Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2019

Les violences faites aux femmes n’ont rien d’extraordinaire.

La chose la plus frappante dans la manifestation de samedi dernier, c'était sa diversité. Les reportages ont pointé la présence de presque 1/3 d'hommes, ce qui n'est pas faux, mais bien au-delà, toute la France était présente. Il y avait des peaux et des cheveux de toutes les couleurs, tous types d'étoffes aussi. Je regrette que cette universalité de la marche ne fut pas suffisamment mise en avant car ça ne m'était jamais arrivé. Entre les marches sectorielles, les revendications particulières et autres manifestations de soutiens à une cause, il est rare de trouver tout le monde dans la rue. Pas plus les marches pour le climat (hélas) que les défilés du 1er mai ne reflètent à ce point la diversité du pays. Bien la preuve, malheureusement, que les violences faites aux femmes n'ont rien d'extraordinaire : elles sont partout.

Depuis ce week-end, j'ai eu deux dîners avec des mecs courroucés. Sans compter les innombrables commentaires outrés sur les réseaux sociaux, sous une photo virale "halte à la dicktature", où nombre d'hommes disaient leur mépris pour ces slogans essentialisant qui "les associaient à des assassins". Mes amis, l'un délicat l'autre moins, reprenaient à leur compte cette antienne en réclamant le droit bien connu au "pas d'amalgame". Je peux les comprendre dans la mesure où c'est évidemment une comparaison peu flatteuse, mais je les ai imploré de regardé la vérité en face : les violences sont partout, donc nul ne doit se sentir étranger à la cause. 

Les débats de ces derniers mois, la médiatisation de la cause, ont déjà eu des effets intéressants : nous étions cinq fois plus que l'an dernier dans la rue, la formation aux forces de police comme aux membres de l'administration judiciaire va être augmenté, un climat de renforcement de la vigilance, d'appel non pas à la libération de la parole des victimes (elle est déjà libérée) mais à leur écoute, se développe. Tant mieux. C'est bien évidemment insuffisant et à des années lumières du titre de "Grenelle" puisque nous n'avons pas donné l'aggiornamento de moyens comme les espagnols ont pu le faire. Mais un premier progrès est là et il faut redoubler de pugnacité pour faire céder les points de défaillances. 

Et parmi celles-ci, il y a le fait de considérer les violences comme extraordinaires, inouïes. En mettant la question des violences faites aux femmes et des féminicides dans la rubrique fait divers, on fait fausse route. La majorité des viols, des coups, des meurtres, sont dans la cellule familiale, et toutes les celles. L'un des mérites du film Polisse, sur les violences faites aux enfants, étaient de montrer des abus dans des caves glauques de HLM comme dans appartements richement lambrissés du XVIè, avec un père abusif et avocat qui savait se défendre, lui. Une fiction qui reprenait la réalité : les violences sont partout, dans tous les milieux. Je n'ai jamais été témoin de flagrant délit d'homme tapant une femme, mais des histoires qui bruissent autour de moi, j'en ai entendu, y compris chez des gens dits "insoupçonnables". On est bien loin des histoires de caves et parkings... 

Avant-hier, la femme du maire de Cabourg, a été condamné à 1 500 euros d'amende pour coups et blessures sur son mari dont elle a déchiré le pull et laissé un hématome. La preuve que les violences vont dans les deux sens comme aiment à dire ceux qui trouvent que le terme de "féminicide" biaise les débats ? Pas exactement, les coups ayant été donné en réponse à ceux infligés par Tristan Duval, maire de Cabourg, qui a tant cogné qu'il aurait tué sa femme sans l'intervention providentielle d'un cycliste qui passait par là... Duval fut condamné à une amende, mais la peine d'inéligibilité ne fut pas retenue. Il y aura appel en janvier prochain dont il pourrait se sortir sans souci et se présenter calmement pour sa réélection à la tête de la ville et sans doute, d'être réélu. Il faut séparer l'homme et l'artiste, donc pourquoi pas l'élu ? La main qui a cogné n'est pas celle qui signe des mariages ou des aides aux associations locales. Cette ville ne dépasse pas 4 000 habitants, mais je scruterais les résultats de près pour savoir si notre pays a un peu de dignité. 

Commentaires

--------------------------------------
Une fois n'est pas coutume , Castor fait court !

Écrit par : Léo | 27/11/2019

------------------------------------
Il fallait expédier les " mecs courroucés" aux cuisines !

Écrit par : Euphémie | 27/11/2019

------------------------------------------
Oui !

Écrit par : Lesbie | 27/11/2019

----------------------------------------
oui !

Écrit par : Barbara | 27/11/2019

---------------------------------------
Père et grand-père de filles , je ne puis qu'approuver .

Écrit par : J Mentor | 27/11/2019

------------------------------------
Des filles que vous avez certainement entraînées à se défendre , je suppose ...

