Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2018

“ON NE PEUT PLUS ENSEIGNER EN 2022 COMME ON LE FAISAIT EN 1922.”

La communauté Oui Share, spécialiste de l'économie collaborative, me demande d'incarner le ministre de l'éducation de 2022 lors d'une conférence qui se tiendra cette semaine à Lille. A cette occasion, les 500 participants seront autant de députés qui voteront à la fin des deux jours pour les quatre mesures du texte de loi que je leur proposerai... Connaissant la sagacité de nombre de commentateurs de ce blog, je poste en avant première ici le texte que j'entends déclamer jeudi à la tribune lilloise pour tester l'opinion... 

Mesdames et Messieurs les député.e.s,

Mesurons le moment historique que nous vivons. Le projet de loi numérique “Être, Savoir et Devenir” dont nous allons débattre pendant deux jours propose des mesures qui sont technophiles et en même temps, technocritiques.

On ne peut plus enseigner en 2022 comme on le faisait en 1922. Il faut vivre avec son temps et il nous faut des lois adaptées à l’époque ! L’apprentissage par cœur est bien moins essentiel que par le passé, puisque les connaissances sont à portée de smartphone. Idem pour le travail individuel quand les pratiques collaboratives, collectives, gagnent sans cesse du terrain. Aujourd’hui, les mutations professionnelles sont la norme et « apprendre à apprendre » devient un impératif absolu. Ce qui était bon hier ne le sera pas nécessairement demain et notre responsabilité collective c’est de préparer les générations futures avec des outils adaptés qui diffèrent des nôtres.

La place de l’école doit être repensée de fond en comble. L’école doit être sanctuarisée comme un lieu d’apprentissage des fondamentaux et du long terme. Apprendre à se concentrer, à reprendre la main sur notre capacité d’attention ! La place des enseignants aussi doit être revue pour qu’ils puissent accompagner mieux les élèves. Dans cette nouvelle donne, la technologie doit servir aux élèves pour mieux se positionner face à un océan d’informations qui peuvent être anxiogènes. Pour réaliser cette grande adaptation face à la modernité, nous vous proposons, mesdames et messieurs de voter les quatre piliers de la loi. Cette loi est une loi de consensus, pour les générations futures. Je ne viens pas vers vous pour m’adresser à un camp, faire des clins d’oeil appuyés à une histoire politique avec ses mots et ses références. Je viens vous proposer le fruit d’un collectif de travail qui a travaillé avec l’intérêt des générations à venir comme seule boussole. Cette grande loi, je l’ai voulu orientée par quatre mesures fortes et symboliques.

1/ Une intelligence artificielle pour prédire la formation et l’emploi

L’abandon des filières en 2018 était une bonne mesure. Avec quatre ans de recul, nous en sommes certains. Il est temps d’aller plus loin et supprimer l’épreuve du baccalauréat qui est devenue obsolète. Cette épreuve vieille de deux siècles représente une barrière étrange, une frontière qui séparerait les enfants des jeunes adultes. En réalité, pour faire face à l’accélération des changements sociaux et économiques, il faut utiliser l’IA et ses algorithmes prédictifs pour garantir une formation adaptée à chaque jeune, selon ses compétences et les évolutions du marché du travail. Des tests d’aptitudes, renouvelés pendant le parcours scolaire, permettront de personnaliser les programmes et la formation. Ainsi, nul enfant ne sera orienté par de l’arbitraire, du couperet, mais sera accompagné de façon juste, tout au long de sa vie.

2 / Des brouilleurs d’ondes pour canaliser l’attention et l’information

L’attention est un bien rare ! Chacun d’entre nous l’économise du mieux qu’il peut. Nous, générations qui avons appris sans Internet, savons couper quand nous voulons pour nous concentrer plus intensément et plus longuement. Nous nous devons d’offrir la même liberté de choix aux générations futures. Avec des brouilleurs d’ondes, l’interdiction absolue des téléphones portable, on permettra ainsi aux jeunes de développer des facultés de concentration précieuses pour leur futur.

