Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2016

Sans déconner, s'il vous plaît

image.jpgApprenant lors d'une allocution télévisée que Frédéric Mitterrand était ministre de la Culture, l'immense Jean-Pierre Marielle s'exclamait "sans déconner". François Morel en tirait une chronique géniale, expliquant que cette interjection n'avait rien de méchante, de comminatoire ou d'envieux. Non, il s'étonnât simplement du côté casting des nominations politiques, ainsi que de la volonté manifeste d'avoir des "prises de guerre" de contenter certaines chapelles (ici, les anciens mitterrandistes ?) en affichant pléthore de têtes pour si peu d'effets. 

Deux maux complètement déconnants et très complémentaires : le casting (pêché originel) qui débouche sur des créations de comités théodules, d'agences, de magistères et autres prébendes. Si je ne suis pas un farouche défenseur des coupes dans les finances publiques, là, il y a beaucoup à faire... 

Lundi, invité à une grande sauterie de l'ambassade américaine, je discutais avec deux jeunes gens à la mine et l'allure sérieuse. Je les avais vu dans une vie antérieure, mais sans me souvenir diable où. Ils m'expliquaient qu'ils changeaient de "cab", continuaient du "cab" et ainsi de suite avant d'être devenus, tous deux "dir cabs de la ministre". Mais je ne comprenais pas de qui il s'agissait, ni même quelles étaient les compétences dudit ministère. J'échangeais succinctement quelques mots avec une femme sympathique et pleine de bonne volonté sur le besoin de "refonder le pacte social" pour "améliorer le vivre ensemble". Lorsqu'elle s'éloignât, je compris que c'était elle, la ministre. Une secrétaire d'Etat, pour être plus juste. Les bras m'en tombaient. Moi qui regarde toutes les interviews politiques, tous les jours, qui en bouffent à l'envi, je n'avais pas reconnu une membre du gouvernement, oublié qu'elle existât et oubliais que son portefeuille avait été crée...

Entendons-nous bien, ça ne sont pas ses mérites ou compétences personnelles qui sont en cause. Jean-Marie le Guen et Jean-Vincent Placé sont bien ministres, voilà bien la preuve qu'on peut arriver à ces fonctions sans aucune conviction, peu de compétences et une intelligence discrète pour peu qu'on soit prêt à faire un sale boulot. Non, ma lassitude provient de ce gouvernement à 40 dont une moitié est inutile, se marche sur les plates-bandes, doublonnent. Que d'argent, de temps, de moyens perdus : combien de réunions inutiles, de postes fantoches, de mobilisation des acteurs de la société civile qui répondent au garde à vous à toutes les sollicitations ministérielles (sous peine de sanctions à venir...) ? Nul ne peut le chiffrer, mais assurément beaucoup. Le début de la lâcheté en politique sur les grands enjeux, à commencer par les enjeux écologiques qui surplombent toutes nos décisions, commence là : comment penser qu'on saura trancher en faveur de la planète si on n'est pas capables de fâcher trois copains ? Sans déconner. Vraiment. Nous n'avons plus le temps... 

Commentaires

"l'immense Jean-Pierre Marielle"

"François Morel en tirait une chronique géniale"

-Que de superlatifs ! c'est superbe , grandiose, gigantesque , énorme ! La " grande sauterie" a été bien arrosée ...

Écrit par : Bernard Kouchtard | 30/06/2016

" sauterie " : là où l'on se fait sauter ; DSK et Baupin étaient-ils de la party ?

Écrit par : Johanna | 30/06/2016

5 fautes seulement : une de moins qu'en moyenne ; encore un petit effort !

Écrit par : Père Castor | 30/06/2016

"ce gouvernement à 40" : comme en 40 ; à l'époque ça s'est mal terminé ...

Écrit par : JC Jaurras | 30/06/2016

"invité à une grande sauterie de l'ambassade américaine " .

Collabo ! Castor n' a jamais fait état de sa présence à une " sauterie " de Nuit Debout ni à une manif contre la loi EL Connerie ...

Écrit par : Ravachol | 30/06/2016

" collabo" dit Ravachol ; j'ai bien connu , au temps de la guerre froide ,un jeune croisé , très actif , de l'américanophobie ( " US go home" etc.) qui a fini par obtenir une juteuse bourse d'études attribuée par le gouvernement américain .

