Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2019

L'existence précède la quête de sens

Il y a 10 ans, j'entendais un repenti de la finance sale (marchés avec trading haute fréquence) expliquer qu'il lançait un outil de finance "solidaire et collaborative" pour "redonner du sens à sa vie et être fier d'expliquer son job à ses enfants". Je levais un sourcil perplexe. Quelques instants plus tard, il disait à l'intervieweuse "c'est dur, bien sûr, car j'ai divisé mon salaire et maintenant je me contente de 4 000 euros par mois, mais je me sens plus aligné". Je poussais un très long soupir et me disait qu'ainsi averti, le prochain qui me parlerait de "quête de sens", je lui expliquerai qu'il y a des églises pour ça.

Hélas, hélas, hélas, l'explosion du nombre de personnes en quête de sens est exponentielle à tel point qu'on a l'impression que les dernières à ne pas chercher un sens à leur vie sont cachés dans des caves. On ne compte plus les dirigeants d'entreprises où les entrepreneurs qui nous expliquent, la main sur le coeur, qu'ils veulent tout changer, casser portes et fenêtres, pour tout reconstruire avec du sens... Et une croissance à deux chiffres. Politiquement aussi, rassurez-vous bonne gens, ils sont connectés, ils entendent, ils ont compris le "besoin de sens". Dans une hilarante (involontairement) tribune dans le Monde hier, Bernard Cazeneuve écrivait d'ailleurs "la transition écologique sera sociale et républicaine - ou ne sera pas", pastichant Malraux pour essayer de se donner une contenance.

A ces PDG, à ces repentis, on voudrait dire : on vous voit, les amis. On a vos archives, on sait qu'à part la façade repeinte couleur sens, rien n'a changé : votre but reste de croître indéfiniment, de racheter votre voisin et de tout dominer. Le sens est un business comme les autres, Christophe André demande 8 000 euros par conférence, le yoga en entreprise cartonne et les retraites spirituelles sans wifi sont plus bondées que les trains indiens. Mais le business du sens ne change pas les existences si un chemin intérieur vers les contraintes, les renoncements et les limites n'est fait. 

Des applis comme Petit Bambou ont des millions d'adeptes, voyez-vous vraiment plus de zen et d'altruisme dans les foules sur les routes, dans les halls de gare ou dans les files d'attentes diverses ? Non. Le purpose washing n'est pas tellement plus dur à démasquer que le social ou le green washing. L'existence précède la quête de sens. Ceux qui ont vraiment appris à changer de modèle, à ne plus vouloir dominer, pressuriser, écraser le font sans le déclarer. Le déclaratif n'a jamais révolutionné quoi que ça soit, la prochaine fois que quelqu'un vous demande d'échanger sur sa quête de sens, indiquez lui l'église la plus proche, ça reste les meilleurs spécialistes pour cette farce. 

Commentaires

--------------------------------------------
Le problème , en politique , en économie et dans la vie privée : les sens uniques , les sens giratoires et les cercles vicieux ( les pires , surtout s'ils paraissent vertueux ...

Écrit par : Anna-Lisa | 07/09/2019

------------------------------------------
"Il y a 10 ans, j'entendais un repenti de la finance"

Casstor a de l'ancienneté dans la fréquentation du beau linge mais celui-là était sale , de son propre aveu .

Notre ami devrait ouvrir un lavoir public , comme il en existe pour les gens qui n'ont pas les moyens ou la place d'en avoir un chez eux .

Écrit par : Pau Prolo | 08/09/2019

------------------------------------------
Mauvais procès : Castor a entendu , non fréquenté ,ce financier ; pan sur le bec !
Quant aux gens qui " n'ont pas les moyens" , ils n'ont souvent pas de linge ...

Écrit par : Pépé Castor | 08/09/2019

---------------------------------------
Un sans -linge de la littérature : Gérard , l'officier de l'armée d'Italie reçu à Milan dans une famille d'aristos

Chez Stendhal aussi ; Juiien Sorel , à Verrières et dans le Faubourg St -Germain .