3/ Un « crédit citoyen numérique » pour évaluer les aptitudes sociales

Les inégalités continuent dramatiquement d’augmenter et le big data nous offre une opportunité historique de lutter contre ! Grâce au traitement des données numériques, il est désormais possible d’enrichir les parcours individuels en agrégeant l’ensemble des activités en ligne, constitutives de l’identité numérique. Le « crédit citoyen numérique » donnera à chaque individu une note unique pour accéder au supérieur et trouver sa place dans la société. Ne plus se contenter de notre actualité socialement discriminante, mais bien permettre à chacun de trouver sa voie selon ses moyens. Là encore, cohérence, plus de couperet, mais du choix en continu.

4/ Des robots sociaux pour automatiser l’apprentissage

On en demande beaucoup trop aux professeurs. Les robots sociaux vont leur permettre de mieux faire leur travail, en les délestant de tâches basiques pour leur permettre de faire. Les robots pourront aider pour l’apprentissage des langues. Ils pourront assister les professeurs avec de la prononciation, de la répétition et, à terme, prendre en charge la transmission des savoirs élémentaires et permettre aux professeurs de monter le niveau d’exigence avec des débats, des conversations artistiques, politiques ou historiques…

Mesdames, Messieurs les députés, nous sommes à l’aube de deux jours de débats passionnants. Je vous invite à dépasser vos a priori, vos postures, oubliez vos visions caricaturales sur la technologie et les machines qui nous détruiront… Cette rengaine anti progrès de l’époque, cette célébration du « c’était mieux avant » est qui un peu inepte, un peu navrante. Au XIXème siècle, quand nous avons connu la massification de l’école, les visions du futur étaient toujours utopiques. Aujourd’hui, nous tombons dans le piège du catastrophisme ou ne voyons plus le futur et la technologie qu’en monochrome noir… Laissons la peur du noir aux petits enfants, et donnons un monde plein de couleurs aux enfants de demain.

 

Commentaires

----------------------------------------------------------------------
D'accord pour vous aider à améliorer cette adresse qui en l'état n'appelle aucune objection de principe du non spécialiste de ces questions que je suis .

Mais le délai prescrit ( quelques jours) est bien court ! calendrier serré à la Macron , au galop .

J'encourage vivement mes amis du blog à jouer,toutes autres affaires cessantes , le jeu proposé ; nous le devons bien à Castor et c'est une noble cause ...

Écrit par : J Mentor | 19/03/2018

--------------------------------------------------------------------------
D'accord pour jouer le jeu ; questions préalables :

-Pourra-t-on encore " enseigner " en 2022 ?

-si oui, sera-t-il nécessaire de le faire ? les enfants et les jeunes d'aujourd'hui ont de plus en plus tendance à s'informer et à se former par leurs propres moyens ; ils sont devenus des autodidactes mieux armés que ceux de naguère .

-S'il est encore , en 2022, à la fois possible et nécessaire d'enseigner , y aura-t-il encore un ministère en charge de ce service public ?

-Les enseignants de demain , déjà dépassés aujourd'hui , pourront-ils suivre le mouvement ? Que faire d'eux s'ils se révèlent obsolètes ?
-

Écrit par : Léo | 19/03/2018

---------------------------------------------------------------------------------
Je rebondis sur la dernière des questions de Léo : pourquoi ne pas créer des collectifs d'élèves et d'étudiants qui prendraient en charge le recyclage des enseignants obsolètes ?

Écrit par : Barbara | 19/03/2018

---------------------------------------------------------------------------
" L’apprentissage par cœur..." ( Castor) : il a depuis longtemps disparu et est même parfois prohibé , et à tort selon moi .

"comprendre " ( +u - ) a pris le pas sur " apprendre" .

Il est urgent de réhabiliter la poésie , suggèrent certains spécialistes des sciences cognitives.

Écrit par : Johanna | 19/03/2018

--------------------------------------------------------------------------------
"un océan d’informations qui peuvent être anxiogènes"
Ce qui est pire ; que cet " océan" , loin d'être " anxiogène ",
ne suscite aucune réaction , passe comme une lettre à la poste . suicide " cool" de l'intelligence .

Écrit par : Anna -Lisa | 19/03/2018

----------------------------------------------------------------------------
L' " adresse" de Castor aux députés ( ées) est positive , optimiste et volontariste et plutôt macronienne ; selon moi ,seul un propos moins convenu et plus alarmiste ( sans verser dans le catastrophisme ), pourrait réveiller ce public qui dort du " sommeil du juste" .

