Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2018

Mea culpa : le barrage est un suicide.

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Il y a un peu plus d'un an, au soir du premier tour, j'ai paniqué. L'extrême droite était au second tour et un mélange d'atavisme, de convictions féroces et d'endoctrinement médiatique m'ont poussé, non seulement à voter Macron plutôt que de m'abstenir (ma tentation première...) mais qui plus est, à vouloir enrôler autant de monde que possible. Mes malheureux étudiants en premiers, qui subirent mes péroraisons en faveur de la "démocratie" (à prononcer avec trémolos). Pardon. 

Quelques semaines après, je fuguais même dans les Hauts de France, dans une circonscription non neutre symboliquement, pour retrouver un de mes amis qui ferraillait pour LREM contre un baron LR. Alors, je ne me faisais aucune illusion, mais je voyais Macron en Hollande bis, toujours moins grave que Fillon et donc j'avais ma conscience pour moi. Je me disais que le renouvellement, la purge même, de nombre d'élus récidivistes en élections comme en suspicion de détournement, d'immobilisme, tout cela serait le sirop moral qui ferait passer la purge libérale. Un an plus tard, mea culpa bis. Et c'est à cause des millions de personnes comme moi, qui ne se sont pas abstenues, que Narcisse 1er croit qu'il régente tout et qu'il a l'onction populaire et majoritaire. Pas de procès en illégitimité présidentielle, Macron est élu et bien élu, mais il ne voit pas que 11 millions de français ne sont pas allés voter au second tour, contre moins de 5 millions en 2002 face à un autre le Pen. Peut être à 20 millions aurait-il fini par comprendre et éviter ainsi cette politique d'infini mépris de classe. 

Un an après, quel bilan ? Fiscalement, Sarkozy était un syndicaliste en comparaison : même son exit tax est torpillé, l'impôt sur la fortune, le plafonnement des impôts sur salaire et bonus des banquiers. On se pince. Socialement, Hollande aurait été victime de purge stalinienne pour excès de gauchisme à côté de son conseiller. Flicage systématique des chômeurs, purge dans les APL, les aides sociales, nouveau gel du point d'indice des fonctionnaires... Les seules avancées sont soumises à discrétion territoriale : le "plan mercredi" de Blanquer part d'une bonne intention pour les familles qui ne peuvent garder leurs enfants, mais le coût de la mesure est laissé aux communes...  D'un point de vue régalien, l'aile dure de LR et le FN applaudissent les mesures de Collomb, on peut s'arrêter là en termes d'analyse. Ha non, pardon, il y eut l'Aquarius... En termes de justice environnementale, on atteint un paroxysme d'infamie. Bref, si l'on enlève le casting, c'est de très loin, à des années lumières, le plus dramatique régime de la Vème. Je dis "si on enlève le casting" car on ne rivalisera jamais avec Guéant, Guaino, Hortefeux, Dati et autres en termes de marlous, de combinazione, de vulgarité... Néanmoins, néanmoins en termes de textes de loi, le quinquennat Sarkozy fut infiniment moins nocif que cette première année de Marcon. Et nous n'en sommes qu'au début.

Macron a tout fait sauter, en termes de course de petits chevaux. Plus personne ne sait où il habite dans les grands partis traditionnels, PS ou LR. D'où la vanité des questions sur l'opposition. La seule interrogation porteuse de sens est celle de l'adhésion à Macron et celle ci est erratique. Mais on ne le voit pas car on nous renvoi systématiquement à une question d'opposants. Et alors, le barrage se reforme. Mes amis macronistes sont tous (ou quasi tous) écoeurés par l'inhumanité du programme appliquée. Raison pour laquelle ils refusent de se déclarer "soutien" au Président. Pour autant leur opposition s'arrête au silence. Qui ne dit mot ne consent pas, en fait. Mais cette perte de popularité, vertigineuse à gauche au point qu'être macroniste de gauche c'est désormais être un boucher vegan, ne veut pas électoralement. Le limogeage de Calmels ce week-end comme l'expulsion d'Olivier Faure dans les manifs de cheminots et fonctionnaires le rappelle : l'opposition à Macron ne veut pas de tiédeur. Macron le sait et compte la dessus : incarner le barrage, le mur de la raison face aux folies populistes. J'ai demandé à mes amis macronistes s'ils se sentaient bien dans leurs pompes au moment de la loi ELAN, de celle sur les états généraux de l'alimentation ou encore la loi Collomb. Non, 1000 fois non, ils ont la nausée. Pour autant, faites le test : demandez leur ce qu'ils feraient en cas de second tour face à Mélenchon ou Wauquiez. Et bien ils continueraient de voter Macron. Ils voient en Mélenchon un fou confisquant quand le programme "l'humain d'abord" est moins partageux que Mitterrand 1981... Et quand à Wauquiez, ils hurleront que c'est fou, qu'il est homophobe, islamophobe, raciste... Et ce disant, ils oublieront tout de leur quinquennat. 

