Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2018

Libertés individuelles et climat : et alors ?

Dans une tribune publiée dans Libération, le climatologue François-Marie Bréon expliquait une évidence : nous préserver du réchauffement climatique entraînerait des décisions impopulaires, voire, non compatibles avec la démocratie de marché. Tollé ! Les Khmers Verts sont de retour. Dégagez ennemis du peuple et laissez le cercle de la raison nous mener vers la prospérité de la croissance verte. Est-ce bien sérieux ? Depuis 15 ans, toute la rhétorique sécuritaire nous explique que cela ne coûte rien de perdre en libertés individuelles, d’être sous surveillance, tracés, fliqués, sans que cela ait jamais empêché un seul attentat. Ca passe crème. Idem pour toutes les lois anti migrants, inhumaines barricades, brutalités policières et autres épouvantables expulsions et autres reconduites. C’est un euphémisme de dire que ces mesures entravent des libertés individuelles et sont contraires à la démocratie. Mais comme ça sont les libertés de non blancs, on s’en cogne...

L’adage selon lequel la liberté s’arrête là où commence celle des autres doit être revisité dans un sens qui n’arrange pas nos égoïsmes : la liberté de décider qui vient chez nous n’a jamais prévalu dans l’histoire. Aznavour qui veut un « tri des migrants » ne serait pas la si la France avait renvoyé ses ancêtres vers la Turquie de 1915. La liberté d’être surveillé à son encontre était la doctrine du KGB et de la Stasi. Le fait que cela doit le FBI, Facebook ou la DGSE qui pratiquent cela ne rend pas cela soudainement « démocratique ». En matière climatique, la liberté s’arrête là où commence la génération suivante. Point barre. On n’épuise pas les sols, les ressources, ne détruit ou ne pollue ce qui hypothèque les choix de vie de ceux qui nous succèdent sur la planète. Point. Contrairement aux dettes monétaires, les dettes écologiques sont insolvables et non effaçables.

Si les choix qu’impose la préservation de l’environnement sont impopulaires c’est uniquement parce que nous sommes endoctrinés dans une logique court termiste fondé sur une croissance qui mesure si mal les choses. Pour rendre les choses acceptables, il faut imposer le partage à tous. Les riches détruisant la planète (cf l’opus remarquable d’Hervé Kempf), il est logique qu’ils montrent l’exemple : s’ils veulent garder leur piscine de villa, ils seront assignés à résidence et cesseront de prendre l’avion. Vive les conférences Skype. S’ils veulent manger de l’avocat, du quinoa toute l’année, interdiction de prendre la voiture et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on répartisse collectivement la baisse de nos émissions de CO2. Vous trouvez ça radical, dictatorial ? Qu’est-ce que ces contraintes face à un monde où les inondations et les incendies géants sont la norme ?

Commentaires

La canicule n'a en rien affecté la capacité d'indignation de Castor !
Sa charge est en l'occurrence justifiée , même si la violence du propos fait monter la température ...

Écrit par : Léo | 05/08/2018

---------------------------------------------------------------------------
La " violence du propos" nuit un peu à sa crédibilité .

La colère froide , un registre que notre ami ignore .

Il est possible, hélas que la démocratie , telle que nous la pratiquons , soit menacée par les manifestations spectaculaires du changement climatique .

On peut comprendre que la droite , réputée peu lucide, soit mal armée pour comprendre la situation et y remédier , mais où est la gauche ? elle n'a rien à dire ni à proposer sur cette question vitale qui engage le destin de l'humanité .

Où sont les grandes utopies du 19ème siècle ,celles Marx, Proudhon et autres ?

Écrit par : Jacques Aubin | 05/08/2018

------------------------------------------------------------------------------
"Mais comme ça sont les libertés de non blancs, on s’en cogne..."

Castor n'aime pas les blancs , ni le blanc , c'est connu...

Quand il mange des oeufs , il n'en consomme que le jaune

Si, lors du match historique des bleus , il a arboré le drapeau national à sa fenêtre , sans doute en a-t-il occulté la partie blanche ...

Écrit par : Myriam | 05/08/2018

-------------------------------------------------------------------------
Au café , il ne commande jamais un "petit blanc "

Et ne met jamais de lait dans son café ...

Une déception: pas un mot de soutien aux pauvres rappeurs ( pas tellement pauvres ) condamnés à passer le reste de l'été en taule .

Écrit par : Ravachol | 05/08/2018

------------------------------------------------------------------------
AncIen de la " Coloniale " ( redevenue " Infanterie de Marine" ° , j'ai fait plusieurs séjours en Afrique .

Les " petits blancs " , fonctionnaires, commerçants , étaient particulièrement racistes, d'un racisme basique .

Les notables " noirs" disaient eux aussi pis que pendre de leurs compatriotes .

Écrit par : Miles Gloriosus | 06/08/2018

----------------------------------------------------------------------------
Voie express vers le Paradis ;

"Deux hadjis algériens décédés à la Mecque
Deux cas de mort naturelle ont été enregistrés parmi les hadjis algériens"

( Le Quotidien d'Oran ce matin )

Paix à leurs âmes .

Écrit par : Lulu Charia | 08/08/2018

---------------------------------------------------------------------------
Cela arrive aussi à Lourdes bien que l'on n'y manque pas d'eau .

Écrit par : Mémé Octogénie | 08/08/2018

-------------------------------------------------------------------------
Des fontaines et des piscines à Lourdes , régime sec à La
Mecque : un cas de discrimination que Castor ne manquera pas de dénoncer .

Moi quand je pars en pèlerinage , j'ai soin de me munir d'une gourde d'eau glacée .

Écrit par : 20 100 | 08/08/2018

Écrire un commentaire