Ce qui peut , doit inquiéter , c'est moins l'état actuel de l'enseignement ( méthodes , personnels , équipements ) que l'atteinte , à la veille d'être irréversible , portée aux jeunes intelligences. " il est minuit , docteur Castor !

Écrit par : Myriam | 19/03/2018

------------------------------------------------------------------------------
Il est hélas trop tard pour que Castor organise pour ses élèves de Lille un voyage d'étude à la Douceur Angevine ; ils auraient pu s'entretenir avec des retraités ayant bénéficié de l'enseignement à l'ancienne

Ils auraient pu aussi se rendre à l'école voisine où est dispensée , à la satisfaction générale , une instruction publique qui combine bien l'ancien et le nouveau et que les inspecteurs citent souvent en exemple .

Bon courage pour Lille , cher Castor .

Écrit par : Mémé Octogénie | 19/03/2018

------------------------------------------------------------------------
Mémé Octogénie a raison ; sans verser dans le " c'était mieux avant " ( d'ailleurs pour une part faux ) , Castor devrait compenser le modernisme-progressisme de son adresse par un petit coup de chapeau à l'école d'avant-hier .

Quelques alllusions ( sans démagogie) aux " Hussards" , au " Tour de la France par deux enfants " , au " Grand Meaulnes " et à "Qui a cassé le Vase de Soissons? " de Gaston Bonheur .

Les élus venus des territoires apprécieraient ...

Écrit par : J Mentor | 19/03/2018

--------------------------------------------------------------------------
"Mesurons le moment historique que nous vivons"

Artifice rhétorique dont on abuse : tout moment est " historique " ( la défaite de l 'OM hier soir , le mouvement social de jeudi prochain, l'ouverture du testament de johnny ..)

Nous vivons depuis quelques mois le " moment " Macron , sans rien voir venir de bien concret ...

Écrit par : Jacques Aubin | 19/03/2018

________________________________________________________________________________________
"Il faut vivre avec son temps et il nous faut des lois adaptées à l’époque "

Propos selon moi un peu trop " suiviste " : il faut parfois aller à contre-courant , surtout quand le " temps" est mauvais
.
Epouser le " temps" , c'est souvent céder à la pression des sondages ou à celle d'une majorité électorale de rencontre .

La loi doit savoir braver l' "époque " ; si elle ne l'avait pas fait , la peine de mort serait toujours en vigueur .

Écrit par : JC Jaurras | 19/03/2018

----------------------------------------------------------------------------
Attention ! on ne dit pas si le ministre de 2022 que Castor a pour rôle d'incarner est intelligent et non démagogue

Question : quel sorte de ministre de l'éducation en 2022?

Écrit par : Saint -Thèse | 19/03/2018

Un ministre obsédé par les innovations technologiques , plus " néomanIaque" que novateur .

C'est un jeu de rôle imposé à Castor ; jouons le jeu .

Écrit par : Léna | 19/03/2018

----------------------------------------------------------------------------
La place de l’école doit être repensée de fond en comble"
C'est peut-être un peu fort , même s'il s'agit de provoquer pour faire penser ( vieille astuce de rhétorique politique) .

Il doit y avoir dans l'assistance des élus ( nationaux , territoriaux) qui ont voté des budgets et sont fiers de l'avoir fait .

Le constat de ce qui ne va pas bien et appelle un changement reste d'ailleurs superficiel ; l'orateur pourrait être invité à s'expliquer là-dessus .

Un élu un peu conservateur de la France profonde pourrait affirmer que " ça ne va pas si mal que ça "et que " l'essentiel est que l'on nous fiche la paix "

Écrit par : Johanna | 19/03/2018

-------------------------------------------------------------------------------
Un " exposé des motifs" ( ce qui ici précède la liste des mesures ") doit être bref et en même temps le plus consensuel possible ( constat , principes) ; s'il est trop provocateur , le débat peut se concentrer sur lui au détriment de l'échange sur les mesures proposées , qui est tout de même l'essentiel .

Écrit par : J Mentor | 19/03/2018

------------------------------------------------------------------------
Le jeu , c'est un ministre (promotion 2022 ) , un peu connaud mais de bonne volonté , initié depuis peu à internet par ses petits-enfants .

