Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2019

Qui pourra encore ne pas être sérieux, à 17 ans ?

On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
On va sous les tilleuls verts de la promenade... 

Je ne vois pas aujourd'hui beaucoup de jeunes de 17 ans qui se permettent l'insouciance de Rimbaud. Or, l'insouciance de la jeunesse est la plus grande et la plus belle des conquêtes. Dans nombre de pays du monde, les jeunes filles de 17 ans ont depuis longtemps perdu leur insouciance et leur virginité contre leur volonté ; nombre d'enfants travaillent de façon plus ou moins forcés (par un employeur peu scrupuleux ou par nécessité de survie). Nous mêmes, en France, n'avons pas eu des siècles de jeunesses insouciantes, entre les famines et les guerres, ça n'était pas la joie avant les fameuses 30 glorieuses. Rimbaud lui même a eu 17 ans en 1871, quand on sortait exsangue d'une guerre avec l'Allemagne, que Paris crevait la dalle et que les campagnes priaient en regardant le ciel... Malgré cela, il écrit son poème parce que c'est le droit imprescriptible de la jeunesse d'être insouciant à la marche du monde, de se concentrer sur leurs sens en émoi, de faire la fête et de profiter avant que les obligations du monde des adultes ne la rattrape.

Avec la fin des 30 glorieuses, l'angoisse des jeunes, c'est l'éducation. "Passe ton bac d'abord' tournait Pialat qui serait remplacé aujourd'hui par "chope ton premier choix de Parcoursup d'abord", tant on sait que les chances de réussite dans le supérieur se jouent tôt et influent tard sur nos vies... C'est déjà lourd à savoir, le poids exacerbé du berceau face au destin. Ca a de quoi décourager l'insouciance. En mai 68, quand les jeunes foutaient le bordel contre les vieilles barbes sans penser à demain, parce qu'alors on peut démissionner le vendredi soir et retrouver le lundi matin. On voit bien dans les manifestants contre la loi travail et de Nuit Debout que cette légèreté avait disparu. Et donc, en surplomb, en ombre chinoise (sans connotation géopolitique aucune) vient se juxtaposer l'angoisse d'un irréversible dérèglement climatique. Il y a de quoi devenir fou de douleur et de désespoir.

Hier à l'ONU, Greta Thunberg, 16 ans, a tenu un discours fou de douleur et de désespoir. Je ne vois vraiment pas ce que l'on peut y trouver à redire. A droite, tous ceux qui n'ont jamais écouté les scientifiques du GIEC raillent une petite fille qui ne fait pourtant que répéter ce que disent les experts du GIEC... A gauche aussi, certaines voix se font entendre en disant qu'elle serait "l'idiote utile du capitalisme" car elle n'avait pas d'avis sur le CETA ou qu'elle ne pousse pas un programme écologique complet. Mais ça n'est pas son rôle ! Elle a 16 ans. Elle réclame un légitime droit à l'insouciance que les générations passées lui ont confisqué.

Soyons clairs, il y a sans doute de l'emballement médiatique, il y a nécessairement certaines parties prenantes que cela arrange de mettre en avant les luttes de cette jeune fille, mais elle n'est pas "manipulée" (son discours hier était beaucoup trop tripal pour être dicté) et il n'y a pas de "Greta mania", personne n'a de pancarte "Greta présidente". Elle se fait juste le porte-voix de la première génération a qui ont a volé le droit à l'insouciance. La première d'une longue liste, si rien ne bouge. J'ai une fille bien plus jeune que Greta et je vois bien qu'à 17 ans elle ne pensera pas aux bocks de bière. Elle espèrera juste qu'il restera encore des tilleuls à la surface du globe... 

Commentaires

----------------------------------------
Rimbaud , hélas, a vieilli vite , pour finir marchand d'armes et mourir presque clodo dans un lit d'hôpital .

Son ami Verlaine n'a pas tourné mieux ...

La jeunesse est un bien périssable .

Écrit par : Léo | 24/09/2019

-----------------------------------
"En mai 68, quand les jeunes foutaient le bordel contre les vieilles barbes sans penser à demain,"

Que sont ces " jeunes " devenus ? des bourgeois rangés, souvent huppés , qui , aux affaires et dans les médias et en politique , défendent avec acharnement leurs privilèges hérités .

