Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2018

Nous méritons les populismes

La chose m'avait frappé en 2016, elle me navre encore plus en 2018 : si Donald Trump est vraiment la catastrophe planétaire que tout le monde annonce, le monstre sans nom, misogyne, raciste et homophobe, écocidaire et socialement aveugle, comment expliquer que si peu de gens se mobilisent contre lui ? Contrairement aux dictatures, il y a une opposition avec des candidats qui ont une chance de l'emporter. Contrairement aux régimes autoritaires, les élections ne sont pas sous tension, il n'y a strictement aucune menace ou contraire (en théorie) à se rendre à l'isoloir. Dans une période de passions chaudes, de drames, il faut des actions dramatiques. Elle ne sont pas venues.Le chiffre de l'abstention pour les Midterms dit tout du désarroi feutré face à Trump. C'est beaucoup mieux qu'en 2014, mais à des années lumières de ce qu'il aurait fallu. Le résultat de la soirée est claire comme de l'eau de roche : Trump est un président comme les autres. Comme les autres, il a perdu la Chambre et garde le Sénat. Comme Obama. Il sera emmerdé aux entournures, ne pourra pas trouver le financement pour son mur mexicain et quelques autres mesures, mais il reste un président avec une capacité d'action.

De quoi parle-t-on ce matin ? D'individus. Plus de femmes que jamais, deux indiennes natives, des musulmanes. Dans une Amérique aux mains du symbole des travers de l'homme blanc, les récits sont forts. Quand les nouvelles élues parlent d'Amérique changée, elles confondent leur destin personnel qui a changé comme jamais et le sort du pays qui semble au contraire digérer de façon pateline, l'idée que Trump n'est pas une catastrophe. Toutes ces nouvelles stars ont des trajectoires, des agendas et des envies diverses et pour 2020, le match n'est donc pas joué, loin s'en faut. Trump a toujours sa base, deux ans après. Il reste un Président classique et le populisme est banalisé, institutionnalisé. L'abstention n'est pas la seule responsable, évidemment. Au Brésil, le vote est obligatoire et si nous n'avons pas eu 100% de votants, l'écrasante majorité d'électeurs qui se sont tout de même déplacés a donné une très confortable majorité à un type pourtant dépeint en France comme une ordure de la pire espèce. 

Nous méritons les populismes parce que les récents gouvernants n'ont pas assez pris la démocratie au sérieux. Comme le rappelle le politologue Yascha Mounk, plus des 2/3 des Américains nés dans les années 30 et 40 considèrent la démocratie comme un bien supérieur à préserver à tout prix. Cette proportion tombe sous les 1/3 pour ceux qui sont nés après 1980. Soit les jeunes sont complètement irresponsables (explication Finkielkraut), soit ils ne sont pas sortis de leurs crises d'adolescence qui valorise les comportements extrêmes (explication de psy médiatique), soit, plutôt ils sont lassés par anticipation d'un système qui n'a de démocratique que l'élection (et encore, aux US le ticket financier exclut de facto tous ceux qui ne sont pas des hiérarques Démocrates ou Républicains, ou milliardaires pour se financer eux mêmes). 

L'arrogance des progressistes fait que nous méritons les populismes. Ce matin, Mateo Renzi dont le bilan devrait l'inciter à la modestie a expliqué que Salvini n'était arrivé au pouvoir que sur des mensonges et que Macron était un rempart. Maintenant qu'il a été viré si loin que ses chances de retour sont chimériques, que n'a t'il fait un mea culpa salutaire sur son propre bilan ? Pour inviter également les journalistes à changer leur focale et grille de lecture...

