Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2018

Lettre à mon ami qui fut la droite

Depuis maintenant cinq ans, j'ai la joie et même le privilège de donner mon cours de rhétorique politique à deux voix. Et quelle voix à mes côtés ! Mon ami de droite. Ex assistant parlementaire, ex membre de cabinet ministériel UMP, aux manettes dans des commissions, conseiller de personnalités politiques, mon ami de droite respire la politique. Une droite érudite et consciente d'elle même. Non pas ataviquement acquise à la haine des impôts ou des fonctionnaires, pas réfractaire au service public par essence, pas uniquement une droite en défense. Non, mon ami croit réellement aux vertus de l'individu et fait la moue devant Bourdieu, il croit en l'égalité des chances plus qu'en l'égalité, aux vertus de la méritocratie, à la liberté individuelle économique, à la concurrence libre et non faussée et autres vertus du marché... Conséquent en diable, il n'a aucune opposition au flux de populations et à la liberté de moeurs tant qu'elle n'est pas ostentatoire. La droite, quoi. Je n'étais d'accord avec lui sur quasiment rien, mais je n'aimais rien qu'être en désaccord avec lui sur quasiment tout. 

Cet ami me quitte. Comme dans toutes les ruptures, celui qui est quitté tente de retenir, mais je ne pouvais rien faire eu égard aux motifs à l'origine de son départ. Mon ami refuse de continuer à incarner la droite, rôle dans lequel il ne s'estime plus légitime. Après avoir regimbé, je suis bien obligé de constater qu'il n'a pas tort. Macron a eu l'immense mérite de clarifier la situation : baisse de l'impôt sur les plus fortunés, baisse du nombre de fonctionnaires et attaques contre eux (salaires, statut, SNCF...) baisse des droits du travail et sur le front régalien, Gérard Collomb se félicitait récemment sur France Inter de ce que l'année 2017 a été marqué par un record d'expulsions de migrants ; +29%. N'en jetez plus : tous les électeurs de gauche ayant choisi Macron et ne regrettant pas leur choix sont bien de droite. Tous les électeurs de droite ayant dédaigné Macron et continuant à ne pas vouloir en faire leur champion sont inquiétants...

Un programme d'inspiration économique thatchérienne, avec un conservateur à l'éducation et un tenant de la ligne dure en matière sécuritaire, tout cela ne suffit pas ? D'un point de vue classique, de Friedman à Hayek, toute la pensée de droite peut pleurer de joie avec le nouveau président. Mais ces classiques ont été battus en brèche par Huntington et son choc des civilisations qui fait des émules un peu partout. A gauche, et c'est heureux, les amateurs d'Huntington comme Valls ou Bouvet sont ridiculisés. Leur défense jusque boutiste d'une "laïcité républicaine intégrale" n'a rien d'intégrale et masque mal une islamophobie pathologique, névrotique qui irrite profondément un électorat de gauche en attente d'un discours sur égalité et discriminations. Problème, le même discours à droite trouve des échos très favorables. On y a l'islamophobie décomplexée. Il suffit de regarder les meilleures ventes en librairie ou en presse. La bataille identitaire, la chimérique castagne gauloise, on adore et tout est prétexte à réinventer des rixes. Comme me disait mon ami : "La jeune droite ne veut plus parler code du travail. Elle veut parler de Mennel pour dire que c'est un scandale qu'une femme voilée apparaisse à la télévision. Je ne serais pas l'avocat de cette droite là ". Alors, rassures-toi mon ami, ça n'est pas toi qui n'est plus de droite, c'est la droite qui se perd. Une page se tourne et je n'ai que modérément envie de lire le chapitre suivant... 

Commentaires

Une référence parmi d'autres : " La fin d'une liaison" de Graham Greene

Écrit par : Léo | 19/02/2018

---------------------------------------------------------------------------
Une autre référence : Bérénice de Racine ; Tite la vire en cinq actes , pas moins
Circonstance aggravante : elle était palestienne ...

Écrit par : Barbara | 19/02/2018

----------------------------------------------------------------------------
Rupture à l'essai comme il y en a tant ; Castor-Castro et son pote " la droite) se rejoindront bientôt chez Macron

Écrit par : 20 100 | 19/02/2018

-----------------------------------------------------------------------
Je l'espère comme vous , cher 20 100 ; ces histoires de couples désunis m'attristent , même si les familles se reconstituent sous d'autres formes .

Problèmes de partage des photos , de garde d'enfants et d'animaux de compagnie etc.