Il est facile d'être insouciant à 17 ans quand on a les arrières assurés .

Écrit par : Jacques Aubin | 24/09/2019

-------------------------------------

Je n'ai que de la sympathie pour ma petite compatriote
Greta , mais je lui suggère de s'occuper aussi un peu de notre pays hier encore réputé paisible et qui se croyait fondé à faire la leçon au monde entier.

La veille de son intervention à l'ONU , il n'était question dans les médias internationaux ( y compris la Pravda française) que des gangs de Maimoe, plus violents que ceux de Marseille .

Écrit par : Lisbeth S. | 24/09/2019

--------------------------------------------
." A gauche aussi, certaines voix se font entendre en disant qu'elle serait "l'idiote utile du capitalisme" "

Les plus acharnés sont nos " verts" qui dans leurs proses aussi prolixes que creuses , n'ont pas réussi à exprimer ce qu'elle a su dire dit en peu de mots ...

Il a suffi de quelques minutes pour qu'elle les ringardise; Jadot a pris vingt ans de plus ! cela ne se pardonne pas...

Écrit par : Lesbie | 24/09/2019

-------------------------------------
TILLEULS :

"Aux branches claires des tilleuls
Meurt un maladif hallali.
Mais des chansons spirituelles
Voltigent parmi les groseilles.
Que notre sang rie en nos veines,
Voici s’enchevêtrer les vignes.
Le ciel est joli comme un ange.
L’azur et l’onde communient.
Je sors. Si un rayon me blesse
Je succomberai sur la mousse"

(A R , "derniers vers"

Écrit par : Euphémie | 24/09/2019

--------------------------------------

Chez nous ,à la Douceur Angevine , hier soir ,devant la télé , nous n'avons fait que pleurer : la petite Greta , puis Audrey Hepburn , la jeune princesse , dans "Vacances romaines .

Écrit par : Mémé Octogénie | 24/09/2019

----------------------------------------
" J'ai une fille bien plus jeune que Greta" .

--Si je suis bien informé , 87 ans de moins que moi et en meilleure forme bien que la mienne ne soit pas mauvaise( vive la Sécu ! )

--Quand elle aura 17 ans , j'en aurai donc...104 et j'espère pouvoir toujours aller lire à l'ombre d'un tilleul , s'il en reste , grâce à Gréta )...

--Si je la rencontre au Luxembourg , potassant ( pas trop ) un examen, je me permettrai de lui réciter quelques vers de Rimbaud ...

Écrit par : J Mentor | 24/09/2019

Elle y passe, parfois. (Au Luxembourg, pour imiter Rosa...)

Écrit par : Castor | 24/09/2019

---------------------------------------
Quand la fille de Castor aura 17 ans et Mentor 104 , le Luxembourg aura , espérons-le , changé en mieux : les courts de tennis remplacés par des aires de jeu plus vastes que l'actuelle , le Sénat transformé en Maison de la Culture , le Boulevard St-Michel débarrassé des voitures ...

La jeune fille , étudiante à la Sorbonne voisine , "potassera" non un examen (exercice ringard) mais les notes prises en vue d'un entretien avec son tuteur ou sa tutrice de thèse ; sujet : un parchemin médiéval découvert dans le voisinage à l'occasion de travaux de terrassement et qui apporte du nouveau sur les amours d'Héloïse et Abélard ...

Pour remercier Mentor de lui avoir récité des vers de Rimbaud , elle lui fait lire quelques pages de ce dossier ; il s'y intéresse vivement et, en retour , lui fournit des infos sur les controverses théologiques de l'époque , fort complexes , surtout pour une jeune fille qui n'a pas reçu d'instruction religieuse , ni dans sa famille , ni au lycée .

Écrit par : Barbara | 25/09/2019

----------------------------------------
Une thèse à 17 ans : une étudiante précoce ! ( il est vrai qu'elle a des intellos pour parents, ça aide ... )

Héloïse et Abélard : un sujet un peu scabreux , compte tenu de la punition infligée à celui-ci par le tonton de celle-la pour l'avoir séduite et déshonorée

J'ai hâte de savoir en quoi il peut être renouvelé par le parchemin mis au jour dans le voisinage du Luxembourg .