Passons l'hypothèse Mélenchon, je pourrais écrire 20 pages (je l'ai fait, en fait...) sur les dangers liberticides d'une dérive populiste, et restons sur Wauquiez. Cet épouvantail est le cadeau rêvé de la macronie pour raviver le barrage. "Votez pour nous ou vous aurez le chaos". C'est Obama face à Romney, ça passe. Puis Clinton face à Trump, ça rate. A date, Macron repasserait sans doute en 2022, parce que le torrent n'est pas encore assez puissant pour défoncer le barrage. Mais en continuant à laminer les protections des plus fragiles, la puissance du renversement pourrait les enfoncer. Je ne les plaindrai pas et je ne m'opposerai pas. N'avoir que "bouh Wauquiez" comme argument et ne pas voir son propre bilan c'est littéralement la mort du politique. La violence sociale des mesures de Macron ne figuraient pas dans le programme du candidat, mais les électeurs sont réduits à cet affreux chantage, "vous ne nous aimez pas, d'accord, mais sinon c'est Wauquiez". C'est tellement confortable, tellement facile, tellement ignoble. Je n'ai rien, mais alors rien de commun avec Wauquiez (mes cheveux deviennent naturellement poivre et sel et ma parka est grise), mais si notre vie politique devenait nous mener à un vomitif second tour Wauquiez/Macron, j'irai me promener et, promis juré, je ne porterai jamais de jugements de valeurs à l'encontre de ceux qui ne se seront pas érigés contre "l'extrémisme".  

Commentaires

---------------------------------------------------------------------
Castor en repenti ! un jeu de rôle de plus en attendant le prochain...

Écrit par : Léo | 21/06/2018

-----------------------------------------------------------------------
Un début d'autocritique , c'est le commencement de la sagesse .

Écrit par : Jacques Aubin | 21/06/2018

--------------------------------------------------------------------------
"un mélange d'atavisme, de convictions féroces "

L'atavisme et les convictions féroces :sont dangereux quels qu'ils soient ; être libre c'est penser par soi-même en surmontant son héritage et ses préjugés .

Écrit par : Euphémie | 21/06/2018

---------------------------------------------------------------------
Cocu et mécontent : un grand classique .

Parmi les précédents : les fanatiques de l'Algérie française s'estimant trompés par de Gaulle .

Plus près de nous : les frondeurs du PS ...

Écrit par : JC Jaurras | 21/06/2018

---------------------------------------------------------------------
Pathétique !

Écrit par : Johanna | 21/06/2018

------------------------------------------------------------------
Ce texte pathétique de Castor me fait penser aux pacifistes de l'immédiat avant-guerre ( Giono , Alain ) qui prônaient l'abstention plutôt que de voter à gauche .
On connaît la suite ...

Écrit par : Cluny | 21/06/2018

---------------------------------------------------------------------------
N'accablons pas Castor ; laissons-lui le temps de digérer son traumatisme ; je peux , s'il le souhaite , l'aider à le faire ; tarif d'ami ...

Écrit par : Anna-Lisa | 21/06/2018

--------------------------------------------------------------------
De Gaulle et Macron , bien qu'ils ne soient pas de la même pointure, ont en commun d'avoir contraint à les soutenir par défaut des électeurs qui n'étaient pas de leur bord .

Astuce tactique vieille comme le monde .

