explication double à ces malheurs : l'Islam et les migrants. Stigmatisation et punition des deux semblent être le seul mantra de nos dirigeants comme outil de "lutte contre le terrorisme" avec un succès très relatif (merci d'éviter le couplet sur les attentats déjoués, ils le seraient tout autant sans discours et mesures haineuses). Ce faisant, on ne fait que renforcer la baudruche irrationnelle, de l'entretenir en soufflant sur les braises. C'est une chose d'avoir peur après l'événement :
- tous les parisiens se souviennent distinctement de leur effroi quand ils sont descendus dans la rue, le 14 novembre 2015 - c'en est une autre de vivre avec en permanence. Ca ne peut être un projet de société. Ni français ni européen. On dit souvent notre continent en manque de projets commun : être le continent de l'accueil, de l'échange et de la fraternité serait pourtant un créneau magnifique. Après Charlottesville, les US sont mal placés pour nous dammer le pion, c'est indéniablement une chance à saisir.

Écrire un commentaire