Écrit par : Mémé Octogénie | 25/09/2019

-----------------------------------------

" Elle y passe, parfois. (Au Luxembourg, pour imiter Rosa..." ( Castor)

Mignonne , allons voir si la rose ..."

Au plaisir de rencontrer ma presque homonyme ...

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 25/09/2019

-----------------------------------------

La thèse de la jeune fille à la rose ; hypo -thèse :

Les amours d' Héloïse et Abélard seraient restées chastes et le jeune théologien aurait été victime d'un complot ourdi par des Docteurs en Sorbonne jaloux de cette étoile montante .

Les deux jeunes se seraient prêtés à ce jeu , à la fois pour s'amuser et pour éviter de devoir avouer un dangereux secret , probablement un athéisme partagé ce qui pouvait les conduire au bûcher .

Le parchemin mis au jour confirmerait cette hypo-thèse qui affleure déjà dans la correspondance des deux "amants " telle qu'on la connaît et pour qui la lit entre les lignes ( trop croyants et pieux pour l'être vraiment )

Leur athéisme ; une bombe si c'est vérifié ...

Écrit par : Pépé Castor | 25/09/2019

--------------------------------------
Oui , une bombe !

Je comprends que ces " amants" se soient montrés prudents ( on brûlait pour trois fois rien à l'époque ) et aient préféré avouer un péché de chair plutôt qu'un déficit de foi .

Quelques allusions à leur probable athéisme dans Da Vinci Code , il est vrai modérément crédible .

La comédie qu'ils ont jouée - si l'hypo - thèse est vérifiée , nous vaut de disposer d'une magnifique correspondance " amoureuse " qui enfonce celle de la Religieuse Portugaise avec son amant infidèle .

Ceci confirme ce que dit Diderot du Comédien : moins il y croit et mieux il paraît" vrai "

Écrit par : Zénon | 25/09/2019

------------------------------------------
La précoce doctorante en Sorbonne est doublement qualifiée pour faire dire le maximum au parchemin exhumé au voisinage du Luxembourg : ses parents , disciples lecteurs de l' " Emile " de Jean-Jacques , lui ont fait apprendre , parallèlement à ses études académiques, un métier artisanal , la reliure ( bravo, Castor et madame ! )

Avant-même de savoir lire , elle se servait des bouquins de la famille pour édifier des maisons et des châteaux ; les écrits , livres et liasses , sont donc pour elle à la fois des messages et des objets , de l'abstrait et du concret ...

Écrit par : Sidonie | 25/09/2019

-----------------------------------------
En l'an 2004, les jeunes, étudiants ou non , s'intéressent peu à la politique au sens ancien du terme ;

Celle-ci est d'ailleurs apaisée , les Français ayant tiré la leçon des troubles et des guerres civiles qui ont déchiré les pays voisins ( le Royaume ex -uni , l'Allemagne un temps revenue à une sorte de régime nazi , l' Espagne avec son remake de la guerre de 1936 -39 ) et au-delà : émeutes de la faim en Chine et en Russie , catastrophes écologiques aux USA et sécession de plusieurs états dont la Californie ) ...

Les thèmes du débat public sont désormais essentiellement environnementaux : quelles espèces végétales développer et où ? les menus à proposer dans les cantines scolaires , le respect des droits de l'animal etc.

Écrit par : Léo | 26/09/2019

---------------------------------------
La reliure , la seconde spécialité de notre jeune doctorante, a le vent en poupe : pour économiser le papier , encore gros consommateur de végétaux , on édite de moins en moins de livres : on préfère donner une nouvelle vie aux anciens bouquins , que l'on trouve en abondance dans les brocantes et les greniers familiaux .

Chacun s'évertue à les nettoyer et à les relier , ceci en recyclant les emballages de carton encore utilisés dans le commerce et les vieux vêtements ; des ateliers "reliure pour tous" ont fleuri un peu partout .