Écrit par : Johanna | 27/11/2019

--------------------------------------
Oui , en paroles ( " vois un psy " ... ) et en actes : un coup de pied dans les choses ...vite fait , bien fait ...

Écrit par : J Mentor | 27/11/2019

-------------------------------------------

Le texte " court" de Castor est devenu long ; c'était trop beau !

voir le sujet " société de vigilance " où la disparition du texte court est commentée .

Écrit par : Léo | 27/11/2019

------------------------------------------
La réaction en paroles recommandée par Mentor -" vois un psy" - était :

-inutile : ces agresseurs , ma pratique professionnelle m'en a convaincue , sont presque toujours irrécupérables; seule une castration chimique , au pire physique peut les rendre inoffensifs ; procédure complexe et mal perçue par la société ;

-dangereuse pour l'agresseur qui peut se remettre en cause dans sa virilité et aller jusqu'à s'amputer lui-même , voire se suicider .

Écrit par : Anna Lisa | 27/11/2019

---------------------------------------
La réponse évoquant le " coup de pied dans les oeuvres vives" pourrait choquer la Police de la pensée : en cas d'agression , la réaction vertueuse en même temps que légale consiste à déposer plainte ; plus simple : raisonner l'agresseur ..

Comme Léo, je préfère le texte court de ce matin ; tout y était ...

Écrit par : Lesbie | 27/11/2019

-----------------------------------------
On ne sait toujours pas pourquoi le texte matinal de Castor a disparu avant de revenir , grandi, au bout de quelques heures .

Semonce de la Police de la pensée ?

Écrit par : Jacques Aubin | 27/11/2019

@ Jacques Aubin : une fausse manipulation m'a fait publié le texte au lieu de l'enregistrer en brouillon... Mea maxima culpa !

Écrit par : Castor | 27/11/2019

---------------------------------------
Quand Castor dit quelque chose de pertinent ( ce qui lui arrive assez souvent ) , il est brusquement pris d'une envie de s'expliquer , de se justifier , en politisant le sociétal (" n'oubliez pas que je suis Castor, qui pense bien " ) et en faisant des tonnes .

Une explication plus simple : un calva un peu fort avec son café du matin ..

Écrit par : J Mentor | 27/11/2019

--------------------------------------
" une fausse manipulation m'a fait publié le texte au lieu de l'enregistrer en brouillon... Mea maxima culpa !

Écrit par : Castor | 27/11/2019

A tout péché miséricorde ! attention , tout de même , au calva matinal ....

Écrit par : Jacques Aubin | 27/11/2019

-----------------------------------------
---Je déconseille le calva matinal aux jeunes cadres urbains , dont ce n'est pas la culture .

Écrit par : Mémé Octogénie | 27/11/2019

---------------------------------------
A Caen , jadis , où au sortir de mon hôtel , j"avais, dans l'estaminet le plus proche , commandé un café ; j'ai trouvé que celui-ci avait un drôle de goût; le patron, fort étonné de mon étonnement , m'a dit qu'il était agrémenté d'un calva et ajouté :" quand on le veut brut , à la mode de Paris , il faut préciser " sans calva "

Tout le temps de mon séjour en Calvados , j'ai continué à demander " un café" , ce dont je me suis bien porté ; une bonne préparation au travail de la journée ...

Écrit par : J Mentor | 27/11/2019

----------------------------------------
A l'heure de l'apéro , hier soir , chez Poujadas : une séquence amusante faisant état d'une connivence entre Macron ( candidat puis président ) et un notable censé être "insoumis" ;accord préalable , à plusieurs reprises sur un jeu de rôle visant à les mettre en l'un et l'autre en valeur .
L' "insoumis" , dont je n'ai pas retenu le nom , est un expert en coups médiatiques sur fond de lutte des classes .
Cela ne m'a rien appris car je sais depuis longtemps comment fonctionnent les connivences au sein du microcosme politique , mais il se dit que Mélenchon en a fait une jaunisse , lui qui commençait à émerger de sa déprime grâce aux bons soins d'un chaman rencontré en Amérique latine ...

Écrit par : Léo | 28/11/2019

------------------------------------------
J'ai moi aussi vu le sujet d'Elisabeth Martichou : les larrons pris la main dans le sac ...

Sans verser dans le complotisme , on attend maintenant de nouvelles " séquences " révélant d'autres connivences contre nature , notamment entre les " Insoumis" et le RN ( partage des parts de marché en populisme )

Curieusement , le sujet de LCI n'a guère été commenté , ni à la télévision ni sur les réseaux sociaux ; le faire serait aussi indécent que d'épiloguer sur le pet lâché à table par une marquise ou par un ministre en plein Conseil ...

