Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2018

Refus de débattre ?

Le magazine culturel progressiste The Atlantic a tenté un pari : recruter un chroniqueur conservateur, Kevin Williamson, pour mieux refléter ce que vivent les Etats-Unis de Donald Trump. Après quelques semaines de courriers d'insultes, la direction de la rédaction a pris la seule mesure qui s'imposait pour ne pas fâcher son lectorat : licencier leur plume au motif que "les mauvaises idées ne méritent pas d'être débattues". Au-delà du cas anecdotique, on peut y lire une crispation actuelle sur l'idée de ne pas vouloir débattre.

Puisque Zuckerberg a passé un grand oral plus crispé que celui de Sciences Po, une petite pensée pour les réseaux sociaux qui ont sans doute joué un rôle dans la montée en chaleur du débat public. On a beaucoup glosé pendant l'audition au Sénat sur les "bulles de filtres". Incontestablement, notre prisme quotidien s'est rétréci, nos biais de confirmations nous poussant à recevoir des informations qui nous plaisent. Nul doute que mon fil Facebook sera très majoritairement railleur et taquin à propos de l'intervention de Macron chez Jean-Pierre Poujade sur TF1. A contrario, mes quelques contacts élus En Marche verront sans doute affluer les messages d'auto célébration, se flattant de ce que le Président aura remis les zadistes, les étudiants et les grévistes à leur place...

Personnellement, je me fais une règle d'or de ne pas virer, cacher, bloquer des contacts aux opinions plus que discrépantes, hormis quelques exceptions injurieuses. J'ai un bon ami Manif Pour Tous qui, inévitablement, tacle toutes mes publications ayant trait à la laïcité. Et quelques autres. Mais même avec toute bonne volonté, on n'est loin d'un fil reflétant la diversité des opinions. Dominique Cardon explique dans "à quoi rêve les algorithmes" qu'il faut faire l'effort de s'abonner à des publications différentes, des influenceurs, commentateurs pensant différemment de soi. Je me souviens d'un professeur de culture générale m'incitant à exercer ma "plasticité cérébrale", ce que je fis en lisant Bourdieu et Hayek, Piketty et Friedman... Après, je ne m'inflige pas non plus les oeuvres complètes de Raymond Aron, mais j'essaye de m'ouvrir. Tout le monde ne fera pas cet effort, c'est évident.

Dès lors, la situation passe par les médias eux mêmes qui doivent s'ouvrir davantage comme tentait de le faire naguère Frédéric Tadei dont l'émission a été, hélas, arrêté. Il ouvrait ses débats à des vues éminement contradictoires et c'était le propre d'un débat sain. Après tout, sur France Culture, Brice Couturier ou Arnaud Leparmentier au Monde apporte des vues divergentes de la ligne globale et c'est salutaire. On ne peut refermer sa ligne au point de ne prêcher qu'à des convaincus. Ayant un ami travaillant au Média, l'organe de la France Insoumise par complètement attaché à la France Insoumise mais pas réellement extérieur non plus... Aude Lancelin présentait une invitée en ces termes "vous enseignez le management. C'est courageux de venir ici car nous savons que le management est l'autre nom du néo libéralisme et conduit à des drames humain"... Engageant pour le reste de l'émission... 

Hier, je dînais avec un penseur américain de passage à Paris qui me disait que NPR, le France Culture américain, était devenu inécoutable car ils passent leur temps à critiquer au napalm sans chercher à comprendre. On ne peut être tombés unanimement sur Manuel Valls qui refusait de chercher à expliquer les motivations des terroristes et dans le même temps, comme The Atlantic, refuser de débattre des idées du trumpisme. Je ne saurais donner de l'argent à Valeurs Actuelles en m'abonnant, mais je crois que je vais faire l'effort d'aller lire davantage ce que dit Laurent Wauquiez, pour me préparer à de futurs débats... 

Commentaires

------------------------------------------------------------------------------
" je ne m'inflige pas non plus les oeuvres complètes de Raymond Aron,"

Tout n'y est pas bon , contrairement au cochon et c'est un peu indigeste , mais vous pouvez vous contenter de feuilleter , c'est un ancien socialiste comme tant d'autres et pas du tout vichyste comme tant d'autres ...

Écrit par : Jacques Aubin | 14/04/2018

----------------------------------------------------------------------------
"Hier, je dînais avec un penseur américain de passage à Paris "
" Penseur américain" : bel oxymore ?

