Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2017

chronique d'une mort de France annoncée

 Le village où je passe mes vacances comptait plus de 1000 âmes il y a deux générations, moins de 150 aujourd'hui. Au coeur du village, le gros bâtiment communal prouve que l'école a accueilli beaucoup de monde, fut un temps. Une taulière de restaurant me montre une photo jaunie ; la rentrée des classes de son grand frère : 54 garçons, autant de filles dans la classe voisine. Aujourd'hui, les 4 enfants toujours en âge d'être scolarisés prennent le bus pour aller au village voisin, là où une école demeure, en sursis. Si, dès le plus jeune âge, on vous explique que les strucures essentielles à la vie ne sont pas chez vous, à quoi bon rester ? Ainsi va la mort annoncée des lieux trop petits pour survivre à l'ère du global. Et encore, ce village se meurt à petits feux grâce à la saisonnalité : épicentre de chemins de randonnées, abritant une rivière délicieuse, il attire assez de touristes l'été pour faire vivre quelques commerces et leurs familles. Donc les commerçants restent, les aînés aussi qui sont nés et veulent mourir là. Les actifs le sont la moitié de l'année, ou agents communaux. Mais ils ne travaillent pas plus loin, faute d'opportunités. Il y a un autre village distant de quelques kilomètresa doté certes d'une école mais guère plus. Si l'on veut trouver le reste, il faut faire 20 kilomètres. Outre l'absence d'école, préjudiciable pour les jeunes et leurs parents, qui voudrait s'installer dans un désert médical d'une telle ampleur ? Je ne parle pas d'hôpital : pas un médecin ou même une pharmacie à moins de 20 kilomètres. Et pas de transports... Repeupler ce village est une chimère, mais ne doit pas éluder les débats inhérents à notre urbanisation galopante. Tout le monde ne pourra, ne voudra, ne devra vivre dans les grandes villes. Si l'on veut se nourrir correctement, entretenir un patrimoine gastronomique, architectural et culturel qui fait notre renommée mondiale, il faut se donner les moyens. Sans doute pas en essayant de sauver cette merveille de paysage où je demeure (ébahi), pour laquelle il est déja trop tard, mais les villes moyennes de quelques milliers d'habitants jusqu'à 30 000. Pour celles là, ne rien lâcher de l'offre de transports en commun, toujours plus d'attractivité scolaire et médicale, des espaces mis à disposition des travailleurs nomades, il faut le faire. On nous dira que ça a un coût, mais doter convenablement la France de transports de proximité coûte infiniment moins que notre folie TGV. Inciter les médecins à s'implanter là, leur faire "un pont d'or" permet une politique de prévention bien moins onéreuse que traiter l'incurie à l'hôpital... On ne peut pas continuer cette hypocrisie consistant à encenser l'hexagone des villages lorsque les caméras du Tour de France le filme et le saigner budgétairement dès que l'écran passe à autre chose. Un peu de cohérence : ça n'est parce qu'on meurt en silence sous nos yeux qu'il faut laisser faire. Ca reste de la non assistance à territoires en danger. 

Commentaires

"Une taulière de restaurant " :

" taulière" n'est pas très gentil pour cette dame ; condescendance typiquement " "parisienne "...

Écrit par : ... Johanna .. | 11/08/2017

Le vocabulaire , point faible de Castor : inconscient à fleur de peau ; c'est dommage car le papier ne manque pas d'intérêt .

Écrit par : ... Anna-Lisa .. | 11/08/2017

Papier qui , effectivement , " ne manque pas d'intérêt" mais constat à ne pas généraliser : au Pays basque où je viens de passer quelques jours , les petites villes et villages sont le plus souvent bien vivants , et ceci en dehors des sites touristiques et de la côte .

En Bretagne intérieure , parcourue l'été dernier , situation contrastée : du presque " mort " et du bien vivant et charmant ...

Écrit par : ...J Mentor .. | 11/08/2017

"Retour à la terre " de Castor ; à encourager ...

Écrit par : ...Sidonie .. | 11/08/2017

Chez nous , en Anjou profond , situation contrastée comme dans la Bretagne intérieure de Mentor ; les villages et petites villes qui résistent le mieux sont ceux auprès des quels il n'y a pas d'hypermarché ; le maire de notre commune y veille ...

Écrit par : ...Mémé Octogénie .. | 11/08/2017

A la télé , célébration aussi tapageuse qu'hypocrite des " petits villages bien de chez nous "

Mais aussi , parfois , mise en valeur d'initiatives heureuses : collectifs d'habitants qui oeuvrent pour maintenir en vie une boulangerie , une épicerie ; municipalités qui créent des " maisons de santé " pour lutter contre la désertification médicale etc.

Écrit par : ...Lysistrata .. | 11/08/2017

"Doter convenablement la France de transports de proximité coûte infiniment moins que notre folie TGV."

---D'accord ! "mais où sont les michelines d'antan ?"

Écrit par : ...Barbara .. | 11/08/2017

Une référence incontournable : " Paris et le désert français " de Jean -François Gravier ( 1947 ! )

On dirait aujourd'hui " La Ville et le désert français "

La " Politique de la ville", concept ambigu et politique aussi inefficace que coûteuse , décriée à juste titre en France profonde

Écrit par : ...JC Jaurras .. | 11/08/2017

----On a inventé la " politique de la Ville " pour faire oublier l' "Aménagement du territoire " gaullien des années 60 .

Écrit par : ...Saint-Thèse .. | 12/08/2017

Écrire un commentaire