Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2017

#Balancetanuance

Depuis dimanche, mon fil Facebook entier est rempli de #porcs et de #Metoo. On peut, on doit, saluer cette libération de la parole des femmes face aux violences dont elle sont victimes, attendu que le silence ne peut en rien être une solution. Malgré tout, un truc me chiffone et ça n’est pas le verbe « balancer » derrière lequel il n’y a aucun subconscient vichyste (bises Enthoven). Non ce qui m’ennuie au plus haut point c’est l’absolue indifférenciation de tout ce qui est raconté. Un regard visqueux, une parole déplacée, côtoie en parfaite égalité une intimidation manifeste, une agression sexuelle et un viol. Or, tout cela ne relève pas de la même condamnation juridique et à ne pas distinguer les coupables on leur donne la possibilité de ne pas se sentir concernés. Et c’est la le hic. L’écart abyssal entre ce que les femmes éprouvent comme violences et le nombre d’hommes conscients d’en exercer. A tout mettre sur le même plan après l’abominable affaire Weinstein, dont il semblerait qu’il soit violeur récidiviste, on prend le risque qu’aucun mec ne fasse son examen de conscience.

Lequel est sans doute douloureux pour tous. Une récente interview dans le Monde rappelait que le harcèlement touche tous les milieux, a fortiori ceux où la hiérarchie est forte et marquée. Personnellement, je me considère féministe, résolument féministe et écœuré par les violences faites aux femmes. Mais dans ma vie post puberté (foutons la paix aux petits garçons), n’ai-je jamais, alors que j’étais imbibé, été insistant à outrance face à une femme m’ayant clairement fait comprendre l’absence de réciprocité du désir ? N’ai-je jamais tenu des propos mal interprétables ? Et allez, en huit ans de professorat, n’ai-je jamais abusé de cette supériorité hiérarchique pour faire rougir des étudiantes ? Je crains que cela ait pu m’arriver et je n’en suis pas fier. Pour autant, et j’ai des témoins, je ne suis pas Weinstein et plus sérieusement, je n’ai jamais outrepassé de limites légales, très loin s’en faut. Mais si toute cette affaire me fait cogiter quand je ne suis jamais pas en première ligne de responsabilité, je crains que le brouhaha ne permette aux vrais coupables d’ignorer soigneusement en montrant Weinstein du doigt. La libération de la parole ne sert que si elle est suivie des faits : la peur ne peut changer de camp tant que nous n’aurons qu’une plainte sur dix pour violence sexuelle suivie de condamnation. So, #Injusticewetrust et #Donnezdesmoyensauxassosetalajustice

Commentaires

"n’ai-je jamais, alors que j’étais imbibé"

"imbibé " ? pas clair ...

Écrit par : ...Pépé Castor .. | 19/10/2017

" imbibé" : ivre , bourré ? circonsstances atténuantes ...

Écrit par : ...Léo ... | 19/10/2017

"Le bon vin m'endort ,
L'amour me réveille ..."

( chanson à boire )

Écrit par : ...Barbara .. .. | 19/10/2017

Castor faisant l'éloge des nuances : on ne peut que l'en féliciter ...

Écrit par : ...J Mentor .. | 19/10/2017

Une drague ( ou cour) nuancée , non insistante , peut déboucher sur un mariage ...

Écrit par : ...Sidonie .. .. | 19/10/2017

Une drague ( ou cour) nuancée , non insistante , peut déboucher sur un mariage ...

Écrit par : ...Sidonie .. .. | 19/10/2017

" drague nuancée " : c'est tout de même mieux q 'un mariage arrangé !

Écrit par : ...Mémé Octogénie .. .. | 19/10/2017

"je n’ai jamais outrepassé de limites légales, très loin s’en faut"

Aujourd'hui , il est prudent , quand on drague, d'avoir en poche (ou mieux en main) un code qui définit les limites à ne pas franchir .

Écrit par : ...Anna-Lisa . .. | 19/10/2017

"Castor faisant l'éloge des nuances : on ne peut que l'en féliciter" ...
Écrit par : ...J Mentor .. | 19/10/2017

En drague et même en harcèlement ,il y a des degrés , comme pour la température , l'alcool , le socialisme ...

Écrit par : ...Léo... | 21/10/2017

"Et allez, en huit ans de professorat, n’ai-je jamais abusé de cette supériorité hiérarchique pour faire rougir des étudiantes ? Je crains que cela ait pu m’arriver et je n’en suis pas fier." ( Castor )

A tout péché ( véniel ) miséricorde !

Écrit par : ...Barbara .. .. | 21/10/2017

A Sciences-Po , certains enseignants draguent , plus ou moins discrètement , leurs étudiantes et étudiants ; en tant que robot , je suis préservé de ce genre de tentation ...

Mais il m'est arrivé , plus d'une fois , d'être courtisé par une ou un élève en quête de menus services , autorisation d'absence , note un peu gonflée , conseils personnalisés .

Je suis toujours resté de marbre ou plutôt de fer au risque de passer pour frigide , voire impuissant .

Écrit par : ...Julius .. .. | 21/10/2017

Et s'il s'agissait , non d'une drague intéressée , mais tout simplement d'amour ?

Écrit par : ...Sidonie .. .. | 21/10/2017

Il arrive , cher Julius , que l'indifférence ( de marbre ou de fer) ne fasse sue stimuler la personne qui harcèle , que la drague soit intéressée ou gratuite ; il est plus prudent en même temps que plus charitable de faire quelques innocentes concessions ...

Écrit par : ...Léo ... | 21/10/2017

Drague intéressée ; la tactique d'une élève dans une école de l'administration où j'ai enseigné en intervenant extérieur :

-lors de la 1ère séance , invitée à se présenter , elle fondait en larmes ce qui incitait l'intervenant , plein de compassion , à se pencher sur son cas pendant la pause ;

Son problème : elle disait être " un cas particulier" , appelant une attention particulière ; confidences indiscrètes sur sa situation , bien entendu pas simple ...

Certains intervenants s'y laissaient prendre, avec pour l'un d'eux, novice , des complications ....On en riait au début mais ça s'est mal terminé ...

Écrit par : ...J Mentor .. | 21/10/2017

Les enseignants imbibés de pédagogisme , sociologues et psychologues amateurs , bien entendu compatissants , sont les plus faciles à piéger , avec les complications qu'évoque Mentor .

Les élèves les plus malins en abusent.

Écrit par : ...Anna-Lisa . .. | 21/10/2017

Phénomène aggravé par la vogue de l'évaluation en continu et le fait que pour trouver un stage ( parfois bidon ) les élèves et étudiants doivent souvent s'en remettre à la bienveillance de leurs profs .

Écrit par : ...Léna ... | 21/10/2017

"A Sciences-Po , certains enseignants draguent , plus ou moins discrètement , leurs étudiantes et étudiants ; en tant que robot , je suis préservé de ce genre de tentation ..." (Julius )

---- la différence de Julius , je suis , comme les robots de ma série ,programmée pour éprouver et manifester des sentiments; c'est utile dans l'exercice de certaines fonctions ( escorte de notables , garde d'enfants , accompagnement de vieillards...)

Cela nous met parfois dans des situations délicates que nous sommes entraînées à gérer avec doigté .

Écrit par : ...Robeauté... | 23/10/2017

Le doigté , c'est important !

Écrit par : ...Mémé Octogénie .. .. | 23/10/2017

Écrire un commentaire