Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2016

Zygmunt Bauman pour tous

Zygmunt-Bauman-006.jpgAu lendemain du résultat du Brexit, la maxime de Spinoza est plus que jamais nécessaire "ne pas rire, ne pas pleurer, comprendre". En l'espèce, ça n'est guère délicat : la résurgence d'un vote de classe et un vote de génération. 70% des séniors votent contre. Ils veulent revenir à avant. 80% des ouvriers votent contre. Ils veulent revenir à avant. Avant quoi ? A Margaret Thatcher ? Posez pas de questions, faites pas semblant de pas comprendre. A avant, quand c'était mieux. Si vous feignez pas de pas comprendre, c'est uniquement parce que vous faites partie des 80% de CSP++ qui ont pu se permettre de voter "Remain" car ça vous va bien l'Europe. 

Dire "c'est un vote de classes" est inéluctable, mais les nouvelles élites refusent de l'admettre car le peuple a voté Farage. Ca n'est pas étonnant, il vote Orban, Fico, Marine le Pen... Quel con, ce peuple. D'ailleurs, c'est ce que disait Brecht, "quand le résultat des élections nous déplaît, changeons le peuple". Beau programme, hein ? Allez, admettons que c'est un peu compliqué à mettre en place... 

Admettons que les choses ont un poil changé depuis que Brecht commentait l'actu. En revanche, un philosophe peut nous aider à éclairer l'actualité d'un oeil nouveau, Zygmunt Bauman. Né en 1925, élevé entre la Pologne et l'Angleterre, cet immense penseur a développé un concept parfaitement adapté à la crise actuelle : la modernité liquide. Notre époque se caractérise par une disparition des frontières et des repères : physiques, mais aussi symboliques, avec les contrats moins fermes et la plus grande volatilité des carrières. Perte de repères religieux avec un effondrement de la pratique globale (même si quelques énervés sont beaucoup plus visibles...). Perte de repères sentimentaux avec l'explosion des divorces, des couples adultères et interdites. Explosions géographiques avec des entreprises qui se délocalisent, des carrières qui se déplacent...

Tous ces changements sont extrêmement anxiogènes pour les classes populaires, qui subissent ces changements sans en voir les profits. Et pour cause, ils sont souvent perdants. Quasi tout le temps. Perte de jobs, angoisse et pression permanente. A contrario, quelques yuppies profitent d'opportunités nouvelles. Erasmus, expats, des potes dans tous les ports et aéroports, des formations, opportunités, des canapés d'accueil. La mondialisation triomphante. L'auteur de ces lignes s'inclut dans le lot de ceux qui profitent joyeusement de tous ces changements. Il est temps de réaliser que pour les quelques gagnants que nous sommes, cette globalisation à marche forcée a fait de nombreux perdants, probablement 90% des habitants d'Europe. Relisons Bauman, cessons de nier la réalité en insultant un peuple "qui n'aurait rien compris" et réfléchissons aux moyens d'infléchir la politique européenne vers une pente progressiste et socialement vertueuse. Vaste chantier...  

Commentaires

-D'accord pour l'essentiel ; une petite réserve : usage un peu inopportun du mot " classe" : le fait existe tout autant qu'à l'époque de Marx mais ce terme qui a le mérite d'être parlant ne l'exprime qu'imparfaitement ; " groupe " , " catégorie" , trop généraux ne le feraient pas mieux ...







qu'imparfaitement ; je n'en connais pas un autre qui conviendrait mieux ;
" groupe " , " catégorie " seraient trop généraux pour évoquer une réalité devenue fort complexe , plus qu'au temps de Marx

Écrit par : JC Jaurras | 25/06/2016

-D'accord pour l'essentiel ; une petite réserve : usage un peu inopportun du mot " classe" : le fait existe tout autant qu'à l'époque de Marx mais ce terme qui a le mérite d'être parlant ne l'exprime qu'imparfaitement ; " groupe " , " catégorie" , trop généraux ne le feraient pas mieux ...







qu'imparfaitement ; je n'en connais pas un autre qui conviendrait mieux ;
" groupe " , " catégorie " seraient trop généraux pour évoquer une réalité devenue fort complexe , plus qu'au temps de Marx

Écrit par : JC Jaurras | 25/06/2016

Désolé ! ayant mis trop de calva dans ma tasse de café j'ai vu double et écrit triple ; preuve aussi que le phénomène des classes est bien complexe ...