Le récit dominant de l'économie est criminel et s'accommode sans mal des populismes après les progressismes. "Un bilan économique florissant" expliquait le Monde à propos de Trump en veille de Midterms. Le même journal faisait exactement le même bilan pour Obama. Ils ne parlent que de la santé des marchés financiers, du taux de chômage officiel ou encore du nombre d'emplois crées. Je ne dis pas que ces indicateurs sont inexacts, je dis qu'ils sont outrancièrement incomplets. La question qui devrait les tarauder est évidemment celle de la qualité et de la pérennité des emplois créés. Les centaines de milliers, voire millions de jobs crées sur de l'économie de plate-forme, de l'intérim, du bout de chandelle, ça n'est pas "une carrière". Ceux qui raillent le "c'était mieux avant" ne regardent que les aspects qui les arrangent dans le progrès. Oui, l'espérance de vie a augmenté (même si elle plafonne) oui, l'insécurité a reculé (mais moins dans les quartiers populaires) oui le niveau d'éducation a augmenté (mais il n'est plus une garantie de vie professionnelle réussie). En revanche, peu de ces mêmes chantres du progrès ont l'honnêteté d'admettre que la "vie bonne" recule. L'éducation ne garantit plus la stabilité professionnelle, les sinusoïdes de carrière sont la nouvelle norme avec des conséquences catastrophiques sur l'immobilier : sans perspectives stables, aucune garantie que le bail locatif voire l'achat que l'on a signé tienne toujours dans trois ans. Le court termisme trimestriel est sans doute un projet pour les marchés financiers, pas pour les humains.

Trump ne s'y trompe pas : il n'a pas vanté son bilan économique dans la campagne des Mid Termes, bilan qui est sans doute flatteur pour la Trump corporation society et ses soutiens type frères Koch. Mais pour flatter sa base, il ne s'est pas risqué à cela... Parce qu'il n'a pas de bilan. Il est redevable de la charité de Bezos qui s'est décidé à augmenter le salaire minimum tout seul... Alors il a parlé immigration et insécurité. Dans des termes inouïs de mensonges, de manipulations grossières. Sur cette ligne digne de choquer le général Boulanger, Trump a confirmé qu'il est président élu comme les autres, faisant face à une alternance pateline. Entérinant, ainsi, que le populisme le plus outrancier est parfaitement compatible avec le jeu électoral.

Décidément, nous ne prenons pas assez la démocratie au sérieux pour accepter de jouer avec des pyromanes. 

Commentaires

-------------------------------------------------------
" Sur cette ligne digne de choquer le général Boulanger" :

------Boulanger , une version baroque et plutôt douce du " populisme " qui a fait plus rire qu'inquiéter ; il lui sera beaucoup pardonné parce qu'il était amoureux .
Il me fait penser à notre Mélenchon plus qu'à Mussolini et Hitler .

Écrit par : Euphémie | 07/11/2018

-----------------------------------------------------
Je comprends le désarroi de Castor qui serait plus crédiîble s'il précisait ce qu'il entend par " nous " et
" populisme " ...
Le vocabulaire , toujours le vocabulaire , point faible de notre ami.

Écrit par : Léo | 07/11/2018

---------------------------------------------------------------
L'auto-flagellation ( " nous " ) , exercice devenu courant , notamment à gauche ; ça rappelle " ces mensoges qui nous ont fait tant de mal " ( Pétain en 1940

Ou encore le leader d ''extrême droite qui rendait responsables du SIDA des ébats amoureux avec de grands singes , bien entendu étrangers .;

Écrit par : Jacques Aubin | 07/11/2018

-------------------------------------------------------
" mensonges " conviendrait mieux que " mensoges" , cher Jacques .
Pétain , dans ses rares éclairs de lucidité , respectait la langue française .
" auto- flagellation " ? oui , mais à sens unique ( jamais moi, toujours les autres ...)

Écrit par : Pépé Castor | 07/11/2018

----------------------------------------------------------
Qu'elle soit confessionnelle ou profane , la confession comporte trois étapes :

-L'aveu des péchés ,

-Le " ferme propos " : le regret sincère et la décision de ne pas récidiver ,
`
-et la pénitence , un prière , un pèlerinage , un don aux pauvres ...

Écrit par : Bénédicte | 07/11/2018

-------------------------------------------------------------
Depuis le Concile Vatican II , l'Eglise réprouve l'auto-flagellation stricto sensu , jugée masochiste et préjudiciable à la santé : quelques persistances à Séville , à des fins surtout touristiques ( c'est compris dans les " tours" )

Écrit par : Myriam | 07/11/2018

------------------------------------------------------
Chez nous , les chiites continuent à se fouetter jusqu'au sang ; on trouve des martinets , des fouets et des chaînes de bicyclette dans tous les bons commerces ; tarifs réduits si achats groupés

Les sunnites usent de la flagellation en public , mais sous contrôle médical , comme les amputations et les découpages en morceaux .

