Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2018

Zac et Zad

J'espère qu'on réservera, en école de journalisme, un cours de déconstruction en partant de cet article du Point consacré à la nouvelle vie de Jérôme Cahuzac, reprenant lui même un reportage de Paris Match sans aucune distance. Sortez les violons, retenez vos larmes, ça tangue. Qu'apprend-t-on ? Que la société se montre d'une injustice folle avec l'ancien ministre qui "n'ose plus aller au cinéma de peur de prendre une baffe". Tout l'article, fort long est exclusivement à décharge d'un homme qui a été condamné, qui a reconnu avoir menti et pratiqué la fraude fiscale alors même qu'il était ministre en charge de la lutte contre ladite fraude. 

On commence par apprendre, injustice folle, qu'il dîne souvent chez son avocat, maître Szpitner, car il n'a plus le goût d'aller au restaurant où "les gens l'agressent". On reprend une formule aussi grotesque. Notez que ça n'est pas faute de moyens que l'ex grand argentier de l'Etat ne mange plus dehors, mais parce que la foule est animée de mauvaises intentions. Eu égard aux tavernes qu'il fréquente, je doute que des dames en vison ou des messieurs en complet osent aller plus loin que "monsieur Cahuzac, vous êtes un sacripan". Passons.   

Plus loin, mon passage favori : celui où le journaliste explique qu'il est même difficile pour l'ancien ministre d'aller aider des ONG, car elles exigent une "clause de confidentialité". Notez qu'ils ne lui interdisent pas d'offrir ses services, loin s'en faut, elles lui demandent juste de ne pas en faire de publicité. Il est tout de même assez élémentaire pour Médecins sans Frontières ou autres de ne pas vouloir être associés à un délinquant qui a détourné suffisamment d'argent pour créer plusieurs cliniques... 

A la fin de l'article, la fine plume parle pour Jérôme Cahuzac de "descente aux enfers" après avoir dit qu'il vit dans une baraque en Corse, avec son chien, passant ses journées à faire du sport et lire. Si ça c'est "une descente aux enfers", comment qualifier le sort d'un délinquant de droit commun, qui n'a pas payé sa pension alimentaire et qui se retrouve avec trois co détenus dans sa cellule aux Baumettes, voit des rats au quotidien et vit avec l'angoisse d'être violenté ou violé ? 

Pensez que dans le même journal, on peut lire des choses sur "l'ultra violence" des zadistes, eux qui voulaient faire des fermes bios et sans intrants, coupables au pire de quelque négligence administrative, mais même pas omettant de payer leur dû, façon Thévenoud. Il faudrait vraiment enseigner cela en école de journalisme car si Camus a raison de dire que "mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde" ça n'est rien comparé au fait de mal nommer les coupables... 

Commentaires

------------------------------------------------------------------------------
Le Tribunal Révolutionnaire " instauré par la Convention prononçait le plus souvent des sentences " radicales" , exécutées dès le lendemain .

On se passait généralement d'avocat , et s'il y en avait un , il plaidait presque toujours coupable ( à couper ! )

Le " rasoir républicain" fonctionnait à plein régime .

Écrit par : Jacques Aubin | 12/05/2018

--------------------------------------------------------------------------------
Chez nous , au Far -West , on était moins sanguinaire : un lynchage ( justice populaire ) recourait à la corde , ce qui était facile et économique car chaque cow boy était muni d'un lasso dont il ne séparait jamais .

Depuis , les jugements sont toujours aussi rapides mais on peut différer l'exécution en payant un bon avocat ; et l'exécution des sentences de mort s'est sensiblement humanisée : chaise électrique ( un peu démodée) , gaz , pilules euthansiantes .

Écrit par : Trumpette | 12/05/2018

------------------------------------------------------------------------
DSK , contrairement à Cahuzac , ne se plaint pas de son sort et l'opinion , qui en a vu d'autres depuis , semble lui manifester une certaine indulgence .

" droit à l'oubli" ?

Écrit par : Léo | 12/05/2018

-----------------------------------------------------------------------------
En matière d'exécution de la peine de mort , on a ,au fil des siècles , essayé un peu tout , mais sans trouver la solution -miracle qui permettrait au supplicié de mourir heureux ; un argument , parmi d'autres, en faveur de l'abolition de la peine extrême .

Quant au lynchage , toujours répréhensible , il a pris des formes nouvelles avec les réseaux sociaux ; ceci dit Cahuzac , qui s'en plaint , devrait essayer de se faire oublier , en attendant que le PS en cours de rénovation , fasse appel à son savoir-faire .

Écrit par : JC Jaurras | 12/05/2018

-------------------------------------------------------------------
DSK violé dans sa prison américaine , comme on risque de l'être aux Baumettes et ailleurs en France ? c'eût été paradoxal ( l'arroseur , si je puis dire, arrosé )

Par bonheur , il n'y a séjourné que peu de temps , et dans une chambre sécurisée , grâce à l'excellent avocat que lui a offert sa famille à la fois attentionnée et friquée .