Écrit par : Cluny | 08/09/2019

--------------------------------------------
L"obsession de la " quête de sens " : difficile d'admettre que , souvent , un événement peut ne pas avoir de sens.

Le " sens de l'histoire " , un poncif de la " philosophie de l' histoire " aujourd"hui démodée ( sauf pour quelques marxistes et adeptes de la Providence , même combat)

La recherche à tout prix du " sens " , démarche qui vire souvent au complotisme : le " sens " ne peut être que caché , argument de vente efficace .

Écrit par : J Mentor | 08/09/2019

-------------------------------------------
Je ne comprends pas pourquoi certains des coureurs à pied de man jardin préféré tournent dans le sens des aiguilles d'une montre et d'autres dans le sens contraire
( En gros 50 et 50 % )

Ni d'ailleurs pourquoi les aiguilles des montres et horloges tournent toujours de gauche à droite ...

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 08/09/2019

---------------------------------------
" de gauche à droite " : c'est ce que font la plupart des individus et la politique en général .

Ceux qui se droitisent au fil des ans ( notamment les soixantuitards et leurs rejetons ) en ont honte et veillent à garder un reste de gauche dans leurs propos et leurs actes ( engagements " humanitaires" de tout confort ; il est de bon ton aussi d'avoir un enfant un peu anar que l'on a plaisir à aller chercher au commissariat ,assisté d'un avocat et parfois d'un journaliste de la presse vertueuse )

Plus rares sont ceux qui se gauchissent sur le tard , sans toutefois aller trop loin : exemple : l'actuel "Défenseur des droits " que l'on a connu dans un autre rôle ... Confort assuré ...

Écrit par : Jacques Aubin | 08/09/2019

---------------------------------------
"la prochaine fois que quelqu'un vous demande d'échanger sur sa quête de sens, indiquez lui l'église la plus proche ..."

L' église risque d'être fermée ( manque de personnel , crainte des vols ...) ; je suggère plutôt une loge maçonnique ( il y en a pour tous les goûts ) ; accès facile à toute heure , via internet ou le bistrot du coin ; ce n'est pas gratuit , à la différence de l'église , mais il existe des promos , notamment en période de rentrée et aussi à Noël ....

Écrit par : Bénédicte | 08/09/2019

----------------------------------------
" ceux qui se gauchissent sur le tard" ( Jacques Aubin)

Marine Le ¨Pen ? Lors de son discours de rentrée de ce dimanche ( en avance sur les prévisions) , elle s'est montrée plus à gauche que jamais , presque gauchiste.

On ne sait plus si c'est elle qu se gauchise ou bien son électorat qui se droitise .

Et , pour ne rien simplifier , il paraît que Mélenchon refuse désormais de se dire de gauche

Écrit par : Léo | 08/09/2019

----------------------------------------
Professeur des écoles depuis peu retraité , j'ai quitté ma petite ville de province pour m'installer à Paris au coeur de l'été .

Un modeste trois pièces que j'ai pu acquérir non loin de la gare Montparnasse , après avoir vendu ma maison , mes meubles , ma voiture et quelques autres équipements inutiles , congélateur ...) .

J'ai largué les amarres sans prévenir mon entourage , en ne donnant ma nouvelle adresse qu'à la mairie de la commune où j'ai vécu plus d' 1/ 2 siècle .

Pour l'instant je m'en trouve bien : un intérieur douillet,
des voisins discrets , des commerces de proximité à ma porte , un bistrot où j'ai déjà mes habitudes , une bibliothèque municipale accueillante ( et gratuite ...)

Ce que j'apprécie le plus à ce stade :

-l'incognito ( chez nous , impossible de faire un pas sans rencontrer des fâcheux , faussement conviviaux) .

-surtout , une pollution bien moindre , quoi que l'on dise de Paris , que celle de ma petite ville et de la campagne proche ( pesticides , voitures , odeurs ...) ; c'est en tout cas mon " ressenti" .