Écrit par : Lulu Charia | 07/11/2018

-------------------------------------------------------------------
Respectons les cultures "différentes" !
En matière d'amputations , nous n'avons pas de leçons à donner aux autres : l'écartlement sous l' ancien régime , laz guillotine jusqu'à il y peu , les abattoirs " inhumains

Écrit par : Ravachol | 07/11/2018

------------------------------------------------------------
Castor en net progrès : c'est plutôt assez pertinent , avec les habituelles approximations sémantiques , les exagérations signalées par d'autres et surtout l'exercice d'auto-flagellation un peu suspect .
Encore un petit effort ! il faut tendre à la perfection...
Pour un pèlerinage en guise de pénitence , je suggère le Sacré -Coeur , facile d'accès ; à défaut , copier dix fois un court poème plutôt qu'une petite prière .

Écrit par : J Mentor | 07/11/2018

--------------------------------------------------------------
"Respectons les cultures "différentes" ! " ( Ravachol )

C'est bon pour le tourisme , à l'étranger comme dans certains de nos quartiers .

Écrit par : Sidonie | 07/11/2018

---------------------------------------------------------
" cultures différentes " : ici , nous aimons beaucoup , à la télé , les querelles de tribus , les tenues colorées , les ménages polygames et les châtiments publics ( sous contrôle médical ).
L'exotisme pour tous , dans un fauteuil et gratos ...

Écrit par : Mémé Octogénie | 07/11/2018

-------------------------------------------------------------
Parmi mes étudiants , à Sciences -Po , un jeune Africain qui se prépare à une carrière de ministre ( et plus ) dans son pays .

Discret , sérieux , pas du tout communautariste ...

Censé être , en ma qualité de prof -robot ( 1 ), non politisé , à la différence de mes collègues , j'ai été chargé de le prendre sous ma tutelle et , notamment , de lui suggérer des lectures lui permettant de s'initier à l'histoire et à la sociologie de la France .

Je lui ai conseillé de lire en priorité " Le tour de la France par deux enfants " ; ça le passionne ...

( 1 ) pour ceux qui débarquent sur ce blog : je suis le seul robot -prof de Sciences-Po , chargé , notamment de suppléer mes collègues qui sont très occupés sur les plateaux de télévision et de relire les textes , souvent mal rédgés que produit l4 Institut ;

Écrit par : Julius | 08/11/2018

--------------------------------------------------------------
Excellent ouvrage , qu'aurait aussi intérêt à lire ou relire notre Castor qui semble être brouillé avec l' histoire et la géographie de la France .
Je suggère aussi " Qui a cassé le Vase de Soissons ?" de Gaston Bonheur

Écrit par : J Mentor | 08/11/2018

-------------------------------------------
L' Institut et non l' 4 , cher Julius !

Votre futur ministre africain pourrait aussi lire les bons vieux Mallet-Isaac

Écrit par : Pépé Castor | 08/11/2018

-----------------------------------------------------------
UNE BONNE NOUVELLE , peu médiatisée : notre " non roman" ( 1 ) , édité par une petite maison de province , vient d'obtenir le Prix Saint-Germain" , décerné par un jury d'intellectuels à l'ancienne , en rupture avec les modes commerciales du moment .

Il avait été refusé par le jury Goncourt qui l'estimait insuffisamment " sociétal" ( pas d'enfance malherureuse ni de salariés au chômage , ni de misère sexuelle ....)
Bravo Mentor et autres !

(1 ) archive du 4 -03 - 2018 , sujet " Plutôt Mediapart que Le Media "; titre : " Promenade à Vaugirard "

Écrit par : Gaudimard | 08/11/2018

------------------------------------------------------------
---Merci Castor dont le blog a permis à ce récit de naître; je propose qu'il en soit le parrain ( bien entendu laïque )
.
Quelques notules ( positives ) dans la presse natiopnale et une chronique louangeuse dans " Le Messager du Luberon" ( terroir où résident nombre d'intellos de SaInt-Germain en quête de tranquillité et d'authenticité )

On met en avant l'originalité du " non roman " et son
évocation bien venue des années 50 ( Simone de Beauvoir ...) .
(

Écrit par : Cluny | 09/11/2018

--------------------------------------------------------------
En attendant de lire ce " non roman" comnandé sur Amazon , je me suis reportée à l'archive du 4-03- 2018 ( Plutôt Mediapart ...) ; un vrai plaisir ; les années 50 comme si j'y étais ..
Occasion de relire les Mémoires de Simone de Beauvoir
que je possède en Pléiade
Je vous envie , cher Mentor d'avoir connu cette grande Dame dans votre prime jeunesse ...

