Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2020

Paris n'est pas une fête

Au lendemain des attentats du Bataclan, une pimpante septua ou octogénaire avait ému la France en disant qu'on allait fraterniser avec les musulmans du pays qui n'étaient pour rien dans le bain de sang de la veille et qu'on allait donner raison au "Paris est une fête" d'Hemingway. Prophétie ratée pour la lune de miel avec les musulmans, mais réussie pour le reste ; Paris était redevenue une fête. Contempteurs de la capitale, épargnez-nous les critiques, on les connaît : une fête sale, bruyante et chère. Mais si vous n'aimez pas ça, n'en dégoûtez pas les autres, merci.

Paris est surtout une fête, en réalité. Une succession de bars et de restos, aux terrasses trop étroites, trop bruyantes. Une nuit moins folle qu'aux décadentes années 70/80, mais l'animation y est toujours plus forte qu'à Vesoul. Des théâtres partout, des salles de concert, des bars jazz, les nyctalopes aiment Paris qui leur rend bien. C'est aussi une fête pour les amateurs de beautés stockées un peu partout dans un nombre de musées hallucinant. C'est une ville cyclothymique qui compense par un excès de vitalité tout ce qu'elle a de pénible, par ailleurs. Et si nous y restons, c'est que le marché nous convient, on prend tout. 

Lundi, pour le déconfinement, on a ôté les bandelettes du visage de la grande brûlée et on ne le reconnaît pas : Paris n'est plus une fête. Comme pour narguer la ville, un soleil radieux innondait les rues aujourd'hui. Impossible de se poser avec quelqu'un.e, boire un verre. Impossible de s'allonger dans l'herbe, les rideaux sont baissés et les grilles des parcs, relevées. Tout ce qui fait que cela vaut la peine de vivre dans cette ville a disparu. Au loin, on aperçoit les tours de la Défense qui, elles, n'ont jamais cessé de fonctionner, même au ralenti. The show must not go on, business does.

Il y a quelques années, j'avais dîné avec un allemand fort drôle, qui venait de Francfort. Je lui avais demandé de me qualifier sa ville et il m'avait dit "c'est comme la Défense, mais sans Paris à côté". J'en avais été saisi d'effroi pour lui et comprenais ô combien qu'il ait migré chez nous. Je sais bien que cela ne sera pas permanent, on ne peut pas dire que Paris soit morte. Mettons qu'elle est plongée dans le coma. Et c'est pas la fête... 

Commentaires

-----------------------------------------
Le Paris en fête décrit par Castor est aussi conventionnel que celui des Américains de la Génération perdue , ou encore celui de mes souvenirs des année 50 que j'entretiens en regardant des photos déjà jaunissantes et des films en noir et blanc

A chacun son Paris ! et je me garde de me moquer celui des sympathiques ( et parfois pathétiques ) noceurs d'avant le confinement .

" Paris n'est plus Paris" est un grand et vieux classique : je ne retrouve plus le texte du 12 ème ou 13ème siècle dans lequel un moine érudit (style CNRS) se plaignait , après une absence de quelques années , de ne ne plus reconnaître son Pays Latin de la Montagne Sainte Geneviève

Plus près de nous , Maupassant , Parisien non de naissance mais d'adoption ( et donc chauvin ) , proclamait urbi et orbi qu'il ne mettrait plus les pieds dans la capitale aussi longtemps qu'y serait présente la Tour Eiffel en cours d'édification ; lors de son inauguration , il se fit pistonner pour être invité à la cérémonie ..

En fait , selon moi , Paris change peu et pas nécessairement en mal ; on s'en rend aisément compte pour peu que l'on évite les quartiers trop entouristés et les bobolands ...

Écrit par : J Mentor | 16/05/2020

---------------------------------------
Voici peut-être , cher Mentor , le texte auquel vous faites allusion :

Paris , la Babylone du 12 ème siècle :

" Bernard de Clairvaux ( le futur Saint-Bernard) met en garde , au 12 ème siècle les étudiants qui commencent à peupler la Montagne Sainte-Geneviève à Paris:

"Fuyez du milieu de Babylone, fuyez et sauvez vos âmes" (il les adjure de se réfugier dans des monastères)

mais à la même époque, un abbé, dans une lettre à un jeune disciple, porte Paris aux nues: " tu as trouvé cette Jérusalem que tant désirent. C'est la demeure de David... du sage Salomon... la cité des belles-lettres"

( "La ville en France au moyen âge ", ouvrage collectif sous la direction de Jacques LE GOFF, 1980)

Écrit par : Cluny | 16/05/2020

--------------------------------------
"Il y a quelques années, j'avais dîné avec un allemand fort drôle, qui venait de Francfort " ( Castor )

Un allemand " fort drôle " : espèce rare ...