Écrit par : Barbara | 26/09/2019

-------------------------------------
Une mode qui fait fureur : " Liberté pour le Livre ! "

Cela consiste à associer dans un seul volume ainsi relié plusieurs ouvrages jusque-là édités séparément ; ainsi , par exemple " Les Fleurs du Mal" et les poésies de Ronsard , ou encore , la Bérénice de Racine et celle de Corneille .

Une association plus ludique : Sade et " l' Imitation de Jésus-Christ" .

Écrit par : Gaudimard | 26/09/2019

----------------------------------
Une vie politique apaisée en ... 2004 , dites-vous cher Léo ; erreur ; il s'agit de 2036 ! Vous avez droit aux circonstances atténuantes en raison de votre âge ...

Les bonnes vieilles droite et gauche ( qui ont survécu à l'épisode macronien )se sont entendues pour exercer le pouvoir en alternance , 1/2 septennat chacune ( on est revenu au septennat )

Le président de la République est élu non au suffrage universel mais par un collège restreint de hauts fonctionnaires et de représentants de la société civile.

La vie politique s'organise autour de deux grandes "associations" ( le terme " parti" n'a plus cours) , l'une héritière de la droite historique , dénommée " Ordre et Mouvement " ( OM ) , l'autre , marquée à gauche , dite
" Mouvement et Ordre " ( MO )

Écrit par : Pépé Castor | 26/09/2019

--------------------------------------
Gauche, droite , droite , gauche : le pas militaire ; je ne puis qu'approuver ...

Mais avons-nous encore une armée en 2036 ?

Écrit par : Général Bol | 27/09/2019

----------------------------------------
Oui , une des meilleures armées du monde ; arme atomique réduite ( peu suffit pour " dissuader "

Armée de métier de format réduit mais très pro et une réserve formée dès le lycée . Les jeunes se bousculent pour s'entraîner, notamment chez les paras ; priorité aux missions humanitaires et de protection civile .

Les petits cadres sont élus par les soldats ; le chef d'état major des Armées ( " délégué Général à la Défense " ) est un civil .

Écrit par : J Mentor | 27/09/2019

----------------------------------------
RETOUR ( provisoire ) A 2019 : MORT DE CHIRAC....

Je de dirai pas de mal de lui car je n'en pense pas .

Les plus âgés d'entre nous ( Mentor , Jacques Aubin , Mémé Octogénie , Pépé Castor ...) parleront de lui mieux que je saurais le faire .

Écrit par : 20 100 | 27/09/2019

--------------------------------------
Je l'ai ,sans le fréquenter , connu au temps de mes études , puis parfois brièvement approché dans le cadre de ma vie professionnelle .

Je garde de lui le meilleur souvenir ; sympathique, énergique , gros bosseurs , humain et même humaniste ; très marrant ...

Rien à voir avec les lieux communs déplaisants qui ont eu cours sur lui .

Si on tient à le juger , il faut le faire dans le contexte et par rapport à ses contemporains et successeurs ; les "affaires" : des broutilles ...On a fait bien pire depuis.

Écrit par : J Mentor | 27/09/2019

----------------------------------------
Je n'ai eu qu'une fois un contact direct avec lui , alors Premier Ministre de Mitterrand ; à propos d'une insignifiante affaire d'aménagement du territoire que mon ministre de l'époque était venu lui exposer (j'accompagnais celui-ci en tant que chef de bureau responsable du dossier )

L'entretien s'est déroulé sur un mode convenu et j'ai vite compris que ça énervait Chirac ; au terme de la réunion , il m'a retenu , laissant partir le ministre :
" J'aimerais vous parler d'un ami que nous avons , je crois , en commun" .

Il n'y avait pas d'ami commun ; ce qui intéressait Chirac , c'était mon "avis personnel " sur le dossier ; je le lui ai donné en toute franchise , contredisant sur plusieurs points la position de mon ministre mais sans l'enfoncer " ; il a rigolé : " Je m'en doutais , c'est souvent comme ça ; je ne vous trahirai pas , on arrose"

-suite : une conversation à bâtons rompus arrosée de bières ...

Mon ministre n'a pas manqué de me demander si ça s'était bien passé ; je m'en suis tenu à l' "ami commun", souvenir du service militaire et sans parler des bières .

