Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2017

De la bienveillance en actes plutôt qu'en paroles

apologie-de-la-bienveillance-1024x683.jpgC'est toujours et encore la même histoire : la violence se trouve-t-elle dans la chemise déchirée du DRH dAir France ou dans les centaines de personnes licenciées malgré un groupe profitable avec l'Etat comme actionnaire ? La violence de la part de militants pacifistes qui s'opposent à un barrage ou un aéroport ou du détournement de l'Etat d'urgence contre le terrorisme pour séquestrer et arrêter arbitrairement des militants écologistes ? Et cette violence, passée sous silence, ne cesse de croître comme le prouve hier la volonté de faire rentrer les mesures d'exception de l'état d'urgence dans le droit commun. Impensable et pourtant en marche...

Demandez aux macronistes s'ils ont conscience de la violence de leurs idées, ils tomberont des nues. Ils se vivent comme l'opposé de la violence. Chez les macronistes, le maître mot est "bienveilance". Accordons leur ceci : ils l'incarnent. Dans les débats, ils invectivent moins que d'autres, tonnent rarement et n'injurient qu'à renforts de "saperlipopette" et autres "flûte à la fin". Bien peignés, chemises repassées et barbes taillées pour les hommes, mèches non rebelles et fard à paupières discret pour les femmes. Ils sont polis. Regardez leur porte parole, Benjamin Girveaux. Parfois la jugulaire sort un peu, on sent le pitt bull sous le labrador, mais il assène toujours ses horreurs d'un ton docte et endort les électeurs qui boivent son breuvage "bienveillant".

Ou est la bienveillance dans leur conception du chômage selon laquelle les personnes privées d'emploi sont les seules coupables ? Candidat, Macron répondait à la question posée par Bourdin "que diriez vous à un chômeur désespéré qui ne trouve pas d'emploi ?". Réponse :  "si j'étais chômeur, je me battrais". Vous la sentez, la bienveillance dégoulinante ? Idem pour la bienveillance qui fait d'Uber un "progrès", de "l'autoentreprenariat" un marchepied et de la réforme du code du travail un "abaissons les protections pour augmenter la compétitivité". Partout, en filigrane, il y a l'idée que les pauvres l'ont bien cherché et ne se remuent pas assez et que quand même, quand on veut on peut. C'est la violence folle, immonde, dépeinte par Ken Loach dans "moi Daniel Blake" film honni par le Monde comme "caricature gauchiste"... Avant que le même journal, cherchant une explication à la folle remontée de Corbyn dans les sondages n'envoi des journalistes en immersion aux côtés des demandeurs d'emplois au Royaume Uni et ne réalise que Loach avait parfaitement raison. Flicage généralisé, deux mois sans une livre avant d'avoir des droits ce qui fait que des milliers de demandeurs d'emplois se retrouvent à la rue du jour au lendemain... Pas raccord avec le grand et beau récit d'une société ouverte, mondialisée, cosmopolite, où le capitalisme est un jeu gagnant gagnant que le journal aime raconter, pour May comme pour Macron. Les 1000 personnes les plus riches en Angleterre possèdent autant de richesses que les 40% les plus pauvres. Un score du tiers monde où des "pays les moins avancés" comme on dit pudiquement. Des inégalités qui explosent, une inhumanité partout et des bastions de riches qui se barricadent et jettent de l'huile chaude sur les pauvres hères, c'est bienveillant, ça ? C'est non violent ? Allez vous faire cuire le cul...  

Commentaires

Castor se torture les méninges pour essayer de recycler un thème banal et archi usé : la violence n'est pas celle qui s'affiche et la bienveillance est un piège à cons .

Écrit par : ... Léo .... | 09/06/2017

Sn héros du moment , Mélenchon , un pacifiste authentiquement bienveillant ; sous la rhétorique injurieuse , l'amour du prochain

Écrit par : ... Barbara... | 09/06/2017

"L'amour du prochain " ( Mélenchon, castor ) : amour vache !

Écrit par : ... Séraphita | 09/06/2017

Castor , assez calme depuis quelques jours ,recommence à mélenchonner ...

Cela ne peut que s'aggraver à l'approche de l'élection ...

