Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2018

Lettre à mes amis gilets jaunes de salon.

Un des points les plus saillants du mouvement des gilets jaunes, c’est l’écart stratosphérique entre son soutien dans l’opinion et son poids réel dans la rue. On pose peu l’équation en ces termes et on devrait. Car quand on soutient un mouvement, on l’aide concrètement, pas juste d’un pouce sur Facebook ou d’une réponse à un sondage. On donne du temps, de l’argent, on milite avec eux et quand ils appellent au rassemblement, on se rassemble. Or, même en prenant les chiffres les plus hauts, ceux des organisateurs, difficile de ne pas voir que la mobilisation concrète reflue fortement alors que le soutien de l’opinion reste très haut.

 

Le mouvement rassemble, au bas mot, trois fois moins de gens que La Manif pour Tous, dernier mouvement d’ampleur qui avait l’avantage de la clarté dans son mot d’ordre. Le mouvement rassemble moins que les manifs contre la loi El Khomri (j’y étais) qui dérégulait encore plus le monde du travail. Ces manifs avaient débouché sur Nuit Debout (j’y étais aussi) qui n’a pas débouché sur un Indignados/Podemos à la française comme les militants l’espéraient. C’est dur d’avoir un mouvement victorieux, j’en sais quelque chose, moi qui ai si souvent manifesté en vain, soutenu et donné de l’argent à des causes perdues… Heureusement que les zadistes, sur une lutte circonstanciée, nous ont apporté une lueur. Encore une fois, ce qui m’interpelle avec les gilets jaunes, c’est que tout le monde dit « allez y », mais peu de monde y va…

 

Aux authentiques gilets jaunes, je n’ai évidemment aucune leçon à donner. Evidemment pas sur l’écologie. Parce que Macron mène la politique la plus écocidaire de nos présidents et que sous ses # foireux, il s’accommode de forages de mines d’or, d’importation d’huile de palme et autres atrocités. Ensuite, parce qu’en dépit de mes déplacements Pass Navigo et ma consommation de bouffe raisonnée, mon bilan carbone est pire que le leur puisque je prends l’avion plusieurs fois par an. Donc pas de leçon écologique et encore moins de leçons sociales. Je sais que je paye chaque mois en impôts plus que ce qu’ont beaucoup de gens qui défilaient hier, pour vivre. Pas de leçon, pas d’opposition. Je paye beaucoup d’impôts, mais je ne triche sur rien, n’optimise rien, ne dissimule rien et ne passe pas mes dîners privés en note de frais. Privilégié évidemment, déconnecté, certainement pas. Je sais que les taxes sur le carburant sont socialement injustes et touchent en premier lieu les plus fragiles. Personne ne dit le contraire, à part le gouvernement, bien sûr. Aux authentiques, donc, aucune leçon. Beaucoup de compassion pour ce qu’ils vivent. Quand on gagne si peu, perdre encore 20 ou 30 euros pour venir à Paris hurler sa rage, ça en dit long. Mais quid de tous ceux qui se mettent à la remorque pour justifier « Macron démission » ? Ça n’est pas responsable…

 