Écrit par : Lisbeth S. | 09/11/2018

--------------------------------------------------------
La chronique du " Messager du Lubéron " souligne le caractère interactif du récit qui se tient très près des commentaires du sujet " " Plutôt Mediapart... ")

Les commentaires étant fermés comme l'exIge la formule du blog de Castor , les échanges entre les intervenants se sont poursuivis dans un café du Boulevard St Michel

La mise en forme a été réalisée par un collaborateur de notre ami Gaudimard , avec l'aide éclairée de Cluny .

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 09/11/2018

------------------------------------------------------------
""Je vous envie , cher Mentor, d'avoir connu cette grande Dame dans votre prime jeunesse " , dites -vous , chère Lisbeth.

Ce n'était pas de tout repos , il fallait s'accrocher; mais j'avais du tonus à l'époque ...

Elle aurait aimé votre indépendance et vos autres qualités tant morales qu'esthétiques .

Ce que ne dit pas le " non roman " : Sartre avait fini par prendre ombrage de notre amitié singulière , lui qui se prétendait " libéré " ...

...

Écrit par : J Mentor | 09/11/2018

----------------------------------------------------------------------------

SDB " aurait aimé votre indépendance et vos autres qualités tant morales qu'esthétiques " ( Mentor ) .

" esthétiques " : oui ; " morales" , ça se discute ; vous êtes tout sauf pacifique , mais on comprend ...

Écrit par : Lesbie | 10/11/2018

------------------------------------------------------
Je vous ai vue , hier soir à la télé , dans le 2ème épisode de la saga ; toujours aussi dynamique .
Je n'ai pas aimé la fin où vous échappez de justesse à la mort ; vivement la suite ...

Écrit par : Mémé Octogénie | 10/11/2018

---------------------------------------------------------------
Dans son avion , hier soir , mon boss Donald lisait les fiches que je lui avais préparées sur la France et les poilus. C'est bon pour mon avancement ...

Écrit par : Trumpette | 10/11/2018

----------------------------------------------------------------
" vous êtes tout sauf pacifique , mais on comprend "

Chère Lesbie , dès ma petit enfance , dû apprendre à me défendre .
Mais je n'aime pas la violence pour elle -même et dans la vie privée , je suis douce comme l'agnelle qui vient de naître .
On me dit qu'en France aussi les femmes sont désormais moins passives et soumises que par le passé .

Écrit par : Lisbeth S. | 11/11/2018

---------------------------------------------------------
Manque " j' ai " devant " dû " ; mais francophone depuis peu , vous avez droit à toute notre indulgence .

Père de trois filles ( années 60 ) j'ai dû leur apprendre à se défendre , ce qu'elle ont fait aussi pour leurs enfants .

Écrit par : J Mentor | 11/11/2018

Cher Cluny, le challenge comme on dit en mauvais français, me semble très louable. C'est bien volontiers que j'accepte de parrainer ce roman prometteur !

Écrit par : Castor | 11/11/2018

-------------------------------------------
Un grand merci , cher Castor , de la part du collectif rédactionnel .
Il sera fait mention de votre bienveillant patronage dans l'édition de poche déjà envisagée .

Écrit par : Cluny | 11/11/2018

------------------------------------------------------------
J'ai fait lire " Promenade à Vaugirard" à un élève de terminale ; il a beaucoup aimé mais a eu du mal à
contextualiser le récit .

Peut-être conviendrait - il d'assortir l'édition de poche , in fine , d'un petit "dossier " fournissant quelques données sur l' époque ( la politique , la géopolitique ...) et les lieux évoqués ( St -Michel , Vaugirard ...)
.

Écrit par : 20 100 | 12/11/2018

------------------------------------------------------------
Excellente suggestion ; mais cela ne peut se faire qu'avec l'approbation de Castor dont le patronage apparaîtra sur cette édition visant le grand public .

Écrit par : Cluny | 12/11/2018

--------------------------------------------------------------
Dans ce " dossier" , donner quelques indications sur Sartre ( dont on ne parle plus guère ) , sur le Parti Communiste ( quasiment disparu ) et sur les abattoirs de Vaugirard remplacés in situ par le Parc G, Brassens .

Écrit par : Léo | 12/11/2018

Écrire un commentaire