Écrit par : Jacques Aubin | 27/09/2019

------------------------------------
"une insignifiante affaire d'aménagement du territoire "

Une affaire corrézienne , je suppose ...

Écrit par : Barbara | 28/09/2019

----------------------------------------
Vous supposez juste , chère Barbara : le ministre , courtisan comme on l'est parfois dans la profession , venait vendre à Chirac un projet corrézien qui ne tenait pas debout .

Écrit par : Jacques Aubin | 28/09/2019

-------------------------------------
"Je l'ai ,sans le fréquenter , connu au temps de mes études"
Quel souvenir, cher Mentor , avez-vous de lui tel qu'il était à cet âge ? est-il vrai que les filles se l'arrachaient ?

Écrit par : Euphémie | 28/09/2019

----------------------------------------
Grand , un peu gauche ( et à gauche ) , pas très travailleur ( il ne l'est devenu que plus tard ) nullement arrogant ...

Toutes les étudiantes , et surtout les bourgeoises , faisaient la cour au garçons et pas particulièrement à lui ; elles se décoinçaient allègrement , mais sans passage à l'acte ( danger ! )

Elles s'intéressaient de préférence aux gars issus d'un milieu plus modeste que le leur , censés être plus
authentiques et virils que leurs amis , frères et cousins

Evoquant , hier , ce temps-là avec des jeunes , j'ai eu un peu de mal à leur faire saisir les subtilités de la sociologie d'alors : il existait un fossé entre la petite ou moyenne bourgeoisie et la grande qui confinait à l'aristocratie .

Sur ce plan , la société était plus proche de celle décrite par Stendhal et Balzac que de la nôtre .

Écrit par : J Mentor | 28/09/2019

----------------------------------------
"elles se décoinçaient allègrement , mais sans passage à l'acte ( danger ! "

Quel danger ?

Écrit par : Léo | 28/09/2019

------------------------------------------
Risque : conception non désirée ; plus encore : scandale en cas de liaison découverte , susceptible de déboucher sur une mésalliance .

Très rares étaient les filles de " bonne famille " osant refuser la stratégie maritale depuis toujours arrêtée par leurs parents .

Écrit par : J Mentor | 28/09/2019

----------------------------------------
Peut-on dire , comme le font certains journalistes à propos du décès de Chirac , " c'était mieux avant "? ; plus précisément pour ce qui est des relations entre filles et garçons ...

Écrit par : Ophélie | 28/09/2019

-----------------------------------------
Pour m'en tenir aux relations filles -garçons , dans le milieu qu'évoque Mentor et qui a été aussi le mien , presque à la même époque :

C'était mieux : marivaudage subtil ,parfois délicieux ; garçons rarement agressifs , filles réservées même si elles avaient hâte de se décoincer ; inventivité dans la drague ,discrétion dans les liaisons ...

Les deux principales différences entre cette époque et la nôtre ( dans la mesure où je connais celle-ci )

-La " tenue" ( habillement et comportement )

-la " conversation" : les jeunes gens de ce milieu prenaient leur temps , le marivaudage était très intellectuel ...

Écrit par : JC Jaurras | 28/09/2019

------------------------------------
" Mieux avant " ?

Dans la vie en général ? plutôt non et un peu oui ; on pourrait en disserter longuement ...

Les relations garçons-filles ; dans le milieu de mes grands-parents ( ouvriers en usine ) : c'était selon eux plutôt mieux avant mais ils ont du mal à dire pourquoi

C'est ce que l'on peut appeler du " ressenti" ; je crois comprendre que , dans leur souvenir , les gens étaient plus gais ; et pourtant , l'époque de leur jeunesse n'a pas été particulièrement heureuse : la guerre , l'occupation , les restrictions qui ont suivi ...

Écrit par : Pau Prolo | 28/09/2019

----------------------------------------
La bio ( non le " bio) , un dada que je partage avec Mentor et mon ami Boris Vodka .

j'ai regardé de près celle de Chirac telle que la présente la presse : pas de lacunes ni d'erreurs graves; c'est seulement un peu arrrangé; sa fille Claude y veille ...

