Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2019

Société de vigilance ? Chiche !

Depuis dix jours, jour après jour, déclaration après déclaration, sortie (de route) après sortie d'élus, la France ébahie découvre la liste des signaux faibles de terrorisme dormant auxquels elle doit être attentive. Conversion à l'islam, pour une députée Modem, port du voile pour un député RN, refus de serrer la main à une fille de CP pour un néo nazi... oups, pardon, pour Jean-Michel Blanquer. En à peine huit jours, la célérité de la surenchère a explosé les bornes déjà franchies lors du débat sur l'Identité Nationale. On peut sans doute spoiler la suite des débats : personnes non blanches et non jaunes (eux, c'est nos amis, s'en souvenir) = signal faible de danger... 

C'est tellement grotesque que ça en serait franchement drôle, si ça ne causait pas des tas de victimes collatérales, avec une hausse des discriminations à l'embauche, au logement, corollaire de ce genre de débats... Ca avait été le cas en 2008, ça sera le cas cette année. Quelle merveilleux argument civique : en refusant de louer votre logement à un français aux traits un peu trop maghrébins à votre goût, vous n'êtes plus un gros con raciste, mais un bienveillant et vigilant citoyen engagé dans la lutte contre le terrorisme. 

La semaine dernière, Eric Ciotti a dit que le terrorisme avait tué 267 personnes en France. Je n'ai pas de raison de penser qu'un citoyen scrupuleux comme Ciotti voit le chiffre à la baisse. 267 victimes, donc. C'est beaucoup. C'est trop, évidemment. C'est beaucoup trop. Mais cela vaut-il de fracturer le pays en nous montant les uns contre les autres pour une vigilance pour laquelle nous sommes, au fond, impuissants ? Il y a un certain nombre de pieds nickelés parmi les aspirants terroristes, certes. Le loupé des bonbonnes de gaz devant Notre Dame rappelle une certaine impréparation et une vigilance d'un cafetier. OK. Mais le Bataclan, les terrasses, Saint Denis, Trèbes, Nice, Saint Etienne du Rouvray ? De nombreux messages envoyés par messageries cryptés, sur des groupes fermés, toutes choses qui ne peuvent être détectées que par des professionnels. Nous, pauvres amateurs, ne pourrons sans doute pas grand chose... Les radicalisations forcenées, évidentes, au grand jour, se font dans une certaine communauté, pas au grand jour. Quand c'est le cas, tout l'arsenal législatif, règlementaire existe déjà pour licencier, mettre sous contrôle... faux débat.

267 morts en cinq ans (depuis Charlie Hebdo) pour le terrorisme. 267 féminicides sont perpétrés en deux ans, environ. Sur ce sujet, la vigilance de tous est plus aisée. Rarement les passages à l'acte sont immédiats. Il y a nombre de signaux faibles. Nombre de personnes au courant, dans l'entourage, à la médecine du travail, chez l'employeur, à la police... Ces signaux sont souvent ignorés comme l'avait prouvé l'enregistrement du Président Macron se rendant dans un centre d'écoute où une victime avait été renvoyé sans ménagement par l'écoutant policier qui ne voyait pas de "vrai" danger. Là dessus, on voit bien les encouragements qu'il y aurait à exiger des Pandores qu'ils prennent au sérieux ce sujet pour que les plaintes affluent et qu'elles soient suivies d'effet pour sauver des vies. L'égalité f/h étant censément la grande cause du quinquennat, on en vient à se demander si, quand on nous parle de vigilance, on ne se fout pas un tout petit de nous en désignant des boucs émissaires aisés quand nous pourrions regarder plus près de nous. 

Commentaires

-----------------------------------------
L' occupation de 40 -44 , la belle époque , si l'on peut dire , de la délation , de préférence par écrit , le téléphone n'étant pas sûr et les réseaux sociaux pas encore à la mode .