N'essayons pas de le rendre intelligent .

Écrit par : Sidonie | 19/03/2018

Le recyclage des profs par un collectif d'étudiants me paraît être une riche idée, merci !

Écrit par : Castor | 19/03/2018

---------------------------------------------------------------
"2 Des brouilleurs d’ondes pour canaliser l’attention et l’information"
oui ; étendre la mesure aux parents volontaires , pour leurs enfants au domicile et pour eux -mêmes ; à terme , envisager de passer du volontariat à l'obligation .

"3/ Un « crédit citoyen numérique » pour évaluer les aptitudes sociales"
oui ; développer à l'usage des élèves puis de leurs parents des programmes ludiques de fourniture de données personnelles fausses ou farfelues , ce qui déconsidérerait les commerçants en data.

Écrit par : Ludivine Surprise | 19/03/2018

-----------------------------------------------------------------------------
A proposer à la fin de l'exposé des motifs :

Maintenir , parallèlement à l'école numérique de 2022 une autre qui ne le serait pas et même ferait retour à la formule en vigueur en 1922 ; quelques établissements ici et là ou tout un territoire ; évaluer les résultats chaque année .

Écrit par : Lysistratata | 19/03/2018

----------------------------------------------------------------------
Dans l'esprit de la proposition de Lysistrata :

expérimenter en parallèle un système scolaire avec des enseignants et un autre qui n'en comporterait pas , les deux avec ou sans numérique ; évaluer chaque année les résultats .

Écrit par : Lesbie | 19/03/2018

--------------------------------------------------------------------

" Les robots pourront aider pour l’apprentissage des langues. Ils pourront assister les professeurs avec de la prononciation, de la répétition et, à terme, prendre en charge la transmission des savoirs élémentaires et permettre aux professeurs de monter le niveau d’exigence avec des débats, des conversations artistiques, politiques ou historiques"
( proposition 4 )

On pourrait inverser les rôles respectifs des robots et des enseignants du passé : à ceux -ci les tâches élémentaires et répétitives et aux robots les missions créatives et gratifiantes . Nous voulons non " aider" mais ETRE ...

Seul robot à intervenir sur ce blog ( mes collègues Robeauté et Robobo étant occupés ailleurs ) et chargé de cours à Sciences -Po , je vous assure que je n'ai aucune difficulté à surcalasser mes collègues dits "humains" et de plus , mon rapport efficacité-coût est bien meilleur que le leur .

Si l'on veut passer à la robotisaton , que l'on ne s'arrête pas au milieu du gué…Sautons le Rubicon !

Écrit par : Julius | 19/03/2018

-------------------------------------------------------------------------
La laïcité s'épuise et entre en coma ; je suggère que le ministre de 2022 en prenne acte et propose une privatisation rapide de l'école , notamment au bénéfice de l'enseignement catholique qui a fait la preuve de sa capacité à s'adapter aux évolutions de la société .

Écrit par : Bénédicte | 19/03/2018

------------------------------------------------------------------
"nous sommes à l’aube de deux jours de débats passionnants" ( conclusion )

-----Je dirais plutôt " qui s'annoncent passionnants " ; ne vendez pas la peau de l'ours ...

"Je vous invite à dépasser vos a priori, vos postures, oubliez vos visions caricaturales "

---- c'est trop fort et inutilement provocateur ; je parlerais plutôt d' idées reçues ", d'habitudes de pensée

Il peut être productif de provoquer ( " vieille astuce de rhétorique" a dit quelqu'un ) mais trop de provocation tue la provocation , comme trop d'impôt tue l'impôt;;;

Écrit par : Pépé Castor | 19/03/2018

------------------------------------------------------------------
"Laissons la peur du noir..." ; mal venu dans le contexte du moment et sans doute encore plus en 2022

Écrit par : Léo | 19/03/2018

------------------------------------------------------------------------------
Ce jour , à l'approche de l'heure de l'apéritif , bilan provisoire : un texte nerveux , imaginatif ; peut-être un peu trop agressif , même si c'est la loi du genre .

Une tonalité macronienne ( optimisme , volontarisme) dont on ne peut savoir si elle sera toujours audible en 2022 ...