Mais on peut comprendre le désarroi de Castor que , pour ma part , je respecte .,

Écrit par : J Mentor | 21/06/2018

----------------------------------------------------------------------------
Petite déprime de fin d'année scolaire ; quelques jours de vacances au soleil et un régime allégé ( solides et liquides) arrangeront ça .
Ce qui peut le plus culpabiliser Castor , c'est qu'il a poussé ses étudiants à l'erreur .

Écrit par : Pépé Castor | 21/06/2018

-----------------------------------------------------------------------
" régime allégé " ; je suggère aussi qu'il lise quelques livres apaisants , par exemple le recueil de 40 fables de La Fontaine en passe d'être distribué à certains élèves du primaire .

Ou encore un peu de Montaigne et de Voltaire , excellents professeurs de tolérance et de sagesse .

Écrit par : saint -Thèse | 21/06/2018

---------------------------------------------------------------------
Les Fables de La Fontaine : une morale immorale de petit boutiquier grincheux , mauvais exemple pour l'enfance ; j'en ai interdit la lecture à mon Emile .
Je prêchais dans le désert ...
L'auteur, un fieffé paresseux qui célébrait le travail et l'épargne ...

Écrit par : Jean-Jacques | 21/06/2018

--------------------------------------------------------------------------
En imposer la lecture aux plus jeunes , c'est , selon un syndicaliste de ma connaissance, contribuer à accroître les inégalités : seul les enfants " de souche" peuvent en saisir les subtilités .

"La cigale et la fourmi " ( toujours selon lui) : éloge de l'épargne , fondement du capitalisme à la Macron .

Écrit par : Léo | 21/06/2018

----------------------------------------------------------------------
Dans le Figaro de ce jour , deux pleines pages louangeuses sur l'initiative du ministre de l'éducation .
Rien sur les risques d'aggravation des inégalités ni sur l'éloge éhonté du capitalisme .

Écrit par : Pol Lux | 21/06/2018

--------------------------------------------------------------------
"Mea culpa" : faute avouée est à moitié pardonnée ; Je
la pardonne à 100 % ; reconnaissons que Castor a bien du courage .
Pour pénitence : un Pater et un Ave .
Respectons son désarroi et aidons-le à rebondir .

Écrit par : Mémé Octogénie | 21/06/2018

--------------------------------------------------------------------
"Ce qui peut le plus culpabiliser Castor , c'est qu'il a poussé ses étudiants à l'erreur " ( Pépé Castor) .

Je ne donne jamais de consigne de vote à mes étudiants de Sciences-Po ; question,à la fois d'éthique et de prudence..

Écrit par : Juius | 22/06/2018

" les fanatiques de l'Algérie française s'estimant trompés par de Gaulle ." écrit JC Jaurras .

Il leur avait dit " je vous ai compris" , ce qui équivalait au "en même temps " de Macron ( je suis pour et contre) .i

Les plus candides de ces fanatiques étaient des militaires , très enclins à croire ce qu'on leur dit , surtout les officiers .

Écrit par : Jacques Aubin | 22/06/2018

-----------------------------------------------------------------------------
Lors du fameux " je vous ai compris" , je défendais les couleurs de la France en Algérie ; j'ai traduit " Je vous entube" , ce qui n'a pas plu à mon capitaine , venant d'un simple soldat , certes quelque peu diplômé dans le civil .

Écrit par : J Mentor | 22/06/2018

-----------------------------------------------------------------------
Si " le barrage est un suicide " , le refus du barrage en est un aussi , et sans doute plus rapide .

Avoir le choix entre au moins deux méthodes , c'est ça la démocratie ( qu'il est indécent de persifler : " trémolo " .)

Écrit par : Véranda | 22/06/2018

------------------------------------------------------------------------------

Le nihilisme mollasson et grincheux de Castor est une politique du pire , telle que celle des pacifistes français d'avant guerre .

Au temps de la guerre civile espagnole , mes camarades anarchistes avaient le choix entre le camp républicain dominé par les communistes et le franquisme ; ils ont opté pour la République , ce qui a coûté la vie à nombre d'entre eux , exécutés par les staliniens .

Entre deux maux il faut choisir le moindre , quoi qu'il arrive .

Écrit par : Ravachol | 22/06/2018

------------------------------------------------------------------------------
Macron a fait une excellente impression à Quimper , au point de séduire ceux de mes compatriotes qui n'avaient pas voté pour lui l'an dernier .
Je m'étonne, avec quelques autres amis du blog que Castor se montre aussi négatif .