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 12/05/2018

-----------------------------------------------------------------------
Je n'ai jamais pris au tragique cette affaire Cahuzac et je me garde de m'associer au" lynchage " dont il se plaint dans une presse complaisante .

-vieux retraité de la police , j'estime ses turpitudes bien moins graves que d'autres dont j'ai en à connaître dans l'exercice de mes fonctions et de délits et crimes plus anciens auxquels est consacrée une littérature souvent de qualité ( Landru ,Stavisky , Petiot ...)

-je ne connais guère de personnalités politiques qui soient au-dessus de tout soupçon : la fraude est un sport , un mal bien français et , plus encore ce que l'on peut appeler la " connivence" , qui commence avec le trop fameux " piston" et se poursuit en corruption ; le tort de Cahuzac , c'est d'avoir agi et de s'être défendu avec une certaine candeur ...

-enfin , au risque de passer pour un infâme raciste ( ce que je ne crois pas être) ) je n'arrive pas à prendre au sérieux ceux et celles qui s'expriment avec l'accent " du midi" ; un Africain , un Arabe , un Chinois, un Breton qui parle avec l'accent de son pays ne me fait pas rire ,mais un méridional provoque mon hilarité dès qu'il ouvre la bouche ; je me crois dans un film de Pagnol ...

Écrit par : Javert | 12/05/2018

---------------------------------------------------------------------------
L'accent " du midi" de Cahuzac est atténué par la longue et juteuse fréquentation d'une clientèle huppée en quête de ravalement esthétique .

Mieux vaut parler d'un " accent de sincérité " qui est aussi celui de certains personnages de Pagnol qui trichent aux cartes .

Écrit par : j Mentor | 13/05/2018

-------------------------------------------------------------------------
"J'espère qu'on réservera, en école de journalisme, un cours de déconstruction" ( Castor)

Ne chargez pas trop la barque , il y a déjà pléthore de cours :"La mauvaise foi " ( pour ceux qui n'en sont pas naturellement dotés ) , "Le persiflage anti Macron" , "Savoir s'indigner " ( en dix leçons ) "La courtisanerie pour les nuls " , et j'en passe ...

Écrit par : 20 100 | 14/05/2018

---------------------------------------------------------------------
Qu'un journaliste persifle et/ ou s'indigne ne me gêne pas , s'il le fait bien ,avec un peu de distance , un minimum d'esprit critique et sur la base d'une information exacte , ce qui est loin d'être toujours le cas .

Comme cela a été déjà dit sur ce blog , les jeunes journalistes qui trop souvent galèrent pour gagner quelques sous sont moins mauvais que leurs aînés installés ; et quelques " vieux" sauvent l'honneur de cette profession en phase terminale .

Écrit par : Renaudot | 14/05/2018

------------------------------------------------------------------------------
Il y a quelques , la revue de presse du matin de France-Culture ( la moins mauvaise station sur le marché ) : citant Le Figaro , le préposé précise " journal de droite" ; évoquant dans la foulée Libération , il n'indique pas sa tendance ( " gauchardisme à l'ancienne " aurait convenu )

Écrit par : J Mentor | 14/05/2018

-------------------------------------------------------------------------
Vous voulez sans doute dire " il y quelques jours" .

Quant à " Libé " , il n'est plus ce qu'il a été , hélas :
Les gens " de gauche " lisent "Le Monde " , une Pravda cool ...

Écrit par : Pépé Castor | 14/05/2018

-------------------------------------------------------------------
" cette profession en phase terminale " écrit Renaudot , expert en la matière .

Tuée par les réseaux sociaux ( " tous journalistes" ! ) mais plus encore par sa médiocrité .

Je m'étonne qu'il existe encore, selon Castor , des "écoles de journalisme " avec pour seul débouché Pôle Emploi.

Écrit par : Léo | 14/05/2018

-------------------------------------------------------------------------------
Quand je suis tenté de critiquer la presse française , je parcours les journaux " francophones " algériens" : le niveau zéro du journalisme : antisémitisme obsessionnel , francophobie délirante sous couvert d'anticolonialisme .

Des gens qui mettent leurs rejetons à l'abri dans des écoles hexagonales et viennent à Paris faire soigner leur moindre bobo .

Écrit par : Renaudot | 15/05/2018

----------------------------------------------------------------------
Mon épicier préféré utilise cette presse en même temps francophone et francophobe pour envelopper les fruits et légumes qu'il me sert et il m'arrive donc d'en lire quelques pages .

C'est tellement caricatural que je me demande s'il ne s'agit pas de plaisanteries de pieds-noirs mal remis d'avoir été virés d'Algérie .

La France a commis deux fautes : avoir colonisé ce pays et l'avoir décolonisé ; ceci dit , les couscous de Paris sont bien meilleurs que ceux d'Alger .

Écrit par : Pépé Castor | 15/05/2018

---------------------------------------------------------------------
Je vous trouve bien sévères pour ce malheureux pays qui peine à devenir une nation et un état .

