Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2021

Impasse rhétorique

Je ne vais pas cracher dans la soupe, j'ai donné des cours de rhétorique pendant 10 ans. A des étudiant.es français pendant 10 ans et 3 ans avec des étudiants étrangers, d'une vingtaine de pays, ce qui constitua sans doute l'acmé de la jubilation intellectuelle que je tirai de cette discipline. Parler liberté d'expression avec des chinois, droits des LGBT avec des russes, port d'armes avec des américains ou encore laïcité avec n'importe quel autre nationalité que des français fut un délice. Et je confesse avoir pris beaucoup de plaisir à me mettre dans les postures que j'abhorre le plus : imaginer des plaidoiries pro constructions de nouvelles prisons, pro privatisation de la santé et de l'éducation, pro flat tax.... Pour préparer mes cours, je devais imaginer et cartographier tous les arguments de chaque camp et encourageait mes étudiant.es à faire de même puisqu'on ne peut bien réfuter que ce que l'on connaît, que ce que l'on a compris de motivations de l'autre.

J'encourageais les marxistes à lire Friedman, les soutiens féministes à écouter Zemmour etc etc... C'était d'autant plus simple et d'autant plus demandé qu'il y a une mode depuis une quinzaine d'années autour du renouveau de l'art oratoire. Porté par des conférences, par l'association Eloquentia, le succès du documentaire "à voix haute" et des livres de l'avocat Bertrand Périer, ce nouvel engouement se répercute dans nombre de médias qui décryptent, analysent les discours, créent des rubriques "les arguments pour", "les arguments contre". La vague a pris partout, dans les ONG, les entreprises, le secteur public, tout le monde envoyait des kits, des éléments de langage, du prêt à argumenter très facile à partager sur les réseaux sociaux. On peut évidemment se réjouir de ce goût pour la joute, pour l'argumentation, pour le fait d'affiner, de détailler pour mieux persuader. On peut.

Mais à la grande question "à quoi sert la rhétorique ?" je répondais invariablement à mes étudiant.es avec la candeur presque stupide d'un James Stewart dans "monsieur Smith au Sénat" que la meilleure des rhétoriques n'était rien si elle ne servait des convictions. Et je trouve qu'il y en a peu, en ce moment, dans les manifs anti passe sanitaire... 

Depuis l'avènement d'un mouvement "ni de droite nie de gauche", les convictions politiques ont déserté. Il fallait voir toutes et tous ces élu.es LREM "issu.es de la goche" justifier l'abandon de l'ISF ou comprendre la loi Asile Immigration de Collomb... Voir toutes et tous les député.es LR se contorsionner pour justifier leur existence et dire que "Macron c'est pas la droite". Le pêché originel il est là : les marcheurs n'ont aucune colonne vertébrale, pas de conviction, pas de solide. Ils jubilent de la modernité liquide qui les pousse à dire aujourd'hui l'inverse de ce qu'ils disaient la veille. 

Le meilleur exemple de tout cela concerne les problématiques de laïcité, de diversité, d'immigration. En 2016/2017, Macron et Schiappa n'avaient pas de mots assez durs pour la ligne Valls, pleine de fermeture. 4 ans plus tard, ils reprennent tous les éléments de langage et arguments du Printemps Républicain, votent une loi contre le "séparatisme" et disent que Marine le Pen "est trop molle" (ça c'est Darmanin, rendons à Judas...). Alors, évidemment, le mauvais exemple vient de tout en haut, les convictions importent peu, ce qu'il faut c'est trouver une ligne.

Et dans les Manifs anti pass, soudainement, on a des défenseurs des libertés qui n'ont jamais eu un mot pour les migrants en centre de rétention, pour les détenus aux conditions si insoutenables que tous les organismes internationaux hurlent à la violation. Pas un mot, mais on les empêche de boire un café, nous sommes en dictature. Ils hurlent contre les discriminations, les stigmatisations : où étaient ils avec des projets de fichage, de flicage, des familles fragiles pour allouer leur RSA et leurs APL, avec une traque numérique intense jusque sur les réseaux sociaux, quand on fout la paix aux détenteurs de yachts ? Pas là. Ils n'étaient pas là et surtout pas dans les urnes à voter pour la justice sociale, écologique, pour le partage. On a eu des européennes, des municipales, des régionales. 3 occasions de donner des responsabilités, des moyens, du pouvoir à celles et ceux qui défendent la justice écologique, sociale, fiscale et les libertés. Le résultat de ces 3 élections marquent toutes un recul du bloc du progrès social et écologique. Même aux municipales ou EELV a réussi à enlever beaucoup de métropoles, la majorité des électeur.ices ont voté pour des listes conservatrices, violentes avec les migrants, les chercheurs d'emplois, revenants sur les acquis féministes et demandant la mort des normes écologistes. 

Pour la quatrième semaine de suite, les anti passe étaient mobilisé.es et pour la quatrième semaine, de plus en plus nombreux.ses. Elles et ils rivalisent de mauvaise foi pour se justifier un rôle de lanceur d'alerte, de défenseur des libertés publiques, pour se donner le beau rôle et éviter de voir une chose simple : les personnes vaccinées ayant 10 fois moins de chances d'être contaminé et de contaminer, seule la vaccination de masse permet de nous sortir de cet interminable bordel. Il n'y a aucune liberté, aucune grandeur d'âme à refuser de se vacciner. Vient un moment où on met la rhétorique de côté et la santé publique en avant. Basta. 

 

 

Commentaires

-
"j'ai donné des cours de rhétorique pendant 10 ans"
.
" rhétorique" : baratin en français moderne ...

Naguère , dans une autre vie , m'intéressant à une
" association" fortement subventionnée qui dispensait de la " rhétorique" à des gogos , j'ai découvert avec amusement que sa littérature (nullement gratuite) ne faisait que pomper ( et maladroitement ) le bon vieux Quintilien

Écrit par : J Mentor | 24/08/2021

Écrire un commentaire