Écrit par : Saint -Thèse | 14/04/2018

-------------------------------------------------------------------------
Assez d'accord avec Casror , plus nuancé qu'il ne l'est habituellement ...

Ce qui contribue à transformer les " débats" en dialogues de sourds ( tapant comme des sourds ) :

-le " format " des échanges qui oblige à faire court et à donner la priorité aux" petites phrases " destinées à être reprises sur les réseaux sociaux ,

-la pauvreté idéologique et culturelle du débat public, l"opinion , le préjugé tenant leu d'idée ; moins on diffère de l'autre et plus on s'efforce de se distinguer de lui , ce qui ne peut se faire qu'en usant de formules chocs

-La médiocrité crasse des journalistes et " experts" , qui , se faisant une concurrence sauvage dans les débats , se poussent sans cesse du col pour essayer d' exister ; leur dévotion aux puissances d'argent qui les financent ...

Écrit par : JC Jaurras | 14/04/2018

----------------------------------------------------------------------------
Jouralisme et finance ( Jaurras)

" Cherchez la femme ! " , disait-on naguère à propos d'un crime , d'une escroquerie ou d'une prise de position en politique .
" Cherchez le fric" cela s'impose aussi à propos de tel ou tel journaliste ; c'est assez clair à droite mais cà l'est moins à gauche ...Sujet tabou ! voir l ' Obs", Libé et autres organes bien pensants ...

Écrit par : Johanna | 14/04/2018

----------------------------------------------------------------
"Puisque Zuckerberg a passé un grand oral plus crispé que celui de Sciences Po, "

A Sciences -Po , l'oral , qu'il soit " grand" ou non , est un exercice convenu , calibré ,parfaitement équilibré , qu'il s'agisse du fond ou de la forme .
Si l'on tient à y placer quelques idées , il faut qu'elles soient convenables et consensuelles , avec beaucoup de " en même temps" ...
Surtout, ne jamais critiquer les penseurs-maison , très présents à la télévision et dans la presse écrite...

Écrit par : Julius | 14/04/2018

---------------------------------------------------------------------------

" Penseur américain" : bel oxymore ?" demande Saint-Thèse .
Après avoir i cherché " oxymore" dans le dictionnaire, je ne comprends pas votre question : nous produisons beaucoup de penseurs , comme bien d'autres produits et nous en exportons dans le monde entier ; cela devrait encore progresser grâce aux mesures prises par mon boss Donald pour libérer nos entreprises du carcan socialiste que leur ont imposé les démocrates .

Écrit par : Trumpette | 14/04/2018

------------------------------------------------------------------------
"La médiocrité crasse des journalistes" ; généralisation abusive , cher Jaurras ! j"en connais quelques -uns qui ne méritent pas ce jugement téméraire , notamment parmi les débutants , ëtant entendu , j'en conviens, que tout le monde ne peut pas être Jaurès ni Maurras ...Le moule est cassé ...

Écrit par : 20 100 | 14/04/2018

-----------------------------------------------------------------------------
Je me garde d'accabler les journalistes : ils font ce qu'ils peuvent avec des moyens intellectuels et culturels souvent réduits et leur professions bat de l'aile ( ne tirons pas sur l'ambulance ...)

Les débutants sont , comme le dit 20 100 ,en général meilleurs que ceux qui sont installés dans leurs sinécures

" cherchez le fric " : d'accord avec Johanna .

Écrit par : J Mentor | 15/04/2018

-----------------------------------------------------------------------
Je constate avec plaisir que Castor introduit quelques nuances dans un discours habituellement plutôt simpliste et je ne puis que l'encourager dans cette voie .
Selon moi , la " médiocrité crasse " ( Jaurras) des journalistes est une affaire moins de débilité intellectuelle et culturelle que de " mental" : habitude de tout voir en noir et blanc et en gauche droite ( comme le soldat qui marche au pas .

Un mot que Castor n'utilise jamais : TOLERANCE.; le terme a , il est vrai , vieilli ; on ne peut qu'inviter notre bretteur à lire ou relire quelques bons vieux auteurs tels Montaigne et Voltaire , disponibles en éditions de poche et en ligne .

Écrit par : Anna-Lisa | 15/04/2018

---------------------------------------------------------------------------
Montaigne et Voltaire seraient plus aisément lisibles en même temps que plus crédibles pour Castor , s'ils avaient écrit en anglais ou dans le jargon français d'aujourd'hui .

