Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2018

Le progrès, la valse et le col du fémur.

La fin du téléphone fixe, c'est pour bientôt. D'ici cinq ans, plus aucun téléphone "avec cordon et prise murale" nous disent l'écrasante majorité des articles qui commentent avec goguenardise une fausse disparition puisque "le téléphone fixe avec une box internet restera valable". Ce matin, pour illustrer cette nouvelle, France Inter avait choisi une utilisatrice de téléphone fixe de 96 ans qui commentait le délais de cinq ans ainsi "ho, ça va, je ne serai plus là !". Et voilà comment on euphémise la violence du rythme des progrès technologiques. Voyez, si vous n'êtes pas centenaire, tout va bien. Or, c'est faux, faux et archi faux.

D'abord, à l'évidence, la question de génération n'est pas si simple. Outre que nombre de grands parents chenus maîtrisent bien les nouveaux outils informatiques, nombre de jeunes sont atteints du "syndrome d'Obélix" à savoir qu'on leur suppute une aisance de hacker parce que nés après 1980 quand en réalité ils en sont tout juste bons à éteindre et relancer leur ordinateur en cas de souci... Et parmi l'entre deux, la maîtrise n'est pas proportionnelle à l'ancienneté. Donc, pardon, amis solutionnistes, mais une éducation au numérique démultipliée pour tous les âges, pas de révolution numérique des usages à attendre. En termes de "révolution universelle". Et c'est là le drame...

La valse du progrès s'est considérablement accélérée, mais laisse de plus en plus de gens au bord de la piste de danse, incapables de suivre le rythme. Et c'est de plus en plus pénalisant. Car si l'on plaisante sur ceux qui se retrouveront bientôt sans téléphone fixe, on se moquerait moins si on réalisait qu'ils ne prendront jamais de box faute de ressources financières et techniques et qu'ils rejoindront les rangs des grands exclus. Et pour ceux qui sont dans cette souffrance à 65 ans, on dit quoi ? "Vivez pendant 20 ans sans pouvoir parler à personne". On ne parle pas de petits désagréments de conforts, mais de besoins essentiels qui sont de moins en moins disponibles à portée de main. Il faut lire les notes d'Internet Actu sur la souffrance de familles modestes face à l'administration en ligne : elles reçoivent des injonctions par mail qu'elles ne comprennent pas, pour lesquelles on ne leur explique rien, alors elles font la politique de l'autruche en espérant un miracle. Que le premier qui n'a pas eu envie de casser un mur en allant sur impots.gouv ou fait une démarche de remplacement de Carte Vitale en ligne me jette la première pierre...

En outre, à cette première violence numérique, s'ajoute une violence de plus en plus forte dans le monde physique. Double peine pour les exclus du numérique. Les guichets pour acheter des billets SNCF ne désemplissent pas. Les réclamations pour achats défectueux de tous ordres, n'en parlons pas. Les files d'attente aux impôts en mai ressemblent aux devantures des boucheries de l'URSS. Et les urgences de nos hôpitaux qui explosent, nombre de ceux qui sont là pourraient trouver des médecins qui acceptent la CMU et l'ont bien précisé sur Doctolib, mais évidemment pour cela il faut connaître Doctolib et pouvoir y accéder... Quand ça n'est pas le cas, on peut passer 9h aux urgences pour ressortir avec des anti inflammatoires ou des diurétiques. Progrès ?  

Au XIXème siècle, les progressistes n'avaient qu'une obsession : comment permettre à tous de vivre "une vie bonne". L'utopie était alors universelle. Nos nouveaux progressistes pointent l'égalité des chances contre l'égalité et la course au progrès profite à une poignée de plus en plus raréfiée d'individus. Avis aux malheureux qui se seront cassés le col du fémur en essayant de suivre le rythme infernal de la valse du progrès nouveau : il va falloir aux urgences, mais il va falloir s'armer de patience car sauver la maison commune n'a plus l'heur d'être la priorité absolue de nos élites. 

