Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2019

Les commentateurs ne s'arrêtent que dans le cercueil

Chirac est mort et il n'a pas fallu chercher bien loin des commentateurs l'ayant connu : ils sont toujours à l'antenne. Duhamel, Elkabbach, Chabot, Guillaume Durand, FOG, Ockrent, Barbier, Pujadas, Apathie (et j'en oublie sans doute) tous ces gens qui pourraient prétendre à une retraite bien méritée, sont toujours au micro et ont donc pu livrer leurs analyses sur celui qu'ils ont connu maire de Paris, ministre, premier ministre, Président du RPR, au fond du trou, président de la République, condamné en justice, condamné par la maladie... C'est un mal terrible que cette permanence absolue pour le débat public. 

Évidemment, les journalistes ne sont pas des élus, ils ne briguent pas de suffrages et n'ont donc aucune raison de se retirer puisqu'ils ne peuvent être battus (et encore) que par audiences catastrophiques... Mais dans un monde changeant, ce fixisme a quelque chose de navrant. Ca ne sont pourtant pas les émissions qui manquent, personne ne leur demande de devenir pâtissier ou ébéniste, mais de passer à la rubrique social, culture, faire du documentaire, de l'enquête, ou partir en retraite, m'enfin changer quoi... 

L'âge ne fait rien à l'affaire, la permanence au pouvoir, si. Comme les directeurs d'administration condescendants face aux ministres à qui ils disent "j'en ai vu passer d'autres avant vous, et moi je suis inamovible", il y a beaucoup de morgue chez les commentateurs. Beaucoup de démonstration de méchanceté gratuite avec les perdants et de flagornerie avec les nouveaux vainqueurs selon le triptyque connu "on lèche, on lâche, on lynche". Au-delà de cette lecture très turfiste qui biaise singulièrement leur grille de lecture, ils se remettent peu en cause sur leur vision des grands enjeux.

Sur la question écologique, ils continuent tous à opposer économie et écologie selon une dialectique ancienne et c'en est gênant... Encore une fois, l'âge n'est pas en cause, Edgar Morin était précurseur sur ces sujets et la majorité des jeunes ne descend pas dans la rue pour le climat, mais même ceux qui n'en ont cure comprennent bien après le lycée que "ressources finies, croissance infinie = impossible" et évitent donc de nous boursouffler avec la croissance verte ; les commentateurs, si. 

Sur la question sociale, ceux qui ont connu le plein emploi stigmatisent systématiquement les chercheurs d'emplois avec une stupidité sans nom, comme s'il suffisait de traverser la rue pour trouver un boulot (oups). 

Sur les institutions, vous ne pouvez pas demander à ceux qui n'ont connu que les logiques de partis, d'appeler à un dépassement vraiment démocratique, quelque chose de continu, de comprendre les enjeux de l'abstention militante...

Au baromètre dans la confiance, les médias connaissent une chute beaucoup plus rapide que d'autres corporations. Je doute que les journalistes d'investigations, d'enquête, les passionné(e)s, les diffuseurs de podcasts de longues interviews, y soit pour quelque chose. Le quelque chose de pourri est assez mal caché, il faudrait se décider à lui donner des vacances...  

Commentaires

--------------------------------------
Les journalistes chevronnés que cite ( non sans quelque
aigreur ) Castor tiennent encore bien la route , et... les postes , mais , parmi leurs cadets , y compris les plus jeunes , il en en est aussi qui font bien le job.

Le professionnalisme n'est pas une question d'âge .

Écrit par : Léo | 29/09/2019

-----------------------------------------
Les journalistes et autres commentateurs chevronnés ont un tort : ils ont sur tout ( ou presque ) une opinion qui n'est pas celle de Castor ...

Écrit par : Jacques Aubin | 29/09/2019

-------------------------------------------
Je trouve Castor bien sévère : ces vieux s'expriment avec clarté et correctement , comme on le faisait de mon temps .

Et, petite cerise sur le gâteau , ils flattent notre nostalgie , comme les disques vinyl et les cassettes à l'ancienne qui reviennent à la mode .

Écrit par : Mémé Octogénie | 29/09/2019

-----------------------------------------
La presse -papier n'est plus ce qu'elle était , mais la radio tient encore la route : France-Culture la nuit et le samedi , France-info notamment pour l'international ( vers 8h , un journaliste très bien informé et futé dont je n'ai retenu que le prénom ( Lucas ) .