Ce que j'ai échoué à dire clairement : d'accord avec Castor , mais réserve sur le mot "classe " qui n'exprime qu'imparfaitement la réalité , aucun autre, d'ailleurs , ne convenant mieux à première vue

Écrit par : JC Jaurras | 25/06/2016

Cher JC Jaurras , je vous suggère de ne pas trop pousser sur le calva surtout si vous prenez du breton , plus hard due le normand ...

Écrit par : Père Castor | 25/06/2016

"Quel con, ce peuple. D'ailleurs, c'est ce que disait Brecht, "quand le résultat des élections nous déplaît, changeons le peuple" "

Les "populistes " russes de la fin du 19 ème ( petits-bourgeois " Socialistes -Révolutionnaires " ) allaient au peuple pour l'éclairer sans pour autant lui dire qu'il était " con" ; ils pratiquaient un paternalisme soft que critiquaient ( avec raison ) Lénine et les marxistes hard .

Écrit par : Bernard Kouchtard | 25/06/2016

"70% des séniors votent contre. Ils veulent revenir à avant."

Leurs motivations semblent avoir été fort diverses :
" revenir à l' " avant" , ce n'est pas nécessairement
être réactionnaire ; cela peut aussi signifier que l'on souhaite préserver un modèle social qui protège les
" petits" , et parmi eux les retraités les plus modestes

Écrit par : Léo | 25/06/2016

Je connais mal les séniors du Royaume-Uni , mais assez bien les nôtres , dont je suis ...

Les retraités français sont avant tout soucieux de préserver des avantages ( parfois durement ) acquis ; parmi eux , des " privilégiés " ( dont je suis ) mais aussi , et en beaucoup plus grand nombre , des " petits" .

Qu'ils soient privilégiés ou non , ils sont troublés par
les mesures et projets qui menacent , certes leurs intérêts , mais aussi le monde qui leur est familier , aussi imparfait soit-il .

---Les plus âgés d'entre eux se souviennent de la guerre et de la guerre froide et apprécient que la construction européenne ait apporté la paix et que l'Etat -Providence leur ait procuré la sécurité " sociale" en même temps qu'une relative aisance

Les démagogues populistes excellent à transformer leurs craintes en anxiété , et à rendre l' UE responsable de tous les maux alors qu'elle leur a sans doute fait plus de bien que de mal .

Écrit par : Mentor | 25/06/2016

D'accord , cher Mentor , avec ce que vous dites des retraités , dont comme vous je suis .

Chez nous à " La Douceur Angevine" , on compte parmi les pensionnaires une majorité de retraités de l'agriculture ; les plus âgés d'entre eux disent qu'au moment où il perçu la première mensualité de leur retraite , pourtant fort modeste , elle était un peu supérieure à leur dernier revenu mensuel ; on ne les entend jamais dire du mal de la sécurité sociale agricole , instaurée tardivement .

Nous ne comprenons rien à la crise de l'Union Européenne , mais nous constatons que nos voisins
paysans , généralement prompts à critiquer les autorités , reconnaissent ( discrètement ) ne survivre que grâce à l'Europe ...

Écrit par : Octogénie | 25/06/2016

"Il est temps de réaliser que pour les quelques gagnants que nous sommes, cette globalisation à marche forcée a fait de nombreux perdants, probablement 90% des habitants d'Europe".

Qu'en serait-il sans l'UE ? Il est possible qu'elle ait limité les dégâts de la " globalisation" ...