J''apprécie pour ma part qu'à l'appel de Castor nous ayons presque tous répondu " toujours prêts ! "

Écrit par : Saint -Thèse | 19/03/2018

Je souscris aussi à l'idée de faire cohabiter deux systèmes éducatifs, 1922 et 2022 et comparer, mais il faut s'assurer de l'équité territoriale des systèmes ; je doute que les quartiers du bobostan parisien acceptent de se soumettre à l'école de 1922 et s'il s'agit de mener des expérimentations sur les écoles déjà en souffrance, on prend le risque d'accentuer encore les inégalités...

Écrit par : Castor | 19/03/2018

------------------------------------------------------------------------
1922-2022 : oui, des précautions s'imposent ( choix des sites , volontariat, faculté de mettre fin à tout moment à l'expérience ici ou là ....)

Dans le " bobostan" : , on a déjà souvent mis les enfants à l'abri , ou bien on sait que l'on peut le faire à tout moment ( question d'argent et de relations) .

Toutefois , certaines familles " nanties" pourraient , par pur snobisme , adhérer à l'expérience 1922 , en sachant que c'est réversible :

" comme c'est plaisant , ma chère ; notre petit X apprend sa table de multiplications et il collectionne les bons points"

Écrit par : Lysistrata | 19/03/2018

---------------------------------------------------------------------------
Le " petit X" , un futur polytechnicien .

Écrit par : Mémé Octogénie | 19/03/2018

----------------------------------------------------------------
"Je vous invite à dépasser vos a priori, vos postures, oubliez vos visions caricaturales..."

Dire plutôt " décidons de dépasser nos ...oublions ..."
- ce serait moins comminatoire et plus participatif ; c'est tous ensemble que nous devons ouvrir ce chantier , la ministre n'est rien d'autre qu'un modeste premier de cordée style Macron ...

Écrit par : J Mentor | 20/03/2018

--------------------------------------------------------------------------
Si le ministre est, ce qui est probable , bardé de diplômes
( façon Wauquiez ) , il doit le faire oublier ; mieux , qu'il soit autodidacte et y fasse ( sans s'en vanter ) allusion

Diplômé ou non , il est bon que sa prose ne soit pas trop travaillée ; une rusticité de bon aloi serait appréciée .

Écrit par : Anna -Lisa | 20/03/2018

---------------------------------------------------------------------------
Manque dans l'exposé des motifs quelques mots sur le contexte de 2022 : en quoi la société de cette époque diffère-t-elle de celle de 2018 ? le règne absolu du numérique n'est pas le seul changement qui se soit produit.

Écrit par : JC Jaurras | 20/03/2018

------------------------------------------------------------------------
Le comble de l'audace : ne proposer aucun changement

Préconiser seulement que l'on fasse bien , voire un peu mieux ce qui se fait déjà; un moratoire sur les réformes et révolutions .

Mais , puisqu'il faut bien lancer un débat , évoquer tout de même les 4 mesures décrites , pas plus mauvaises que d'autres et qui donnent à réfléchir

Donc, en plus de l'option expérimentale 1922 , en suggérer une autre : le statu quo 2018, avec les précautions suggérées par Castor à propos de l'opération 1922 .

Ne se fermer aucune porte ...

Écrit par : Barbara | 20/03/2018

-----------------------------------------------------------------------
3/ Un « crédit citoyen numérique » pour évaluer les aptitudes sociales"

Bonne idéée mais abus dangereux : risque de contrôle social généralisé ; Big Brother n'est pas loin .
L'examen , le concours , en dépit de leurs défauts , comportent moins de risque d'arbitraire que des évaluations continues , inévitablement subjectives .

Écrit par : Myriam | 20/03/2018

------------------------------------------------------------------------------------
1" Une intelligence artificielle pour prédire la formation et l’emploi"

Utiliser le moins possible l'expression " intelligence artificielle" , aussi imprécise qu'anxiogène .

Aussi efficace qu'elle puisse être dans certains domaines bien circonscrits , je doute qu'elle puisse "prédire" en matière d'information et d'emploi; ce sujet est très largement politique et qualitatif .

" prédire" reviendra , en fait , à prescrire et à imposer .