Qu'en pensent nos amis Mentor et Jaques Aubin qui l'ont plus ou moins approché ?

Écrit par : Javert | 30/09/2019

----------------------------------------
Ni lacunes ni erreurs importantes, selon moi ; une vie un peu arrangée comme le dit Javert , guère plus que le curriculum du candidat à un emploi .

Ce qui me paraît le plus et le mieux relooké , c'est sa jeunesse d'étudiant à Sciences -Po , son court flirt avec le PC . Pas de quoi fouetter un chat ...

Écrit par : J Mentor | 30/09/2019

----------------------------------------
Vendre l'Huma-Dimanche Place St Sulpice , ça impressionnait les étudiantes de Sciences -Po qui prenaient le jeune Jacques pour un prolo , espèce alors très rare dans ce milieu .

Écrit par : Jacques Aubin | 30/09/2019

-----------------------------------------
Une lacune dans les bios de Chirac : le soutien discret mais efficace dont à , ses débuts en Corrèze , il a bénéficié de Spinasse , un homme politique socialiste , très influent de la III ème République , condamné au silence pour s"être mal comporté sous l'occupation .

Il est malséant de rappeler que la gauche , socialiste , radicale et même communiste , n'a pas été unanimement résistante , il s'en faut de beaucoup au temps où il était dangereux de l'être .

Comme de faire allusion au passé assez droitiste et même

Écrit par : J Mentor | 04/10/2019

--------------------------------------
Suite ( erreur de manipulation ) : et même un peu vichyste de François Mitterrand , le champion du relloking en matière de story telling

Écrit par : J Mentor | 04/10/2019

-----------------------------------------
Voir la fiche Wikipedia de Charles Spinasse : son comportement sous l'occupation y est présenté d'une façon qui colle plutôt bien avec mes sources professionnelles .

In fine : " Il ne joue plus ensuite qu'un rôle politique modeste, mais soutient en Corrèze, dans les années 1960, l'ascension du jeune Jacques Chirac, notamment aux élections législatives de 1967 au cours desquelles il déclare que « la couleur politique [de Chirac] est sans aucun doute socialiste5 ».

Écrit par : Javert | 04/10/2019

-------------------------------------
Si Mentor et Javert continuent à explorer les bios des grands hommes, morts et vivants, il ne nous restera bientôt plus personne à célébrer ...

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 04/10/2019

-----------------------------------------
Chez nous le ravalement des bios a longtemps été un sport national ( spécialité : l'effacement sur les photos de groupes de celles des personnalités passées à la trappe , souvent des héros de la Grande Révolution) .

On le fait encore mais plus discrètement .

Sans vouloir m'ingérer dans les affaires de la France , je me permets de regretter , cher ami Javert , que tes anciens potes n'aient pas été plus attentifs à la bio du fonctionnaire des RG rénovés qui vient d'assassiner plusieurs de ses collègues et ceci au coeur de leur service .

Écrit par : Boris Vodka | 05/10/2019

-----------------------------------------
Une bien triste affaire que je n'ai guère envie de commenter , par respect à la fois pour les victimes et pour mes anciens collègues , humiliés et brocardés par les médias .

Deux remarques seulement , que j'avance avec prudence

--tout ce qui a trait à une spécificité religieuse ou ethnique est quasiment tabou , les professeurs de vertu y veillant , ce qui rend difficile la moindre "alerte" aussi justifiée soit -elle .

--J'ai maintes fois eu l'occasion de constater que les grands ratages sont souvent imputables à une négligence : quelqu'un qui n'a pas correctement fait son boulot ; la vigilance est une affaire de détails ...

Écrit par : Javert | 05/10/2019

---------------------------------------
D'accord avec votre approche prudente de cette affaire et avec vos deux remarques : j'ai , dans un domaine moins sensible que celui -ci , fait souvent les mêmes constations ( sujets tabou et erreurs humaines , quelle que soit la qualité du service en cause )

Écrit par : Jacques Aubin | 05/10/2019

-----------------------------------------
D'accord à 100 % et surtout avec le défaut de vigilance dans les détails .