Je suis preneur de toutes suggestions susceptibles de m'aider au seuil de ma vie de néo Parisien ; grincheux et autres saboteurs de moral s'abstenir svp ...

Écrit par : Nouveau Parisien | 09/09/2019

Bienvenue à Paris , cher nouveau !

Suggestion : explorez notre bonne ville , à pied de préférence bien que les transports en commun y fonctionnent plutôt bien , surtout quand on évite les heures de pointe .

Quand vous vous rendez dans un arrondissement autre que votre 14 ème , commencez par sa mairie qui propose des brochures très bien faites ( et gratuites...) où l'essentiel est dit ; les bibliothèques municipales comportent toutes un rayon Paris ( histoire, géographie, curiosités ...) plus ou moins riche .

Mon " ressenti" de la pollution est le même que le vôtre
surtout quand je le compare à celui que j'éprouve à l'occasion de mes rares sorties en province , qu'il s'agisse de la campagne ou des villes .

Ne vous laissez pas démoraliser par les grincheux ni par ceux qui essayeront de vous donner mauvaise conscience en disant que vous êtes un privilégié ( 3 pièces à Montparnasse ...) .

Écrit par : Johanna | 09/09/2019

----------------------------------
D'accord avec tout ce que vous dites , cher nouveau , et particulièrement avec votre remarque sur l'incognito

A Paris , vous pouvez fréquenter qui vous voulez et surtout comme vous le voulez ; les relations que l'on se fait au bistrot sont , selon moi , les plus agréables et vous avez déjà réussi à prendre vos habitudes dans l'un d'entre eux , proche de votre domicile .

Vous en découvrirez d'autres au hasard de vos promenades ; ainsi , par exemple , au bout de la rue du Sahel (12 ème , presque à la lisière du Bois de Vincennes ) , un petit café -restaurant à l'ancienne ; choix de vins du terroir , bouquins à la disposition de la clientèle ( très " diverse" ), patron pittoresque et causant ...

Écrit par : Lesbie | 09/09/2019

-----------------------------------------
Sans vouloir charger trop la barque ses suggestions: si vous avez débarqué seul , sans compagne ni compagnon, méfiez-vous des solitaires en quête de l'âme soeur et plus encore de sécurité ; un jeune retraité , qui plus est propriétaire , est un gibier intéressant ...

--Avec un minimum de sagacité , vous les identifierez vite : presque toujours des histoires de divorce ( s ?) mal vécu , des âmes tourmentées , parfois des addictions ( alcool , tabac , drogues ...

Mais sans doute cela existe-t-il aussi dans le bled d'où vous venez ? n'en faites pas un drame ; indifférence polie ...

Écrit par : 20 100 | 09/09/2019

----------------------------------------
Merci à tous pour ces suggestions .

Personnes en quête de l'âme soeur , souvent problématiques : il y en a aussi dans ma petite ville d'origine et elles y sont plus voyantes qu'à Paris et plus difficiles à ignorer . J'ai failli, là-bas, plusieurs fois me faire piéger , ce qui m'a rendu très circonspect ...

Écrit par : Nouveau Parisien | 09/09/2019

------------------------------------
Et en matière de sécurité , quel est votre " ressenti " ?

Écrit par : Sidonie | 10/09/2019

---------------------------------------
Bon ! Une police visible ; rien à voir avec mon bled où il fallait chercher un gendarme à la loupe ; les incivilités y étaient monnaie courante , comme les cambriolages ; les gens ne portaient plus plainte et la presse locale fermait les yeux afin de ne pas inquiéter les vacanciers

Anecdote : un chauffeur de bus avec lequel j'ai échangé quelques propos m'a dit qu'en août il y a eu une vingtaine de vols à la tire dans son véhicule , les victimes étant en grande majorité des touristes , la plus souvent asiatiques , " un phénomène saisonnier " m'a-t-il précisé , philosophe ...

Écrit par : Nouveau Parisien | 10/09/2019

--------------------------------------
Avez-vous fait blinder la porte de votre appartement ?