Écrit par : Mémé Octogénie | 19/02/2018

------------------------------------------------------------------------------------
Ce qui importe , c'est que chacun s'interroge sur ce qui n'a pas fonctionné au sein du couple ; je peux les aider ( tarif d'amis )

Écrit par : Anna-Lisa | 19/02/2018

-----------------------------------------------------------------------------
Une autre référence : " Adolphe" de Benjamin Constant ; le gars met 200 pages à dégager la dame , laquelle en meurt

Écrit par : J Mentor | 19/02/2018

--------------------------------------------------------------------------------

""mon cours de rhétorique politique " ( Castor-Castro) )
Rien de bien nouveau depuis les joutes opposant , chez Platon , Socrate aux sophistes , Protagoras et autres ...

Écrit par : Saint -Thèse | 19/02/2018

--------------------------------------------------------------------------
Castor-Castro pourra désormais dire " mon ex " , ce qui est très à la mode ....

Écrit par : Lesbie | 19/02/2018

---------------------------------------------------------------------------------
Le plus triste , c'est quand dans un couple , l'un ou l'une ne se rend pas compte que c'est fini ; ainsi la vicomtesse de Bauséant dans Le Père Goriot , qui va être virée par son amant portugais et ne voit rien venir ...

Écrit par : Euphémie | 19/02/2018

------------------------------------------Nous , Casror et moi , c'est du sérieux ; à la vie , à la mort

Écrit par : Pol Lux | 19/02/2018

---------------------------------------------------------------------

Pas d'accord avec Castor-Castro : une droite " dure" , c'est plus confortable pour la gauche bien pensante qu'une droite molle et vaguement gauchisante .

Écrit par : Ravachol | 19/02/2018

_______________________________________________________________________________________________
"Mon ami de droite. Ex assistant parlementaire, ex membre de cabinet ministériel UMP, aux manettes dans des commissions, conseiller de personnalités politiques"

Confirmation : Castor-Castro ne fréquente que du beau linge , peu importe la couleur ....

Écrit par : Léo | 19/02/2018

-------------------------------------------------------------------------------
Avoir un ami de droite quand on est de gauche , un de gauche quand on est de droite ,application prudente du principe de précaution , bien utile en cas d'alternance .

Pour nous qui vivons loin de Paris , les articles de Castor ont le mérite de nous tenir au courant des modes du jour .

Écrit par : Archéo | 20/02/2018

______________________________________________________________________________________________________________

Au temps de l'occupation , Drieu La Rochelle avait deux ou trois amis juifs et Aragon quelques amis collabos .

Simone de Beauvoir et Sartre étaient , eux aussi , à la même époque, éclectiques en amitiés.

Une affaire de milieu plus que d'idéologie

Écrit par : JC Jaurras | 20/02/2018

-------------------------------------------------------------------------------------
"Affaire de milieu plus que d'idéologie " , un peu comme en Corse ou comme chez les terroristes islamistes .

J'ai toujours pensé que pour comprendre notre Castor
( Castro ) il faut s'en remettre à la socologie plutôt qu'à la politologie ou à la psy ( n'en déplaise à notre spécialiste Anna-Lisa ).

Écrit par : Sidonie | 20/02/2018

-------------------------------------------------------------------------------------
Je dirais plutôt que ce " cas" , comme ceux , certes fort différents , de Mélenchon, Trump et Wauqiez , appelle une approche pluridisciplinaire .
Et n'oublons jamais que Castor ( plus Ché version atténuée que Castro ) est toujours quelque peu en représentation -provocation .

Écrit par : Anna-Lisa | 21/02/2018

______________________________________________________________________________________________________________
La com' : une seconde nature ....

Écrit par : 20 100 | 21/02/2018

----------------------------------------------------------------------------
Wauquiez : quel coup de com pour le leader de LR et pour cette obscure école lyonnaise de "management "( ou de rhétorique commerciale ") .

Les médias ont marché comme un seul homme ; bravo les artistes !

Écrit par : Léo | 21/02/2018

-------------------------------------------------------------------------------------
Exister , être reconnu , on est prêt à tout pour y réussir .
Macron singe Bonaparte quand ce n'est pas louis XIV .

Mélenchon chausse les gros sabots de Maduro et a parfois des accents mussoliniens ( Le Duce était , lui aussi , socialiste à ses débuts )

Castor en Ché "version atténuée" ( dixit Anna-Lisa ): il y a un peu de ça ; ajoutez un zeste de Bourdieu basique et parfois une larme de frère Ramadan quand il prend la défense des dames voilées et pourfend les Gaulois de souche , "identitaires " et racistes ...

Écrit par : Jacques Aubin | 21/02/2018

Écrire un commentaire