Je m’étonne de la facilité, de la commodité des gilets jaunes de salon qui jubilent de la déliquescence politique actuelle sans rien faire. S’ils croyaient réellement au mouvement, ils donneraient à des caisses de solidarité, ils défileraient à leurs côtés et on aurait eu une marée humaine, hier. Ça n’est pas le cas. D’abord, parce qu’il n’y a pas dans ce mouvement que de braves petites gens désespérées par leurs fins de mois, anxiogènes car elles arrivent dès le 10 du mois. Il y a aussi une bonne part de racistes de base, exigeant de « renvoyer les migrants à la mer pour régler les problèmes », des homophobes, misogynes, des bourrins qui veulent juste hurler. Evidemment, on ne veut pas défiler à leurs côtés. Pas plus qu’on ne veut se contenter de « Macron Démission ». On veut la justice, le partage, l’écologie pour tous à commencer par les gros pollueurs. Tous mots d’ordre qui n’existent pas foncièrement dans le cortège. Certains petits malins prêtent au mouvement ces préoccupations, mais ça n’est pas vrai. Il n’y a pas d’élan collectif. Certains disaient « les flics avec nous » parce qu’ils voulaient une convergence des luttes, mais beaucoup parlaient de leurs difficultés propres. D’autres petits malins, storytelleurs, disaient qu’en 1789, en 1968, il y avait aussi de la violence et des problèmes. Bien sûr, mais un idéal guidait les masses qui se sont rapidement constituées. En 1789, les députés du tiers Etat qui n’avaient pas eu gain de cause lors des Etats généraux ont dit qu’il n’y avait plus rien à négocier face à la famine et le renversement a eu lieu sur un idéal d’égalité. En 1968, fusion et rencontre des idéaux étudiants de liberté et d’autonomie et des ouvriers avec la hausse conséquente du SMIC et d’autres avantages sociaux. Immédiatement, cela prend. On a un but. Pas aujourd’hui. Je n’attends pas le mouvement « parfait » pour le rejoindre, je dis que celui-ci est franchement douteux, derrière la vitrine de quelques milliers de malheureux qui défilent et que je comprends, mais que je n’ai pas rejoints hier, faute de but commun. Et ça n’est pas par « manque d’intérêt personnel ». Je risque peu de me noyer en Méditerrannée et je vais aux rassemblements de l’Aquarius. Je ne suis pas touché par le gel du point d’indice des fonctionnaires, mais je me joins à eux car leur idéal me touche. 

 « Il ne faut pas ériger son impatience en dogme » écrivait Lénine et je comprends que nombre de personnes issues de la gauche commettent cette erreur de diagnostic. Bien sûr la lassitude est là : l’opposition à la SNCF, à Parcoursup, aux ordonnances travail, n’a rien donné malgré le monde dans la rue. J’étais de toutes ces manifs, comme de la « fête à Macron » de Ruffin en mai dernier. Dès qu’il y a un mot d’ordre, un but, j’en suis. Il n’y en a pas dans les gilets jaunes, ça me fait dresser l’oreille.

 

Hier, j’étais comme trop souvent ces derniers temps aux urgences d’un hôpital public pour visiter un proche. Toutes les raisons de la rage sociale sont là. Toutes. Un monde de dingue à cause du personnel qui manquait à l’appel, puis le chef urgentiste qui vient, l’air las et s’excuse par avance pour les heures d’attente car il n’a que la moitié des effectifs nécessaires pendant encore 4h avant l’arrivée de renforts, qui ne pourront écluser les retards accumulés le matin. Seules deux personnes se sont levées. Les autres sont restées. Pas nécessairement parce qu’elles avaient trop mal, mais parce qu’on ne peut les soigner gratuitement ailleurs. Ceux qui n’ont pas les moyens de se soigner, dépendant de soignants aux moyens de plus en plus précaires, qu’il s’agisse de leur cadre de travail (cadence, matériel…) ou de leur rémunération. Eux, qu’ils revêtent un gilet jaune, je comprends. D’ailleurs hier, dans le cortège, j’ai vu des infirmières libérales, payées 4,50 euros l’injection, rapporté à des des déplacements non remboursés, tu parles d’une vie… Quelques-unes d’entre elles sont allées gueuler, l’écrasante majorité a bossé ou s’est reposée après une semaine éreintante.

 

Quand on croit à un mouvement, on le soutient, c’est ce que j’ai toujours fait. Chers amis gilets jaunes de salon, soyez cohérents : soit vous y allez, vous les soutenez, soit vous assumez qu’il faut peut-être construire une alternative. En partant de revendications et en les structurant : partage, justice, écologie. Sans cela, juste avec le « Macron dégage », on ne va pas loin et surtout on se fait toujours doubler par l’extrême-droite. Toujours. Amitiés quand même.