Mieux vaut , selon moi, ne pas le contredire , car ça pourrait mal mal se terminer .

Écrit par : ... Anna - Lisa | 09/06/2017

D'accord avec Anna-Lisa : ne pas contredire Castor ...

Un moment difficile à vivre pour lui ...

Écrit par : ... J Mentor | 09/06/2017

Oui , dans ces cas-là il est préférable de ne pas contrarier ...

Pauvre Castor , tout cela est en effet bien difficile pour lui ; il devrait aller prendre un peu l'air à la campagne : rien de mieux que le chant des petits oiseaux pour se changer les idées

Écrit par : ... Mémé Octogénie .... | 09/06/2017

D'accord pour ne pas contrarier Castor ; un mauvais moment à passer ...

Écrit par : ... Mémé Octogénie .... | 09/06/2017

Bis repetita ; d'accord moi aussi pour ne pas le contrarier

Écrit par : ... Pépé Castor .... | 09/06/2017

Un xeek-end à la campagne comme le suggère Mémé Octogénie , avec quelques bons polars

Écrit par : ... Sidonie .... | 09/06/2017

Des polars et quelques bouquins moins ludiques traitant de la tolérance et de la bienveillance ; Montaigne , Voltaire , Alain

Écrit par : ... Johanna .... | 09/06/2017

C'est comme mon boss Donald : on prend soin de ne pas le contredire quand il repart pou un tour ; on se précipite aux abris

Écrit par : ... Trumpette .... | 09/06/2017

Chez nous les gendarmes réussissent plutôt bien à gérer les forcenés , de plus en plus rares , du samedi ou du dimanche soir

Ils se gardent de les contredire , éloignent les femmes et les enfants et attendent ,pour agir , que les vapeurs d'alcool se soient dissipées .

Écrit par : ... Mémé Octogénie .... | 11/06/2017

"et attendent ,pour agir , que les vapeurs d'alcool se soient dissipées " , dites-vous

Cela dépend du genre de boisson et du degré d'alcool : un gros buveur de bière ou de rosé est souvent dérangé de l'estomac avant de l'être de la tête .

C'est l' "effet chiasse" bien connu des gendarmes qui assiègent un forcené ...

Écrit par : ... Pépé Castor .... | 11/06/2017

A propos de forcenés : il se dit que le dernier carré de militants du PS se prépare à soutenir un siège dans l'immeuble de Solférino.. une sorte de Fort-Chabrol ...

Écrit par : ...Sidonie .... | 11/06/2017

Pour la France Insoumise , je suggère le Père Lachaise , au pied du Mur des fédérés .

Écrit par : ...Ravachol .... | 11/06/2017

Mieux : Sainte-Anne ...

Écrit par : ...Anna -Lisa .... | 11/06/2017

Les camisoles de force sont chimiques maintenant , et indolores

Écrit par : ...Johanna .... | 11/06/2017

Indolores mais pas inoffensives car elles infantilisent le patient .

Selon moi , une psychanalyse conviendrait mieux dans le cas de Mélenchon

Écrit par : ...20 100 | 11/06/2017

Une psychanalyse ? pas chez moi : cet "insoumis" est violent ; il s'en prendrait à mon divan et peut-être même à moi ...

Écrit par : ...Anna -Lisa .... | 11/06/2017

A l'hôpital psy d'Alep , les cas lourds tels que celui de Mélenchon
étaient traités par l'hydrothérapie ; ce n'est plus possible car il y a pénurie d'eau du fait de la guerre .

Écrit par : ...Lulu Charia .... | 11/06/2017

Le Mélenchon nouveau : nous avions tort de nous faire du souci pour lui car il va beaucoup mieux depuis hier soir , modéré , caressant , presque soumis . .

Sans doute s'est-il mis au pastis marseillais ...

Écrit par : ...J Mentor .... | 12/06/2017

Et Castor ? on attendait de lui un papier compilant les éléments de langage que diffuse depuis le soir du premier tour une gauche mauvaise perdante : le succès d'En Marche est en fait un échec cuisant , la nouvelle assemblée ne sera pas légitime etc .

Écrit par : ...Léo .... | 12/06/2017

Écrire un commentaire