Je me permets d'ajouter ceci ( avec la prudence qui s'impose ) : s'agissant des affaires de terrorisme , les services compétents , dont le professionnalisme est reconnu , manquent peut-être de ce que j'appelle l'
"intelligence " , faute de trouver un autre terme : capacité à comprendre le phénomène islamiste en tant qu'idéologie , les précédents connus et abondamment étudiés n'étant pas d'un grand secours .

C'est -bien que comparaison ne soit pas raison - ce qui s'est passé en 1968 : les services compétents ( aux deux sens du terme ) n'ont rien vu venir ,ni d'ailleurs su analyser la situation pendant et après les événements ; le " gauchisme " était pour eux la version extrême de mouvements bien connus d'eux , alors que c'était un " objet" nouveau .

Écrit par : JC Jaurras | 05/10/2019

------------------------------------------
Je me garderai de juger les " services" que cette affaire met en grande difficulté .

Ma connaissance de ces questions est très limitée et trop ancienne pour que je puisse me fonder sur elle pour donner un avis crédible .

Cette précaution prise , d'accord avec les deux remarques de Javert.

A propos du déficit d' "intelligence" évoqué par Jaurras:
On peut , service et individu , être très intelligent sans avoir nécessairement l'intelligence des situations ( 68 est une bonne référence )

C'est une affaire de culture mais aussi d'intuition et plus encore d'ouverture d'esprit .

Les personnes qui montent en grade dans ce domaine et donc prennent ou inspirent les décisions ne progressent pas nécessairement en " intelligence " ; ils peuvent même régresser , prisonniers qu'ils sont de leur expérience , en même temps que peu enclins à continuer à s'instruire .

C'est sans doute un type de " cerveau" qui fait défaut; il existe peut- être , mais pas au bon endroit .

Une réussite des " services" , toutefois , en "intelligence" , dans l'Italie des années 70 : les magistrats et les officiers des carabiniers qui se sont "mis à lire" ( propos rapporté par Marcelle Padovani dans " Vivre avec le terrorisme" )

Écrit par : J Mentor | 05/10/2019

---------------------------------------
Les " cerveaux " mal situés au sein des " services" : cela peut aussi exister dans l'armée et dans le monde de l'économie ; un cerveau bien conformé risque de se ramollir en prenant du galon ( poids excessif de l'expérience , trop de temps consacré à la gestion et aux intrigues au détriment de la réflexion ...).

Il faudrait pouvoir rémunérer correctement les intelligences les plus brillantes sans les promouvoir dans la hiérarchie .

Écrit par : Général Bol | 06/10/2019

-----------------------------------------
" capacité à comprendre le phénomène islamiste en tant qu'idéologie , les précédents connus et abondamment étudiés n'étant pas d'un grand secours " (JC Jaurras)

On pourrait exploiter des "précédents " plus anciens , par exemple le déferlement de fanatisme auquel a donné lieu la " réforme" au temps de la Renaissance , ou encore la Terreur de 1793 -94 .

Et aussi le phénomène sectaire , toujours bien vivant
( techniques éprouvées de " conversion" , emprise sur les intelligences , y compris les plus éclairées ((médecins , architectes , enseignants ...)

Écrit par : Cluny | 06/10/2019

----------------------------------------
--Le fanatisme n'est pas le fait des seuls islamistes dits "radicalisés " ; celui des petits marquis experts en vertu , certes moins sanguinaire , qui s'exprime dans la presse et dans les réseaux sociaux , est aussi ravageur

Un comportement qui apporte de l'eau au moulin de la droite extrême qui joue en défense de la liberté d' expression ( ! ), ainsi à propos de chaque procès ( un par semaine , ou presque) intenté à Eric Zemmour , lequel se construit une notoriété que ne mérite pas sa médiocre littérature .

Écrit par : Anna Lisa | 06/10/2019

------------------------------------
"tout ce qui a trait à une spécificité religieuse ou ethnique est quasiment tabou , les professeurs de vertu y veillant , ce qui rend difficile la moindre "alerte" aussi justifiée soit -elle " ( Javert 5 octobre )

Bravo cher Javert : une hypothèse depuis vérifiée , comme au bon vieux temps ." c'est dans les vieux pots ..."

