Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2016

Alexandre Jardin, le renouveau populiste

Populisme-Coca.jpgUne séquence de l'émission politique de France 2 fut largement reprise et commentée sur internet, celle d'Alexandre Jardin jetant une brique de lait à Bruno le Maire sur le thème "vous avez écrit une brique, je vous en apporte une autre". Ha ha ha, qu'est-ce qu'on rigole. Le plus cocasse était l'ouverture de la rencontre par le même Jardin qui précisait "Nous sommes tous les deux écrivains". Pour avoir déjà subi la lecture de Jardin, Le Maire est écrivain, oui, mais c'est bien le seul des deux.

Ensuite, à quoi a-t-on eu droit ? A un abaissement sans nom du débat public, par la seule et unique faute d'Alexandre Jardin. Pujadas et Salamé auraient du recadrer les choses, mais je crois que ces deux là sont perdus pour la cause, donc arguons que le Zèbre en chef est seul fautif. Que nous dit-il ? Que la puissance publique est technocrate et qu'elle ne soutient pas les initiatives de la société civile. Mazette, quelle originalité, quelle audace, quel flair ! Et surtout, quel esprit de nuance : en somme "les politiques" sont des cons, et "la société civile" est héroïque. Et modeste, quand le politique est infatué. Diantre... 

Les pluriels globalisants sont ineptes et fascistes à la fois : non, "les entrepreneurs" ne sont pas tous des héros en quête de changement de monde, certains veulent juste gagner un max de blé sans regarder le bilan de leurs impacts négatifs. Non, "les associations" ne sont pas toutes mues par de nobles objectifs. Nombre de fondateurs d'assos le font pour se sauver, pour se regarder dans une glace et emmène beaucoup de monde dans leur spirale folle. Franzen a bien montré cela dans son roman "Purity", même les lançeurs d'alerte ne sont pas, par essence, nos nouveaux Spartacus. Il faut de l'esprit critique, de l'auto-critique.

Si l'on revient à Jardin ce qu'il a dit est d'autant plus navrant que ses exemples sont très mal choisis. Il commence par une leçon d'égalité des chances avec Marie Trellu-Kane, fondatrice d'Uni-Cités... Mais de qui se moque-t-on ? Y a t'il une ONG plus soutenue à bout de bras par tous les gouvernements successifs ? Y-a-t-il une démarche plus encouragée, soutenue, appuyée, y compris financièrement par les pouvoirs publics ? Sans doute pas. Sans "les politiques" pas d'Unis Cités. Pauvre con... Ensuite, il moque le projet de le Maire sur l'insertion par l'activité économique (IAE). Il lit le programme de le Maire sur le sujet, relativement austère en lui disant "c'est un monument de technocratie. A 1000 lieues de ce que veulent les français". Ha bon ? Au contraire, l'IAE repose sur un certains nombre de dispositions politiques, des incitations et de la régulation politique. Ce que les entrepreneurs sociaux de ce secteur demandent relève justement de mesures technocratiques. Intelligentes, si possible, mais technocratiques ou bureaucratiques, ce qui n'a rien d'une injure. Ils veulent au choix une augmentation du nombre de postes disponibles en insertion, une revalorisation de l'aide au poste par travailleur en insertion, ou encore des campagnes de sensibilisation de leurs secteurs, de leur métiers ; de la médiation publique, en somme.

Monsieur Manatthan, l'avatar de Benoît Poelvoorde, aimait à dire qu'Alexandre Jardin "effraye par sa prose". C'est exact, mais désormais il ne se contente pas d'écrire des âneries et des fadaises. Il en profère aussi. Qu'il regarde lui même ce qu'il propose et qu'il tourne sa langue sept fois dans sa bouche. La plupart des Zèbres bénéficient, comme pour l'IAE, de beaucoup de subventions, d'aides, d'appuis. Ils en voudraient plus, on en voudrait plus comme pour ce réseau de crèches qui arrivent à réduire les inégalités d'accès au vocabulaire chez les tous petits. Bien sûr qu'on voudrait qu'elles soient labellisées et existent partout en France. On voudrait plus, mais qu'on nous ne disent pas qu'on ne fait rien. "Vous ne foutez rien, nous on sait faire", c'est en rhétorique exactement le discours de Madame le Pen. Ne faisons pas cette insulte aux nobles zèbres qui sont à moitié noir ce qui les exposent donc à une expulsion du territoire si d'aventure cette dame arrivait au pouvoir...