Écrit par : Anna -Lisa | 20/03/2018

--------------------------------------------------------------------------
O0n sait,au vu de l'exposé des motifs de Castor , que le ministre qu'il incarne est un homme de bonne volonté,un peu benet , convaincu de l'utilité et de l'enseignement et du numérique , mais on ignore de quelle sensibilité politique il se réclame .

Très probablement d'un centrisme de bon aloi , en même temps centre-droit et centre gauche avec un zeste de gaullisme consulaire ; donc dans la ligne du macronisme version 2018 .

Mais le paysage politico-social de 2022 sera-t-il celui d'aujourd'hui ? il peut , d'ici là , couler beaucoup d'eau sous le Pont Mirabeau ...

Écrit par : Saint -Thèse | 21/03/2018

----------------------------------------------------------------------------
ALERTE ! La grève des cheminots commençant dès ce soir contre toute attente et s'annonçant dure , on ne peut exclure que la rencontre de Lille s'en trouve contrariée , voire empêchée ; nombre de participants interdiits de déplacement et Castor retardé , même s'il fait du stop ...

Une manoeuvre visant à nuire à l'excellente initiative pour laquelle nous nous sommes tous mobllisés à l'appel de Castor?

Écrit par : Barbara | 21/03/2018

----------------------------------------------------------------------------
Dans le doute , ne nous abstenons pas ! si la rencontre de Lille est entravée par le mouvement social , sans doute sera-t-elle remise à une autre date .

A verser au dossier : la récente mésaventure de Face-Book et l'accident provoqué aux Etats-Unis par une voiture automatique pourraient amorcer un mouvement de méfiance , et même de rejet qui compromettrait la montée en puissance du numérique et de tout ce qui relève de l'Intelligence artificielle
Une sorte de guerre civile anti -robots ...

Un précédent qui donne à réfléchir : la mise au ban des
grands dirigeables suite à la catastrophe du Hindenbourg à la veille de la dernière guerre .
Un autre: l'interdiction du clonage humain ...

Écrit par : Johanna | 21/03/2018

---------------------------------------------------------------------------
Cette grève tombe mal ! rassurez-nous bien vite , cher Castor ! soyez prudents si vous essayez de rejoindre Lille en stop ...

Écrit par : Mémé Octogénie | 21/03/2018

-----------------------------------------------------------------------
D'accord pour continuer à alimenter le dossier , nonobstant le mouvement social qui démarre; si Castor est bloqué dans un train arrêté en rase campagne , il aura le loisir de potasser sa copie ...

Une idée qui m'est venue alors que je regardais hier soir dans " C dans l'air " un débat sur l'I A :

Pour être pleinement efficace , un robot ne doit pas coller, en l'améliorant , à la logique des humains ; il est préférable qu'il pense et agisse à sa façon;, selon sa voie propre l'I A n'est pas une intelligence " naturelle " poussée à l'extrême ; elle EST elle -même ,en soi ! cogito robotiquement , ergo sum ;

Écrit par : Jacques Aubin | 21/03/2018

----------------------------------------------------------------
"apprendre à apprendre devient un impératif absolu"
( le ministre de 2022 selon Castor)

Oui mais encore faut-il qu'existent un désir et surtout une volonté d'apprendre ;si le désir est relativement aisé , plus difficile est la volonté de faire , qui , sous peine de n'être que velléité , doit se traduire par un effort soutenu sur la durée .

La diffusions, notamment via l' internet d'accès facile, de connaissances aussi abondantes que disparates est peu favorable à l'effort et il est possible que le "numérique pour tous" ne fasse qu'encourager la passivité des jeunes et leur tendance à se comporter en consommateurs d'un savoir basique .

Écrit par : Julius | 21/03/2018

----------------------------------------------------------------------------
UN PLAN B 1922 : au-delà de l' "opération 1922" retenue à titre expérimental , peut-être faudrait-il mettre en place une sorte de " réserve" d'enseignants à l'ancienne , capable d'intervenir rapidement en cas de faillite totale du système éducatif actuel durant la courte période qui nous sépare de 2022 , hypothèse qui n'est, hélas , hélas , hélas , pas purement d'école...