Récemment encore , les anciens des RG montraient aux initiés les plus belles pièces des archives ; certaines d'entre elles qui ont survécu à la restructuration de ce service valent leur pesant d'or ; on peut en trouver , avec un peu de patience , dans les boites des quais de Seine et dans des brocantes .

Écrit par : Javert | 14/10/2019

----------------------------------------
" Les oreilles ennemies nous écoutent " , appel à la vigilance de temps de la "drôle de guerre " qui précéda la défaite .

Une occasion de rigolade à l' époque : une vieille fille patriote et vigilante , avait dénoncé la multiplication , sur les murs de sa rue , d'un dessin qui ne pouvait être que celui d'un canon : deux roues surmontées d'un long tube ; manifestement , un signe posé là par des ennemis de l'intérieur pour signaler un site stratégique

Vif émoi dans la presse , déjà prompte à s'enflammer.
Toutes les polices sur le coup ...

Résultat : graffiti obscène d'un ado un peu tourmenté:
Les "roues " : deux testicules ; le " tube" : le zizi qui va avec .
Grosse rigolade sauf parmi les complotistes de l'époque ( le gouvernement nous cache la vérité )

Écrit par : Léo | 14/10/2019

------------------------------------------
Ce qui doit le plus alerter , c'est l'absence totale de signes , faibles ou forts .

Je le tiens d'un condisciple sympathisant du RN comme il y en a beaucoup ici

L'anguille sous roche est indétectable ; plus encore s'il n'y a pas de roche ...

Écrit par : Ado- Nice | 14/10/2019

-----------------------------------------
Un signe " faible" : le fana de petits pains au chocolat qui se met à manger des croissants ...

A propos des graffitis obscènes de la drôle de guerre : les signes de piste des jeux scouts peuvent être mal interprétés ( je vous épargne les détails) ; on tend à les proscrire suite aux affaires de pédophilie qui déchirent la
Chrétienté .

Écrit par : Bénédicte | 14/10/2019

------------------------------------------
L'actualité est bien embarrassante pour les petits marquis des médias et des réseaux sociaux .

Syrie : expédier les paras au secours des démocrates kurdes , au nom des valeurs et pour l'honneur de la France .

" vigilance" ; protéger la liberté des ennemis de la liberté

Le faux Xavier Dupont de L .. arrêté en Ecosse : une bavure , une de plus , de notre police trop occupée à réprimer les gilets jaunes et autres protestataires .

Le " voile" : attention aux amalgames , l'islamisme n'a aucun rapport avec l'islam ; le voile n'est d'ailleurs qu'un innocent ( et élégant ) foulard ; les nonnes catholiques sortent voilées , comme les veuves de bonne famille au cimetière .

Écrit par : Jacques Aubin | 15/10/2019

-------------------------------------------
Syrie : il faut se mêler le moins possible des querelles tribales , tous les vieux " coloniaux" le savent .

Naguère , notre armée avait en son sein des " officiers des affaires indigènes" , experts en la matière ; leur devise ( non écrite) : " méfie-toi d'oublier de te méfier" ( ce que disait , sous une forme légèrement différente , Prosper Mérimée )

Un exemple d'intervention malencontreuse dans une situation compliquée : la France volant au secours de la peu démocratique Pologne en 1939 ( " mourir pour Dantzig"

Écrit par : Général Bol | 15/10/2019

-----------------------------------------
--Un des résidents de notre Douceur Angevine , vétéran des guerres coloniales , confirme : c'est très compliqué ; tout est fait de nuances , ethnies , goûts et couleurs , nourriture , sexe ; c'est à n'y rien comprendre.

Si l'on s'en mêle , on aura tort quoi que l'on fasse , et plus encore si l'on n'intervient pas .

Le plus sage, dit-il , est de laisser ces gens s'écharper entre eux et de les empêcher de venir le faire chez nous.

Écrit par : Mémé Octogénie | 15/10/2019

-----------------------------------------
OK , mais quand ils s'écharpent entre eux , ça donne des photos de bébés massacrés et de femmes violées qui font le tour du monde , ce qui émeut les braves gens , mobilise les humanitaires professionnels et met en branle les passeurs.

