Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2022

Lutter contre l'amnésie environnementale

Dans un article de 1995, le biologiste marin Daniel Pauly a forgé le concept "d'amnésie environnementale" pour évoquer le fait que trop de spécialistes de la pêche se concentraient sur leurs références de début de carrière sans embrasser une perspective plus large. Dès lors, des prises moyennes de poissons de 500g leur semblait honorables quand elles étaient d'1kg auparavant. Et de 180g aujourd'hui, car nous sur pêchons de manière folle et attrapons les poissons à peine nés, nonobstant les promesses de pêche durable. On voit bien qu'à se féliciter des 180g, nous allons rater le moment de bascule lors duquel nous pêcherons des poissons impropres à la consommation, car trop petits pour nous nourrir.

Le concept de Pauly a fait florès avec l'exemple très célèbre des moucherons sur les pare brises des voitures qui obligeaient à des arrêts toutes les heures il y a 50 ans, là où vous pouvez désormais sillonner la France sans vous arrêter, les pesticides agricoles ayant décimé les insectes entre temps. Et vous ne l'avez pas noté petit à petit. Vous ne déplorez pas l'absence de moucherons sur vos fenêtres à chaque trajet. 

Il en va de même avec les canicules. En 2003, celles et ceux qui avaient vécu 1976 s'en souvenaient vaguement où l'avait oublié, les autres découvraient l'étuve, mais n'y pensaient déjà plus lors de la suivante, plus rapprochée, et encore plus et encore plus, jusqu'à celle de cette semaine. Depuis ce matin, nous respirons mieux et le sujet ne sera plus à la Une des médias qui pourraient même regretter la pluie de la semaine prochaine.

On voit bien que des températures comme celles vécues cette semaine sont invivables. Les climato négationnistes se gaussent, nous renvoi au fait qu'à Abu Dhabi il fait 15 degrés de plus et les gens vivent. En ce moment, ils mettent le paquet pour nous dire qu'on ne traverse pas une vague de chaleur exceptionnelle et ils diront la même chose à la prochaine, et à la suivante quand bien même elle serait six semaines après la dernière, ils jureront que ça a toujours existé. Pour s'opposer à cela, il va falloir une lutte méthodique contre l'amnésie, se souvenir en permanence que c'était moins pire avant pour que ça ne soit pas encore pire demain. Comme on dit trop souvent en ce moment, ça va être chaud.... 

 

Écrire un commentaire