 

 

 

Commentaires

"Les pluriels globalisants sont ineptes et fascistes à la fois " Oui , mais Castor en use abondamment ...

Écrit par : ...B Barbara .... | 23/10/2016

"Non, les associations" ne sont pas toutes mues par de nobles objectifs" .

-----L'association , une belle idée ( la loi de 1901 ) , pervertie par la pratique de la subvention et la professionnalisation .

Voir dans le budget des petites et grandes associations quelle est la part des cotisations par rapport aux autres ressources

Écrit par : ...Saint-Thèse .... | 23/10/2016

Un cas " exemplaire " : SOS -Racisme ; combien d'adhérents effectifs, payant des cotisations ?

Écrit par : ...Saint-Thèse .... | 23/10/2016

Un autre : La Ligue de l'enseignement .

Écrit par : ...Léna .... | 23/10/2016

Une autre " belle idée" hélas pervertie : le syndicat ...

Écrit par : ...Zazou.... | 23/10/2016

Dans un ouvrage savant sur les associations, dont je n'ai pas la référence , apparaît le concept d' " Association administrative "
( et "de service public") ; à la fois oxymore et scandale !

Écrit par : ...JC Jaurras .... | 23/10/2016

Nombre de hiérarques socialistes sont issus du " monde associatif" subventionné et professionnalisé ( Jeunesse, Education populaire , sport , culture , humanitaire ...)

Écrit par : ...Solon.... | 23/10/2016

On estime traditionnellement que quand la puissance publique ne peut gérer directement une activité , il est plus vertueux d'en charger une association que de laisser faire le " secteur privé" , a priori suspect .

D'où les organisations bâtardes telles que les pseudo associations " de service public" grassement subventionnées et fort peu contrôlées évoquées par Solon ; et souvent peu efficaces

Écrit par : ...J Mentor.... | 23/10/2016

Sujet très délicat : telle la femme de César , l' " association " ne saurait être suspectée ; présomption de vertu ! la danseuse
( chaste) de la république ...

Écrit par : ...Léna .... | 23/10/2016

Ne tombons pas dans les " pluriels globalisants" dénoncés par Castor : au niveau local , notamment dans les petites communes , existent de petites associations fidèles à l'esprit de la loi de 1901 et d'une incontestable utilité publique

Il est normal que les communes contribuent quelque peu à leur fonctionnement ( un modeste local , aide à l'organisation d'une fête )

Voir les budgets municipaux , aisément accessibles sur internet ...

Écrit par : ...Johanna .... | 23/10/2016

Malheureusement , nombre de ces petites associations d'utilité publique ont du mal à préserver leur indépendance : les appareils départementaux , régionaux et nationaux cherchent à les " fédérer" et/ou à leur imposer des activités étrangères à leur vocation ; la politique dite des " rythmes scolaires" a transformé beaucoup d'entre elles en auxiliaires de l'éducation nationale .

Écrit par : ...B Barbara .... | 23/10/2016

Dans une petite commune d'Auvergne où j'ai une part de mes racines , l'association " sport pour tous" , modestement subventionnée par la municipalité , et qui consacrait l'essentiel de ses moyens au foot -ball du mercredi après -midi et du week-end , a dût intégrer des activités étrangères aux traditions locales ( tennis , " arts" ...) et à recruter à grands frais deux intervenants professionnels , les bénévoles du lieu ne pouvant faire face ...

Écrit par : ...Zazou .... | 23/10/2016

Le " para scolaire" intéresse les enfants dans la mesure où il n'est pas " scolaire" , où il se pratique en dehors du temps contraint .

La politique des " rythmes scolaires" implique que l'enfant soit un " élève" à tous moments et en tous lieux ...

C'est du socialisme !

Écrit par : ...Johanna .... | 23/10/2016

Les socialistes de toutes obédiences ont un problème avec la liberté , celle d'autrui ...

Celle des enfants leur est suspecte .

Écrit par : ...Léna... | 23/10/2016

D'où leur aversion pour l'école libre , le libéralisme , la libre entreprise etc.

Écrit par : ...Zazou .... | 24/10/2016

Pour l'école libre ? ils y mettent volontiers leurs rejetons ...

Écrit par : ...Ravachol .... | 24/10/2016

"Dans une petite commune d'Auvergne où j'ai une part de mes racines " ( Zazou)

Un Gaulois , cher Zazou ? vous allez vous faire allumer !

Écrit par : ...B Barbara .... | 24/10/2016

Écrire un commentaire