On est donc obligé de s'en mêler , sauf à être attaqué pour crime d'inhumanité .

Les interventions humanitaires finissent par coûter plus cher que des opérations militaires bien conduites .

Écrit par : Pépé Castor | 15/10/2019

---------------------------------------
Je suis moins sévère que vous pour les humanitaires , parmi lesquels on trouve de nombreux braves gens et , tout de même , bien peu de filous et de passeurs .

Problème : il leur arrive de se montrer imprudents , ce qui fait courir des risques aux militaires qui ont mission de voler à leur secours quand ils sont pris en otage .

A rapprocher , dans un domaine que je connais assez bien , des alpinistes et des randonneurs qui prennent des risques inconsidérés , mettant en danger les sauveteurs .

Écrit par : Olympe | 16/10/2019

-----------------------------------------
Puisque vous vous y connaissez " assez "bien en sport , que pensez-vous , chère Olympe , de la loi du début août instituant une " agence" qui se substitue pour une large part au ministère chargé du sport ?

Si j'en crois la presse spécialisée , l'inspection générale de ce département , traditionnellement fort discrète , est entrée en conflit ouvert avec la ministre du moment et son cabinet , ce qui est sans précédent.

Écrit par : Jacques Aubin | 16/10/2019

---------------------------------------
Une bien triste affaire , effectivement " sans précédent"

Sportive de terrain , non d'antichambre , je n'ai suivi que de loin les aspects juridiques de la question ; je crois comprendre qu'au terme de débats très animés , tant au sein du ministère que dans des instances supérieures , le texte initial a été quelque peu modifié afin que soit précisé que l' " agence" en question est placée sous la tutelle du service public.

Concession de pure forme ,dit-on dans les couloirs , l'objectif initial ( privatiser le sport) n'étant pas abandonné

Il se dit aussi que la ministre connaît et comprend mal le fonctionnement de son administration et , au-delà , une "culture service" public dont l'inspection générale est la garante , ce qui l'a contrainte à intervenir .

Écrit par : Olympe | 16/10/2019

--------------------------------------
Une "culture service public" héritée de l'avant -guerre
( Léo Lagrange ...) et renforcée au début de la Vème
( Maurice Herzog ), malheureusement mise à mal par la marchandisation sauvage du sport .

La ( trop ) fameuse " Agence " aiguise les appétits mais pourrait , dit-on, attirer l'attention de la presse d'investigation...

Ce n'est pas l'Inspection Générale du ministère des sports en tant que telle qui s'oppose à cette malheureuse initiative mais l'association de statut syndical qui regroupe la quasi totalité de ses membres , nuance qui a échappé à la ministre, décidément mal informée .

Écrit par : J Mentor | 17/10/2019

------------------------------------------
Avoir un excellent pedigree sportif ne qualifie pas nécessairement pour diriger un ministère , aussi modeste soit-il .

Au-delà des oppositions qu'elle suscite dans les hautes sphères, la création de cette " agence" est source de complications , voire de chaos dans les territoires ; les fonctionnaires de terrain , les collectivités locales n'y comprennent rien ..

Macron , qui a encouragé cette initiative d'un des ses conseillers , commence à s'inquiéter des remontées ; la ministre serait en difficulté .

Écrit par : Olympe | 17/10/2019

----------------------------------------
On parle d'un " Manager Général" à la tête ou dans la haute hiérarchie de cette " Agence" .

Traditionnellement , les hauts fonctionnaires attirés par le secteur privé se contentaient de pantoufler en doublant ou triplant leur traitement .

Il est maintenant plus simple de privatiser tout un service ce qui évite les conflits d'intérêt et autres pratiques susceptibles d'intéresser la justice .

Écrit par : Jacques Aubin | 18/10/2019

-----------------------------------------
Je connais un retraité de l'administration qui collectionne les "débris" ( c'est son vocabulaire ) du service public qui survivent aux privatisations , tant au niveau national que dans les territoires .