Écrit par : Barbara | 22/06/2018

------------------------------------------------------------------
" Tout sauf Macron" , c'est la seule" idée" en politique des petits marquis indignés , insoumis et debout la nuit.

Ce qui leur plaît , c'est le confort d'une opposition purement rhétorique qui leur permet de briller dans les salons et les bistrots des quartiers depuis peu boboïsés.

Ne dramatisons pas , ce n'est qu'un phénomène de mode

Écrit par : J Mentor | 22/06/2018

------------------------------------------------------------------------
"Je m'étonne, avec quelques autres amis du blog que Castor se montre aussi négatif "( Barbara )

Le nihilisme affiché de Castor peut s'interpréter ainsi : contribuer à la victoire du populisme pour pouvoir affirmer , le mal étant fait :" Je l'avais bien dit " .

Et en escomptant , à tort selon moi , que les libertés ne seront pas vraiment menacées , l'état de droit survivant , et que la situation sera réversible .

Une politique du pire qui a causé des gros dommages un peu partout dans le monde .

Écrit par : Jacques Aubin | 23/06/2018

-------------------------------------------------------------------------------
Le nihilisme des petits marquis , objectivement favorable au succès du populisme , fait penser au " lâche soulagement" de certains responsables économiques et à quelques intellectuels pacifistes au début de l'occupation allemande .

On pouvait continuer à faire des affaires , l'occupant, fort " correct", adorait notre culture et n'interdisait pas la NRF ;le tourisme prospérait , pour une large part grâce aux soldats allemands armés d'appareils photos plus que de fusils , la vie nocturne battait son plein , les théâtres et salles de cinéma ne désemplissaient pas ...

On connaît la suite ...

Écrit par : JC Jaurras | 23/06/2018

--------------------------------------------------------------------------
“l'occupant, fort " correct", adorait notre culture et n'interdisait pas la NRF" ( Jaurras )

Plus précisément :

Elle s'interrompt en juin 1940, et reparaît en décembre sous la direction de Pierre Drieu la Rochelle, privée de ses auteurs juifs et communistes.

Gaston Gallimard a en effet négocié auprès d'Otto Abetz la reparution de la revue contre la garantie de l'autonomie de sa maison d'édition2. .....cette situation perdurant jusqu'en 1943 : la revue s'arrête, car Drieu a démissionné et Gaston Gallimard refuse de continuer à la publier sous les ordres d'un collaborateur tel que Ramon Fernandez.

Interdite après la Libération, en novembre 1944, pour collaborationisme, elle reparaît à partir de 1953 sous la double impulsion de Jean Paulhan et Marcel Arland et prend le nom de Nouvelle Nouvelle revue française [sic], pendant quelques années “ ( wikipedia )

Écrit par : Cluny | 23/06/2018

------------------------------------------------------------------------
Sur le lâche soulagement de certains intellectuels en 1940 , voir de Michel Onfray : Solstice d'hiver. Alain, les Juifs, Hitler ..." , tout récemment publié .

Un vieil anar un peu irritant mais sympathique et en même temps bien renseigné .:

Une lecture à recommander aux petits marquis nihilistes complices objectifs du populisme .

Écrit par : Pépé Castor | 23/06/2018

-----------------------------------------------------------------------
" Hitler , connais pas" ( un petit marquis)

Écrit par : Myriam | 23/06/2018

---------------------------------------------------------------------
Castor ne peut l'avoir dit ni pensé , cela va de soi .

Écrit par : Pol Lux | 24/06/2018

---------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------
Les élèves de l'école primaire voisine de notre Douceur Angevine connaissent Hitler ; leurs enseignants y veillent.

iL leur arrive , quand nous les aidons à faire leurs devoirs et à apprendre leurs leçons, de faire appel à nos souvenirs .

Les jeunes de la commune qui fréquentent les collèges et lycées du chef -lieu sont nettement moins bien informés , sans doute parce que ce sujet ne figure pas toujours au programme ; peut-être aussi parce que leurs profs évitent d'aborder les questions politiques .

Écrit par : Mémé Octogénie | 25/06/2018

Écrire un commentaire