Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2021

Violence, violence : le loup dans la pièce

C'est assez dingue, le commentaire matinal dominé par "la violence de la société française" et le fait que tout le monde contourne, se contorsionne, esquive le loup d'extrême-droite sous leurs yeux pour chercher d'autres boucs émissaires. Vraiment, comment avons-pu en arriver là, à une société où le Président de la République se fait gifler ? 

Bien sûr, il y a la violence terroriste. Elle ne fait que diminuer en intensité et drames depuis l'acmé du Bataclan, mais l'effroi inimaginable de l'assassinat par décapitation de Samuel Paty et l'assassinat d'une fonctionnaire de police dans un commissariat font qu'on ne peut l'oublier. Elle est latente, pesante, obsédante. Mais elle ne bénéficie pas de canaux de propagande officielle, cette violence est souterraine et latente.

Mais le reste ? Depuis 3 ans, tous les organes d'ultra droite, de plus en plus nombreux à mesure que le débat brunit, de Valeurs Actuelles à C News en passant par le Point, hurle que nous sommes menacés par une Troïka Kmhers Verts / Islamogauchistes / Féminazies. Les voilà les ennemi.es, les voilà les factieux.ses qui osent parfois ne pas manger de viande, envisager du féminin dans les réunions non mixtes masculines du pouvoir ou encore questionner le bilan globalement pas si positif de la colonisation française. Danièle Obono dépeinte en esclave enchaînée en Une d'un hebdo, les féministes accusées d'être "hystériques", des appels masculinistes à "remettre les femmes à leur place", des appels à tuer Castaner et Mélenchon, un attentat contre la mosquée de Bayonne, la manifestation de Génération Identitaire regardée avec bienveillance, le soutien aux chasseurs... 

Ajoutons les mots présidentiels, ambigus sur Pétain "le vainqueur de Verdun", Maurras et autres. Ajoutons que Macron n'a pas un mot après la mort ignoble de Cédric Chouviat, assassiné par la police, pour les violences folles contre des manifestations de Gilets Jaunes, mais appelle Eric Zemmour quand on a lui a craché dessus. 

Le monopole des violences légitimes doit être tenu par l'État pour lutter contre celles et ceux qui le menacent. Ce qui inclut bien sûr les terroristes et les personnes dangereuses empêchant la tranquillité des rues. Mais à ce que je sache, la Troïka Kmhers Verts / Islamogauchistes / Féminazies n'a pas une once de violence en elle et on laisse la haine se banaliser contre elles et eux. Ceux qui se demandent pourquoi la société française est en feu devraient regarder leurs mains, il y a un jerrican d'essence et un chalumeau... 

Écrire un commentaire