Écrit par : Sidonie | 15/04/2018

----------------------------------------------------------------------------------
Rédigés en français simplifié , les ouvrages de Montaigne et de Voltaire resteraient sans doute encore difficiles pour Castor : subtilité , nuances , inventivité ...:

Écrit par : Euphémie | 15/04/2018

--------------------------------------------------------------------------------
Montaigne et Voltaire sont disponibles dans des éditions scolaires , avec introductions fort bien faites , notes expliquant les termes difficiles , le contexte ...
Accessibles d'occasion chez Gibert et dans les librairies voisines
Je recommande aussi le " Dictionnaire des idées reçues " de Flaubert .

Écrit par : Saint -Thèse | 16/04/2018

-----------------------------------------------------------------------------------
Journalisme et fric : hier soir , l'un des interrogateurs de
Macron l'ayant cherché sur un " ami" riche parmi les riches , le Président lui a d'un mot répliqué sur ses relations avec l'argent , vite fait , bien fait .
La presse de ce lundi n'évoque pas l'incident ; la Pravda elle-même , il est vrai pas très nette sur ce point , n'en parle pas ; " cachez ce sein que l'on ne saurait voir " comme le disait Tartuffe ...

Écrit par : JC Jaurras | 16/04/2018

--------------------------------------------------------------------------
La presse n'a pas évoqué -on la comprend-les relations pas très nettes de la gauche bien pensante avec l'argent mais les réseaux sociaux le font avec jubilation ...

On attend avec impatience une mise au point de Castor sur le sujet ...

Écrit par : Euphémie | 17/04/2018

-----------------------------------------------------------------------------
S'il ose en parler , Castor nous dira que l'argent sale retrouve une " Blancheur Persil" quand il est investi dans de nobles causes ...

Écrit par : Sidonie | 17/04/2018

Euphémie : au risque de vous décevoir, j'ai lu tout Montaigne et Voltaire, dans leur version classique. Je n'ose dire en français "normal" tant le terme renvoi à un président impopulaire, mais vous voyez l'idée quoi...

Écrit par : Castor | 17/04/2018

----------------------------------------------------------------------
Loin de me décevoir, vous me rassurez : tout n'est donc pas perdu ...

On peut lire et relire " tout Montaigne" ( les " Essais" , le " Voyage en Italie " ) sans que cela prenne beaucoup de temps ; mieux vaut d'ailleurs le parcourir au hasard , sans s'y attarder ; et que ce soit en français légèrement modernisé ( " normal" ! ) ne présente pas d'inconvénient .

"Tout " Voltaire ! ça occupe en éditions anciennes quelques mètres, dans les rayons d'une bibliothèque.

Si vous possédez effectivement les oeuvres complètes ( correspondance comprise) c'est un trésor ! et si vous avez tout lu , bravo !

Si vous relisez Voltaire de temps à autre , priorité , dans votre cas , au " TRAITE SUR LA TOLERANCE " toujours d'actualité ....

Écrit par : Euphémie | 17/04/2018

------------------------------------------------------------------------------------
" Tout Voltaire " ! Julien Sorel , embauché en qualité de secrétaire, ( en CDD) par le Marquis de La Mole , découvrit , " fou de joie" ,dans la bibliothèque de son boss une magnifique édition en 80 volumes ( chapitre XXXIII ) ;

80 volumes ! alors qu'à cette époque( peu avant 1830) une partie de la correspondance correspondance et de nombreux autres écrits de Voltaire n'avaient pas encore été publiés .

Écrit par : J Mentor | 17/04/2018

------------------------------------------------------------------------
" correspondance correspondance " !

Si vous multipliez la correspondance par 2 , ça occupera encore plus de place sur les rayons de la bibliothèque du boss de Julien

Écrit par : Pépé Castor | 17/04/2018

Je me suis un peu emballé, j'ai modestement lu l'intégralité des Essais dans une vieille édition et tout ce que Voltaire compte de Pléiades dans ce que j'ai chaparadé à mes parents...

Écrit par : Castor | 17/04/2018

--------------------------------------------------------------------------------
Voltaire en Pléiade , ça suffit pour un début , surtout si le
" Traité sur la tolérance " s'y trouve

Écrit par : Euphémie | 17/04/2018

-----------------------------------------------------------------------------------
Mathiide de La Mole fut surprise par Julien empruntant en cachette un volume de Voltaire dans la bibliothèque de son père ; non un ouvrage philosophique mais un recueil de contes plutôt lestes ....
On sait que , pour elle , ce fut le début de la perdition : séduite par le jeune secrétaire du marquis , enceinte , mariée et finalement veuve tragique ...

