Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2020

Christophe Girard, une morale française

Christophe Girard a démissionné de son poste d'adjoint à la mairie de Paris pour avoir soutenu Matzneff et dénoncé un "mc carthysme" de la part des militantes féministes et écologistes. Cette décision m'évoque la chute d'Al Capone pour fraude fiscale et pas les monceaux de cadavres dont il avait commandité la mort.

Girard démissionne en 2020, à 65 ans, quand il ne pèse plus rien, pour des mots. Il ne démissionne pas parce qu'il encourt un procès pour pédocriminalité, mais pour en soutenir un. Au moment de la sortir de la livre du Vanessa Springora, "le consentement", les vidéos INA sur la réception de l'oeuvre de Matzneff rappelle le nombre incommensurables de Christophe Girard non ennuyés. De FOG à Beigbeder et Sollers, tous ces petits marquis poudrés de nez qui lui ont donné le Renaudot, l'ont soutenu, rigolé, tapé dans son dos, s'assuré qu'il ne manque de rien ; tous ces joyeux compagnons d'un petit salopard n'ont rendu aucun mandat, aucun rond de serviette, aucun avantage, aucun hochet littéraire. Christophe Girard, lui, lâche son mandat.

Entendons nous bien, que les soutiens des pédocriminels soient emmerdés, ça me ravit. Mais Girard aurait dû chuter depuis 15 ans pour affairisme, collusion d'intérêts et vol de fonds publics. Il s'en ira immaculé de ce point de vue. En 2006, il y a 14 ans, la mairie de Paris signait une convention de mécénat avec Bernard Arnault pour sa fondation Vuitton pour l'art contemporain. Montant, 100 millions d'euros. La convention prévoit donc que sur ces 100 millions, LVMH peut en défiscaliser 60% au titre de la loi Aillagon. Aucun problème, légal. Problème : la fondation en coûtera finalement... 790.... Ceux qui donnent des leçons de compta payent 8 fois le prix initial d'un projet. Frank Gehry les aura mal renseigné... Pas crédible. Embrouille, la convention sera, contre toute morale, contre toute logique, reconduite. LVMH aura donc défiscalisé 60%, non pas de 100 millions, mais de 790....500 millions de fonds publics détournés, sous notre nez. 500 millions qui manquent aux hôpitaux et aux écoles, qui vont dans la poche de l'homme qui vaut 100 milliards. Écoeurant. Ignoble. Les plaintes des riverains et des assos anti corruptions ont été, contre toute logique, mais de manière assez prévisible en matière de pot de terre contre pot de fer, classée sans suite... 

Et sur ce hold-up à un demi-milliard de fonds publics, Christophe Girard n'est pas un spectateur neutre. Déjà premier adjoint à la culture de Delanoë, il signait donc la convention qui était directement dans son champ d'action avec LVMH qui était... Son employeur depuis 1999. Girard a bossé comme directeur de stratégie mode (pas une petite main) de LVMH de 1999 à 2016. Le conflit d'intérêt, le traffic d'influence est gros comme l'éléphant dans la pièce et nous passons les menottes à la petite souris. Une morale française... 

Écrire un commentaire