" de Francfort" : peut-être Daniel C B , avant qu'il ne se soit recyclé en pape de l'écologie , très répandu sur les médias et sérieux comme ..un pape

Écrit par : Léo | 16/05/2020

-----------------------------------------
"En fait , selon moi , Paris change peu et pas nécessairement en mal ; on s'en rend aisément compte pour peu que l'on évite les quartiers trop entouristés et les bobolands ..." ( Mentor )

La prolifération des bobolands , rive droite , a libéré le quartier latin , Saint -Germain -des- Prés , et Montparnasse certes encore un peu polluès par des touristes lettrés en quête de souvenirs du Paris de la génération perdue et de celle , plus proche de nous , des années 50 , chères à Mentor .

Notre Paris , celui de mon vieux pote , le poète post-surréaliste , et le mien , est celui d'Aragon et de Breton
( rive droite plutôt que gauche ) et surtout celui de la place Dauphine , sur les traces de Nadja .

Une bonne introduction au Paris des années 50 ( en noir et blanc ) : "Les Nouveaux Mystères de Paris" de Léo Malet ...

Écrit par : Sidonie | 16/05/2020

----------------------------------------
Le 13ème arrondissement des" Nouveaux Mystères " ,
( "Brouillard au pont deTolbiac" ) en version Robert Laffont mais aussi et peut-être mieux encore dans la superbe BD de Tardi ( Casterman)

Les anars pacifiste et végétaliens d'avant -guerre reconvertis en minables escrocs d'après ; une sublime Gitane insoumise qui , hélas , finit mal ( la destinée ) , la rue Gramme, la plus triste de Paris dont personne ne se souvient plus..

Nostalgie , nostalgie....

Écrit par : Ravachol | 16/05/2020

------------------------------------------
Un autre Paris , celui de Patrick Modiano , à la fois conventionnel et bien réel , tel celui des surréalistes ;
Tout y est à la fois vrai et faux ...

On peut le dire aussi de celui de Balzac , bien que l'auteur de La Comédie Humaine s'évertue à le décrire d'une façon lourdement réaliste , comme le fera Zola

Écrit par : Rosa du Luxmbourg | 19/05/2020

----------------------------------------
Bien que je ne sois pas électeur à Paris , je viens d'être sondé par téléphone ( ficher fautif ou plaisanterie , je ne sais ) .

Sans faire état de ma situation de non inscrit , j'ai répondu que je me prononcerai plus tard , à l'approche du scrutin , en faveur du candidat ( ou de la ...) alors le moins bien placé dans les ultimes sondages .

La sondeuse , manifestement ravie de découvrir un électeur singulier , m'a demandé d'en dire plus ; je lui ai dit que j'ai un faible pour les causes présumées perdues et que , d'ailleurs , l'anonyme d'un jour peut le lendemain ne l'être plus ( Robespierre , avocat sans causes en 1789 ; De Gaulle au plus bas des sondages le 17 juin 40 ; Macron , tâcheron de cabinet ; le Soldat Inconnu , aujourd'hui très visité et fleuri ...).

Nous avons pris rv pour la mi-juin , peut-être dans un débat à la télé ( je lui ai précisé que ce ne pourra être que sur une chaîne publique ) .

Écrit par : Nouveau Parisien | 27/05/2020

-----------------------------------------
Inscrite à Paris ,je ne voterai probablement pas; Dati m'est plutôt sympathique ( mignonne , énergique ) mais son parti , LR , ne me l'est pas du tout.

Hidalgo est trop démagogue ;Busine déconsidérée ; l'écolo et les autres sont inconsistants, même le matheux baroque .

On ne sait , à cette heure , ce que préconise Castor, d'ordinaire prompt à dégainer ...Les Insoumis parisiens ,ses potes , sont peu visibles ...

j'ai un faible pour les féministes de Pisse -Debout ( PD) mais elles ne présentent pas de candidats .
ils ne présentent pas de candidats .

Écrit par : Lesbie | 29/05/2020

--------------------------------------
Bis repetita ...( avec une erreur sur le genre la 2ème fois)

Habituellement je vote trotskiste mais je n'ai pas identifié de candidat ( e) représentant cette famille chère à mon coeur .