De Gaulle lui -même , qui n'était pas un fanatique de la mondialisation , avait compris que la " France seule" , chère à Maurras , n'était plus viable .

Écrit par : Jean | 25/06/2016

"Au lendemain du résultat du Brexit, la maxime de Spinoza est plus que jamais nécessaire "ne pas rire, ne pas pleurer, comprendre"."

Je n'ai pas envie de pleurer : bon débarras ! les Anglais ont toujours joué contre l' Europe , cherchant à en retirer le maximum d'avantages sans accepter les contraintes .

J'ai plutôt envie de rire : Cameron pris à son propre piège , les vainqueurs du Brexit disant que ça peut attendre et espérant qu'en faisant traîner les procédures du divorce ils en retireront quelques bénéfices ...

Nos jeunes loups qui après s'être rués sur Londres pour y faire fortune en express se préparent maintenant à repasser la Manche ...

Écrit par : Johanna | 25/06/2016

A Brest , ville fortement marquée par la Royale , on n'aime pas trop l' Angleterre ,l' "ennemie héréditaire"

Il se dit qu'à Londres , depuis quelques années , on peut trouver quelques restaurants servant une bouffe pas trop mauvaise , que les filles commencent à savoir s'habiller ; de petits progrès dus à l'Europe , et maintenant compromis ...

Cela ne peut que profiter à notre tourisme ...Merci
Cameron !

Écrit par : Barbara | 25/06/2016

"cet immense penseur a développé un concept parfaitement adapté à la crise actuelle : la modernité liquide."

"A la" modernité liquide " : belle enseigne pour un pub branché ! ça vaut la " poule systémique " inventée par Castor dans un récent article

Écrit par : Séraphita | 25/06/2016

J'espère que L'IRA va remettre ça ! " ah ça ira , ça ira"

Écrit par : Ravachol | 25/06/2016

A Brest , ville fortement marquée par la Royale , on n'aime pas trop l' Angleterre ,l' "ennemie héréditaire"
( Barbara )

Le chauffeur de Diana était breton , mais de Lorient , non de Brest ; il avait dû pousser sur le calva local , comme JC Jaurras ce matin

Écrit par : Jean | 25/06/2016

Et la Reine dans tout ça ? Elle doit être dans tous ses états ...

Écrit par : Jean-Jacques | 25/06/2016

." L'auteur de ces lignes s'inclut dans le lot de ceux qui profitent joyeusement de tous ces changements"

" N'avoue jamais , jamais , jamais" ( une chanson de je ne sais plus qui , à la mode dans les années 50)

Écrit par : Père Castor | 25/06/2016

"Et la Reine dans tout ça ?" demande Jean-Jacques ; elle craint sans doute de devoir renoncer aux subventions dont elle bénéficie de la part de l'UE en qualité d'exploitante agricole ...

" et merde pour le roi d'Angleterre qui nous a déclaré la guerre" ( une vieille chanson de marins plus populaire que jamais à Brest ) ; que ce soit une reine n'y change rien .

Écrit par : Barbara | 26/06/2016

C'est un refrain que je chantais au collège au temps où j'essayais d'apprendre un peu d'anglais: texte complet :

" Buvons un coup , buvons en deux ,
A la santé des amoureux ,
A la santé du Roi de France .
Er merde pour le roi d'Angleterre
Qui nous a déclaré la guerre "

Écrit par : Séraphita | 26/06/2016

L'Espagne demande que le rocher de Gibraltar lui soit restitué ; la France devrait pour sa part exiger que les Iles dites Anglo-Normandes soient rattachées à la région Normandie avec le statut de département d'outre-mer.

Les Bretons devraient exiger que l'on cesse de parler de " Grande-Bretagne " ; il n'y a qu'une Bretagne , la vieille Armorique !