A ceux qui le lui reprochaient , il répondait " c'est pour mieux connaître in situ l'impérialisme américain afin de pouvoir le combattre plus efficacement "

Je ne sais si les collabos français qui avaient
effectué de nombreuses fois des dégagements à Berlin , tous frais payés, se sont ainsi justifiés devant leurs juges à la Libération ...

Écrit par : Père Synthèse | 30/06/2016

Peut-être était-ce une invitation à l'initiative de la CIA soucieuse de mieux connaître les bisounours indignés français , afin de pouvoir mieux les combattre .

Cette interprétation vaut sans doute aussi pour les collabos en déplacement à Berlin : les rapports des autorités d'occupation étant considérés comme peu fiables , il fallait recourir à d'autres sources .

Écrit par : Jean | 30/06/2016

Apropos des petits marquis de " cab " rencontrés par Castor à la sauterie de la CIA ( je fais mienne l'interprétation de Jean ) : dans l'actuel gouvernement des 40 on compte pas mal d'anciens sémillants abbés de cour qui ont fait carrière dans les cabinets des années 80 , avec parfois un stage dans l'une des 25 sectes trotskistes du moment ; c'est un " cursus honorum" tel celui des élites de la Rome antique

Écrit par : Mentor | 30/06/2016

Pas facile , la vie des abbés de cour de cabinet si j'en crois ceux d'entre eux qui fréquentent mon divan .

Parmi leurs obsessesions :

-coller à la politique de leur ministre tout en ménageant l'avenir ( un remaniement est toujours possible ; pire : une alternance ) , un pied dedans , l'autre dehors ; être à la droite de la gauche et à la gauche de la droite ...

-se méfier de la concurrence ( Prosper Mérimée "Méfie-toi d'oublier de te méfier " ) ; c'est chaque jour Dallas ou la cour des Médicis : le poison ou le stylet plus que le sabre ...

-se forger une image sans faire de l'ombre au boss ; lui attribuer les quelques bonne idées que l'on peut avoir ; ne pas se montrer trop intelligent ( si on l'est)

Écrit par : Anne - Lise | 30/06/2016

Ménager l'avenir ( remaniement , alternance ) : sous l'occupation
les collabos les plus avisés avaient quelques amis juifs ou résistants qu'ls aidaient à se cacher ou auxquels ils allaient porter des oranges à Drancy

Ces précautions en ont sauvé quelques-uns du poteau ...

Écrit par : Bernard Kouchtard | 30/06/2016

Cabinets , connivences , promotion Voltaire et promotion :

Ne pas exagérer le rôle positif de ces liens : tel éminent énarque de la mythique promotion peut avoir dans le nez un camarade qui l'a surclassé, en cours de scolarité , lors d'une épreuve décisive; les plus petites jalousies sont les pires ...

Le malheureux en est à jamais marqué au fer rouge: quand l'illustre ancien est aux affaires , il verra sa carrière bloquée ; quand viendra l'alternance on lui reprochera d'avoir fait partie de la fameuse promotion devenue maudite .

Écrit par : JC Jaurras | 30/06/2016

"Moi qui regarde toutes les interviews politiques, tous les jours"

Corvée inutile : les interviews se répètent à quelques mots près car les éléments de langage qui les nourrissent sont de la plume de deux ou trois " nègres" spécialisés , bien connus sur la place de Paris ...

Pratique très ancienne : voir dans les archives du blog le sujet " fonctionnaires , pourquoi tant de haine " . une joyeuse bande de stagiaires de l'ENA qui , dans les années 60 , truffaient de fausses citations les discours des préfets et des ministres ; ex : du Jaurès ou du Blum qui était en fait du Pétain ou du Maurras ; De Gaulle avait fin par s'en inquiéter et avait demandé une enquête ...

Écrit par : Léo | 30/06/2016

Métastases : les fabricants d' interviews et de discours se copiant les uns les autres , les " forgeries " de la "joyeuse bande" des années 60 ont proliféré ; on en trouve encore des traces aujourd'hui , et jusque dans les déclarations du Président de la République , et même dans certaines lois ...

Écrit par : Père Synthèse | 01/07/2016

"se forger une image sans faire de l'ombre au boss ; lui attribuer les quelques bonnes idées que l'on peut avoir ; ne pas se montrer trop intelligent ( si on l'est)" ( Annne -Lise )

----Un cas exemplaire de petit marquis de cabinet qui , sortant de l'ombre , aspire devenir Calife à la place du Calife : Macron ; ça peut marcher si l'on choisit bien le moment ; le jeune Emmanuel s'est sans doute découvert trop tôt , comme le poilu trop pressé qui sortait de la tranchée sans attendre le coup de sifflet de son boss .

