Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2021

"C'est qui l'a bordé ?" Anti conte de Noël

Tout est politique. Et depuis que ma fille parle, je suis mis à contribution pour répondre à toutes ses interrogations politiques. Les questions sociétales sont vraiment le plus simple, attendu que "pour un enfant, la norme c'est ce qu'il vit", m'avait dit une pédopsychiatre. Si vous grandissez avec des uniformes, dans un gynécée, ou dans une bulle en verre, cela vous paraît normal puisque vous n'avez rien connu d'autre. Ayant rencontré un enfant avec deux papas, un autre avec deux mamans, des familles ou les parents sont seul.es, ne vivent pas ensemble, elle a tout trouvé parfaitement logique. "C'est qui son papa ?". "Y a pas de papa, elle a deux mamans". "D'accord". Et ça s'arrête là, n'en déplaise au million de personnes qui ont défilé pendant quinze mois en disant que cette réforme allait dissoudre la société française... 

Nombre de choses sont aisées à expliquer à un enfant, mais en l'absence de connaissances économiques, ce que je n'arrive pas à lui formuler, c'est pourquoi il existe des personnes à la rue, "sans maison" comme elle dit. Et ne pouvant expliciter la notion d'injustice, je m'en suis remis comme les Anciens au destin, à la chance. Désormais, quand nous croisons une personne à la rue, ma fille me demande invariablement "pourquoi il a pas de chance, le monsieur ?" et je ne sais quoi broder. Un soir il y a peu, il gelait à pierre fendre et l'un d'eux m'aborda à proximité du manège, d'où ma fille descendait en me sommant de racheter des tickets. Étant sorti sans carte bleue, j'avais le choix d'utiliser mes derniers euros pour des tours de manège ou un bout de chambre et soumis mon dilemme à ma fille qui me dit de "les donner au Monsieur il a pas de chance" (ce qui ne l'empêcha pas, ce dernier étant parti un peu soulagé, de me redemander des tickets de manège. Et après on s'étonne qu'on laisse filer la dette...).

Une enfant de moins de 3 ans comprend qu'on ne laisse pas les gens dormir dehors. Nos gouvernants, moins. Puisqu'ils laissent le nombre de logements vides exploser sans les réquisitionner, sans a minima taxer la vacance, puisqu'ils laissent 3,5% de propriétaires détenir 50% des logements locatifs à Paris (relisez lentement ce chiffre, c'est insane), puisqu'ils laissent mourir plusieurs centaines de personnes chaque année dans la rue, dans l'indigence.

Ce matin, en allant à la crèche nous avons vu quelqu'un dormir dans un duvet. Elle m'a demandé pourquoi on ne voyait pas sa tête. J'ai expliqué qu'iel se cachait dans le duvet pour avoir plus chaud. "C'est qui l'a bordé hier soir ?" a-t-elle voulu savoir ? Il est vraiment des questions auxquelles l'absence de réponse à de quoi désespérer... 

Écrire un commentaire