Écrit par : Bénédicte | 18/04/2018

----------------------------------------------------------------------------------
Castor nous a dit qu'il pillait lui aussi la bibliothèque de ses parents ; espérons qu'il s'en est tenu aux ouvrages philosophiques et historiques de Voltaire .

Écrit par : Lesbie | 18/04/2018

-------------------------------------------------------------------------------------
Voltaire : abus dangereux ; n'induisez pas Castor en tentation , surtout à son âge ...

Écrit par : Myriam | 18/04/2018

---------------------------------------------------------------------------------
Pour des cas ( graves ) tels que celui de Castor , je suggère plutôt Montaigne que Voltaire : celui-ci , tolérant en principe , ne le fut pas pas toujours dans les faits ; un journaliste prompt à s'emballer ..

Montaigne qui vivait et écrivait en des temps très troublés savait se garder de tout sectarisme sans pour autant refuser de s'engager dans la vie publique ( maire de Bordeaux, diplomate à l'occasion ) et toujours bienveillant ...

Écrit par : Anna-Lisa | 18/04/2018

----------------------------------------------------------------------------------
Je constate que , sur ce blog , Castor ne débat pas , se contentant de soliloquer , sauf très rares exceptions .

Peut-être se montre-t-il plus réactif sur Face-Book , média que je fuis , l'estimant dangereux;;;

D'accord avec Anna-Lisa : Montaigne convient mieux à son cas ( presque désespéré) que Voltaire .

Écrit par : Jacques Aubin | 18/04/2018

-----------------------------------------------------------------------------
Montaigne serait sans douter macronien aujourd'hui , car il se montrait en toutes occasions en même temps ceci et cela ; et largement ouvert sur le monde : il est un des rares écrivains de son siècle à avoir évoqué les débuts malheureux de la colonisation du Brésil et à avoir parlé avec bienveillance des peuples différents , comme le fait Macron s'agissant des migrants .

Écrit par : 20 100 | 19/04/2018

--------------------------------------------
-----------------------------------
Le populisme étant une affaire de mental plus que d'idées et d'idéologie , Montaigne convient mieux au cas Castor car il avait l'esprit sain , contrairement à Voltaire qui était parfois agité et irascible .

Écrit par : Anna-Lisa | 19/04/2018

--------------------------------------------------------------------------------
Le " cas " Castor : ajouter à Montaigne et Voltaire un peu de Maupassant ( romans, contes , articles et correspondance ) , bon connaisseur de la mentalité du petit-bourgeois , préfiguration du bobo bien -pensant d'aujourd'hui : idées reçues , souci d'être à tout prix à la mode...

Pas de problème de compréhension car le langage de Maupassant est simple et clair ( ce qui explique qu'il soit facile à traduire en anglais et même en allemand ).

Écrit par : Barbara | 21/04/2018

-----------------------------------------------------------------------------
Maupassant en édition bilingue : c'est l'un des cadeaux que Macron offrira à mon boss Donald lors de sa visite aux USA , maintenant imminente .

La traduction anglaise est en américain du Middle West , non de Boston ( celle de nos bobos ) .

Bonne introduction à la société française d'aujourd'hui .

Écrit par : Trumpette | 22/04/2018

---------------------------------------------------------------------------
Il est difficile de définir le "petit-bourgeois "( avec un -) .
Celui de Balzac , de Flaubert et de Maupassant : borné, plein de préjugés , ne supportant pas que l'on pense et se comporte autrement que lui, ambitionnant de devenir le vrai bourgeois qu'il jalouse et brocarde ...Un vernis de politesse , tout en petits manières ...

Celui d'aujourd'hui : ajouter un zeste de gauchisme verbal et de "bien-pensance " ; le terme " bobo" ( démonétisé) ne convient pas tout à fait ...

Écrit par : Saint -Thèse | 23/04/2018

-------------------------------------------------------------------------------
Personne ne voulant plus être qualifié de " bourgeois" (petit ou grand ) , on parle plutôt aujourd'hui de " classe moyenne" , sans préciser où ça commence ni où ça finit .

Écrit par : Barbara | 23/04/2018

Écrire un commentaire