Écrit par : Boris Vodka | 07/10/2019

--------------------------------------
Tu parles en connaisseur ...
Ils vont bientôt demander aux vieux de la vieille de reprendre du service.
Cela semble s'être encore aggravé aujourd'hui ; du meilleur John Le Carré ...

Écrit par : Javert | 07/10/2019

------------------------------------
Du Le Carré mais pas du meilleur .
On en rirait s'il n'y avait des morts et des risques de dégâts collatéraux .

Écrit par : J Mentor | 09/10/2019

------------------------------------
Du Le Carré mais pas du meilleur .
On en rirait s'il n'y avait des morts et des risques de dégâts collatéraux .

Écrit par : J Mentor | 10/10/2019

--------------------------------------
"dégâts collatéraux " pour l'instant limités , semble-t-il.

Mauvais pour l'image de ce service ,mais il faut se garder de l'accabler : chez vous le job est difficile à exercer , avec les droits de l'homme et le politiquement correct etc., moins gênants chez nous .

" errare humanum est " comme on dit en breton .

Écrit par : Boris Vodka | 10/10/2019

------------------------------------------
En plus des " précédents " cités par Cluny : la " bataille d'Alger " gagnée par les paras de Massu et surtout l'élimination de l'OAS en 1962 -63 ...

Deux cas d'omelettes avec pas mal d'oeufs cassés, hélas

Écrit par : Jacques Aubin | 10/10/2019

--------------------------------------
J'ai peu suivi la " bataille d'Alger" , mais j'ai un souvenir assez précis de l'élimination de l' OAS : vite fait , bien fait ...

Action conjointe de la police " classique" et de collaborateurs occasionnels , à tort qualifiés de "barbouzes" ...

A mon avis , on peut aujourd'hui être efficace en restant dans le cadre du droit ; en sortir reviendrait à donner d'une certaine façon , aux terroristes .

Un " précédent" que personne n'a cité : l'éradication du terrorisme anarchiste au début du XXème siècle : la République s'était dotée de lois dites " scélérates" par leurs adversaires , mais il s'agissait de lois ; " dura lex sed lex " ainsi qu'on le dit en ...breton, cher Boris .

Écrit par : Général Bol | 10/10/2019

--------------------------------------
Le service fautif pourrait bien passer à la trappe ou perdre son autonomie ; mauvaise solutions car il dispose d'une expérience très ancienne et de personnels de grande qualité .

L'un des problèmes est la confiance excessive faite au numérique ("le meilleur et le pire " comme le disait Esope de la langue ) .

On peut fort bien utiliser en parallèle les techniques les plus avancées et les méthodes à l'ancienne ( présence sur le terrain , fiches et dossiers-papiers )

"autonomie " : contrairement à ce que disent nombre de parlementaires et de commentateurs , Paris n'est pas la France ; c'est Paris .

Écrit par : Javert | 10/10/2019

---------------------------------------
" fiches -papiers" : la mienne , presque illisible , que m'a montrée un vieil ami collectionneur me présente comme une " judéo- russe exaltée" et me rajeunit de 10 ans !

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 10/10/2019

--------------------------------------
Rajeunir de dix ans , et même d'un peu plus, ça me plairait assez

Écrit par : Mémé Octogénie | 10/10/2019

-----------------------------------------
Aucun intérêt pour moi puisque, grâce à Dieu , je suis éternel .

Notre Rosa " exaltée" ? En politique , oui mais en amour plutôt réservée et guère heureuse ...

Au Vatican , nous suivons de près cette lamentable affaire de taupe à la PP de Paris ; nous en avons aussi , même si nos fiches sont le plus souvent de carton .

Ce qui nous attriste ,au-delà des morts, c'est que tout cela se passe en face de Notre-Dame , déjà très éprouvée .

Écrit par : Zénon | 10/10/2019

------------------------------------------
" exaltée " est excessif , qu'il s'agisse de politique ou de sentiment ; " romantique" conviendrait mieux , ce qui n'est pas incompatible avec la rigueur .

J'ai toujours eu des rapports compliqués avec les polices comme avec les hommes .

Amour et politique , terrain miné sur lequel il est imprudent de s'engager ...

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 10/10/2019

Écrire un commentaire