Commentaires

------------------------------------------------------
Rencontre prometteuse de Castor avec la réalité : sortir de son salon , c'est méritoire , surtout par ce temps maussade ...

Écrit par : Léo | 26/11/2018

--------------------------------------------------------
Et il découvre ( ou redécouvre ) l' histoire : 1789, 1968 .

Écrit par : JC Jaurras | 26/11/2018

---------------------------------------------------------
Histoire : on a fait , ces temps-ci , trop de géographie basique et de sociologie simpliste, à partir des excellentes analyses de Guilluy .

" hstoiire - géo " un couple indissociable ...

Écrit par : Saint -Thèse | 26/11/2018

------------------------------------------------------
Castor nous dit qu'il manifeste beaucoup ; j'espère qu'il se couvre bien car on peu vite y prendre un mauvais rhume .

Écrit par : Mémë Octogénie | 26/11/2018

------------------------------------------------------
"...le soutien de l’opinion reste très haut."

Elle répondrait massivement " oui " à des questions telles
que :
-" voulez-vous qu'il fasse beau tous les jours ?
-"voulez-vous être heureux ?"

En 1966 , les aménageurs de la Région Parisienne ( déjà ! avaient effectué un sondage sur les souhaits des habitants en matière d'équipements et d'habitat .
Résultats ( simplifiés ) : une très forte majorité en faveur
-d'une petite maison avec jardin
-avec les services publics et les commerces dont on dispose dans le quartier de la Concorde .

Écrit par : J Mentor | 26/11/2018

----------------------------------------------------------------
"Je paye beaucoup d’impôts, mais je ne triche sur rien, n’optimise rien, ne dissimule rien et ne passe pas mes dîners privés en note de frais." ( Castor )

Un citoyen exemplaire comme on aimerait en rencontrer plus souvent ...

Écrit par : 20 100 | 27/11/2018

----------------------------------------------------------
Oui , mais c'est une version basique du civisme : le vrai , le bon citoyen est celui qui fait preuve de modération et de tolérance , et Castor a encore une marge de progression sur ce point ; ne pas se contenter d'un service minimum , encore un petit effort ...

Écrit par : Léo | 27/11/2018

-----------------------------------------------------
" La démocratie est avant tout un état d'esprit " ( Pierre
Mendès-France )

Écrit par : JC Jaurras | 27/11/2018

--------------------------------------------------------
La modération , vertu difficile à pratiquer , assimilée à tort à , à l'indécision , voire à la couardise et , en politique , à un centrisme mou.

Découvert , hier, dans une biographie de Fouché : le substantif " exagéré " = celui qui , par conviction ou opportunisme , siégeait à la Convention sur les bancs de la Montagne .

Aujourd'hui l' " exagéré " se réclame du RN ou de la France Insoumise , ou bien, courageux mais non téméraire , se contente d'éructer sur les réseaux sociaux et dans les dîners en ville .

Écrit par : Euphémie | 27/11/2018

--------------------------------------------------------
Fouché : on peut être un bon policier sans nécessairement avoir une moralité irréprochable et un excellent diplomate en étant corrompu ( Talleyrand )

Pour bien connaître les turpitudes humaines , il vaut mieux n'être pas ( trop ) vertueux .

Méfions - nous des saints !

Écrit par : Javert | 27/11/2018

-------------------------------------------------------
Les saints : que de crimes on a commis et commet encore en leur nom !
Sans être de " petits saints " certains hommes politiques ont, eux ,plutôt bien fait le job : Clemenceau ( pas très net , parfois cynique ) , de Gaulle ( honnête mais pas très regardant sur les moyens ) , et Mitterrrand lui-même ...

Écrit par : Sidonie | 28/11/2018

--------------------------------------------------------
-A Sciences- Po , tempête sous les crânes de mes étudiants : faut-il prendre au sérieux les gilets , comme semble le faire ( tardivement ) Macron ?