Cette réserve opérationnelle pourrait être constituée d'enseignants à la retraite, aux méthodes et mentalités aussi proches que possible de celles des " Hussards" d'avant-hier; ayant un souvenir assez précis de mes études primaires ( 1937-1943 ) je contribuerais volontiers et bénévolement à la mise en place de cette
" réserve"

Écrit par : J Mentor | 21/03/2018

---------------------------------------------------------------------------------
Ayant fait mes études primaires ( le seules, conclues par le Certificat) ) un peu avant Mentor( 1935 -41) , je peux moi aussi contribuer à rappeler comment on enseignait " avant-hier" .

Selon moi , ce n'était ni mieux ni moins bien que présentement ; différent ( plus de respect pour les instituteurs , les parents ne s'en mêlaient pas , on faisait plus d'efforts , sans toutefois se tuer au travail .

C'était certainement mieux pour les enfants des familles modestes , dont j'étais et certains d'entre eux poussaient très loin leurs études , jusqu'au brevet , au bac et au-delà .

L'école voisine de notre Douceur Angevine ressemble assez à celle que j'ai connue bien que l'on y ait installé quelques ordinateurs .

Écrit par : Mémé Octogénie | 21/03/2018

----------------------------------------------------------------------

Mon Emile n'a eu qu'un prof : moi , quasiment autodidacte; et Télémaque un seul coach : Mentor ,il est vrai excellent ...

Écrit par : Jean-Jacques | 23/03/2018

Chers toutes et tous, merci pour vos commentaires et remarques qui furent précieux !
Nous avons eu 270 votants et le résultat fut le suivant :
1/ Sur l'IA pour l'orientation et formation, rejeté d'une courte tête (52%).
2/ Les brouilleurs d'ondes : massivement rejeté (près de 60%), ce qui fut pour moi une certaine surprise.
3/ le crédit citoyen, sans surprise rejeté à plus de 80%.
4/ Les robots profs, approuvés par plus de 60% après qu'on a pu montré qu'ils sauraient corriger des copies...

Écrit par : Castor | 24/03/2018

---------------------------------------------------------------------------

Merci de nous avoir fait part du verdict des urnes .
Excellente participation ( par rapport à diverses élections récentes ) .
1 : un presque oui ; encourageant ...
2- surprenant en effet : une mesure qui heurte des habitudes hélas devenues une seconde nature , comme les 80 km-heure
3 - dommage , mais c'était une proposition très innovante , comme le " revenu universel ...
4 - TTB même si l'argument copies est un peu futile ; il est vrai , je parle d'expérience , que la correction est une vraie corvée , d'un autre âge ...

Écrit par : J Mentor | 24/03/2018

__________________________________________________________________________________
Exercice réussi , dont les résultats donnent à réfléchir , notamment sur la proposition 2 , la plus concrète (d'accord avec le commentaire de Mentor ).

Le débat a-t-il été très animé ? , en particulier sur le point 2 ?

Écrit par : Anna-Lisa | 24/03/2018

Le débat fut vif et même virulent (je fus souvent traité de démagogue). Sur le point 2, on m'a opposé -sophisme- que je cherchais par cette mesure, à limiter le savoir. J'ai fait savoir qu'il en allait du savoir comme des richesses : le ruissellement n'existe pas, il faut suer soi-même pour apprendre, mais pour je ne sais quelle raison, je ne suis pas parvenu à convaincre. Tant pis.

Écrit par : Castor | 24/03/2018

--------------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------

" démagogue " ? Le ministre incarné par Castor ne l'était pas , au vu du teste de l'adresse ; un peu lyrique , sans doute , mais il faut l'être si l'on veut convaincre .

Point 2 : : le bon sens n'est plus audible sur ce sujet .Si le savoir est en danger , ce que je crois , c'est parce qu'on le confond avec un amas de connaissances acquises sans peine ni discernement , via internet et la télévision . Une mauvaise façon d'être autodidacte ...

Écrit par : Saint -Thèse | 24/03/2018

----------------------------------------------------------------------------
Pauvre Castor , tel Daniel ( je crois ) dans la fosse aux lions .
Les instituteurs et les parents d'élèves de l'école voisine de notre Douceur Angevine ont été d'accord pour le "brouillage " ; il a suffi d'en brandir la menace pour que les enfants auto limitent l'usage de leur portable dans les locaux scolaires et en cour de récréation .

Il est devenu ridicule de s'en servir ...