Écrit par : Jean | 01/07/2016

"ma lassitude provient de ce gouvernement à 40 dont une moitié est inutile" ( Castor)

Voir "Ali Baba et les 40 voleurs"

Écrit par : Séraphita | 01/07/2016

. "Jean-Marie le Guen et Jean-Vincent Placé sont bien ministres"
écrit Castor .

Je ne connais pas JM le Guen , mais ici nous aimons bien JV
Placé qui a une bonne tête et présente l'écologie sous un jour sympathique .

Un des rares ministres à avoir de l'humour ...

Écrit par : Octogénie | 01/07/2016

D'accord avec Octogénie : on peut être écolo sans être sinistre et punitif , ni dragueur comme Baupin.

J V Placé est de gauche sans l'être trop , médiatique sans l'être avec excès façon Hulot ; brocardé dans les salons parisiens , il fait un tabac en province et chez les seniors comme dans les écoles maternelles .

Écrit par : Père Vert | 01/07/2016

"les grands enjeux, à commencer par les enjeux écologiques qui surplombent toutes nos décisions,"

---D'accord avec vous cher Castor ; ici , à SOS Racines , nous attendons avec impatience de vous un article sur l'écologie .

Comme Octogénie et le Père Vert , je vous trouve bien sévère pour le sympathique JV Placé .

Écrit par : Jean -Jacques | 01/07/2016

Castor et Placé : un problème sociologique plus que politique sans doute ; JVP et lui ne son pas du même milieu , n'ont pas les mêmes codes ...

Écrit par : Barbara | 01/07/2016

Affaire de sociologie , certes , mais aussi de psychologie : Castor est sérieux comme un pape , même quand il plaisante ; Placé ne cesse de blaguer, même sur des sujets sérieux .

D'accors avec le Père Vert , Octogénie et Barbara : l'écologie à visage humain , ni sinistre ni punitive .

Écrit par : Anne--Lise | 01/07/2016

On ne peut reprocher à Castor d'être influencé par sa sociologie et sa psychologie ; qui de nous n'est pas ?

Est-il trop sérieux ? ce n'est pas nécessairement un défaut : l'état du pays et du monde ne pousse pas à en rire .

Quant à JV Placé ? un chanoine enchanté d'avoir été promu évêque , en attendant d'être bientôt excommunié ...

Écrit par : Mentor | 01/07/2016

-------"Entendons-nous bien, ça ne sont pas ses mérites ou compétences personnelles qui sont en cause."

Cela vaut aussi pour Castor quelles que soient sa " sociologie" et sa " psychologie"

JV Placé, un " chanoine" ? c'est tout à fait çà : bon vivant et rigolard , avec l'air de celui qui vient de jouer un mauvais tour (rarement méchant) à quelqu'un; pas trop bien-pensant à la différence de la plupart des écolos .

Écrit par : Jean | 02/07/2016

"Ils m'expliquaient qu'ils changeaient de "cab", continuaient du "cab" et ainsi de suite"

( Castor à propos à propos des petits jeunes gens rencontrés à la sauterie de la CIA ) .

-faire du " cab" : une spécialité bien française et qui explique pour une part ce que l'on appelle le " mal français " ; un petit monde fermé dans lequel il faut accepter de faire son apprentissage dans des jobs modestes et parfois ingrats .

J'ai connu un petit marquis , devenu grand depuis , dont la principale mission , à ses débuts , consistait à conduire chez un coiffeur pour chiens le toutou de l'épouse du ministre ; problème : le cabot pissait dans la voiture , qu'il fallait désinfecter après chaque " mission -miction "...

C'était , à la fin de l'ancien régime, le job du page préféré de Marie-Antoinette .

Écrit par : Jean Létat | 02/07/2016

Les chiens et chats ministériels sont la plaie des cabinets : un atout pour les reportages de la presse pipel , une calamité pour le petit personnel et parfois pour le grand ( un dir de cab viré pour avoir marché sur la queue du chat du ministre ...)

Écrit par : Bernard Kouchtard | 02/07/2016

Les chiens et les chats , officiels ou non , c'est comme les enfants : il faut les dresser dès le début , ne rien laisser passer , savoir punir mais aussi récompenser .