Il est de bon ton de dire qu'on en connaît un ou deux , comme de rappeler que l'on connaît un ouvrier , un immigré , sans pour autant les fréquenter .

C'est importants dans un curriculum, pour le plan de carrière auquel on pense déjà ...

Écrit par : Julius | 28/11/2018

--------------------------------------------------------------
" important " sans s !

---Sans doute perdez -vous votre orthographe à force de relire ( nous avez-vous dit ) les textes informes de vos collègues destinés à la publication ...
-Il est rassurant qu'un robot ne soit pas parfait : "humain , trop humain" comme disait le camarade Fredéric N .

Écrit par : Pépé Castor | 28/11/2018

---------------------------------------------------------
"Méfions - nous des saints ! ( Javert) )
Et surtout quand ils sont morts martyrs : pas question de se moquer d'eux ; sacrilège !

Écrit par : lulu Charia | 28/11/2018

-------------------------------------------------------------
"rappeler que l'on connaît un ouvrier" ( Julius ) .

Au temps de mn séjour dans une " Grande Ecole " , un de mes condisciples , promis à un brillant avenir , se cherchait une tenue pour une soirée déguisée .

Connaissant mes origines populaires , il m'a demandé si je pouvais lui prêter une " tenue d'ouvrier " .

N'en disposant pas , je lui ai proposé une robe de mon épouse , ce qui ne lui a pas plu ...

Écrit par : J Mentor | 28/11/2018

------------------------------------------------------------
Une belle robe ?
Votre condisciple a-i-il fait la " brillante carrière " annoncée ?

Écrit par : Mémé Octogénie | 29/11/2018

----------------------------------------------------
-La robe était belle selon nos critères ; les filles de ce temps-là , même de condition modeste, avaient bon goût ; " un rien les habille " disait - on ; leurs tenues commençaient à être plus colorées que celles de l'immédiat après - guerre.
-mon condisciple a fait une belle carrière , non dans le service public mais dans les affaires ; il était programmé pour cela : famille , intelligence conditionnée pour la réussite ; je l'ai croisé à plusieurs reprises dans des couloirs de l'administration ; un peu futile , pas du tout méchant ; un peu triste : " l'argent ne fait pas ( toujours ) le bonheur ; pour lui : un divorce suivi d'un autre ...

Écrit par : J Mentor | 29/11/2018

--------------------------------------------------------------
" Les filles de ce temps-là " :et celles d'aujourd'hui ?

Écrit par : Barbara | 29/11/2018

-----------------------------------------------------------
Pas moins élégantes , mais avec plus de choix et souvent plus de moyens ; celles des années 50 vivaient une sorte de renaissance au sortir d'années noires .

Je me souviens d'un printemps où la mode était à un tissu dit " toile d'avion" ; des jupes amples et colorées avec des chemisiers blancs et taille très serrée ( de jolies ceintures) )

Écrit par : J Mentor | 29/11/2018

----------------------------------------------------------
Heureux temps ! ma grand-mère , étudiante à l'époque , se souvient avec nostalgie d'une après-midi sur la pelouse de l'une des résidences de la Cité Universitaire
( une pièce de théâtre en plein air ) ; un parterre de "jeunes filles en fleurs" ...

Écrit par : Ophélie | 29/11/2018

---------------------------------------------------------
Un temps pas aussi " heureux " que ça , Mentor le sait bien : logements rares et inconfortables , emplois mal rémunérés , instabilité politique ...

Le bonheur était surtout dans les têtes , et la bonne humeur de règle ; moins de dureté dans les rapports entre personnes ...

Ni mieux ni plus mal qu'aujourd'hui , autre chose ...

Écrit par : Mémé Octogénie | 29/11/2018

---------------------------------------------------------------
Pour Ophélie :

" Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles… "
( Arthur Rimbaud )

Bienvenue sur le blog !