Écrit par : Pépé Castor | 29/05/2020

----------------------------------------
"ce que préconise Castor" se demande Lesbie ; moi qui le connais bien , je pense qu'il attendra , pour se prononcer , les ultime sondages .

Mais à cette heure , il penche pour Anne Hidalgo : modérément marxiste , énergiquement écolo ( anti bagnole , cyclophile ),la larme facile et très portée sur les "minorités " etc.

Elle représente bien les bobolands de la rive droite ..

Écrit par : 20 100 | 29/05/2020

---------------------------------------
Nouveau coup de chaud entre l'Algérie et la France , à propos de sujets ( dont " Algérie mon amour " ) diffusés il y a peu sur une télévision hexagonale .

D'un côté : atteinte à une souveraineté chèrement conquise , complot contre les nouvelles autorités récemment installées ...

De l'autre : sacro-sainte liberté d'informer ...

Rien de nouveau sous le soleil ..

Mieux vaut ne pas en parler ; je n'en parle donc pas ...

Écrit par : Lulu Charia | 30/05/2020

-----------------------------------------
Les plus marris sont les Algériens établis en France et les Français d'origine algérienne : ils craignent de voir limiter leur liberté d'aller et de venir d'une rive à l'autre de la Méditerranée , crainte selon moi sans fondement.

En fait ils sont les seuls , dans l'hexagone , à avoir regardé les "sujets" incriminés : il y a belle lurette que les Gaulois ( à l'exception des plus âgés , auditeurs de Radio Courtoisie ) ne s'intéressent pas à l'Algérie et les plus jeunes ont du mal à la situer sur le globe terrestre.

D'accord , donc , avec Lulu : moins on en parle , mieux on se porte ...

Écrit par : Pied -Noir | 30/05/2020

-----------------------------------
N'en faisons pas un drame : les chicanes de cette sorte obéissent à un rituel bien réglé .

Il m'arrive de partager un couscous ( 1 ) avec quelques anciens adversaires bien installés à Paris et heureux d'y vivre ,

Pas rancuniers ni aigris ; mais ils disent pis que pendre du régime algérien et de leurs compatriotes restés " au pays" et je dois parfois les modérer car "des oreilles ennemies nous écoutent " , comme on disait en 39 -40...

Trés franco-Français , jusqu'à soutenir le RN ou au minimum LR ; adorent Zemmour , pour eux un compatriote ...

( 1 ) meilleur , selon eux , que celui que l'on peut manger en Algérie ( il y manque parfois ou la viande , ou le bouillon , ou la semoule )

Écrit par : Jean -Marie | 30/05/2020

--------------------------------------
----La campagne sera-t-elle encore , l'hiver venu, une "fête" ?

Une brise bucolique souffle dans les médias et sur les réseaux sociaux : les mioches désurbanisés qui s'en vont avec leur petit pot chercher le lait au plus près du pis des vaches , le télé-travail en sabots , la fermette que l'on achète pour une bouchée de pain après s'être débarrassé du sinistre appartement parisien ...L'air pur , le chant des oiseaux , le folklore, la convivialité ....

J'ai , hier , échangé , à la terrasse de mon café , quelques mots avec deux néo-ruraux revenus en coup de vent prendre quelques objets précieux oubliés à leur départ précipité pour la campagne : sans oser avouer s'être trompés , ils chuchotent que tout n'est pas rose ni vert au-delà du périphérique .

Les " indigènes " ( c'est leur vocabulaire) ont augmenté leurs tarifs ( le lait , l'aide à domicile , les petites réparations ...) ; la couverture internet est pleine de trous , le facteur ne passe qu'un jour sur trois ou quatre ; le médecin est aux abonnés absents ...

Surtout : la cloche de l' église tonne tous les 1/4 d'heure , y compris la nuit , et les coqs sonnent le réveil dès 5 heures du matin ; quant aux odeurs ...
épandages , porcheries et élevages de poulets etc.

Je n'ai pas voulu en rajouter , moi qui me suis tiré de ma campagne pour ces raisons et quelques autres , mais qu'en sera-t-il quand viendront l'automne et l'hiver ? nul besoin de faire un dessin , je les plains , les pauvres ...

En 1940 , les citadins et notamment les Parisiens sont rentrés au bercail dans le mois qui a suivi l'exode ...

Écrit par : Nouveau Parisien | 07/06/2020

Écrire un commentaire