Écrit par : Octogénie | 02/07/2016

Cela vaut aussi pour les électeurs : il faut les éduquer avant leur premier vote , peut-être même instaurer un "permis de voter" .

L'actualité montre en effet que le peuple peut voter mal comme il l'a fait à maintes reprises dans le passé ( en 2012 , par exemple ) .

Écrit par : Léo | 02/07/2016

Dans le même esprit : pourquoi ne pas obliger les seniors à prouver qu'ils sont capables de comprendre l'enjeu d'un scrutin ? nombre d'entre eux , obsédés par l'insécurité , le pouvoir d'achat de leur retraite , l'afflux d'immigrés , sont tentés par le populisme( FN , Mélenchon ...) .

On pourrait s'inspirer de la décision prise par la mairie de Paris d'interdire aux vieilles voitures de circuler dans Paris .

Écrit par : Pierre Lajeunesse | 02/07/2016

Une mesure plus juste : faire passer à TOUS les électeurs un examen civique permettant de s'assurer qu'ils ont capables de bien voter .

Un permis à points sanctionnant les mauvais votes ...

On reviendrait ainsi au vote censitaire qui a eu cours pendant une partie du 19 ème siècle , mais les critères retenus seraient non la richesse ni le niveau d'instruction mais les vertus civiques

Écrit par : Jean | 02/07/2016

-----> Pierre Lajeunesse : la décision de la mairie de Paris d'interdire de circulation les véhicules trop vieux , loin d'être d'inspiration écologique , ne vise qu'à pousser à l'achat de véhicules neufs et à favoriser les formules du type auto-lib, , vé-lib , patins-lib et Uber ; c'est du pur mondialisme libéral à la Macron

Écrit par : Père Vert | 02/07/2016

J'ai toujours , pour ma part , recommandé la marche à pied (voir mes " Rêveries d'un promeneur solitaire " )

Pour ceux qui se présenteraient à l'examen civique évoqué par Jean , voir mon "Contrat Social " ; tout y est , et en français lisible ;

Écrit par : Jean-Jacques | 02/07/2016

Cher Jean- Jacques , j'avoue préférer vos " Rêveries " et vos
" Confessions " au Contrat Social " que personne ne lit plus ,
hélas, même à Siences-Po ...

On lui préfère Montesquieu et Tocqueville et , hélas , hélas , hélas , votre vieil ennemi Voltaire

Écrit par : Barbara | 03/07/2016

Pas de nouvel article de Castor en cette fin de semaine !

Les sujets ne manquent pourtant pas : la crise du Royaume -
Uni, la mort de Michel Rocard , le départ du Tour de France , le match France-Islande , la Marche des Fiertés ...

Écrit par : Mentor | 03/07/2016

De Michel Rocard un de ses aînés de l'iinspection des finances disait en 1966 : " il ira loin car on ne comprend rien à ce qu'il dit"

Propos cruel mais prémonitoire : il a réussi pour une part parce que sa prose était pour le moins nébuleuse , plus encore à l'oral qu'à l'écrit ; il était facile d'être d'accord avec lui ;tout le monde ou presque a été rocardien , à gauche et même à droite .

Écrit par : Père Synthése | 03/07/2016

Un autre grand disparu socialiste : Jean-Pierre Chevènement .

Il reste encore , par bonheur , Jean-Luc Mélenchon ...

Écrit par : JC Jaurras | 03/07/2016

Rocard , Chevènement , Mélenchon , de gros calbres par rapport à Hollande , Valls et tant d'autres ...

Peut -être parce qu'ils ont su ne pas s'enfermer dans le dogme socialiste , qu'il soit dur ou mou ; des marginaux ...

Si l'on prend la peine de décrypter la parole parfois nébuleuse de Rocard , on doit reconnaître qu'il était parfaitement cohérent .

Par ailleurs , un politique honnête , ce qui se fait de plus en plus rare ( sur ce plan , on peut le rapprocher de Jospin et d'Aubry )

Écrit par : Jean | 03/07/2016

Castor , s'il lui consacre un article , dira peut- être qu'il n'était pas vraiment de gauche ; une préfiguration de Macron ...

Écrit par : Mentor | 03/07/2016

Rocard avait , sur le tard, viré écolo : chargé d'une mission sur les pôles nord et sud , il avait suggéré que l'on poussât quelques icebergs vers les régions privées d'eau ; projet qui n'était utopique qu'en apparence avait déclaré Hulot .