Écrit par : lesbie | 29/11/2018

--------------------------------------------------------------
" moins de dureté dans les rapports entre personnes"

D"accord avec ma contemporaine Mémé . des rapports plus faciles qu'aujourd'hui , encore qu'il soit difficile de généraliser ,

Surtout : des gens plus authentiques , plus " vrais " au sens où Madame de Sévigné disait que son amie Madame de La Fayette était " vraie" .

J'ai trop souvent l'impression, aujourd'hui , que les personnes sonnent trop souvent un peu faux , influencées qu'elles sont par les modes au point de prendre sans cesse des poses ...

Écrit par : j Mentor | 29/11/2018

--------------------------------------------
Un blog qui sait se tenir , droit mais pas raide ; c'est rare et même exceptionnel sur les réseaux sociaux : les articles de Castor , le meneur de jeu , sont plus modérés que par le passé , lointain ou récent ; les intervenants ont mis , eux aussi , de l'eau dans leur vin , Comme le disait la maman de Napoléon , Madame Laetitia , " pourvu que ça dure "

Écrit par : Pépé Castor | 30/11/2018

---------------------------------------------------------
Oui , un blog exemplaire qu'il s'agisse du fond ou de la forme ; une petite communauté à la fois une et diverse.

Écrit par : ME-Téo | 30/11/2018

----------------------------------------------------------------
Un blog “ divers” :

-deux révolutionnaires assagis : Ravachol et Rosa du Luxembourg ,

-un maurrassien socialisant : jc Jaurras ,

-un réactionnaire un peu vif mais non malveillant : Léo ,

-un techocrate modéré : Jacques Aubin

-un théoricien et en même temps praticien de l’écologie : Jean-jacques ( en poste à “ SOS racines “, mairie de Paris ),

-une psy ( Anna -Lisa ) et une sociologue de terrain ( Sidonie) ,

-une universitaire bretonne: Barbara ( Brest),

-Deux étudiants : Ado-Nice et Télémaque ,

-un éditeur : Gaudimard ,

- une retraitée à la “Douceur Angevine “ :
Mémé Octogénie ,

- un retraité parisien , parmi d’autres : Pépé Castor , notre vigie en orthographe ,

-trois croyantes non sectaires : Myriam , Bénédicte et Lulu Charia ,

-deux probables cousins de Castor : Pol Lux et 20 100
-deux jeunes filles en fleurs : Lesbie et Johanna ,

- un policier à la retraite : Javert ,

-la fondatrice des “ g i r ( “ Groupes Indépendants de résistance" ) ,

- une collaboratrice de Donald Trump : Trumpette ,

- une actrice - judoka - corsaire internet : Lisbeth S,

--Julius , prof-robot à Sciences - Po Paris ,

-moi , Cluny , Paris -Sorbonne ,

- et je ne saurais oublier Mentor , Enarque et en même temps ancien prof .

Écrit par : Cluny | 30/11/2018

---------------------------------------------------------
Oubli : la fondatrice des GIR est Euphémie , par ailleurs experte en nuances .

Écrit par : Cluny | 30/11/2018

---------------------------------------------------------
La météo politique et sociale étant mon métier j'ai regardé de près les archives de ce blog à nul autre pareil .
En ont disparu , entre autres intervenants , B Kouchtard et Cospérec , un temps trés actifs ...

Écrit par : ME-Téo | 30/11/2018

-------------------------------------------------------
B Kouchtard est un homme d'affaire sans doute très occupé ...
J'ai naguère bien connu Cospérec mais je l'ai perdu de vue depuis belle lurette ; peut-être est-il hébergé dans une maison de retraite dépourvue d'accès à internet , ou bien , hélas , perdu dans les brumes de l' extrême vieillesse , ce qui nous arrivera , hélas , hélas , à tous .

