Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2020

Qu'on s'épargne l'envie

D'ordinaire, des sept pêchés capitaux, l'avarice est celui qui me répugne le plus. Et plus encore, les avaricieux qui se griment en samaritains en donnant un peu à une église en flammes après avoir détourné beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup plus du bien commun... Actuellement, je crois que j'ai l'envie encore plus en horreur.

L'envie de son prochain qui essaye juste de vivre, de profiter de l'existence et de ne pas prolonger la période de claustration imposée par une longue pénitence faite de flagellations quotidiennes avec application hydroalcoolique sur les zones touchées, de génuflexion en terre décontaminée et de confessions derrière hygiaphone pour expier ses pêchés de dénonciation.... 

Pendant le confinement, l'envie débordait de temps en temps. Mais une envie acceptable, faite de revanche de classe où tout le monde pouvait dire aux grands bourgeois à manoir de baisser d'un ton sur leur zénitude confinée. Légitime. Mais il y avait aussi de l'envie à celles et ceux qui ne donnaient pas de leçon de sérénité, n'appelaient même pas à goûter la joie simple de relire Sénèque sur un transat, dans leur mas du Luberon. Non, "juste" ceux qui vivaient au grand air, goûtaient  la possibilité de boire des coups avec des voisins ou d'autres avec qui ils partageaient cette période plus ennuyeuse que le Grand Meaulnes. Depuis le déconfinement, cette envie ruisselle de partout, les envieux écument de rage face à ceux qui vivent plus ouvertement.

Mardi, en emmenant ma fille chez le médecin, j'ai aperçu des jeunes qui ne s'étaient manifestement pas vus pendant deux mois et qui immortalisaient les retrouvailles d'un selfie trop serré pour satisfaire aux exigences des gestes barrières. Une septuagénaire, masquée, gantée, chapeautée est passée à leur niveau et a mugi : "Si on reconfine un jour, ça sera de votre faute" avant de partir sans écouter une réponse. Naguère, j'aurais éprouvé beaucoup de peine pour la vie rance de cette personne, pour qu'elle en soit réduite à faire chier les autres pour se sentir vivante. Là, je l'ai maudite et la suite de mes pensées est si immorale que je ne peux les écrire, en un dimanche...

Partout, je vois des harpies dans la rue qui maugréent quand deux amoureux.ses mangent dans la glace l'un.e de l'autre. Qui invitent celles et ceux qui se faufilent entre les ombres pour boire leurs bières sur les trottoirs ensoleillés à s'espacer d'au moins un mètre. En ligne, des commentaires indignés sur les rassemblements dans les parcs, près de la mer. Leur haine de ceux qui vivent n'a évidemment rien à voir avec une attitude non prophylactique, un manquement sanitaire, non non, c'est juste et uniquement la réactivation du vieil adage "si je ne l'ai pas, personne l'aura". Une mentalité de peine à jouir généralisé. Après deux mois d'abstinence, génération bromure, joie...

De ma chambre, je vois une grappe de jeunes dans le vaste appartement d'en face. Un appartement au living assez grand pour faire des noubas endiablées (j'ai décidé, définitivement, de parler français comme dans les années 60, pour ne pas devenir vieux, employer la langue de quand je n'étais pas né me paraît une bonne astuce) et à la terrasse accueillante en diable. Hier soir, ils ont ri aux fracas, les éclats étaient trop timorés pour leur joie de se retrouver à nouveau ensemble autour d'un peu plus qu'un verre. Les frimas sont partis et ne reviendront pas avant quelques mois, la nuit se languit de ne voir personne et se fait plus chaude pour qu'on lui tienne compagnie. En les entendant bien trop fort au moment d'aller me coucher, je priais pour qu'aucun voisin ne les dénonce. Non par masochisme, au contraire : les bruits du bonheur qui coulent me bercent alors qu'une altercation pisse vinaigre me plonge dans une insomnie longue de désespoir sur mes prochains, les envieux. 

Dans une chanson fort célèbre, notre chanteur qui eut droit à des funérailles nationales en l'église de la Madeleine parce qu'il était A/Un grand fraudeur fiscal B/ Un pédocriminel C / Un interprète comme un autre... bramait "qu'on m'enlève ce qui est vain et secondaire, que je retrouve le prix de la vie, enfin". Voilà deux mois qu'on nous a enlevé ce qui est secondaire à la survie, laissez nous retrouver le goût de la vie. 

Envieuses, envieux, si vous n'aimez pas la vie, n'en dégoûtez pas les autres. Merci.  

 

Commentaires

------------------------------------------
"cette période plus ennuyeuse que le Grand Meaulnes"

ça rappelle la remarque imbécile de Sarkozy sur La Princesse de Clèves ;

Mais peut-être Castor n'a-t-il lu ou parcouru ce roman que dans la traduction amerloque , il est vrai plutôt médiocre ...

Écrit par : Bénédicte | 17/05/2020

-----------------------------------------
Le Grand Meaumes : la verte Sologne , une modeste école publique des débuts de la III ème République , un couple d'instits qui fait son travail , des petits paysans à la tête dure , des amours enfantines...

Une France totalement étrangère à Castor ...

Écrit par : Lesbie | 17/05/2020

---------------------------------------
" j'ai décidé, définitivement, de parler français comme dans les années 60, "

Chiche !

Écrit par : Euphémie | 17/05/2020

--------------------------------------
"sept pêchés capitaux" ," samaritains" , "pour expier ses pêchés," une longue pénitence "

Encore un petit effort , homme de peu de foi !