Écrit par : Bernard Kouchtard | 26/06/2016

Ceux qui vont gérer le service après vente du Brexit devraient veiller à ce que l'utilisation de la langue saxonne au sein des institutions de l'UE soit désormais strictement limité sinon interdit ; si l'on tient à disposer d'une langue commune , on peut en créer une nouvelle à partir de l'Esperanto , ou mieux encore , d'un latin modernisé et simplifié par (exemple celui du "Latin sans peine " de la Méthode Assimil )

Écrit par : Jean | 26/06/2016

L' Esperanto plutôt que le latin : si l'on retient la langue du Vatican , on risque d'entretenir la polémique sur les " racines chrétiennes de l'Europe " .

Et veto probable de notre ministère de l'Education Nationale qui a entrepris de réduire à la portion congrue l'enseignement du latin au collège et au lycée ( dans le cadre de sa lutte contre les discriminations et toutes les formes d'élitisme )

Écrit par : Mentor | 26/06/2016

Pourquoi pas tout simplement le français ? il était , de mon temps , et encore pour une part au 19è siècle, la langue commune de l'Europe , et pas seulement celle des diplomates et des lettrés .

Quoi qu'il en soit , je plaide pour une restriction de l'utilisation du saxon , surtout sous la forme du globbish , langage vulgaire qui ne convient pas à l'expression d'idées claires et nobles et qui de plus déforme la mâchoire de qui en abuse ...

Écrit par : Jean-Jacques | 26/06/2016

Z Bauman , " cet immense penseur" ; avec un passé tout de même pas très net de commissaire politique stalinien ...

Écrit par : Léo | 26/06/2016

"c'est ce que disait Brecht, "quand le résultat des élections nous déplaît, changeons le peuple "

Victor Hugo en réponse à des détracteurs qui lui reprochaient d'avoir cité , dans un de ses ouvrages, des faits inexacts : " les faits ont tort!"

Écrit par : JC Jaurras | 26/06/2016

Le peuple votant souvent mal , tel celui qui a porté
" légalement " Hitler au pouvoir , peut-être devrait -on rétablir le suffrage censitaire tel qu'il a existé en France pendant une partie du XIX siècle : seuls votaient les riches et les gens instruits , supposés être éclairés .

La Constitution de la Vème République , dans sa version initiale , stipulait que le Président serait élu par un corps de " grands électeurs " ; De Gaulle , élu selon cette formule , ne s'est rallié au suffrage universel qu'après l'attentat du Petit -Clamart ; ce fut sans doute une erreur ...

Écrit par : Père Synthèse | 26/06/2016

La " primaire" , de gauche et de droite , est une sorte d'élection au suffrage censitaire : les électeurs doivent déclarer qu'ils adhèrent à certaines valeurs ; il s'agit bien des citoyens les plus éclairés et engagés

On pourrait alors n'organiser qu'une primaire , les deux formules qui existent aujourd'hui ( droite , gauche) étant réunies en une seule ; dans ce cas , l'électeur devrait prouver qu'il possède un minimum d'instruction (niveau bac , par exemple ) et s'acquitte de l'impôt sur le revenu ( plancher à déterminer) .

Un tour ou deux ? ça se discute ....

Écrit par : Mentor | 26/06/2016

Rien ne prouve qu'un tirage au sort produit un meilleur résultat qu'un vote ( en politique) ou un classement au "mérite" ( concours ) .

Peut-être pourrait -on , au terme d'un premier tour de primaire , remplacer le second par un tirage au sort .

Une autre formule à la fois plus plus ambitieuse et plus démocratique , que rend désormais possible l'informatique : confier au hasard qui souvent fait bien les choses , la désignation du Président de la république et peut-être aussi celle des députés et des sénateurs ; modalités à étudier (notamment : éliminer les élus potentiels qui n'auraient pas un niveau minimum d'instruction et ceux dont le casier judiciaire ne serait pas vierge )

Écrit par : Bernard Kouchtard | 26/06/2016

Ces formules ( une primaire unique , une part de suffrage censitaire et de tirage au sort) me séduisent ; je suis d'accord mais à une condition : que les personnalités ainsi élues soient soumises à un examen psychologique rigoureux , ceci pour éliminer les gens du type Cahuzac et Baupin ...