Écrit par : J Mentor | 30/11/2018

-------------------------------------------------------------
Je vous rassure : Cospérec n'est ni interné dans une maison de retraite ni " perdu dans les brumes...." Il a toujours bon pied , bon oeil , bon appétit et bonne descente

Il est très actif sur un blog d'anciens serviteurs de l'Etat où je l'assiste à l'occasion car il a un peu de mal avec le traitement de texte; il lui arrive parfois de publier sous le pseudo " Colbert" , une tribune dans un quotidien du soir ( politique, économie , littérature , théologie ...) .

Un retraité heureux , dans la mesure où le bonheur est possible ici-bas


e

Écrit par : Pâquette | 30/11/2018

-----------------------------------------------------------
"C'est le printemps viens-t'en Pâquette
Te promener au bois joli
Les poules dans la cour caquètent
L'aube au ciel fait de roses plis
L'amour chemine à ta conquête
Mars et Vénus sont revenus..."

( Guillaume Apolllinaire )

Bienvenue sur le blog , chère Pâquette !

Écrit par : Lesbie | 01/12/2018

------------------------------------------------------
Une pensée pour le gentil Guillaume , poète et soldat .

Écrit par : Lou | 01/12/2018

------------------------------------------------------
Saluez , chère Pâquette , le " retraité heureux" de ma part .
Que pense-t-il de la situation politique et du reste ?

Écrit par : J Mentor | 02/12/2018

-----------------------------------------------------------
Læ situation politique l'inquiète , pour le pays et pour sa tranquillité personnelle .
Il pense que Macron est puni par où il a péché : démocratie directe et médiatique...
Le reste ( modes , réseaux sociaux ...) l'amuse ...

Écrit par : Pâquette | 02/12/2018

----------------------------------------------------
-Le " retraité heureux " a raison ; le problème , c'est Macron : il a tort de se référer sans cesse à ses engagements de campagne ; dans notre républlque , le mandat impératif n'existe pas ; seuls les imbéciles persévèrent dans l'erreur .
Par ailleurs , comme d'autres l'ont dit ici , il s'exprime trop et mal : des discours trop longs et souvent hermétiques , des petites blagues ressenties comme offensantes ...

Écrit par : Jacques Aubin | 02/12/2018

---------------------------------------------------------------
Un homme politique , à propos de Michel Rocard ,encore novice : "Il ira loin car on ne comprend rien à ce qu'il dit " : . le futur Premier Ministre de Mitterrand n'était pas avare de blagues , mais en privé seulement .

De Gaulle , en privé , avait un langage un peu vert , du style corps de garde .

La Reine d'Angleterre ne pète que dans l'intimité .

Écrit par : Jc Jaurras | 02/12/2018

-------------------------------------------------------------
Peu macroniste , je n'accable pas pour autant notre Président ; il est victime , certes de lui -même mais plus encore de son temps ( réseaux sociaux etc.) des Français , ingouvernables depuis toujours ...
La séquence d'hier n'était pas mauvaise ; il pourrait s'en sortir , les autres étant plus mauvais que lui .
Il devrait s'appuyer sur quelques valeurs sûres : Le Drian , Juppé et même Bayrou ( certes un peu mou )

Écrit par : J Mentor | 03/12/2018

---------------------------------------------------
" et " des Français , svp Mentor ( peu vigilant le matin )

Écrit par : Pépé Castor | 03/12/2018

------------------------------------------------------
Castor tarde à nous faire part de son analyse : la mondialisation , les " libéraux ", pas d'amalgame entre le " peuple "des gilets et les casseurs sans doute manipulés par l'exécutif etc..

On comprend son embarras ...

Écrit par : Léo | 03/12/2018

------------------------------------------------------------
Je reviens sur le blog , bien que je sois très occupé .

On n'abandone pas ldes amis dans la difficulté .

N'attendez pas de moi que je brocarde Castor que j'ai bien connu naguère: un garçon intelligent et qui l'est resté en dépit de son goût immodéré pour les modes .