Commentaires

----------------------------------------------------
"Outre que nombre de grands parents chenus maîtrisent bien les nouveaux outils informatiques,"

Les aînés sont habitués au changement : pour ma part , j'ai ( avec allégresse) écouté pour la première fois la radio en 1938 ( j'avais 6 ans ! ) ; j'ai regardé ma première émission de télé, ( quel enchantement ! ) en en ...195i , chez une tante férue de modernité; je n'ai acquis mon premier ordinateur ( avec réticence) qu'en 1997 et j'en possède maintenant deux + un I -pad ...

Sans parler de bien d'autres changements tant politiques et géopolitiques ( la guerre , l'occupation , la guerre froide et la chute du Mur , la " décolonisation ) que sociétaux ( la sécu , le mariage pour tous ...)

Un atout des aînés : ils bénéficient de l'aide de leurs enfants et petits-enfants , y compris des plus jeunes , toujours heureux d'instruire ceux qui les ont instruits .
On peut même dire que cela renforce les liens entre générations .

Écrit par : J Mentor | 13/11/2018

---------------------------------------------------------------
"nombre de jeunes sont atteints du "syndrome d'Obélix" à savoir qu'on leur suppute une aisance de hackers "

Je connais quelques hackers très âgés qui s'adonnent avec allégresse à ce sport assez facile pour qui dispose de temps et sait se montrer patient ( vertu des anciens )

Écrit par : Léo | 13/11/2018

--------------------------------------------------------------
"La valse du progrès s'est considérablement accélérée, mais laisse de plus en plus de gens au bord de la piste de danse "

On le dit depuis des siècles ; déjà , au temps de l'invention de l' imprimerie ....

Écrit par : JC Jaurras | 13/11/2018

-----------------------------------------------------------
Le texte , sympathique et pathétique de Castor est un bon exemple de ce que l'on peut appeler le syndrome du progressiste désenchanté .

Une génération qui n'a rien vu venir et a du mal à comprendre ce qui se passe , alors que les anciens se gardent de dramatiser , à l'exception de ceux qui vieillissent mal et se lamentent à tout propos alors qu'il n'ont jamais été aussi heureux

Écrit par : Ravachol | 13/11/2018

----------------------------------------------------------
" Syndrome du progressiste désenchanté " :

La génération de Castor est immergée dans le " progrès " technologique et " sociétal" , ce qui n'est pas le cas des anciens qui ont plus de recul , le rapprochant des autres changements qu'ils ont subis .

Les quadras sont souvent plus critiques que leurs aînés pour les jeunes et les ados , plus directifs aussi pour leurs enfants quand ils n'ont pas totalement démissionné .

Écrit par : Anna-Lisa | 13/11/2018

-----------------------------------------------------------------
Les anciens acceptent que les jeunes et les ados soient différents d'eux ; les quadras , par ailleurs favorables aux "différences" ( ethniques , sociales ), vivent mal celle -là , comme une sorte de trahison .

Écrit par : Barbara | 13/11/2018

---------------------------------------------------------
Les mots , toujours les mots : on appelle " progrès " tout changement .

Macron a brouillé les cartes en qualifiant de "progressistes " ses partisans ; il l'a fait aussi en établissant une distinction simpliste entre "nationalisme " et " patriotisme" .

Cotisons -nous pour lui offrir un bon dictionnaire .

Écrit par : Johanna | 13/11/2018

---------------------------------------------------------
" Vive la Nation" , un slogan des citoyens - patriotes en armes de la Révolution .
" Nation " était synonyme de " République "

Écrit par : Saint -Thèse | 13/11/2018

------------------------------------------------------------
De Gaulle était favorable à " Une Europe des nations"

Écrit par : Jc Jaurras | 14/11/2018

---------------------------------------------------------
Mon boss Doanld a été très imprerssionné par les seins opulents de la femen qui , le 11 novembre , a tenté de se hisser dans son antique limousine .