Je préfère ce vocabulaire se sacristie , à celui , plus profane ( " bordel " ) dont use et abuse le plus souvent Castor ....

Écrit par : Barbara | 17/05/2020

----------------------------------------
Dans les deux cas , c'est son inconscient qui s'exprime:
une religiosité contrariée ..

Écrit par : Anna Lisa | 17/05/2020

--------------------------------------------
La sacristie et le bordel : Dans " Les nuits de Cabiria "
( hier soir sur Ciné Classic" ) la prostituée au ( trop ) grand coeur participe à une fête populaire célébrant la Vierge Marie ...

Écrit par : J Mentor | 17/05/2020

----------------------------------------
" dame de petite vertu " : il y a bien " vertu"

Écrit par : Ophélie | 17/05/2020

--------------------------------------
Cher Castor , puisque vous voici en recherche spirituelle , je vous propose de participer en août prochain au stage d'initiation à la théologie que mon pote Benoît , le pape retraité , et moi , nous animerons comme chaque année dans notre modeste pavillon des jardins du Vatican .

Le jeune Ado -Nice en a , l'été dernier , retiré le plus grand profit ,comme il ne manquera pas de vous le confirmer.

Après avoir beaucoup souffert de la pandémie , Rome est désormais en passe de redevenir parfaitement clean

C'est pour moi l'occasion de donner de nos nouvelles à nos amis de ce blog . Nous avons , Benoît et moi , respecté les consignes de distanciation dispensées par les autorités tant religieuses que civiles ; strictement et même au-delà , en nous confinant à l'intérieur de notre logis , sans sortir dans les jardins qui pourtant font partie de notre résidence

Nous nous inspirions en cela de l'exemple de Simone Weil , laquelle ,exilée à Londres lors de la dernière guerre , refusa ,bien qu'elle fût malade , de consommer plus que la maigre ration attribuée aux Français de l'hexagone occupé ( elle en mourut , en odeur de sainteté ) .

Nous avons , un moment , été en rupture de stock d'eau bénite , mais le Pape François a réussi à en faire venir de Pologne , un pays ami, s'il en est , gros producteur de ce précieux liquide.

Écrit par : Zénon | 18/05/2020

--------------------------------------
Si, cher Castor , votre emploi du temps vous le permet, acceptez l'invitation de mon ami et maître Zénon ; vous ne le regretterez pas , l'agréable complétant l'utile .

Tarif réduit si vous venez en famille , ce que l'on apprécie au Vatican ( l'an dernier , un pope grec avec sa popette et leurs trois petits popinets ) .

Écrit par : Ado-Nice | 18/05/2020

----------------------------------------
Castor et Le Grand Meaulnes qu'il trouve "ennuyeux"

Le directeur de l'école rurale et son épouse , chargée de la classe des petits , ne sont manifestement pas syndiqués ; les migrants chers à notre ami , ne sont représentés que par une troupe de romanichels à la nationalité incertaine ; les propriétaires du " domaine
perdu" sont certes des aristos , mais fauchés ; pas la moindre trace de politique ...

Écrit par : Cluny | 19/05/2020

---------------------------------------
Castor en recherche spirituelle : le stage au Vatican que lui propose Zénon lui ferait le plus grand bien.

Les athées désenchantés en quête de la Vérité sont en effet en grand danger de tomber sous l'emprise de l'une ou l'autre des sectes qui prolifèrent , comme toujours , en temps de crise .

L'Eglise , aussi décriée soit elle , offre des repères solides et un encadrement rigoureux à ces hommes et femmes de bonne volonté qui font leur premiers pas sur le Chemin de Damas .

Écrit par : Bénédicte | 22/05/2020

----------------------------------------
Castor qui n'ignore rien des modes pourrait être tenté par une virée sur le chemin de Compostelle ; je lui déconseille de s'y hasarder car la séquence espagnole est encore malsaine ,les WC de fortune n' ont pas été javellisés ( tous les stovks ont été accaparés par Trump) et la défécation en plein air est sanctionnée par une lourde amende .

Je déconseille aussi le Chemin de Damas ( Bénédicte ) encombré de tanks et de camions - citernes débordant
de fûts de produits chimiques à déverser sur les populations rebelles ....

Rome est désormais parfaitement clean comme le prévoyait il y a peu Zénon .

Je suggère à notre ami de préparer son stage au Vatican en lisant quelques bons livres traitant des conversions : Les "Pensées" de Pascal et surtout " Les grandes Amitiés de Raîssa Maritain "( Desclée de Brouwer , 1948 ) : conversions à la pelle à la Belle Epoque )

Écrit par : Myriam | 23/05/2020

------------------------------------------
Une offre qui pourrait , cher Castor , vous convenir : notre produit " tous les chemins mènent à Rome "

Paris - Vatican par Lourdes , Compostelle et Fatima (ceci en car Macron climatisé ) ; du Portugal à Rome en voilier ( via Gibraltar et Ostie ) ; arrivée dans la Ville Sainte par le Tibre .

Précision : l'eau bénite de Fatima est , plus encore que celle de Lourdes , efficace contre le virus , dixit le professeut Raoult .

Ne tardez pas à vous inscrire !

Écrit par : Zénon | 03/06/2020

---------------------------------------
L'eau bénite de Fatima recommandée par le professeur
Raoult : je confirme .

Fatima , une sympathique concierge de mon quartier , en a distribué quelques burettes aux happy few dont je suis ; effet garanti ( quoi qu'en dise Lancet ) : pas un seul cas de Corona dans les environs .

Écrit par : Pépé Castor | 03/06/2020

Écrire un commentaire