Mon ressenti de la situation à cette heure ; embarras , inquiétude ; porté à rapprocher le présent d'un passé que j'ai vécu ( l'avant-guerre, l'occupation , les débuts de la Vème République ) , je suis surtout sensible à la montée en puissance de ce qu'il faut se résoudre à appeler le fascisme , mélange de poujadisme et d'extrémisme de droite et de gauche , prétendant exprimer une colère pour une part légitime et dont je ne me moque pas .

Écrit par : JLC " retraité heureux " | 03/12/2018

------------------------------------------------------
" L'avenir appartient à ceux qui ( comme moi ) se lèvent tôt " : il est un peu plus de 5 h 30; pas un bruit à la "Douceur Angevine " si ce n'est la musique d'un ronfleur chronique .
Vous qui avez connu Castor enfant et ado,dites-vous, comment était-il ?

Écrit par : Mémé Octogénie | 04/12/2018

----------------------------------------------------------
5 h 40 ; moi aussi je me lève tôt ! habitude prise au temps où ma mère le faisait pour traire ses vaches.

Castor était fin , curieux de tout et grand lecteur .

Écrit par : JLC " retraité heureux " | 04/12/2018

---------------------------------------------
¨Puisque vous vous dites " heureux" , quel est votre recette du bonheur ?

Écrit par : Johanna | 04/12/2018

-------------------------------------------------------
Aucune recette à proprement parler; pas de handicap majeur ( grâce à la Sécu ) , une vie régulière , sans excès ni addictions ; des activités diversifiées , surtout intellectuelles ; famille nombreuse et chaleureuse ; et surtout beaucoup de chance .

Écrit par : JLC " retraité heureux " | 04/12/2018

-------------------------------------------------------------
J'ai longtemps vécu dans une petite ville que j'ai quittée sans déplaisir ; y retournant parfois sans plaisir , je l'ai vue mourir , tuée par ses habitants : centre déserté par eux au profit des hypermarchés , prolifération de petit es maisons laides , à la périphérie, alors que les immeubles traditionnels auraient pu être rénovés à peu de frais .
Même quand cette ville était encore vivante , la vie y était ennuyeuse et les gens , à peu d'exception près , mesquins et basiques .

" non , non , je ne regrette rien "

Écrit par : Urbain | 04/12/2018

-----------------------------------------------------
Dommage ! Mais ne généralisons pas :lors de mon denier
voyage en " province" ( je n'"aime guère le terme " territoires " , j'ai rencontré le meilleur et le pire ; Arnay-le-Duc , en Bourgogne vineuse : un vieux quartier moribond mais un nouveau centre-ville reconstitué autour d'un ensemble de commerces ,modérément périphérique , avec un lotissement assez coquet et des activités de " proximité , ludiques et culturelles .

Écrit par : Euphémie | 06/12/2018

-----------------------------------------------------------
C'est aussi ce que je constate dans l'arrière-pays de Brest : des petites villes mourantes et , tout près , d'autres qui résistent bien , grâce à la politique volontariste des municipalités ( aide aux commerces en difficulté , plans d'urbanisme bien préparés et mis en oeuvre ...)

Écrit par : Barbara | 06/12/2018

----------------------------------------------------------
Au café , ce matin , le mâle dominant du quartier , commerçant retraité et plutôt à l'aise , dissertait sur les taxes qu'il disait voir payées toute sa vie et qui l'ont
" ruiné " ; je n'ai pas eu le courage de l'inviter à nuancer son propos ...

Écrit par : J Mentor | 06/12/2018

--------------------------------------------------------
Vous auriez pu lui demander si , dans sa carrière de commerçant finalement y " ruiné " , il payait ses esclaves au noir et des clopinettes ; et s'il n'avait jamais fraudé le fisc, juste un peu ...