Il s'intéresse aussi , dans le même esprit , au capital de connaissance et de savoir-faire transféré au privé qui en tire gloire et profit sans avoir à le payer , à la façon d'un pays riche qui , au temps de la colonisation , exploitait gratos ou presque les ressources d'un autre .

Écrit par : Léo | 18/10/2019

-----------------------------------------
---Ce retraité collectionneur n'est pas seul , loin s'en faut : avec plusieurs autres anciens , encore verts , il a constitué une administration parallèle, à l'image du "gouvernement fantôme" britannique , qui marque à la culotte le "Nouveau Monde " macronien .

Le Conseil Constitutionnel et le Conseil d'Etat sont très attentifs à ses travaux; ceci explique que les textes relatifs à l' Agence du sport aient été largement corrigés et complétés en vue d'affirmer la tutelle de l'état sur cet organisme .

L'action de cette administration fantôme porte aussi sur la réforme du système des retraites , ce qui explique le recul récent du gouvernement sur ce point

Écrit par : J Mentor | 19/10/2019

---------------------------------------
Ce service public " fantôme" hante les nuits de la Macronie qui échoue tant à l'infiltrer qu'à le retourner , comme cela se fait traditionnellement s'agissant d'un mouvement de résistance .

La force des " fantômes " ( c'est l'appellation qu'ils se donnent entre eux ) tient essentiellement :

-à la richesse de leur expérience et à la qualité de leur information ( sans cesse actualisée grâce à un réseau étendu de fonctionnaires en activité )

-à leur extrême prudence : aucun recours à internet et usage circonspect du téléphone ; rencontres dans des cafés et des jardins ...publics et non aux domiciles des membres ; absence de contacts avec la presse
( sauf avec certains journalistes d'investigation à la fois pros confirmés et d'une honnêteté rigoureuse)

-à leur absolue neutralité politique et idéologique .

Écrit par : Javert | 19/10/2019

---------------------------------------
--Un club de vieux réacs , semble-t-il , rances et grincheux .

--" absolue neutralité politique et idéologique " : un mythe : tout est politique et idéologique .

Écrit par : 20 100 | 19/10/2019

------------------------------------------
"Réac " peut avoir deux sens : qui est conservateur , de droite ; ou qui réagit , refuse , s'oppose .

"Neutralité " ne signifie pas absence d'inclination politique et idéologique mais refus d'en faire état dans les débats ; un état d'esprit , non une synthèse molle des opinions ; exemple : la laïcité républicaine

Des individus qui défendent le service public peuvent se retrouver sur des valeurs communes en faisant abstraction de leurs préférences partisanes

Écrit par : Jacques Aubin | 19/10/2019

----------------------------------------
Références possibles :

-Le Consulat au début du XIXème siècle ; mise en place d'un service public moderne : les codes , les préfets ; " tout ce qui est national est nôtre " (Bonaparte ; "national" = bon pour le pays , héritage dans toute sa diversité )

-le programme du Conseil National de la Résistance en 1945 ( Sécu, nationalisations )

Les idéologies ne sont pas a priori critiquables bien que certaines d'entre elles aient été liberticides ; ce qui importe c'est de ne pas avoir une approche systématiquement idéologique , théorique , doctrinaire
des problèmes

Écrit par : JC Jaurras | 19/10/2019

-----------------------------------------
Ainsi que le disait P. Mendès-France de la démocratie , le Service Public est " avant tout un état d'esprit" : dévouement au bien commun , désintéressement , à la fois tradition et modernité , modération et nuances dans l'expression ( le langage administratif à tort brocardé ) ;
des valeurs modestes sans prétention à la " vertu" .

Ce n'est certes pas le "souverain bien " mais le " moindre mal" , ce qui n'est pas si mal ...

Écrit par : J Mentor | 21/10/2019

Écrire un commentaire