Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2022

S'abstenir, c'est mourir un peu

Souvenez-vous, fugacement, au lendemain du congrès LR de décembre, Pécresse était donnée à 20% et même vainqueur d'un second tour face à Macron. Comme nous aurions été nombreux à nous abstenir, alors ! Et sans une once de mauvaise conscience. Choisir entre des fafs socialement acceptés comme Darmanin et Ciotti, non merci. Mais ça n'est pas cette configuration qui nous échoit, ni, hélas, celle à laquelle 8 millions d'électeur.ices ont rêvé. Depuis 10 jours, ma colère retombe très très lentement et j'essaye de comprendre ce qui bloque encore celles et ceux qui n'ont pas fait le chemin les menant au vote Macron dimanche. J'identifie quelques verrous ultimes, tous fondés sur le ressentiment.

D'abord, il y a l'asymétrie de soutien. Dans le cas d'un second tour Le Pen / Mélenchon, nous n'aurions évidemment pas une unanimité médiatique et politique à soutenir Mélenchon pour sauver la République. Quatre ans de mensonges, de propagande d'officines pitoyables comme le Printemps Républicain, relayé par la macronie et nombre d'éditorialistes, ont fini par faire croire que les Insoumis et la défense des victimes d'islamophobie serait un mouvement communautaire. Les articles en boucle sur "les extrêmes", "les populismes" ont beaucoup abîmé. Raphaël Enthoven avait même écrit qu'à "19h59, il voterait Le Pen contre Mélenchon, plutôt Trump que Chavez". Ni oubli, ni pardon. Les dégâts sont profonds et il faudra du temps pour ramener un peu de raison sur ces sujets...

Ensuite, il y a la constance de l'humiliation. Les écrits de Rachid Benzine sur le manque de reconnaissance dans la France de Macron se superpose parfaitement avec la France de celles et ceux qui voteront Le Pen ou s'abstiendront. Il n'y a pas que des nostalgiques du Reich et des colonies, dans les soutiens frontistes. En 2017, une étude montrait que Macron était à plus de 80% chez les habitants vivant à moins d'1km d'une gare SNCF, part  baissant progressivement pour retrouver Macron minoritaire chez les habitants à plus de 5km d'une gare. Les oublié.es, les humilié.es, les mutilé.es, les pris.es pour des con.nes ne peuvent se résoudre au bulletin Macron. 

Les réprimé.es des gilets jaunes, les obligé.es de la première ligne sous Covid ou encore les empapaouté.es de la Convention Citoyenne pour le Climat sont autant de grugé.es du quinquennat qui ont des raisons très légitimes de nourrir du ressentiment. J'entends cela. Je les lis et je suis frappé de retrouver chez celles et ceux qui revendiquent leur abstention au second tour un champ lexical de refus de la soumission, de peur du viol démocratique. "Je me ferais pas baiser", "je me ferais pas enculer cinq ans de plus" reviennent en boucle. J'entends aussi, mais je rappelle juste qu'avec le Pen, ça sera pire, car il n'y aurait plus moyen de hurler son dégoût.  

Je vois un courage, une force morale et une grandeur démocratique inouïe chez toustes ces soignant.es, ces profs qui appellent à voter Macron. Sans illusion, sans rien oublier de ce qu'ielles ont subi pendant cinq ans, de gel polaire de leurs rémunérations à un manque de moyens humains grandissant quand les problèmes allaient croissant. Mais connaissant l'histoire ancienne comme récente, à l'est, ils savent que nos systèmes éducatifs et sanitaires seraient bien pire sous le Pen. Pour les médecins, le tri se fait selon des critères médicaux, pas des injonctions politiques sur la couleur de peau ou les papiers des malades. Pour les profs, les valeurs et méthodes distillées en salle ne peuvent être celles qui ne reconnaît pas en tous les enfants des égaux.

Il y a une dernière frange d'abstentionnistes, les apprentis sorciers, celles et ceux qui rêvent d'un frisson, eux qui n'ont pas connu le service militaire et eu des vies rythmées par les week-end prolongés, les découvertes gastronomiques et autres avec mauvaise conscience d'être les gagnants de la mondialisation qu'ils dénoncent. Ha ! Le Pen ! Là on pourra se battre, être du bon côté des barricades. Pauvres cons, mais surtout pauvre fous, on ne reprend pas le pouvoir aux fafs. Pas sans effusion de sang gigantesque.

Enfin, il y a les experts. Infaillible sur ce qu'il fallait faire pour ne pas attraper le Covid, intarissables sur les raisons de la guerre en Ukraine, ils s'abstiennent désormais car "Le Pen ne peut gagner, c'est mathématique". Mathématiquement, le bloc d'extrême droite est en tête au premier tour. Le reste, c'est de la spéculation. Évidemment, Macron est favori, mais aucun institut, aucun, ne le donne à plus de 60%. Il dépasse tout juste les 55%. Or, au premier tour, les scores de Mélenchon et Pécresse sont différents de plus de 5% de ce qu'on leur avait prédit (en plus pour l'un, en moins pour l'autre). Qu'on nous permette donc d'être prudents. S'abstenir, c'est laisser mourir un peu plus la République et ça c'est impardonnable. Si des soignant.es arrivent à voter Macron avec tout ce qu'ils ont subi, y compris physiquement, je le peux bien, vous le pouvez, nous le pouvons. Pour qu'on soit dans une opposition lundi, il faut entretenir les conditions d'existence d'une opposition. Il est plus facile d'imaginer Sisyphe que Navalny heureux. Merci par avance de mettre votre ressentiment de côté pour quelques minutes dimanche. 

 

 

Commentaires

-
-Il y a du bon dans ce texte : la peur inspire Castor !
-deux remarques , toutefois ( nul n'est parfait ...) :

----A trop critiquer Macron en disant le soutenir sans le soutenir ( je vote pour lui mais ) on risque d'inciter à voter Le Pen ) ; exercice colossalement subtil cher à Mélenchon...

----Ne pas oublier , parmi les gens de gauche ou de droite qui s'abstiendront ou voteront facho , ceux qui relèvent moins de la science politique que de la psy des profondeurs : des masos que fascine le mâle dominant et dominateur ...

-voir :
-----------le ( trop )fameux prix Goncourt " Les Bienveillantes" ;
------------certains collabos de la dernière guerre tels Rebatet , Drieu la Rochelle , Brasillach...

Écrit par : Anna Lisa | 20/04/2022

-
-collaboration et masocisme : "anus soit qui mâle y pense !"
-le " mâle dominant et dominateur " devait à l'uniforme ( de préférence SS ) une bonne part de son prestige ...

Écrit par : Léo | 20/04/2022

Écrire un commentaire