Écrit par : Anne -Lise | 26/06/2016

Tout cela est fort intéressant mais risque d'être onéreux ; pourquoi plus simplement ne pas s'en remettre à un sondage ( en deux temps si l'on retient une formule inspirée des primaires ) ?

Écrit par : Johanna | 26/06/2016

Quelle que soit la formule retenue , il faudra la faire adopter par réfeéendum .

Écrit par : JC Jaurras | 27/06/2016

Référendum ou sondage ?

Écrit par : Jean | 27/06/2016

"Référendum ou sondage ? " demande Jean : cette question devra faire l'objet d'un référendum , d'un tirage au sort ou d'un sondage .

Écrit par : Père Synthèse | 27/06/2016

Pour le choix des dirigeants politiques , pourquoi ne pas s'en remettre à un sélectionneur , comme en foot ? une formule qui ne marche pas si mal que ça ...

Écrit par : Père Castor | 27/06/2016

Pourquoi pas ? et le pouvoir judiciaire pourrait être confié à des arbitres désignés selon la méthode du foot ...

Écrit par : Bernard Kouchtard | 27/06/2016

D'accord pour s'inspirer de ce qui se fait dans le foot-ball ; mais pour être en règle avec le principe d'égalité , il faudrait prévoir des quotas permettant une représentation équitable des communautés ( ethnies , genres , religions etc. )

Écrit par : Mentor | 27/06/2016

Vous êtes tous en train de démontrer par l'absurde que la démocratie est une impasse ; rien ne va plus en France depuis que l'on a aboli-un peu vite - la monarchie ...

Écrit par : Séraphita | 27/06/2016

Si la manif du 14 juillet 1789 avait été interdite nous serions toujours en monarchie ...

Écrit par : Léo | 27/06/2016

Louis XVI aurait dû autoriser une manif tournant en rond dans le quartier de la Bastille , autour du canal de l'Arsenal , ou mieux encore une manif debout bien encadrée, comme celles de ces temps-ci à la République .

Écrit par : Jean | 27/06/2016

Une formule à la fois moderne et " douce" : la manif virtuelle ; plusieurs versions au choix ( itinéraires , ampleur , casse ...)

Les citoyens seraient ravis d'être appelés à choisir entre plusieurs parcours , comme ils le sont quand ils composent l'équipe de France de foot.

Écrit par : Père Synthèse | 28/06/2016

Il est souvent difficile , en matière de manif , de distinguer le frais du recuit : les reportages repassent des images d'archives, répètent les mêmes commentaires ; les chiffres de la participation sont annoncés à l'avance ... .

Écrit par : Johanna | 28/06/2016

Les grands "événements" sportifs tels l'euro finissant par coûter très cher à la collectivité , on pourrait remplacer le réel par du virtuel : des fan-Zones où l'on pourrait projeter des match pré-fabriqués , les résultats étant tirés au sort .

Écrit par : Johanna | 28/06/2016

Cela pourrait aussi se faire pour les attentats terroristes.

A défaut : les délocaliser sur des sites fermés et éloignés des zones peuplées ; avec , à proximité , des services hospitaliers prêts à intervenir ...

Écrit par : Barbara | 28/06/2016

Dans l'Antiquité , les grands " événements " étaient localisés sur l'agora , le forum , les cirques et les stades , avec un minimum de gêne pour les populations .

Plus près de nous , les fêtes et émeutes révolutionnaires parisiennes étaient concentrées sur un territoire restreint : en gros , de la Concorde ( un temps dénommée Place de la révolution" ) à la Bastille ; tout le monde ( émeutiers , forces de l'ordre , commerçants ) y trouvait son compte .

Écrit par : JC Jaurras | 28/06/2016

Révolution et géographie urbaine : si la Commune de 1871 a échoué , c'est pour une part parce qu'elle s'est étendue à Paris tout entier , sortant du terrain de jeu traditionnel des émeutes ; c'était pour elle un trop gros morceau ...