Il n'a pu s'empêcher d'en faire la remarque à Mélania qui est moins avantagée sur ce point et l'a mal pris .

Chez nous les femmes sont en majorité ou plates ( côte est ) ou le contraire ( l' Amérique profonde ) ; on y voit peu de poitrines de volume moyen , comme à Paris .

Cela explique sa mauvaise humeur à l'égard de la France ...

Écrit par : Trumpette | 14/11/2018

----------------------------------------------------------
Læ femme américaine , une curiosité , objet de plaisanteries trop faciles ; ce qui m'amuse , c'est sa voix qui me fait penser aux canards de la ferme voisine de ma fermette ...
On la dit assez perturbée en matière de sexe et , quand elle a les moyens , abonnée aux consultations psy ; une thérapie lus simple en même temps que plus agréable : une drague à Paris ...

Écrit par : Lesbie | 15/11/2018

---------------------------------------------------------
Prudence , Parisiens -Parisiennes ! : elle épouse vite et divorce encore plus vite , bardées d'avocats aux dents longues ...
Sexe : souvent un chèque sans provision ..

Écrit par : Johanna | 15/11/2018

---------------------------------------------
-------
Souvenir : lors d'un petit job d'été au rayon bonneterie d'un Grand Magasin , en 1954 , j'étais chargé de réceptionner des colis de soutiens -gorge dit " à pipette" en provenance d'Italie .

La " pipette" ( une sorte de paille) était censée permettre de gonfler le soutien-gorge en fonction des goûts de celle qui le portait .

On a dû en interrompre la vente à la suite de nombreux incidents ; des poitrines avantageuses qui se dégonflaient à la moindre pression .

Écrit par : J Mentor | 15/11/2018

---------------------------------------------------------
"La fin du téléphone fixe, c'est pour bientôt."

Avec le fil va disparaître une arme de crime aussi discrète qu'efficace : mais le bon vieux couteau reprend du poil de la bête, comme la scie ( à Istamboul il y a peu )
Et la valise à roulettes se substitue à la malle de naguère, lourde à traîner

Écrit par : Javert | 15/11/2018

--------------------------------------------------------------
Le col du fémur , le talon d'Achille des anciens ; je ne danse plus la valse , lui préférant le tango., et lent ...

Écrit par : Pépé Castor | 15/11/2018

----------------------------------------------------------
Moi , c'est le slow , sous contrôle médical ...
Parfois la samba ...

Écrit par : Mémé Octogénie | 15/11/2018

---------------------------------------------------------------------
Sans préconiser un retour à l'âge de pierre , nous rfecommandons , au sein de nos G I R ( " Groupements Indépendants de Résistance " ) que l'on soit circonspect dans l'utilisation des instruments et autres novations technologiques : le moins possible de fréquentation des réseaux sociaux ( un blog de temps en temps , inoffensif comme celui -ci .

Téléphone portable seulement pour les urgences ; machin à coudre à pédale , aliments naturels quand on en trouve ( en se méfiant du supposé bio ) .

Et aussi , la chasse aux petits marquis de la presse , de l'économie et de la pub' com : les ridiculiser au café et dans les dîners " en ville "

Écrit par : Euphémie | 16/11/2018

----------------------------------------------------------
Nous " recommandons " conviendrait mieux que "rfcomandons" .

J'ai les jambes un peu molles mais toujours l'oeil vif , chère Euphémie
.
Je m'efforce , moi aussi , d'user avec modération des instruments technologiques et des produits nouveaux : je suis fidèle à la bière en bouteille ( horreur des métalliques )

Écrit par : Pépé Castor | 16/11/2018

-----------------------------------------------------------
Pour ma part , en réponse aux nombreuses sollicitations publicitaires et autres que je reçois , je fournis sur moi des infos fausses et si possible marrantes ( 12 enfants , 15 000 Euro par mois , transgenre , collectionneur de ceci ou cela ...
Les retours sont souvent amusants .

Écrit par : Ravachol | 20/11/2018

Écrire un commentaire