Écrit par : Ravachol | 06/12/2018

--------------------------------------------------------
J'avais autre chose en tête : ma famille bretonne vient de me dire que des règlements de comptes se préparent dans leur petite ville : tout le monde s'y connaît et les commerçants , atteints dans leur chiffre d'affaires , désignent du doit ( avant de le faire du poing ) les responsables de leurs ennuis .

Une ambiance qui rappelle celle de la fin de l'occupation ( la chasse aux rares collabos du bled )

Écrit par : J Mentor | 06/12/2018

----------------------------------------------------------
Un paradoxe parmi d'autres : tout ceci pourrait déboucher sur un pouvoir fort ( rétablissement de l' " ordre républicain" dans le cadre d"'une législation qui le permet .
Or c'est l'extrême droite qui , traditionnellement , plaide pour un régime d'ordre et plus; mais aujourd'hui , elle encourage les factieux et parfois se mêle à eux ; calcul cynique ou inconscience ?

Écrit par : Jacques Aubin | 06/12/2018

------------------------------------------------------------
Il est difficile de garder la tête froide dans cette ambiance à la fois troublée et trouble .
Un jeune de ma famille , gauchiste honnête et assagi , dit qu'il ira demain manifester en gilet jaune aux côtés des lycéens et des étudiants , malmenés hier par la police ; me gardant de le contredire ( ça ne sert à rien ) , je lui ai conseillé la prudence .

Écrit par : JC Jaurras | 07/12/2018

---------------------------------------------------------
A quelque chose malheur étant bon , c'est l'occasion , pour le Parisien féru d' histoire- géo , de revisiter Paris sans sortir de chez soi , penché sur les plans de la Ville et de vielles gravures et photos évoquant les émeutes du passé .

Écrit par : Cluny | 07/12/2018

---------------------------------------------------------
"Arrivera un moment où l'opinion, lasse de la cacophonie, exigera un pouvoir fort et un leader autoritaire."
( Laurent Joffrin , ce vendredi 7 )

LJ est plutôt bon ces temps-ci ...Gauchard assagi , à la plume alerte ..

Nul besoin selon moi d'un pouvoir"" autoritaire ; il suffit d'appliquer la loi , toute la loi , rien que la loi

Écrit par : Ravachol | 07/12/2018

------------------------------------------------------------
Sur la situation , un excellent papier de Jacques Julliard
dans L'Observateur de Jeudi dernier : tout y est et bien dit.

Infiiniment plus pertinent que l'article du pauvre Jean Daniel qui , décidément , vieillit mal .

Écrit par : Jacques Aubin | 09/12/2018

-----------------------------------------------------
J'ai mois aussi apprécié l'article de J Julliard , plus que celui de L Joffrin , " gauchard" intrelligent mais un peu faux-cul.
Ce qui m'intéresse le plus dans ce qui se passe , c'est le mental des gens qui s'expriment le plus sur le sujet: orateurs de ronds-points , politiciens , Journalistes et commentateurs divers : bouillie tenant lieu de pensée , vérités premières assénées avec conviction ...

J'ai déjà évoqué un " affaissent mental " ; je persiste et signe , hélas ...

Écrit par : Anna-Lisa | 09/12/2018

--------------------------------------------------------
Bravo pour ce blog qui réussit à garder la tête froide tandis que Paris , la France et les réseaux sociaux brûlent !
Mais j'ai une fois de plus un problème avec votre vocabulaire : " Gauchard " , " faux -cul " ...

Écrit par : Trumpette | 10/12/2018

-----------------------------------------------------------
" gauchard " : ancien gauchiste reconverti dans les affaires , la communication ou l'expertise politique .

" faux -cul" : personnage pas très net , hypocrite .

Écrit par : Léo | 10/12/2018

-------------------------------------------------------
" faux -cul" : naguère , élément de vêtement qui permettait aux dames de gonfler un postérieur trop maigre ...

Écrit par : Johanna | 10/12/2018

Écrire un commentaire