Écrit par : Johanna | 10/09/2019

--------------------------------------
Non : précaution inutile et même dangereuse selon la gardienne ; les portes blindées signalent aux cambrioleurs qu'il y a quelque chose à voler ; rien de tel chez moi sinon ma télé , obsolète et que j'envisage de changer .

Mes papiers les plus précieux et les rares bibelots que je tiens de ma famille sont à l'abri à la banque , dans un coffre , un petit luxe que je me suis offert .

Je sors muni d'un petit sac dissimulé sous ma chemise , qui contient mes cartes ( la bleue , la Vitale ) et un carnet de chèques à l'ancienne dont je ne me sers que très rarement ) ; un minimum de liquide en poche ; si je me fais dévaliser , ce ne sera pas un drame ...

Écrit par : Nouveau Parisien | 10/09/2019

---------------------------
"Un sans -linge de la littérature : Gérard , l'officier de l'armée d'Italie reçu à Milan dans une famille d'aristos "
( Cluny , 8 -09 )

Un point de moins , cher Cluny : le lieutenant reçu chez les Del Dongo avait pour nom Robert , non Gérard ; c'est peut-être le père de Fabrice , la comtesse s'étant montrée très accueillante en l'absence de son époux ; Stendhal , galant homme, ne le précise pas mais ...

Écrit par : J Mentor | 10/09/2019

------------------------------------
Entre ce bel officier et le papa officiel de Fabrice , un marquis grincheux , il n'y a pas photo ...

On comprend que Fabrice ait plus tard fugué pour rejoindre l'armée française à ..Waterloo

Écrit par : Anna-Lisa | 10/09/2019

---------------------------------------
Je fréquente peu les aristos mais :

La comtesse , sans doute légère,avait donc trois Roberts , les siens et le lieutenant ...

Entre elle et sa soeur Gina , je préfère celle-ci , certes bien jeune à l'époque ; des petits roberts qui ne demandaient qu'à grandir ...

L'oeuvre de Stendhal est riche en cocus , parmi lesquels le père Del Dongo et le maire de Verrière dans Le Rouge et le Noir ...

Beyle lui-même avait un faible pour les femmes mariées , déjà culottées , comme toute bonne pipe .

Écrit par : Paul Prolo | 10/09/2019

--------------------------------------
Merci , cher Mentor, de m'avoir rappelé que Gérard était Robert ; nos amis , tous fins lettrés , auront eux -mêmes rectifié...

A propos de Stendhal , dans le Figaro, il y a quelques jours , un long pensum de Régis Debray disant de lui le plus grand mal et l'opposant à Victor Hugo ; que ne ferait -on pour exister ?

Ce R D , rejeton d'une famille de la bonne bourgeoisie devrait plutôt nous parler de sa jeunesse de guerillero d'opérette , disciple du Ché , un temps emprisonné en Bolivie , ce qui avait ému la France entière et nos plus hautes autorités ...

Écrit par : Cluny | 11/09/2019

---------------------------------------
Je vous trouve, cher Nouveau Parisien , bien sévère pour la province ; chez nous , à la Douceur Angevine , pas de pollution , bien que nous soyons voisins d'un champ : le cultivateur est depuis longtemps passé au bio .

Ni cambriolages ni incivilités dans la commune , monsieur le maire veillant au grain ; notre seul soiffard invétéré , gilet jaune peu militant , fait parfois un peu de tapage mais cela se règle en famille sans qu'il soit besoin d'appeler les gendarmes .

Ne généralisez donc pas ...

Écrit par : Mémé Octogénie | 11/09/2019

--------------------------------------
Demain ce sera mon premier vendredi 13 à Paris et ma première grève des transports en commun, qui s'annonce dure .

Selon le patron du café où j'ai déjà mes habitudes , ce sera intéressant à observer : des piétons par obligation que la pratique des sports d'agrément n'a pas préparés à marcher pour de vrai, des cyclistes aussi peu entraînés , des méga embouteillages , des néophytes du stop .

Cela ne me gênera guère car je ne me déplace qu'à pied et sans contraintes d'horaire .