C'est un cadeau empoisonné que lui a fait De Gaulle en lui faisant croire qu'il s'était libéré et un autre en lui abandonnant un Sahara riche en pétrole et en gaz ce qui lui a interdit de développer un modèle économique viable ...

Écrit par : J Mentor | 15/05/2018

---------------------------------------------------------------------
Je partage l'analyse de Mentor mais je déplore que les propos des uns et des autres sur mon pauvre pays aient une tonalité paternaliste fleurant le racisme .

Écrit par : Lulu Charia | 15/05/2018

---------------------------------------------------------------------
Ce qui irrite une certaine presse algérienne , c'est que l'Algérie ne soit plus un " sujet" pour l'opinion et la classe politique françaises ; les accès de francophobie évoqués font seulement rigoler les rares Français ( surtout pieds-noirs) qui en ont connaissance .

Écrit par : Léo | 15/05/2018

---------------------------------------------------------------
"les couscous de Paris sont bien meilleurs que ceux d'Alger " (Pépé Castor )

Oui , avec un Mascara , certes un peu raide , ou mieux un gris de Boulaouane ( marocain )
Et , de préférence, dans les restaurants tenus par des pieds-noirs .

Écrit par : Célestin | 15/05/2018

----------------------------------------------------------------------
Ce qui m'intéresse , professionnellement , c'est un trait dominant de la mentalité dominante des Algériens : ils ne s'estiment jamais responsables de ce qui leur arrive; c'est toujours " la faute aux autres " , les Occidentaux , les Français ...
Cela fait penser aux ados de chez nous qui , trop souvent, imputent à leurs parents les difficultés qu'ils rencontrent .

Écrit par : Anna-Lisa | 15/05/2018

------------------------------------------------------------------------------
L'indépendance est une affaire moins de politique que de mentalité individuelle : on peut être politiquement "souverain" tout en étant personnellement dépendant .

Situation qui est aussi celle de nos " insoumis " : un collectif qui se dit " libéré " et des individus peu autonomes ,très influençables et grégaires .

Écrit par : Jacques Aubin | 15/05/2018

------------------------------------------------------------------------
La " mentalité " des Algériens : plutôt d'accord avec ce que vous en dites bien que je n'aime guère votre façon de le dire .
Evitez de généraliser : les Kabyles , comme les autres Berbères de mon pays, ont à la fois un sens très développé du " collectif" et des personnalités fortes .
A cet égard , ils ressemblent beaucoup aux Français .
" Kabyle" signifie " homme libre"

Écrit par : Lulu Charia | 15/05/2018

-------------------------------------------------------------------------
Chère Lulu , vous avez , semble-t-il , mis un peu d'eau dans votre vin , boisson qu'en bonne musulmane vous ne devez consommer que sous le boisseau : je vous sens moins agressive que par le passé , ce dont je me réjouis ...

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 16/05/2018

------------------------------------------------------------------------
De l'eau dans le vin : il faut savoir interpréter les textes , aussi sacré soient -ils ; on peut ,sans risquer de se damner , consommer de l'alcool , mais avec modération.

Ce qui peut donner l'impression que je suis agressive:: mettez -vous à notre place ; nous sommes sans cesse confrontés à un " modèle français " qui nous met en face des échecs de notre pauvre pays , un peu comme les voisins d'Israël qui ont sous les yeux un " modèle " à la fois admiré et détesté ; ce n'est pas facile à vivre ...

Écrit par : Lulu Charia | 17/05/2018

-------------------------------------------------------------------
Je vous comprends , chère Lulu , mais je vous encourage à prendre votre mal en patience : la France a , elle aussi , été colonisée, mais elle s'een est sortie, à force de patience.; il lui a fallu,certes, bien du temps et de sacrifices
Regardez l'avenir , non le passé ...

Écrit par : Octogénie | 17/05/2018

-----------------------------------------------------------------------
Certains Algériens en viennent à se demander si on ne devrait pas administrer à leur pays une petite dose de recolonisation .

Difficile , dans le principe ( on ne revient pas sur une "libération" ) et en pratique : quel pays accepteratit de s'en charger ? ce serait coûteux et politiquement dangereux ; je doute que la France , qui a déjà " donné" , se porte volontaire .

Une fausse bonne idée

Écrit par : Léo | 17/05/2018

-------------------------------------------------------------------------
Pourquoi ne pas le demander à la Turquie ? elle a longtemps administré cette région et se cherche des occupations ( aux deux sens de ce mot)

Écrit par : Jacques Aubin | 17/05/2018

----------------------------------------------------------------------------
Mieux : les Chinois qui ont déjà quelques chantiers en Algérie et savent y faire ; ils pourraient pousser jusque-là leur fameuse Route de la Soie .

Pour contenir l'immigration en provenance du Sahel , qui commence à déstabiliser l'Algérie , ils édifieraient une nouvelle Muraille de Chine ( comme il leur est demandé d'en construire une entre le Mexique et les USA et entre Gaza et Israël )

Écrit par : Saint -Thèse | 17/05/2018

Écrire un commentaire