Écrit par : Père Vert | 03/07/2016

Prendre de la glace là où il y en a pour la transporter là où il n'y en a pas ; ça se faisait couramment avant l'invention du réfrigérateur ; ma grand-mère m'a parlé des charrettes qui distribuaient dans Paris des pains de glace qu'il fallait scier à l'usage des restaurateurs et des particuliers .

Écrit par : Séraphita | 03/07/2016

Glace et politique :

-Vatel , le cuisinier de Louis XiV qui se suicide parce que le "train de marée " ( un convoi de chariots ) est en retard .

-Trotski assassiné sur l'ordre de Staline par un mercenaire muni d'un pic à glace .

-La main-mise des soviétiques sur la pays de l'est assimilée à une " glaciation " .Le roman et film d'espionnage " L'espion qui venait du froid" ....

Écrit par : Johanna | 03/07/2016

Sur" les" ( et non la ) pays de l'est , chère Johanna , et "assimilés" , non assimilée; deux fautes en une ligne , ce que Castor n'a jamais fait !

Écrit par : Père Castor | 03/07/2016

L'orthographe est une valeur réactionnaire ! ce qui importe c'est le fond ; on a connu la " République des professeurs " ; est-ce maintenant celle des pions ?

Écrit par : Ravachol | 03/07/2016

Les hussards de la République n'étaient pas des " pions" !

Écrit par : J C Jaurras | 03/07/2016

"Mais je ne comprenais pas de qui il s'agissait, ni même quelles étaient les compétences dudit ministère" ( Castor)

Les ministres placés à la tête d'un ministère sans champ de compétences défini sont particulièrement redoutables et redoutés : ne disposant pas d'une administration spécifique , ils sont censés recourir " en tant que de besoin" , à des services placés sous l'autorité d'autres départements .

Ne comprenant pas qu'on leur demande d'exister le moins possible , ils ne cessent de harceler les fonctionnaires dépendant des " vrais" ministres .

C'est la guérilla permanente , la crise de nerfs quotidienne ...

Dès leur nomination , ces ministres virtuels se cherchent des locaux , des voitures , des fournitures de bureau ; à peine les ont-ils trouvés qu'il est déjà temps de déguerpir ...

Écrit par : Jean Létat | 03/07/2016

Les ministres " virtuels " , généraux sans troupes ...

Au hasard d'une affectation , il m'est arrivé d'être appelé au secours , un dimanche matin , par un jeune" chargé de mission" auprès d'un secrétaire d'état " virtuel" : il lui était prescrit de rédiger pour le lendemain un projet de décret définissant les "compétences " de son patron ( lequel n'en avait pas la moindre idée ) .

Le pauvre garçon étant un de mes anciens élèves , j'ai répondu " présent !" . Nous avons bâclé cela sur un coin de table avec l'aide d'une collection de journaux officiels , en voyant large : des compétences quasi universelles , une liste des services dont la nouvelle excellence disposerait " en tant que de besoin " ; il n'y manquait aucun bouton de guêtres ...

C'est passé comme une lettre à la poste et le "chargé de mission" a eu droit de la part du boss à des félicitations appuyées .

Le petit ( qui a depuis grandi ) m'a offert un plantureux déjeuner ...

Écrit par : Mentor | 03/07/2016

Cher Mentor , je vois qu'à votre époque on ne s'ennuyait pas dans l'administration ; mais ça fonctionnait plutôt bien , semble-t-il ...

Écrit par : Séraphita | 03/07/2016

L'utile et l'agréable ne sont pas incompatibles , bien au contraire

Au moment où j'ai pris ma retraite ( 1997 ! ) cela avait déjà commencé à se dégrader , qu'il s'agisse de l'efficacité ou de l'agrément ; on a voulu singer le secteur privé ( " management etc.) ; surtout , les fonctionnaires ont été rendus responsables de tous les maux du pays ( avec l'UE ) ; maintenant ils rasent les murs ...

Écrit par : Mentor | 03/07/2016

-------Castor , reconnaissons-lui ce mérite , n'a jamais dit de mal des fonctionnaires ni du service public ; voir dans les archives du blog le sujet " Fonctionnaires pourquoi tant de haine"

Écrit par : Bernard Kouchtard | 03/07/2016

Écrire un commentaire