Écrit par : Nouveau Parisien | 12/09/2019

---------------------------------------
Sur le parvis de la gare Montparnasse , ce matin : pas mal de porteurs de banderoles souvent créatives auxquelles je ne comprends pas grand' chose si ce n'est que ces gens ne veulent pas travailler au-delà de
50 ans .

Des couples de circonstance se formaient sous des panneaux " co-voiturage " ...

Assez peu d'embouteillages dans les rues ; des marcheurs suant et soufflant, manifestement peu entraînés .

Ambiance plutôt détendue ( mon patron de bistrot :
" Les gens ont l'habitude ; le week-end commencera à midi " )

Écrit par : Nouveau Parisien | 13/09/2019

--------------------------------------
Ce qui est pénible c'est la pénibilité ! même si l'on travaille assis devant un ordinateur , et de plus en plus souvent à domicile .

Les " couples de circonstance " : un grand classique des grèves ; on appelle ça des " transports en commun " ; mais d'après ce qu'on dit , les hôtels de passe , bien commodes , sont désormais occupés par des migrants .

Écrit par : Mémé Octogénie | 13/09/2019

-------------------------------------
Pénibilté , pénibilité ...Ce qui est pénible, c'est de travailler ou de ne pouvoir le faire ( chômeurs, malades, retraités qui s'ennuient ).

Revenir aux utopistes du XIXème siècle , incompris en leur temps et ridiculisés par Marx et ses disciples .

Écrit par : Paul Prolo | 14/09/2019

--------------------------------------
Marx ( un grand bourgeois) et ses disciples ont sacralisé le travail , se rendant ainsi complices du capitalisme qu'ils honnissaient ; on connaît la suite ...

Une voix discordante : l ' "Eloge de la paresse " de Paul Lafargue , le gendre de Marx ...

Écrit par : Rosa du Luxembourg | 14/09/2019

----------------------------------------
A l'instant au marché j'ai pris une quinzaine de tracts : ceux des partis du sondage JDD de ce matin et d'autres organisations dont je découvre l'existence :
" Pisse debout " , " Pitié pour les bêtes" , " Nous sommes tous des immigrés " et même " Bretagne libre" ce qui m'a fait me gondoler car cette mouvance est représentée dans mon bled par quatre oui cinq petits marrants qui tiennent leurs assises dans la cabine téléphonique désaffectée ).

Ce qui m'a agréablement surpris , c'est que tous les tracteurs ont l'air de bien s'entendre entre eux , se saluent , échangent quelques amabilités .

Je me suis gardé de leur dire que je suis un non électeur invétéré et que , de plus , je ne comprends rien à la politique parisienne , sinon que c'est très compliqué .

Une heureuse surprise ; une petite brocante où j'ai pu acheter pour un euro un sac de billes de verre et de terre ; la marchande , une instit à la retraite m'a dit que les écoliers ne jouent plus aux billes depuis que les cours de récréation ont été bétonnées ; elle a ajouté que la police proscrit la vente des billes parce que celle-ci peuvent être utilisées lors des émeutes , comme les canifs, les limes à ongles et les coupe-papier...

Les billes : ma nouvelle collection ; les autres : les numéros les plus anciens du Livre de Poche ( j'ai toute la série de 1 à 52 ) , la première et la dernière phrase des livres, quels qu'ils soient ( que je copie à la main ) et leurs tables des matières quand il y en a ; les plumes et les encriers à l'ancienne ; les appareils-photo argentiques ( ça revient très fort ; c'est cher ! ) ; les affiches de 1968 ( je n'ai connu ce spectacle que de loin ) ; ma collection la plus chère aux deux sens du mot : les timbres qui présentent des locomotives ( pour moi ,symboles de la liberté chérie ).

Le patron de mon café de prédilection me dit que la saison des grandes brocantes parisiennes va bientôt commencer , les gens étant rentrés assez désargentés de leurs vacances et souhaitant se refaire un peu avant les fêtes de fin d'année.

