Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2021

Extension du domaine de l'inhumanité technologique

Il y a peu, je fus dans l'obligation de prendre l'avion pour un bref aller/retour hors de France et dans notre chère Union Européenne où nous sommes tous copains. Arrivé avec l'avance coutumière de ceux qui détestent ces lieux aux contrôles tatillons et autres raison de perdre du temps, je suis devant ma porte d'embarquement avant que celui-ci n'est commencé. Me mettant moutonièremnent dans la file dès le début, je constate que celle-ci avance anormalement lentement et que nombre de passagers ne rentrent pas, mais doivent chercher quelque chose. Je m'étonne qu'autant de personnes aient pu passer la sécurité sans billet, ou alors s'agit-il de leurs tests PCR, bref, j'avance lentement mais sûrement, mais quand vient mon tour je suis aussi recalé. J'ai pourtant le QR code de mon billet, celui de mon PCR réalisé la veille, mais il me manque celui exigé par le pays d'accueil depuis peu... 

S'ensuivent 20 bonnes grosses minutes où, fouillant dans mes mails, je retrouve un formulaire hyper long demandant force renseignements de traçage. Le site bug, plante, mais finalement j'obtient le QR code et monte à bord non sans soupirer. Mais évidemment l'avion prend du retard (près d'1h au final) car nous étions nombreux dans le même cas à ne pas avoir vu cette formalité inepte, superfétatoire et qui pourtant nous bloquait. D'autres passagers montaient au compte goutte. Finalement, une dizaine d'entre eux n'ont jamais pu obtenir le QR code "car le site ne fonctionnait pas" nous apprit le commandant de bord. Sans penser à ce sémillant sexagénaire qui avait imprimé son billet mais n'avait pas de smartphone. Idem. Restés à quai...

En arrivant dans le pays, les autorités flashèrent bien gentiment mon QR code et me laissaient passer. Il n'empêche, je repense à toutes celles et ceux qui n'ont pu embarquer et qui ont dû rentrer chez elles, repartir plus tard le tout pour une aberration de formulaire technologique déficient. Elles étaient en règle, papier d'identité, titre de transport et pass sanitaire puisque tout le monde avait la preuve qu'ils n'avaient pas le COVID, test ou vaccin. Et malgré tout, niet. Et par la faute du site qui plantait... 

Je suis évidemment persuadé qu'en justice, pareil cas se gagne, mais qui veut, qui peut, qui a l'argent et le courage pour se lancer dans ce genre de procédure ? Comme pour Parcoursup où nombre de destins sont brisés par un algo aveugle, comme les erreurs de versements de droits à la CAF qui viennent vous réclamer quelques milliers d'euros par la suite pour une bourde qu'ils ont commises, le techno solutionnisme n'est définitivement pas un humanisme. 

Écrire un commentaire