Écrit par : Jean | 28/06/2016

Mai 68 s'est pratiquement cantonné au quartier latin , et a tout de même échoué ...

" Nuit Debout" occupe un territoire restreint , mais il est excentré et trop éloigné des beaux quartiers qui lui fournissent une bonne parie de ses troupes ; les bisounours indignés s'épuisent en déplacements , sauf à prendre des taxis Uber , ce qui est contraire à leurs principes ...

Écrit par : Père Castor | 28/06/2016

--Révolution et géographie ; un site idéal : Notre-Dame des Landes : bocage propice aux embuscades comme au temps des chouans , air pur et nourriture saine , chant des oiseaux ...

Mais c'est un peu loin de Paris , même en TGV .

Écrit par : Père Vert | 28/06/2016

N D des Landes : "retour à la terre " comme au temps de Vichy !

Ecolos , anars , populistes de gauche et de droite , même combat ! ( convergence des luttes ...)

Écrit par : Bernard Kouchtard | 28/06/2016

----Une première punition pour les Anglais : humiliés par la courageuse Islande ! ce n'est qu'un début ...

La Queen en fait une jaunisse dans son manoir d'Ecosse en attendant d'en être virée .

Écrit par : Séraphita | 28/06/2016

La Livre ne pèse plus qu'1/ 3 de kilo ...

Écrit par : Léo | 28/06/2016

Pour amadouer l'UE en colère , Cameron s'engage à ce que le Royaume -Uni adopte la conduite à droite , mais à la condition que la modification de la signalisation routière ( très coûteuse) soit prise en charge par le budget européen .

Écrit par : JC Jaurras | 28/06/2016

------> Cher Père Vert , la Douceur Angevine nous offre une excursion à Notre-Dame des Landes ; y-a-t-il du danger ? On envisage , si la météo le permet , de pousser jusqu'à Rennes ou Nantes , en fonction de nos préférences ; laquelle de ces deux villes me suggérez-vous ?

Écrit par : Octogénie | 29/06/2016

Aucun danger ; mes amis zadistes sont pacifiques et accueillants
et apprécient de recevoir la visite de retraités .

Vérifiez tout de même l'état de votre autocar : celui des vieux du bordelais a cramé il y a un an . évitez si possible les cars Macron low cost sont parfois bricolés .

Écrit par : Père Vert | 29/06/2016

" low cost" et " bricolés" comme l'est votre expression : il manque un " qui" après "cost " .

Des cours de français sont -ils dispensés à Notre -Dame des Landes ?

Écrit par : Père Castor | 29/06/2016

Oui , et aussi de breton , gallo , corse , basque , occitan , arabe , berbère , anglais , espéranto , suisse , belge , braille ; un curé défroqué enseigne le latin , un ancien de l'ENA le langage administratif .

Notre UDB ( Université du Bocage ) est inter-culturelle et autogérée ; on n'y apprécie guère les pions ...

Écrit par : Père Vert | 29/06/2016

Et le sport ?

Écrit par : Père Castor | 29/06/2016

Les sports d'auto défense tels le judo et le karaté ; et aussi les sports régionaux : la lutte bretonne et la soule , ancêtre du rugby , encore pratiquée dans l'ouest profond , plus rustique et rude que le ballon ovale ...

Écrit par : Père Vert | 29/06/2016

Chère Octogénie ; si vous poussez jusqu'à Rennes , allez faire un tour Rue de la Soif , de préférence à partir de 17 heures car c'est le début des libations vespérales ...

Le jour le meilleur ( et le plus long ) : le mercredi ; les enfants des écoles s'y donnent rendez--vous , souvent conduits par leurs instits.

Écrit par : Léo | 29/06/2016

Erreur de titre : " Le droit à la paresse " et non " Eloge de ."..qui est le titre d'un article rendant compte de l'ouvrage

Écrit par : Mentor | 09/07/2016

Écrire un commentaire