Toutes vos suggestions seront les bienvenues .

Écrit par : Nouveau Parisien | 15/09/2019

-------------------------------------
Les tracteurs qui s'entendent bien :

Quand il s'agit de militants : certains d'entre eux peuvent être " convergents " sous une opposition de façade ; ainsi RN et Insoumis , LR et Marcheurs ,
Pisse-debout et écolos ...

Le plus souvent , sur les marchés parisiens , il s'agit non de militants mais d'étudiants ou de chômeurs non politisés , les militants étant en week-end .

De toute façon , les appareils politiques savent que le tractage a peu d'effet sur l'opinion ; il faut s'y résigner parce que ne pas le faire serait interprété ( par les observateurs patentés de la vie publique , la presse ), comme un signe de faiblesse et / ou de mépris pour l'opinion ; un peu comme les pub' et les manifs qui ne servent à rien sinon à paraître , à tenir son rang .

De plus , ça fait marcher certaines imprimeries tenues par les copains ...

Écrit par : Léo | 15/09/2019

----------------------------------------

" la première et la dernière phrase des livres, quels qu'ils soient ( que je copie à la main) et leurs tables des matières quand il y en a"

Collection intéressante , mais :

-la 4ème de couverture d'un livre en résume assez bien le contenu

-" à la main" : il serait plus commode de photocopier

Écrit par : Cluny | 15/09/2019

-------------------------------------
Une 4ème de couverture n'est le plus souvent qu'une publicité ( comme les articles de presse et les émissions de Franc-Culture qui présentent un ouvrage
, celui d'un copain)

la 1ère et la dernière phrase ( généralement très chiadées ) en disent plus et plus objectivement sur le livre et son auteur ; les tables de matières sont particulièrement intéressantes quand elles sont très détaillées ; titres , sous-titres , parties , sous -parties , paragraphes parfois ; j'ai en stock quelques tables géniales ...

De toute façon tous les livres ne comportent pas de 4 ème de couverture .

Écrit par : Nouveau Parisien | 15/09/2019

-----------------------------------------
Un prof las de lire les dissertations de ses élèves se contente d'en regarder l'introduction et la conclusion :

Les gens , élèves ou écrivains sont trop bavards .

L'idéal ; un bouquin qui comporterai seulement une table des matières , sans texte .

Écrit par : J Mentor | 16/09/2019

----------------------------------------
Le plus souvent le titre d'un roman dispense de le lire et même de le parcourir , comme ceux des textes de Castor :

C'est le cas de la production éditoriale à l'approche du
Goncourt :du poliitico -sociétal style Zola basique ; enfance malheureuse mal digérée , crachats sur la famille , sexe mou et néanmoins agité ; il est de bon ton ,quand on s'appelle Durand , de faire état d'arrière-grands -parents exotiques , exploités et discriminés ...

Ce que j'ai vu de mieux , ces derniers temps ( pour une fois j'ai parcouru la 4ème de couverture) , un come-out pas banal , l'histoire d' un homo qui avoue
être hétéro , au grand dam de sa famille branchée .

Écrit par : Barbara | 16/09/2019

-----------------------------------
" Le plus souvent le titre d'un roman dispense de le lire et même de le parcourir , comme ceux des textes de Castor "

OK pour la plupart des romans mais non pour les textes de Castor , certes un peu répétitifs et convenus mais qui apportent toujours quelque chose et sont plutôt bien rédigés en dépit d'un vocabulaire peu varié et d'un excès de références anglo-saxonnes .

Écrit par : 20 100 | 17/09/2019

----------------------------------------

Cher A T , avant de choisir une religion , ce qui à mon avis ne s'impose pas , lisez Freud ( foi et santé mentale) et , plus encore, Montaigne , un catholique vivant en bonne entente avec les protestants , dans un pays en proie à la guerre civile .

Voltaire aussi , déiste modéré et critique ( "Mon Dieu , si tu existes , sauve mon âme si j'en ai une " )

Écrit par : Anna-Lisa | 17/09/2019

Écrire un commentaire