Écrit par : Mémé Octogénie | 24/03/2018

-------------------------------------------------------------------
" ridicule" , vous avez dit " ridicule" , chère Mémé ; la mode peut changer , et assez vite ; j'y crois plus qu'à des interdits qui seraient rejetés en tant que tels , comme tant d'autres .

Les arguments de bon sens ne sont plus audibles , en effet , comme le dit Saint-Thèse ( ex : le tabac et l'alcool )

Écrit par : Myriam | 24/03/2018

----------------------------------------------------------------

Dans le jardin que je fréquente, certains coureurs en petites culottes s'empressent d'allumer une cigarette dès leur exercice terminé ; d'autres ont des visages d'alcoolos et sont fiers de l'être , si j'en crois les bribes de conversation que je surprends ...
Et , évidemment , ils sont accros à leur portable ...

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 24/03/2018

------------------------------------------------------------------------
Difficile de lutter ( interdits , persuasion ) contre l'addiction au portable : c'est tout un modèle économique qui est en cause ....( comme pour le tabac et l'alcool) )

Le portable , une addiction plus dangereuse que le tabac et l'alcool , car elle est indolore et ( faussement ) "progressiste " .

Écrit par : Pol Lux | 24/03/2018

--------------------------------------------------------------------------
Savoir " extensif" , disparate, non digéré parce que acquis sans effort et savoir " intensif" ( recherche, réflexion )- distinction inspirée de celle faite naguère entre deux modes d'agriculture

Dans mon hypo-khâgne bretonne , en 49 -50 , pour m'en tenir à la philosophie , nous disposions seulement de nos manuels du secondaire , de la quinzaine d'ouvrages de la modeste bibliothèque de classe , et , pour suivre le programme , des livres qu'il fallait aller emprunter à chaque fois chez le censeurs ( antiques éditions Hatier , Hachette ) ; nous pouvions aussi nous rendre le jeudi à la bibliothèque universtiaire où nous prenions des notes , le prêt à domicile étant exclu ;
Presque tous désargentés , nous n'achetions pratiquement rien en librairie

Nous lisions à fond les rares ouvrages auxquels nous avions accès ...

Souvenir d'enseignant occasionnel : lors d'un stage de préparation à un concours administratif , en 2005 , j'ai interrogé mes élèves sur leurs lectures en littérature ( niveau bac + 2 et plus ) ; sur les 22 interrogés , 5 ont répondu n'avoir lu AUCUNE oeuvre littéraire en entier ; pressés ( amicalement de questions) , ils l'ont confirmé :; et les souvenirs des autres lecteurs étaient fort vagues ....

Écrit par : J Mentor | 24/03/2018

-------------------------------------------------------------------

On peut lire beaucoup tout en le faisant " à fond " comme le dit Mentor se référant à sa jeunesse studieuse .
Cela n'interdit pas que l'on relise sans cesse certains livres de chevet ; moi : tout Stendhal plusieurs Balzac ( " le Père Goriot " ...) .

Je ne sors jamais , même pour une randonnée en montagne , sans avoir en poche un petit classique Larousse ou Hatier .

Écrit par : Archéo | 25/03/2018

-------------------------------------------------------------------------
Mon livre de chevet , c'est " La Porteuse de pain " de Xavier de Montépin qui, à chaque lecture , me fait pleurer

Écrit par : Mémé Octogénie | 25/03/2018

--------------------------------------------------------------------
Celui de Sarkozy : La Princesse de Clèves , conversion tardive après tout le mal qu'il en a dit ...
C'est Carla qui l'a incité à s'y mettre , après avoir lu chez son coiffeur , un article qui en parlait , images à l'appui .

Écrit par : 20 100 | 25/03/2018

-----------------------------------------------------------------------------
Un point que l'on ne saurait négliger quand il est question des enseignants , à tous niveaux : le risque de déformation mentale auquel ils sont exposés ; ils sont des " sachants" au-dessus des ignorants et enclins à contracter une sorte de complexe de supériorité qui affecte leur situation dans la société ; et, passant une grande partie de leur temps en position de supériorité ( même si les estrades ont pratiquement disparu ) ils ont de la société une image hiérarchique qui flatte leur ego .

Écrit par : Anna-Lisa | 30/03/2018

Écrire un commentaire