Écrit par : Jacques Aubin | 28/11/2019

-----------------------------------------
De telles connivences ne sont pas " contre nature "

Le national socialisme est né d'un mariage entre la gauche et la droite extrêmes , comme avant lui le fascisme mussolinien .

C"est souvent une affaire de gros sous plus que d'idéologie : l' " Insoumis " qui copine avec Macron est tout sauf un agneau qui vient de naître ; peut-être cherche-t-il une planque , assurance sur la vie en cas de déconfiture de son parti en 2022

Écrit par : JC Jaurras | 28/11/2019

-------------------------------------
Actualité : une page entière de Jacques Julliard dans Le Figaro de ce jour ; sur la" guerre civile" médiatique , la police de la pensée et autres sujets brûlants du moment

Attention : un organe de droite et un historien-philosophe qui doit l"être quelque peu ( éditorialiste à Marianne , nullement antisémite )

Mélenchon épinglé ...

Écrit par : Cluny | 02/12/2019

----------------------------------------
Absent de Paris le 14 juillet 1789 , en 1830 , en 1848 , lors de la Commune de 1871 , en mai 68 et en 1995 , j'ai la chance de m'y trouver ce 5 décembre 2019.

Je vais essayer de profiter au maximum du spectacle ; le patron de mon bistrot du matin me conseille toutefois la plus grande prudence , ces gens étant très excités ; selon lui , le meilleur poste d'observation et le moins dangereux est la télé ...

Écrit par : Nouveau Parisien | 05/12/2019

-------------------------------------------
Un certain parfum de mai 68 ; les rescapés de cette java se préparent à sortir en fauteuil roulant .

Dans notre Pravda datée de ce jour , une pétition de soutien publiée par le gratin " intellectuel" de service
( que d' "intellectuels " inconnus de moi ! )

A la veille de mai 68 , les pensionnaires des Hôpitaux psy s'agitaient , signe que l'on n'a pas su interpréter à l'époque ...

Écrit par : J Mentor | 05/12/2019

----------------------------------------
En France , on ne place plus guère les " intellectuels" en hôpital psy car ils y mettaient le bazar

A l'état libre ils sont moins dangereux et coûtent moins cher à la collectivité .

Pétitionner dans la presse permet de se faire voir , ce qui est une forme de thérapie .

Écrit par : Anna Lisa | 05/12/2019

-----------------------------------------
" intellectuels " : un corps de métier moins bien défini que les plombiers , bouchers , infirmiers , gardiens de prison etc

Le plus souvent auto-proclamés ou dits tels par une presse complaisante ( promotion de leurs bouquins )

Usage très extensif du substantif " intellectuel" né lors de l'Affaire Dreyfus

Il peut être amusant de vérifier les bios de ceux qui sont dits ou se disent tels ( titres , engagements , moyens d'existence ...)

L'appel de la Pravda fait aussi état d' "artistes" , ce qui n'est guère plus clair.

Écrit par : Jacques Aubin | 05/12/2019

------------------------------------------
Cette " journée " qui s'annonçait grandiose m'a déçu: peu de violences spectaculaires à la télé, les gilets noirs décidément fatigués ...

J'ai risqué une petite sortie , en fin d'après-midi , sur le parvis de la gare Montparnasse et dans les environs : des banlieusards suant et soufflant , à l'évidence peu habitués à marcher même s'ils pratiquent le sport , en appartement ou dans les parcs et jardins ; beaucoup d'obèses ...

Écrit par : Nouveau Parisien | 06/12/2019

-------------------------------------
Ici aussi nous avons été déçus par la télé , et nous avons eu pitié de ces urbains peinant à marcher , surtout les obèses .

Nous nous intéressons beaucoup à la " Clause du grand-père " qui permet aux ascendants des cheminots de voyager gratis ; mais avec l'allongement de l"espérance de vie , sans doute faudrait-il l'étendre aux arrière-grands-parents qui , eux aussi , aiment voyager .

Comment cela se passe-t-il pour les familles recomposées et polygamiques qui comptent de nombreux ascendants encore valides et curieux de découvrir le vaste monde ?

Écrit par : Mémé Octogénie | 06/12/2019

------------------------------------------

Marine et Jean-Luc , c'est fait !

Les entourages se tordent le nez .

Pourquoi les critiquer ? ils sont adultes et libres

Écrit par : Lesbie | 07/12/2019

------------------------------------------
Pas d'objection : JLMélenchon était un pote de mon pote Mitterrand et , au-delà de mes chicanes politiques avec ma fi-fille , son bonheur de femme m'importe plus que tout.

Je finance évidemment pas...

Écrit par : Jean-Marie | 07/12/2019

------------------------------------------
ça rappelle 1933 : national + socialisme .

Mais qui s'en souvient ?

Écrit par : Léo | 07/12/2019

Écrire un commentaire