Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2022

Y a t'il un macroniste pour sauver la démocratie ?

"La démocratie, c'est la République quand on a éteint les Lumières" s'amusait Régis Debray. Il sous-entendait que la démocratie ne suffit pas, même ces gogos de yankees l'ont, alors que la République, ça c'est l'acmé du politique. Depuis 2002 et l'accession de Jean-Marie le Pen au second tour, l'urgence n'est plus de sauver la démocratie, mais bien la République. Ha... Vingt ans après, force est de constater qu'on sait ce qui menace la République : burkinis en piscine, voile à l'école, nourriture halal. C'est fragile, quand même, une République. La démocratie, elle, semble inoxydable puisque personne ne la brandit alors que 89 députés RN sont entrés à l'Assemblée. Au contraire, leur élection serait un signe de la vitalité démocratique. Un grand parti qui a plein d'élus, c'est normal.

Depuis les résultats du premier tour, la Macronie s'affaire pour parler de ce qui menace la République et il semblerait que ça soit la NUPES. Après ceux du second tour, en revanche, il semblerait qu'il faille parler et convaincre les députés RN pour trouver des majorités et des convergences. Pour la présidence de la commission des finances, on peut parler avec le RN qui ne veut pas faire de contrôle fiscal, plutôt que la NUPES qui veut contrôler les fraudeurs, pratique anti républicaine s'il en est. 

Je ne l'avais pas vu venir si rapidement, mais nous sommes en plein dans "l'ordre du jour" récit par Éric Vuillard du ralliement historique de tous les grands capitalistes allemands aux nazis nouvellement élus pour repousser les communistes. La Macronie est en train de nous rejouer le film en draguant lourdement le RN pour éviter la NUPES en prétextant ainsi sauver la République. Mais à quoi sert une République sans démocratie ? Sans pluralisme ? Sans liberté d'expression ? Que devient la République quand sa démocratie a fondu ? De la boue brune... 

 

 

 

 

 

20/06/2022

Regarder en arrière pour mieux repartir de l'avant

Bien sûr, c'est moins que prévu. L'élan s'est stoppé, il n'y a pas 200 député.es de la NUPES et surtout, il y en a 90 du RN. On ne doit pas, on ne peut pas se réjouir alors que le plus grand contingent de fachos arrivent à l'Assemblée, sans magouille, sans même la proportionnelle, mais en remportant 50% de leurs duels, preuve irréfragable que le barrage républicain a vécu et que son fossoyeur s'appelle Emmanuel Macron. 

Évidemment qu'hier ça n'est pas une victoire, mais ça n'est pas une défaite. Il n'y a qu'un camp perdant, hier, c'est la Macronie qui ajoute à la défaite de ses caciques, de ses ministres, le déshonneur de faire rentrer le RN en grand en ayant refusé de les distinguer de la NUPES. On eut aimé que ça fut plus rude, que des crapules comme Stanislas Guérini ou Gilles le Gendre perdent également, mais bon, il y a moult scalps et 1 ou 2 de plus n'auraient pas changé la donne. 

Mais au 20 juin 2022, nous n'avons pas le droit d'être tristes pour la gauche et pour sourire, il suffit de se retourner, non pas cinq ans mais seulement six mois en arrière. À Noël dernier, nombre d'électeur.ices de gauche baissaient la tête, pensaient s'abstenir, pas une figure n'émargeait à 10% et il semblait inévitable qu'à l'Assemblée Nationale, il y aurait un nombre de député.es à deux chiffres. Nous étions laminés, enfoncés, donnés cliniquement morts. Il y a six mois seulement chaque parti s'enfonçait dans les eaux glacées des défaites électorales, allait vers la banqueroute militante et financière sans dévier de cap. Nous allions vers un cataclysme à l'italienne où il n'y a plus guère que Nanni Moretti pour croire à une résurgence de la gauche. Et le cataclysme a été évité. Quoi qu'on pense du personnage dont on met trop en avant le côté repoussoir, Mélenchon fut le catalyseur, le capitaine du paquebot qui évita le nauffrage. Il a réussi une campagne présidentielle emballante et un formidable coup tactique en vue des législatives qui a le mérite de n'humilier personne, à gauche. Les écolos, les socialistes, les communistes ont des députés. Beaucoup moins que les Insoumis.es, mais par rapport à 2017, qui irait se plaindre ? Les écolos en avait zéro, et ils font rentrer leurs troupes, les socialistes sauvent leur boutique aussi, tout va bien, pas le moment de se plaindre.