Pour ce qui est des débats , celui qu'anime Pujadas sur LCI en début de soirée est généralement TB .

Ces débats sont intéressants quand aucun porte -parole ni élu n'y intervient pas .

Écrit par : Pépé Castor | 29/09/2019

-----------------------------------------
D'accord avec Léo quand il dit : " le professionnalisme n'est pas une question d'âge" .

Castor lui-même , dont les textes sur ce blog tiennent du journalisme , n'est , semble-t-il , ni vieux ni jeune .

Ce qui lui manque pour attendre le niveau d'Alain Duhamel et autres , c'est un certain sens des nuances et un engagement plus discret ; encore un petit effort , cher Castor !

A propos de France-Info : j'ai moi aussi remarqué les billets de ce Lucas sur la politique internationale ; a entendre sa voix on peut supposer qu'il est jeune , mais sa connaissance des dossiers et l'objectivité avec laquelle il les aborde laisseraient à penser que c'est un journaliste qui a déjà de la bouteille et a " donné " sur le terrain .

Écrit par : Barbara | 29/09/2019

----------------------------------------
je ne connaissais pas Jacques Chirac et je ne m'intéresse que depuis peu à la politique française , plus animée que celle de mon pays .

J"ai bien aimé les cérémonies des Invalides et de Saint Sulpice , tout ce rituel à la fois monarchique et républicain ; quelle allure !

Écrit par : Lsbeth S | 02/10/2019

------------------------------------------
Pour mettre un petit bémol dans ce concert de louanges,
voyez le Canard Enchaîné de ce jour , un expert de Chirac ...

Écrit par : Léo | 02/10/2019

--------------------------------------
Pour mes débuts à Paris , je suis décidément gâté : une grève de la R ATP , les procès Balkany et Mélenchon , et les obsèques de Chirac ...

La séquence de Saint -Sulpice m'a permis de visiter ce quartier : une place de province , mairie , commissariat , église .

Ce qu'aucun journaliste n'a rappelé : l'hôtel des impôts qui occupe un côté de la place est l'ancien séminaire où Talleyrand fit ses classes et parfois le mur pour rejoindre une jeune actrice .

Écrit par : Nouveau Parisien | 02/10/2019

---------------------------------------
Un autre oubli des journalistes : parmi les dormeurs du cimetière Montparnasse , Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir dont la tombe est proche de l'entrée principale à droite .

Pas du tout le genre de Chirac ...

Écrit par : J Mentor | 02/10/2019

-----------------------------------------
Vu à la télé hier soir ; le PNB de la Chine , dont on fait si grand cas , est aujourd'hui à peine ce qu'il était au temps de César !

Pas de quoi , donc, de s'inquiéter ...

Aucune donnée sur l'Amérique qui n'avait pas encore été
" découverte" , ni sur la Gaule en voie d'être colonisée .,

Écrit par : Jacques Aubin | 02/10/2019

----------------------------------------
Les " oublis" des journalistes : manque de culture ou auto-censure ?

Un peu de ceci et de cela ; un sujet pour Patrick Modiano dont sort en librairie le dernier bouquin , excellent comme toujours .

Un très intéressant documentaire , hier soir sur la 5 .

Je recommande ce documentaire ( en post cast ) et le roman à notre ami le " nouveau Parisien " qui découvre les mystères de la capitale ...

Tout cela nous change d'une actualité riche mais déprimante ( Rouen , Trump , Boris Johnson , Eric Zemmour ...)

Écrit par : JC Jaurras | 03/10/2019

---------------------------------------
Je ne partage pas votre sévérité pour les journalistes : ils font ce qu'ls peuvent mais peuvent peu , concurrencés par les réseaux sociaux et sous liberté surveillée , leurs journaux étant la propriété de capitalistes vétilleux , même ceux dits de gauche .

J'en rencontre parfois au café proche de mon domicile , plutôt besogneux et toujours pressés , mais sympathiques , surtout les débutants .

Écrit par : Nouveau Parisien | 04/10/2019

----------------------------------------
D'accord avec vous , notamment à propos des débutants : ceux de notre presse régionale font leurs classes en arpentant le territoire .

Les articles et éditoriaux de cette presse de proximité qui traitent de questions nationales et internationales sont souvent d'une qualité ( informations , analyses )
meilleure que ceux des organes dits " nationaux " .

Écrit par : Barbara | 04/10/2019

Écrire un commentaire