Merci pour tout, Jean-Luc. J'espère juste que quand tu disais hier que tu "changeais de poste de combat" ça n'est pas pour devenir Général qui envoie les caporaux à la boucherie parlementaire, mais bien pour cesser d'être Luke Skywalker et accepter l'âge de tes artères en devenant maître Yoda qui forme la relève. Quand on regarde en arrière, on ne peut que saluer ta maestria, quand on regarde devant, on voit bien que ça ne peut pas être toi qui ouvre la route.

Cette Assemblée élue est, littéralement, intenable. Sur tous les textes, la Macronie va sentir le vent du boulet. En prenant toutes les forces d'Ensemble, il leur manque près de 50 député.es pour avoir la majorité sur un texte et il est peu probable qu'ils en trouvent autant chez LR. En 2027, Macron ne pourra pas se représenter et là-bas, des Wauquiez, voire des Ciotti croient en leurs étoiles qui leur impose d'être des opposants bêtes et méchants dès aujourd'hui. Donc ça ne tiendra pas. Pas cinq ans, pas avec des 49-3 limités à un par an. Il y aura un nouveau Badaboum. Et si jamais Macron est contraint à la dissolution, alors il faudra être prêt. Car cette fois là, il n'y aura pas 54% d'abstention. Et les électeur.ices jugeront sur pièce du travail et des propositions parlementaires faites entre temps. Et à ce jeu là, là NUPES n'est pas la plus mal placée, loin s'en faut. 

18/06/2022

Lutter contre l'amnésie environnementale

Dans un article de 1995, le biologiste marin Daniel Pauly a forgé le concept "d'amnésie environnementale" pour évoquer le fait que trop de spécialistes de la pêche se concentraient sur leurs références de début de carrière sans embrasser une perspective plus large. Dès lors, des prises moyennes de poissons de 500g leur semblait honorables quand elles étaient d'1kg auparavant. Et de 180g aujourd'hui, car nous sur pêchons de manière folle et attrapons les poissons à peine nés, nonobstant les promesses de pêche durable. On voit bien qu'à se féliciter des 180g, nous allons rater le moment de bascule lors duquel nous pêcherons des poissons impropres à la consommation, car trop petits pour nous nourrir.

Le concept de Pauly a fait florès avec l'exemple très célèbre des moucherons sur les pare brises des voitures qui obligeaient à des arrêts toutes les heures il y a 50 ans, là où vous pouvez désormais sillonner la France sans vous arrêter, les pesticides agricoles ayant décimé les insectes entre temps. Et vous ne l'avez pas noté petit à petit. Vous ne déplorez pas l'absence de moucherons sur vos fenêtres à chaque trajet. 

Il en va de même avec les canicules. En 2003, celles et ceux qui avaient vécu 1976 s'en souvenaient vaguement où l'avait oublié, les autres découvraient l'étuve, mais n'y pensaient déjà plus lors de la suivante, plus rapprochée, et encore plus et encore plus, jusqu'à celle de cette semaine. Depuis ce matin, nous respirons mieux et le sujet ne sera plus à la Une des médias qui pourraient même regretter la pluie de la semaine prochaine.

On voit bien que des températures comme celles vécues cette semaine sont invivables. Les climato négationnistes se gaussent, nous renvoi au fait qu'à Abu Dhabi il fait 15 degrés de plus et les gens vivent. En ce moment, ils mettent le paquet pour nous dire qu'on ne traverse pas une vague de chaleur exceptionnelle et ils diront la même chose à la prochaine, et à la suivante quand bien même elle serait six semaines après la dernière, ils jureront que ça a toujours existé. Pour s'opposer à cela, il va falloir une lutte méthodique contre l'amnésie, se souvenir en permanence que c'était moins pire avant pour que ça ne soit pas encore pire demain. Comme on dit trop souvent en ce moment, ça va être chaud....